Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

lundi, novembre 30, 2009

Wikio: Les cliques vont prendre une (petite) claque

Il n'y a pas eu de changement dans l'algorithme du classement Wikio depuis que j'ai pris les choses en main en septembre 2008. Bien entendu, tous les mois il y a bien un ou deux grincheux qui auraient aimé être plus haut tout en faisant semblant d'être indifférents, ou qui n'ont pas compris comment ça marche, mais globalement ça ronronne tranquillement. Je crois que ce que mesure l'algo au bout du compte c'est la force du réseau social de chaque blogueur. Ce n'est évidemment ni l'audience (nul ne sait comment la mesurer), ni sans doute l'"influence" (qui est une notion bien subjective)...




Tout algorithme est manipulable, bien entendu. Google en est la preuve planétaire. Tapez n'importe quelle requête marchande (marque, produit, etc.) et vous verrez à quel point les bricoleurs du référencement ont spammé la machine : ce sont parfois des pages et des pages de comparateurs de prix tous plus douteux les uns que les autres, d'agrégateurs bidon, de pseudo-blogs garnis d'AdSense comme des sapins de Noël, etc. Le classement Wikio n'échappe donc pas à la règle, mais c'est tout de même difficile. Je rappelle quelques principes : un seul lien d'un blog A vers un blog B est compté chaque mois, le poids des liens diminue fortement si vous truffez vos pages de liens (voir ici, ici et ici)...

Il n'empêche. Je vois bien que quelques malins (non, je ne citerai personne) essaient d'"optimiser", avec des chaînes, des liens prêtés pour des rendus... A mon avis, ils se tirent une balle dans le pied à long terme, car ils dégradent fortement la qualité de leur blog, mais ça les regarde. Il est donc temps de pimenter un peu les règles du jeu (car après tout, ce n'est qu'un jeu, non ?).

Les cliques vont donc prendre une petite claque. Une toute petite, rassurez-vous. Amicale, même -- juste histoire de s'assurer que ce ne soit pas toujours les mêmes qui trustent le podium. Quand je dis clique, ce n'est pas pour être inutilement péjoratif. C'est juste un petit clin d'œil à la théorie des graphes, où ce mot désigne un ensemble de nœuds tous interconnectés par des liens (des "arêtes" comme on dit dans le jargon) — cf. article Wikipedia.


Voici donc la petite modification que j'ai concoctée. Lorsqu'un blog A émet un lien vers un blog B, la première fois ce lien compte pour 1. Mais le mois suivant, si A lie à nouveau B, il ne compte plus que pour 0.707. Le mois suivant, si nos compères continuent le même jeu, le lien de A vers B ne vaudra plus que 0.5. Et ainsi de suite. Vous aurez reconnu une loi de décroissance exponentielle, dont vous savez que je suis grand fan. Je ne vais pas vous refaire le coup de la radioactivité, de la période de demi-vie et tutti quanti. C'est expliqué (attention, le problème y est différent).

Graphiquement, cela donne la jolie courbe ci-dessous :


Je vois dans vos yeux que vous vous posez une question fondamentale : y a-t-il une façon de remonter de ce purgatoire exponentiel ? La réponse est oui. Dès que A reste un mois (ou plus) sans lier B, il attaque une période de rémission, et remonte progressivement, selon la loi inverse de celle par laquelle il est descendu :


Ne vous attendez pas à un chamboulement complet du jour au lendemain. Ca va juste rendre les choses un peu plus sportives. Les gens qui fonctionnent en vase clos vont progressivement décliner dans le classement : il va falloir que nos cliques cherchent des liens neufs ! On va voir comment elles réagissent et comment ça évolue. Ah, divin plaisir de l'entomologiste qui titille la fourmilière...

Libellés :


130 Commentaires:

Anonymous Siegfried a écrit...

Ah ah ah, oula, je sens que le classement va être retourné dans tous les sens. Bon, me reste plus qu'a draguer les blogs de scrapbooking et de cuisine pour avoir du lien neuf!

30 novembre, 2009 12:34  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Voilà, tu as compris le principe ! Mais non, pas d'inquiétude, ça ne va pas tout chambouler d'un coup. C'est à la longue que ça va se faire sentir ;-)

30 novembre, 2009 12:36  
Anonymous Sébastien Billard a écrit...

Très malin ça, et élégant comme solution !

30 novembre, 2009 12:36  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Merci Sébastien ! Je suis un esthète ;-)

30 novembre, 2009 12:39  
Anonymous olympe a écrit...

très malin et peut être utile, en tout cas ça va donner plus de crédibilité au classement mais je pense que la durée d'un mois est trop longue et ça va aussi limiter le nombre de liens et ça c'est dommage.
ex : il y a peu de blogs féministes et je leur mets des liens souvent par intérêt pour le sujet, c'est dommage si ça les pénalise (même si elles s'en foutent du wikio)

30 novembre, 2009 12:41  
Anonymous Mr Xhark a écrit...

Il va falloir que certains blogs créent du contenu pour rester dans le top 10. En espérant que cela limitera le plagiat et le relai d'info au passage !

30 novembre, 2009 12:43  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Olympe> Oui, je me suis demandé souvent s'il ne fallait pas fonctionner sur une période plus courte. A voir...

Mais pas d'inquiétude, ça ne va pas les pénaliser. Simplement tes liens, s'ils deviennent habituels, seront un peu moins "forts", c'est tout. Et puis si elles s'en foutent, en plus, tout va bien ;-)

30 novembre, 2009 12:44  
Anonymous The Celinette a écrit...

Je lis (et commentent) souvent les mêmes blogs, je vais donc perdre dans ce classement ... Mais c'est pas grave j'étais déjà pas très haut & je n'ai pas envie de changer mes habitudes pour une histoire de classement. Je reviens vers ceux dont la qualité d'écrit m'attire et c'est très bien comme ça :)

30 novembre, 2009 12:49  
Blogger Weetabix a écrit...

oui, ok pr limiter les "cliques" mais dommage pour les blogs qui ont un vrai contenu et qui obtiennent des BL légaux chaque mois de même blog !

30 novembre, 2009 12:49  
Anonymous Charley Rabec a écrit...

Intéressant :) Un mois c'est très court aussi mais je ne vois pas pourquoi cela arrangerait les "petits" blogs. Certains font de la qualité aussi et se font linker plusieurs fois dans le mois.

30 novembre, 2009 12:52  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Celinette> C'est dans l'autre sens : tu n'es impactée que par les gens qui t'envoient des liens, pas par ceux à qui tu en envoies. Mais évidemment (c'est peut-être ce que tu veux dire), ce sont peut être ceux que tu lis qui te lient (jeu de mots à la noix ;-)...

30 novembre, 2009 12:53  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Weetabix> Oui... Je suis preneur d'idées pour améliorer ! Ce n'est pas un pb simple...

30 novembre, 2009 12:54  
Anonymous Frame a écrit...

Extrêmement intéressant cette volonté de dégager l'outil Wikio des logiques conservatrices à l'œuvre dans certaine blogosphère. Très curieux aussi puisque d'autres blogosphères échangent les liens sans compter mais sans logique vicieuse (au sens littéral du terme). En tous cas un joli pied de nez à la gestion de communauté trop souvent axée sur la circulation et le relai systématique des contenus. Même à l'échelle de Wikio je suis curieux de voir ce que ça donnera d'ici quelques mois.

30 novembre, 2009 13:01  
Anonymous deherve a écrit...

Bonjour,

intéressant, mais qu'en est-il des blogroll ? cela sera-t-il décompté aussi ?

Comment sont comptabilisé les sites comme le miens qui met des liens dans ses articles pour parler d'un logiciel ou autre, sans avoir de backlink en retour ?

Bon, je ne cherche absolument pas à monter de le Top, mais je me pose des questions sur le principe.

30 novembre, 2009 13:28  
Blogger Dagrouik a écrit...

Grandiose !

Quid de l'analyse sémantique pour donner du poids au lien contextualisé comme il faut par rapport au lien bête.

30 novembre, 2009 13:41  
Blogger Luc Mandret a écrit...

Intéressant en effet.

Mais une question me taraude. Ce changement ne va-t-il pas à l'encontre de ce que tu expliques en introduction : la force du réseau social. Quand ton blog est spécifique à une thématique, à quoi bon avoir des liens entrants de blogs totalement déconnectés de cet écosystème ? Ca ne change strictement rien à la force de mon réseau social, c'est du public non-captif.

C'est là tout mon problème avec wikio ; comparer des écosystèmes quantitativement bien éloignés.

30 novembre, 2009 13:42  
Blogger Nicolas a écrit...

C'est malin !

;-)

30 novembre, 2009 13:42  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Frame> Oui, on va voir ce que ça va donner ! J'espère que ça va inciter à un peu plus de renouveau...

30 novembre, 2009 13:47  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Deherve> Non, les blogrolls ne sont pas prises en compte. D'une part parce qu'elles sont statiques (et très souvent oubliées par les blogueurs eux-même au fil des mois), mais aussi parce qu'on ne sait pas vraiment faire. C'est très difficile de repérer les blogrolls de tous les autres gadgets qui traînent sur les blogs...

30 novembre, 2009 13:48  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Dagrouik> Ah, ça c'est le Graal. Mais comme le Graal, c'est encore un peu inaccessible à nos pauvres technologies rustiques...

30 novembre, 2009 13:49  
Anonymous Flav a écrit...

Et bien, il va peut-être y avoir un peu de changement. Quoique la récurrence des liens est quasi systématique je pense sur le s blogs... Ces derniers sont déjà en baisse (le nb de liens), cette méthode devrait donc permettre à) certains blogs d'émerger assez rapidement. Cela peut être une bonne idée pour ceux qui font parler d'eux ponctuellement, et qui devraient donc grimper ponctuellement vers les sommets.

30 novembre, 2009 14:15  
Anonymous Benjamin a écrit...

Donc avec 3 blogs je peux faire tourner les liens et avoir toujours des liens de valeurs 1 qui se répètes tous les 2 mois.
Plus difficile a spammer mais pas très compliquer.

30 novembre, 2009 14:22  
Anonymous Fil a écrit...

Toujours aussi intéressant de voir comment fonctionne et évolue l'algo ! Du grand art ! Bravo !

30 novembre, 2009 14:27  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Luc> Je crois que même dans une thématique, prenons "high tech" par exemple, on peut être plus ou moins consanguin... L'algo ne pénalisera que ceux qui le sont beaucoup. Si la thématique est très petite, tout le monde y sera logé à la même enseigne, et comme c'est un classement, ça n'aura finalement pas d'incidence.

"Comparer des écosystèmes quantitativement bien éloignés" > Je pense que fais référence au classement général. Tu as raison, et je n'en suis pas grand fan (d'ailleurs il n'est plus mis en avant).

30 novembre, 2009 14:27  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Flav> Oui, la récurrence des liens est générale (et pas forcément vicieuse). Donc ça affectera tout le monde pareil, sauf ceux qui tournent vraiment en circuit fermé...

J'espère en effet que ça donnera plus de facilité à de nouveaux blogs pour émerger.

30 novembre, 2009 14:29  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Benjamin> Certes... Ca prouve que tout est spammable. Mais deux mois c'est long. Il faut quand même être sacrément entêté, et tenir une vraie comptabilité de la chose. Ca devient un job à plein temps. Et si besoin, rien n'interdit de durcir les règles...

30 novembre, 2009 14:30  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Fil> Merci ! Vous aurez compris que plus que le classement lui-même ce qui m'intéresse c'est l'observation de ce monde étrange qu'est la blogosphère. Alors si je peux faire partager quelque peu mes expériences et mes trouvailles éventuelles...

30 novembre, 2009 14:33  
Anonymous Benjamin a écrit...

Jean> Oui mais du coup le spam est plus diffus car il y a 3 blogs qui montent artificiellement, ce qui est moins facilement détectable. La seule amélioration que j'aurais apporté c'est de rendre la remonté du poids plus lente que la baisse.

30 novembre, 2009 14:36  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Benjamin> Ah, je l'avais envisagé, les grands esprits se rencontrent ! Mais je me suis dit que c'était quand même un peu vache, et que j'allais avoir droit à un concert de casseroles... On verra, il faudra peut-être y avoir recours si ça spamme dur (et j'ai encore d'autres cartes dans la manche d'ailleurs).

30 novembre, 2009 14:38  
Blogger Nicolas a écrit...

Benjamin,

Ca équivaut à dire qu'il faut se fatiguer à tenir trois blogs volontairement pour tricher au Wikio... En fait, la montée au classement (pour ce qui me concerne) est trop lente (j'ai mis des mois et mois avant de faire mon trou) pour qu'un individu puisse avoir assez d'énergie uniquement pour gagner à un jeu.

N.B. : j'ai bien trois blogs mais ils existaient avant le classement et bien avant que je n'en connaisse le fonctionnement. Par ailleurs, je ne me cache pas...

30 novembre, 2009 14:43  
Blogger Q a écrit...

Est-ce que c'est possible d'appliquer ça rétrospéctivement au classement actuel sur les qq derniers mois, juste pour avoir une idée de l'étendue des changements que ça apporte ?

30 novembre, 2009 14:47  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nicolas> Voilà... C'est ce que je dis : tricher au Wikio deviendrait un job à plein temps.

30 novembre, 2009 14:50  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Q> J'ai fait des simulations en effet. C'est pour ça que je dis que ce ne sera pas la révolution, mais que ça va assainir bien des choses ;-)

30 novembre, 2009 14:50  
Blogger Nicolas a écrit...

Jean,

C'est ce que j'essaie d'expliquer à tous les braves gens qui m'en foutent plein la gueule à chaque sortie de classement : "tu crois vraiment que j'ai que ça à foutre ?"

30 novembre, 2009 14:53  
Anonymous Cedric a écrit...

Luc n'a pas tort et Jean ta réponse n'est pas très claire (quant aux deux autres évangélistes absents de cette discussion, ils sont sans doute partis acheter un Kebab pour suivre le débat tranquillement calés dans leurs spartiates...)

Blague foireuse à part, Luc soulève tout de même un point important qui rejoint celui de Célinette.

A lit B le 1er décembre. Il aime son billet, et du coup fait un lien depuis chez lui. Pas de bol, B refait un excellent billet la semaine suivante. Et hop, A le lit et lie à nouveau. Ainsi de suite.

B, content de son mois au cours duquel il a publié plein de billets intelligents qui ont plu à plein de gens pas con du tout, perd des places au classement.

B aime les classements. Aussi il est déçu de sa rétrogadation. Du coup, il va tenter au mois de janvier une astuce : en exergue de chacun de ses billets, il indiquera : "Vous avez fait un lien le mois dernier ! Ne recommencez pas, malheureux ! Je risque de perdre encore des places ! Ne dites surtout pas que mon billet est bien !".

Fin janvier, évidemment, c'est le drame, puisque plus personne ne fait de lien vers chez lui.

B, déprimé, arrête son blog, se flagelle avec sa souris sans fil et part élever des Athanase dans les alpages. Dur dur.

==
Toute cette fabuleuse histoire pour une question toute simple donc : ce nouveau changement compte pour combien dans l'établissement du classement ? 1% ? 10% ? 20% ?

[a titre perso mon classement est tellement ridicule que je n'y vois pas d'inconvénient, mais je m'interroge ^^]

30 novembre, 2009 14:54  
Blogger Dagrouik a écrit...

@Jean Veronios : il est certain que favoriser la création de contenu est la cible.

Mais allez voir les blogs "geek" où les infos sont reproduites sur 5 ou 6 blogs qui se linkent avec contenu recopié + ou - et sans trop de personnalisation avant de tomber sur l'original venant d'un blog US.

Sur les blogs "politiques" nous avons un souci plus simple: Produire du contenu original prend du temps (Interview, analyse, vidéos, audio ) et n'est pas linké facilement.

IL est alors + facile pour nous de recopier les billets sur le post.fr :o)

30 novembre, 2009 14:57  
Blogger Nicolas a écrit...

Dagrouik,

Oui les blogs politiques sont passés devant les geeks au Wikio car ils font beaucoup moins de liens (au profit de Twitter, semble-t-il).

30 novembre, 2009 15:01  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Cedric> B est décidément un looser. En plus il se flagelle avec une souris sans fil...

Blague à part, faire des liens ne peut pas faire perdre des places. Les liens provenance des "usual suspects" comptent un peu moins, c'est tout, mais ils comptent quand même.

Je ne peux pas donner une quantification en % d'impact. Disons qu'il y aura une poignée de blogs pas mal impactés (les cliques) et les autres quasiment pas. Pas de révolution donc.

30 novembre, 2009 15:13  
Blogger Nicolas a écrit...

Jean,

Comment définis-tu une "clique" ? Dois-je considérer que j'ai une clique avec 90 blogs ou la limiter à, par exemple, Le Coucou, FalconHill, Monsieur Poireau, Olympe, Dagrouik, Gaël Detoutderien ?

30 novembre, 2009 15:23  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nicolas> Attention, j'utilise le mot "clique" de façon un peu libre. En théorie des graphes, c'est un sous-ensemble dont tous les noeuds sont interconnectés. Là pas forcément tout à fait, c'était une image. Disons que je cherche plutôt à faire la chasse aux vases clos... La taille du vase n'influe pas directement dans l'affaire. C'est juste la répétitivité des liens d'un mois sur l'autre qui est prise en compte.

30 novembre, 2009 15:30  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Dagrouik> Oui, c'est pitoyable. Mais qui les lit ? Je crois que beaucoup de blogs devient des machines à Google, c'est-à-dire des bidules SEO. Quand on parle d'audience, il faudrait voir ce que ces blogs là ramènent. Par exemple, j'ai sans doute moins de visites qu'eux, mais seulement 30% de mon trafic arrive des moteurs. Je ne serais pas surpris que certains qui se gargarisent de leur audience en reçoivent 90% par cette source...

30 novembre, 2009 15:33  
Anonymous Pierre-Yves a écrit...

En effet, l'idée est bonne, mais je trouve dommage qu'à cause de personnes malveillantes d'autres en soient sanctionnées.
Mais bon, c'est quelque chose que l'on trouve dans la vie réelle depuis la nuit des temps...
Personnellement, je ne joue pas au "je mets un lien si tu m'en mets un".
Mais en lisant la plupart du temps les mêmes blogs je fais plus facilement un lien vers ceux-ci.
Je sais aussi que d'autres sites font des liens vers le mien de manière régulières surement car ils fonctionnent de la même façon que moi.
Par exemple les articles de genre, bookmark de la semaine...
Par contre, pour en revenir au fonctionnement.
Lorsque tu indiques qu'il faut un mois sans lien, c'est un moi calendaire ? Ou un mois Wikiodaire ?
J'entends par là que le classement de Wikio sort tous les 5 du mois, donc si par exemple un site fait un lien vers le mien le 15 novembre. Il faudra attendre le 15 décembre ou attendre de finir le mois en cours, plus 1 mois complet, soit le 5 décembre ?
C'est une question bête, je pense, mais bon...
Merci d'avance et bonne journée :)
En tous cas toutes les améliorations sont bonnes à prendre pour améliorer la cohérence des résultats ;)
CiaO ++

30 novembre, 2009 15:39  
Anonymous Eric a écrit...

Une bonne idée. La conséquence sera que wikio sera peut-être un peu moins "social", mais plus qualitatif.

Et pourquoi pas une touche de "sémantique" en plus, comme le suggère de façon pertinente Dagrouik?

30 novembre, 2009 15:54  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Pierre-Yves> La "sanction" est très relative, puisque tout le monde est affecté, et comme le classement est par définition relatif. J'ai vu dans les simulations que les seuls vraiment pénalisés étaient ceux qui abusaient franchement de la consanguinité... Enfin, il n'y a aucun algo parfait de toute façon.

On est sur les mois calendaires.

30 novembre, 2009 16:00  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Eric> pourquoi pas une touche de "sémantique" -- Eh bien, modestement parce que ça dépasse un peu ma pauvre science... Comment tu verrais ça ?

30 novembre, 2009 16:01  
Anonymous FmR a écrit...

Compte-tenu de la raréfaction des Backlinks est-ce que tout cela ne va pas finir par un classement "école des fans" où tout le monde a gagné ? ;-) Sinon, Big Up pour le titre

30 novembre, 2009 17:02  
Blogger Jean Véronis a écrit...

FmR> Ca diminue le poids des backlinks mais ça ne l'annule pas.

Ceci étant, la prochaine étape sera la prise en compte des backtweets ;-)

30 novembre, 2009 17:06  
Blogger Olympe et le plafond de verre a écrit...

c'est quoi les backweets ? ça devient fatiguant de se tenir toujours au courant de tout

30 novembre, 2009 17:12  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Olympe> Ah oui, tu as raison, la terre tourne plus vite que nous... Ce sont les liens dans Twitter.

30 novembre, 2009 17:16  
Blogger Nicolas a écrit...

Jean,

1. Dans les backtweets, vous arriverez à comptabiliser les URL courtes ?

2. Peut après avoir lu ce billet et fait le mien, je suis tombé sur ce billet de mon copain Homer. Comme tous les mois (mais avec un jour d'avance), il diffuse la liste des braves gens qui l'ont mis en lien.

Est-ce que ton nouveau système permet d'éliminer ces listes de liens (je prends l'exemple d'Homer au hasard, il m'a déjà fait plein de liens ce mois-ci) ?

Par exemple, je fais au début de mois, mon billet avec 50 ou 100 liens qui ne comptent pour presque rien dans le classement. Ca serait dommage que tous les liens "explicite" (pour effectivement signaler que je parle d'un billet de blog : ce n'est pas un billet "youplaboum") que je ferais perdent de la valeur parce que j'ai fait un billet à la con...

C'est parce qu'Homer a fait son billet aujourd'hui et pas demain que je pense à ça...

30 novembre, 2009 17:21  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nicolas>

1. Oui, bien sûr. Il y aura résolution des tinyurls.

2. C'est vrai, il y a un petit pb, là. On pourrait peut-être ignorer purement et simplement les billets qui contiennent plus de x liens (par exemple 20). Faut que je réfléchisse...

30 novembre, 2009 17:27  
Blogger Nicolas a écrit...

Jean,

Plus de 19 ! Sinon on va tous diffuser les top 20 des exclusivités (ce qui vous arrange peut-être)...

Ca serait bien de trouver un truc pour nous permettre de continuer à faire des billets ("vive les copains et vive les blogs !").

30 novembre, 2009 17:33  
Blogger Olympe et le plafond de verre a écrit...

les liens twitter ? d'une part tous les blogueurs n'y sont pas (mais ça n'empeche pas de les mettre en liens ok, ) et déja que je trouve que twitter se transforme trop souvent en agrégateur de flux là ça va être l'inflation et ça va devenir illisible.
ce que j'aime le plus moi sur twitter ce sont les échanges

.

30 novembre, 2009 17:34  
Blogger Olympe et le plafond de verre a écrit...

Nicolas a raison, on va arreter de parler du wikio pour ne pas faire des liens pour rien.

plus j'y pense plus je trouve que c'est un changement vraiment important

30 novembre, 2009 17:38  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Olympe> tous les blogueurs n'y sont pas -- vrai, mais ce qui importe ce sont leur lecteurs.

Je suis d'accord avec ton opinion sur Twitter : je dis souvent que c'est un peu "les robots parlent aux robots". Mais en même temps, il faut bien faire avec le monde tel qu'il est... Les backlinks diminuent, les backtweets les remplacent. Je suis sur que noyé dans le bruit les échanges personnels trouveront une autre façon de se développer. Soit sur une évolution de Twitter, soit sur un autre service encore à naître...

30 novembre, 2009 17:44  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Olympe (bis)> Effectivement, il y a eu quand même pas mal de liens limite bruit ces derniers temps... Ca assainira l'atmosphère de la blogosphère ;-)

30 novembre, 2009 17:46  
Blogger Nicolas a écrit...

Olympe,

J'ai dit le contraire ! Plus on parlera du Wikio et du top 20, moins on donnera des points, par la suite, aux concurrents...

30 novembre, 2009 17:48  
Blogger Olympe et le plafond de verre a écrit...

Nicolas, ce que je dis c'est qu'on ne fera plus la liste du wikio pour garder des liens valables et les mettre vers des billets qu'on trouve interessant.

moi ça m'est égal, le billet wikio n'est pas celui qui m'éclate le plus

30 novembre, 2009 17:51  
Blogger Nicolas a écrit...

Olympe,

Moi, j'aime bien ces billets à rallonge... J'aime bien, par exemple, ces billets où je parle de tous les gugusses qui sont venus à la Comète et ça serait dommage qu'un changement d'algorithme fasse que je ne puisse plus le faire...

Il faut donc que Jean nous rajoute une petite modification...

30 novembre, 2009 17:57  
Anonymous The Celinette a écrit...

Effectivement j'avais mal compris, mea culpa et merci pour la précision :)

30 novembre, 2009 17:58  
Blogger Olympe et le plafond de verre a écrit...

ah la comète c'est autre chose. moi je parle des billets qui liste les 20 premiers du wikio ou qui remercient ceux qui nous ont linkés. en plus ils n'envoient quasiment pas de visiteurs

30 novembre, 2009 18:21  
Anonymous Clément a écrit...

Je pense qu'il y a réellement un intérêt à intégrer les liens Twitter dans l'algorithme Wikio, mais pourquoi pas également les liens delicious ?
Je ne vois pas réellement ce qui justifie le positionnement 100% "blog à blog".
Des internautes ne disposant pas de blog ont d'autres moyens de communication et de partage : Twitter, Friendfeed, Delicious, Partages Reader... Les blogs se retrouveraient presque minimes dans tout cela.
Bon, ok je dis peut-être ça parce que pour 20 tweets à propos de mes billets, je ne dois avoir qu'un backlink sur un blog, mais je doute être un cas isolé :).

Bref, pour en revenir au sujet initial, je trouve cette adaptation totalement pertinente ! Bien vu.

30 novembre, 2009 18:51  
Anonymous V a écrit...

- clique pour un graphe orienté, ça la fait mal quand même...

- idées : Si c'est pour virer les backlink farms, il y a avait autre chose à voir : les structures en étoile très typique (Poppyrose, son avis à l'autre surtout, etc..). Et pénaliser cette structure, et seulement celle là, ce n'était pas dur. D'un autre coté, elles existent, donc pourquoi les pénaliser ? Après tout, si "celui qui a un avis surtout" farmbacklinke (du verbe farmbacklinker, verbe du 4ième groupe) à mort, est-ce le rôle de Wikio que de le pénaliser : n'est-il pas en train de se tirer une balle dans le pied ? Ne devrait-on pas laisser le temps ou l'évolution faire son oeuvre ?) - Mais peut être que Wikio pourrait donner un indicateur de fairplay (= anti farm)...

- Si ce sont les échanges de liens qui "gènent", pouquoi ne pas simplement prendre la différence entre les échangeurs et ne faire bénéficier de point que celui des deux qui linke le moins l'autre (A a linké B 5 fois ce mois ci, B à linké A 3 fois : échange de liens, la différence est emportée par A qui échange trop : B marque 1 point venant de A, et A rien venant de B)

- Si c'est "juste histoire de s'assurer que ce ne soit pas toujours les mêmes qui trustent le podium", il y a avait plus simple : random()

- Autre idée : repérer les composantes fortement connexes est impossible (O(n^3)), sauf à le faire tourner sur les 500 premiers. Mais peut être y a-t-il à creuser les "composantes très connexes-proche": les groupes de blogs dont la densité de liens entre eux est bien supérieure à la moyenne (et ça, c'est facile à trouver)

- Après, cette modification, n'est-ce pas le début d'une longue traine de patchs dû au fait que, petit à petit, on va se rendre compte que l'algo de classement, ben, finalement, c'est pas le bon. Et que telle loi de proba, avec tel paramètre, et tel autre sous algo, avec tel autre paramètre, ce n'est pas un bon modèle de la blogosphère ? (Débat récurrent et éternel, d'accord...)

30 novembre, 2009 19:25  
Blogger Epamin' a écrit...

Ici, y'a plein de gros mots que je ne comprends pas alors je fais juste un petit coucou pour participer à la force du réseau social...

30 novembre, 2009 19:33  
Blogger Jean Véronis a écrit...

V> Tiens un troll matheux ;-)

- clique : aucun problème a étendre la notion à des graphes orientés ; ça a été fait maintes fois (certains parlent de o-cliques). De toute façon comme tu l'as remarqué ce n'est qu'une image, je n'utilise pas vraiment la notion de clique.

- je ne sais pas si ce sont les échanges, c'est plutôt la consanguinité -- il est vrai que les échangent la reflètent souvent, mais je ne sais pas avoir de certitude sur la symétrie à cause des flux tronqués, qui empoisonnent la vie blogosphérique.

- random() - chut ! c'est déjà ce qu'on fait ;-)

- composante fortement connexe -- non, si on veut prendre les choses stricto sensu, ce n'est pas mieux que les cliques. Ce qu'on veut ce sont les composantes de forte densité, mais la difficulté de tout ça, comme souvent avec les graphes c'est qu'on est dans le NP... Et quand on a une base de 1 million de sources (ce qui est le cas actuellement), il faut se satisfaire du bâton et du silex...

- traîne de patches - peut-être, mais Google est-il autre chose ? Son beau modèle du PageRank n'a pas tenu un an.

30 novembre, 2009 19:39  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Olympe> Oui,c'est billets-là sont assez nuls !

30 novembre, 2009 19:40  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Clément> Oui, on a envisagé Delicous aussi. Mais c'est un peu homéopatique : ça ne changerait pas la face du monde (euh... de la blogosphère).

30 novembre, 2009 19:42  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Epamin'> Faut-il comprendre la poésie ?

30 novembre, 2009 19:46  
Blogger Epamin' a écrit...

Je voulais juste dire, Jean, que comme je ne comprends pas, je ne peux pas vraiment donner mon avis. On m'a toujours dit: quand on ne sait pas, on se tait!
Par contre, je constate avec plaisir que le sujet de ce billet mobilise pas mal de personnes et j'en suis heureuse pour vous.

30 novembre, 2009 20:21  
Anonymous romain blachier a écrit...

ça n'arrange pas les coalitions tout ça.Malin le Veronis...mais les blogs thématiques risquent de trinquer eux aussi plus que les autres...un découragement à avoir autre chose qu'un blog très général dans ses sujets.

30 novembre, 2009 23:15  
Anonymous abadinte a écrit...

Jean Veronis, tu demande ici comment faire pour apprécier la qualité d'un lien. Je te propose deux choses :
1/ prendre en compte le texte du lien avec les tags du billet sur lequel il renvoie (ce qui doit être facile)

2/ prendre en compte aussi le pseudo du blog sur le lien.

Comme ça, tu réduit la portée du lien qui serait du "clic clic clic" (oui je parle bien de la méthode Guy Birenbaum sur le Post).

30 novembre, 2009 23:32  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Romain> A l'intérieur d'une thématique tous les blogs seront affectés à peu près pareil, donc ça ne changera pas nécessairement grand chose, puisque c'est un classement. Ca se verra au classement général en revanche, mais Wikio ne le met plus en avant parce que ça n'a pas trop de sens de comparer des carottes et des navets.

01 décembre, 2009 08:27  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Abadinte> Oui, il y a des pistes, je vais y réfléchir. Pas si simple quand même, vu la quantité de sources (un million toutes langues confondues), la diversité des plateformes (attraper les tags à tout coup, n'est pas évident), etc.

01 décembre, 2009 08:28  
Anonymous FrédéricLN a écrit...

Je comprends la motivation, mais comprends assez mal cet algorithme qui me semble alourdir la logique du classement wikio, puisqu'il demande un historique plus robuste encore pour être fiable.

J'aurais mieux compris une décroissance exponentielle *arrière* portant sur les liens anciens, restant dans la logique habituelle du classement wikio depuis septembre 2008, voire une décroissance ToR plus violente donc plus simple :

* ToR : un seul lien de A vers B est compté. S'il y a eu par exemple 0 lien le mois m, 2 le mois m-1 (de poids différent car l'un des deux peut être dans un billet très chargé en liens), et 1 le mois m-2, le classement se fait sur la base de : 1 lien le mois m-1, celui de plus fort poids.

* exponentiel décroissant : les liens anciens sont affectés de deux coefficients multiplicatifs exponentiels,

** le premier simplement lié au temps écoulé (exp-kt),

** le second lié au temps écoulé jusqu'à la plus récent lien du même blog A vers le même blog B (type exp-g[t-tAB]).

Ou est-ce que cette correction serait insuffisamment forte ?

01 décembre, 2009 10:09  
Blogger Olivier a écrit...

interessant.

Cela risque de changer la donne...

01 décembre, 2009 10:28  
Blogger Nemo a écrit...

Je suis d'accord notamment avec Romain, les blogs thématiques vont trinquer.
Cette "consanguinité" est naturelle chez ceux-là.
Par exemple, les blogs politiques, dans la mesure où nous lançons des débats, a nécessairement tendance à lier les mêmes, les habitués de la discussion. Cela n'interdit pas les nouveaux, loin s'en faut mais comme dans un bar, il y a les habitués et les nouveaux attirés par l'ambiance et l'intérêt des discussions.
Là, on se retrouve finalement à être pénalisé pour "la consanguinité" qui est nécessaire à la création du débat...
En outre, il s'agit finalement de pénaliser un effet de réseau social que l'ancien algorythme a contribué à créer.

01 décembre, 2009 11:11  
Anonymous Miguel a écrit...

En fait, ce que tu expliques, c'est que le haut du classement est "aux mains d'une clique" qui ,même si elle est fort sympathique, rend le classement innefficace.

Ce changement de calcul me semble vraiment anecdotique et inefficace : l'ancieneté des liens ne change rien à l'affaire.

Si 15 blogs se lient en permanence, ils démontrent juste qu'ils forment une équipe qui s'entend bien. Rien n'empêche que, tout autour dans la blogosphère, personne ne les référence et que leur influence est quasi nulle. Le jour où l'un d'eux est cité par un blog très influent sur un autre domaine, c'est sans doute que ce qu'il a écrit est plus pertinent que d'habitude.

Plutôt que de travailler sur l'ancienneté des liens, je pense qu'il serait sans doute plus judicieux de travailler sur la théorie des ensembles.

01 décembre, 2009 12:06  
Blogger Jean Véronis a écrit...

FrédéricLN> Je vais étudier ça de plus près, mais je me demande si exprimé différemment, cela ne revient pas au même. A voir.

En tout cas, l'historique est conservé (d'ailleurs une des contraintes de l'algo est de pouvoir être calculé de façon incrémentale chaque mois sans tout recalculer du début, évidemment).

01 décembre, 2009 12:15  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nemo> Même réponse qu'à Romain. Si la consanguinité est naturelle dans une thématique, le calcul affecte tous les blogs et ça ne change rien.

01 décembre, 2009 12:16  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Miguel> ce que tu expliques, le haut du classement est "aux mains d'une clique" -- je n'ai pas écrit cela. Ce n'est pas le cas. Il y a simplement ici ou là des biais, comme avec tout algo d'ailleurs. Les tentatives de manip ne sont pas spécialement faites par les tops blogueurs.

Théorie des ensembles... je ne sais pas ce que tu veux dire exactement, mais en tout cas il faut se garder de croire que les blogs forment des sous-ensembles bien délimités, de jolie "patates" comme à l'école. Ce sont plutôt des "pelotes" de liens entortillés, plus ou moins denses ici ou là, et c'est d'une très grande complexité pour les algos.

01 décembre, 2009 12:20  
Blogger Nicolas a écrit...

Tiens ! Pour la première fois, je vais intervenir en tant que number one du truc.

Je vais répondre à Miguel qui parle de 15 blogs qui se linkent. Pour ce qui me concerne, ce n'est pas 15 blogs mais près de 100. Je ne suis pas sur la défensive, je veux juste expliquer que ce n'est pas "si facile qu'on le dit".

En réponse, Jean indique : "Les tentatives de manip ne sont pas spécialement faites par les tops blogueurs." Je crois que c'est très vrai. Arrivé à un certain niveau, on finit par s'en foutre tellement on connait le système et qu'on est lié naturellement. Une partie des liens que je reçois tient au seul fait que mon blog est le numéro un !

01 décembre, 2009 13:34  
Blogger koz a écrit...

Pas mal. J'avoue m'être totalement désintéressé du classement wikio, trop manifestement détourné de son objectif par certains. A voir s'ils auront le cœur de s'organiser selon les mois pour faire tourner les liens. Mais ça deviendrait de la perversité.

Au fait, le classement ne prend en compte que les blogs ? Si un media, par exemple, met un lien vers un blog, ce qui peut être un certain indice de notoriété et/ou influence, ça entre en ligne de compte ?

01 décembre, 2009 15:07  
OpenID polluxe a écrit...

Quid s'il y a plusieurs liens de A vers B à l'intérieur d'un mois ? Y-a-t-il aussi décroissance de sa valeur ?

01 décembre, 2009 17:28  
Anonymous Olivier SC a écrit...

Je n'étais déjà pas bien haut et ceci promet de me faire plonger encore plus. Mais, navré, je ne changerais pas mon concept de Revue de blogs choisis, amis ou pas. Ce truc c'est un peu comme si + un journal donné des nouvelles, moins il serait en kiosque ... Alors : bonjour le kiosque et vive la blogosphère !

01 décembre, 2009 18:02  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nicolas> Scoop: tu ne baisses pas (pour l'instant) avec le nouveau système. Ca corrobore ce que tu dis. Tant que tu te renouvelleras de nouveaux blogs te linkeront, et tu restera dans les hautes sphères de la blogo. Le jour où seul tes potes te linkeront tu descendras dans les abîmes...

01 décembre, 2009 18:06  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Koz> Non, le classement prend aussi en compte les liens qui proviennent des médias. Mais c'est la théorie. En pratique, les médias publient souvent des flux courts, sans liens...

01 décembre, 2009 18:07  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Polluxe> Dans ce cas, on garde le meilleur. C'est pas généreux, ça ?

01 décembre, 2009 18:08  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Olivier SC> Attention, c'est dans l'autre sens; Tu peux faire des milliers de liens tous les mois, ton classement n'en sera strictement pas affecté. Ils apporteront juste un peu moins aux gens que tu lies tout le temps. En fait, c'est moi qui vais en pâtir !

01 décembre, 2009 18:09  
Blogger Nicolas a écrit...

Et merci !

Au fait ! Ca donne quoi sur le classement Européen (à vrai dire le seul qui m'intéresse encore !).

01 décembre, 2009 18:09  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nicolas> Je ne vais pas dire du mal des concurrents, mais bon... Quand je vois toutes les difficultés, les pièges et les chausse-trappes qui jonchent la route, je me dis que certains doivent avoir des biais plus gros que la figure.

01 décembre, 2009 18:12  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Re-Nicolas> On n'a pas encore calculé le clasement européen. Mais les mêmes causes produisant les mêmes effets, je pense qu'il n'y aura que très peu de bouleversement ce mois-ci. L'effet, comme sur la France, apparaîtra à long terme. La main de velours va devenir progressivement une main de fer pour les cliques. Mais ce sera à long terme.

Et puis quand le lis tout ça, ainsi que les posts sur les blogs qui ont réagi, je me dis que le principal effet aura été de tellement compliquer l'équation que les manipulateurs vont jeter l'éponge (ou en faire un job à plein temps !).

Finalement, c'est ça qu'a fait Google. C'est tellement opaque que plus personne ne sait exactement quoi faire pour se ranker. Autant appeler un marabout qu'une référenceur ;-)

01 décembre, 2009 18:15  
Anonymous FredericLN a écrit...

@ Jean veronis : oui c'est a peu près pareil mais en plus propre a mon humble avis (je suis un vieux résidu bourbakiste). Un lien de ce mois-ci compte normalement, il est préjugé sincère et valable, en revanche les liens anciens du même A vers le même B sont juges moins porteurs d'information sur la reprise de B, que s'ils avaient été crées par un autre blog A'

01 décembre, 2009 20:40  
Blogger Jean Véronis a écrit...

fredericLN> Ah tiens, tiens, un bourbakiste. J'étais tombé dans la marmite moi aussi quand j'étais petit. Le premier livre (théorie des ensemble), avec le début sur la mathématique formelle a été pour moi une véritable révélation. Je crois que j'ai usé les pages jusqu'à la corde. La révélation suivante a été le GEB de Hofstadter...

01 décembre, 2009 21:17  
Blogger Jean Véronis a écrit...

FredericLN> Mais je n'ai pas répondu sur le fod. C'est curieux, moi je percevais intuitivement les choses dans l'autre sens par rapport au temps. La première fois où A crée un lien vers B, il est jugé sincère et valable, et puis au fur et à mesure que le temps avance, elles sont moins porteuses d'information... C'est rigolo: on est dans un miroir.

01 décembre, 2009 21:20  
Anonymous FrédéricLN a écrit...

@ Jean Véronis : c'est justement la différence entre une approche psycholinguistique saine (la tienne) et un bourbakisme obsolète (le mien).

Je trouverais plus "propre" de compter pleinement les liens du dernier mois, et de moduler la façon dont l'information ancienne (qui peut être moins fiable, notamment sur des blogs intégrés entre temps dans l'ensemble d'étude) complète / nuance l'information du dernier mois.

Sur le fond encore, si le classement wikio mesure le "réseau social blogs à l'instant t" d'un blog donné, ça ne me semble pas absurde.

Mais je confirme que 1) sur le fond toujours, ça revient à peu près au même, 2) ton approche a un côté pédagogique : sachez chez blogueurs que votre prochain et nième lien vers le même copain comptera moins. Ce qu'on peut d'ailleurs constater dans les commentaires précédents.

02 décembre, 2009 08:09  
Blogger Jean Véronis a écrit...

FredericLN> Ce qui m'amuse vraiment, c'est de me demander quelles stratégies ils vont bien pouvoir développer... Ca a l'air de cogiter dur !

02 décembre, 2009 08:13  
Blogger Nicolas a écrit...

Jean,

Ca ne cogite pas... Entre un classement et des liens vers des copains, mon choix est fait.

Cela dit, avec l'arsenal de blogs que j'ai, je suis à peu près le seul à pouvoir encore tricher... (un exemple : les mois pairs je fais des liens de PMA vers les blogs des copains chez blogger avec le blog politique, les impairs vers les blogs "ailleurs" et je prends la stratégie inverse pour les autres blogs... Aucun effort particulier à faire...).

Je voulais juste revenir sur les dernières réponses que tu me fais.

1. Je préfère le classement Wikio au Blogonet parce que mon blog est premier du Wikio et cinquième de l'autre.

2. La fonction random évoquée par je ne sais plus qui aurait effectivement du bon.

02 décembre, 2009 08:22  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nicolas> Va donc falloir que je lutte maintenant contre les "blog farms". Vous voulez ma peau ou quoi ?

En fait, on retrouve en miniature tous les problèmes qu'a Google...

02 décembre, 2009 12:22  
Blogger Nicolas a écrit...

Tiens ! Le 100ème commentaire...

Je plaisantais... Comme on le disait dans les commentaires, on a mieux à faire.

02 décembre, 2009 12:32  
Blogger Martin Vidberg a écrit...

Avec mon blog qui attire 36 fois plus de visiteurs que l'astucieux blog de Nicolas, en tête du classement, et 2 fois plus de backtweets (surtout si on enlève nos propres liens sur twitter), j'ai toujours été étonné d'être aussi "mal classé" sur Wikio.

Il faut dire que je n'ai pas la possibilité de faire quantité de liens "gratuits" vers les autres blogs et qui n'auraient rien à voir avec le contenu de mes notes.

Je suis donc curieux de voir ce que va donner ce petit changement. Je regrette, pour défendre ce support, qu'il n'existe pas ou plus de classement référent des blogs vraiment influents.

02 décembre, 2009 13:38  
Blogger Nicolas a écrit...

Qu'est-ce que vous appelez un blog influent ? Vous pensez que vos patates ont de l'influence sur la marche du monde ?

02 décembre, 2009 13:55  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Martin> Oui, je suis surpris que vous n'ayez pas plus de liens...

Comme je le disais dans le billet, "réseau social" et audience sont deux choses tout à fait différentes, et pas forcément très corrélées. J'ai moi-même pas mal de visiteurs, et je ne suis pas bien haut ces temps-ci dans le classement.

Mais mesurer l'audience est infaisable techniquement. D'ailleurs, il faudrait voir ce que ça recouvre ! Certains blogueurs savent "optimiser" ça aussi façon SEO, et ont des taux de 90% de visites provenant des moteurs ? Est-ce du bon trafic ? Des gens qui passent et rebondissent (et regardent quelques pubs au passage).

Sur ce blog par exemple, en novembre je n'ai eu que 30% de visites moteurs...

02 décembre, 2009 14:33  
Blogger hypos a écrit...

Ah mais c'est quoi cette clique de commentateurs ?
Finalement, ça va être assez rigolo tout ça (sportif, c'est un mot que j'ai banni de mon vocabulaire) mais d'un certain côté, est-ce que le réseau social n'a pas plus d'influence au final qu'un seul blog qui draine beaucoup de visites comme celui de monsieur patate qui vit, lui, en isolement?
Souvent, les blogs en réseau mènent, IRL, des actions collectives de type interviews par exemple. C'est intéressant dans ce cas de croiser les infos et perceptions des uns et des autres et de donner au lecteur la possibilité de lire non seulement le blog où il a ses habitudes mais aussi ceux du "réseaux".
Sur un certains nombre d'hommes politiques, les ITW que nous réalisons - dans une indépendance de ton bien plus grande souvent que celle de la presse nationale - sont ainsi mieux mises en valeurs.

je ne suis pas certaine au bout du compte que ce nouvel algorithme traduise mieux l'influence d'un blogueur.

J'y vois surtout un outil marketing pour mieux "vendre" wikio à quelques marketeux toujours avides de procéder à des "collaborations" surtout juteuses pour eux ;)

02 décembre, 2009 18:46  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Hypos> Ca ne va pas être non plus la révolution. L'impact est plus limité que la plupart des commentateurs semblent le penser. Ca se voit sur le classement de ce mois-ci, qui n'est pas chamboulé de fond en comble.

Sur l'aspect marketeux, désolé de te contredire (tu me croiras ou pas), mais je n'ai eu aucune demande du département marketing de Wikio. C'est juste une initiative de ma part pour ne pas voir le classement trusté éternellement par les mêmes clubs. Il y aura prime à la nouveauté.

02 décembre, 2009 19:21  
Blogger Martin Vidberg a écrit...

Nicolas > Je vous l'accorde, le mot "influent" ne veut plus dire grand chose dans notre chère "blogosphère".

Il n'y avait aucune prétention dans mon message et je n'ai comparé nos blogs que parce que vous êtes l'un des seuls à communiquer sur vos stats. Il ne me viendrait pas à l'idée de critiquer votre blog ou de valoriser le mien, je crois qu'il y aurait beaucoup plus à dire à partir d'autres sites qui ne communiquent pas sur leurs visites. Il n'y avait en fait pas vraiment d'autre objectif à mon message que le plaisir de réagir sur ce blog. Croyez bien que je ne me considère pas du tout comme un "blogueur star", deux mots qui ne vont pas ensemble :)

Jean Véronis > Effectivement, il y a également moyen de tromper les chiffres d'audience. Les statistiques des principaux sites d'information (leMonde, le Figaro...) sont d'ailleurs l'objet de polémique avec un enjeu financier autrement plus important que pour nos blogs.

Cela ne m'empêche pas de regretter que l'éclairage sur nos blogs demeure aussi faible et que le terme même de "blog" garde souvent l'image du journal intime forcément amateur. Un site comme wikio peut contribuer à améliorer tout cela.

02 décembre, 2009 21:13  
Anonymous jmv59 a écrit...

Si j'en juge par la citation du jour qui clôt la série de commentaires, le vingtième du top serait Matthieu. Me trompe-je?

03 décembre, 2009 00:00  
Blogger Nicolas a écrit...

Martin,

On est d'accord ! Désolé si j'avais compris de travers votre commentaire.

03 décembre, 2009 09:45  
Anonymous Gabale a écrit...

Je trouve que les changements annoncés par Jean Veronis sont salutaires.

Ils vont permettre de rééquilibrer progressivement les classements WIKIO en donnant une meilleure visibilité aux blogs - quelles qu'en soient les catégories - qui proposent aux internautes un réel contenu informationnel ou des lignes éditoriales originales.

Si cela peut permettre de limiter les effets des liens de complaisance, c'est donc une bonne chose.

03 décembre, 2009 16:19  
Blogger Nicolas a écrit...

Et c'est un leftblog qui vous dit ça... Comme quoi...

03 décembre, 2009 16:40  
Anonymous Alain Renaldini a écrit...

J'aime bien la notion de "jeu. Avec un U à la fin...
MLerci à Jean Véronis de rappeler que Wikio n'est qu'un jeu...

05 décembre, 2009 08:11  
Anonymous Simon a écrit...

On va appeler ça la mise à jour "Poppyrose" si je ne m'abuse :) Ou alors j'ai rien compris ;)

05 décembre, 2009 10:49  
Blogger LOmiG a écrit...

Salut,
je conçois bien la difficulté qu'il y a à faire ce genre d'algo.

J'ai trois questions - simples et à la fois lourdes de conséquences - :

1) l'algorithme est-il public ? chacun peut-il vérifier le classement ?

2) à partir du moment où les règles commencent à être construites pour contourner le comportement de certains qui contournent ... les règles, je pense qu'on perd une partie du but d'un classement : celui de donner une vision objective, détaillée, vérifiable. non ?

3) en quoi "la force du réseau" (nb de liens) est-elle plus facile à évaluer et à quantifier objectivement que "l'audience" ? voilà une affirmation bien "rapide" : je pense pouvoir évaluer assez précisément l'audience d'un blog ou d'un site en agrégeant (d'une manière ou d'une autres) le nombre de visiteurs uniques et le nombre d'abonnés RSS & mail. Non ? pourquoi ne pas en tenir compte dans le classement ?

05 décembre, 2009 22:01  
Anonymous Eléonora a écrit...

Je ne sais pas si j'ai bien compris la fin..Si un blog reste dans son antre, sans jamais voir les autres, il reste au ras des paquerettes ?????..Donc, le but c'est de visiter d'autres blogs et d'y mettre un commentaire ??? C'est bien ça ???? merci de votre réponse ...

06 décembre, 2009 09:38  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Alain> Je crois effectivement qu'il faut prendre ça avec décontraction ! Mais bon, dès qu'on touche aux egos...

07 décembre, 2009 12:38  
Anonymous annie a écrit...

115 commentaires > classement quand tu nous tiens !
bien contente d'entendre parler de ceux qui "tournent" entre eux, je trouve qu'il y a beaucoup de conventionnel sur le net (comme dans la vie en fait) chacun a sa petite troupe qu'il tient au chaud, et va pas voir ailleurs.
ceci dit moi j'ai pas le temps d'aller commenter telleemnt ailleurs du tout, ca déjà faire son billet prend bien 1 à 2 heure, quelques clics sur tweet, je peux pas faire ça tous les jours, alors je reste dans mon coin par manque de temps et je tombe chez wikio, bof tant pis.
je ne sais pas faire dans le buzz, je ne connais que… je vais paraitre snob … dans l'écrit réfléchi… et ça rapporte rien ! bofff

07 décembre, 2009 16:45  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Simon> Ce n'est pas spécialement Poppyrose qui est visée. Il est vrai qu'elle a un réseau vraiment imposant ! Mais elle n'a rien fait pour manipuler le classement -- je crois même (que comme d'autres blogueuses "loisirs créatifs") elle n'était même pas au courant que Wikio existait. Il y a dans ce milieu-là un vrai sens du réseau, qui a dû dégouter bien des blogueurs high-tech qui n'arrivent pas en avoir une fraction malgré tous leurs efforts !

07 décembre, 2009 16:53  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Lomig>

1) j'ai publié tous les algos au fur et à mesure sur ce blog et j'ai mis en ligne un outil, la "backlink factory" qui permet à chacun de vérifier ce que contient Wikio. Donc plus public tu meurs (j'aimerais que Google en fasse un dixième de ça ;-)

2) je ne vois pas bien pourquoi, si les règles se compliquent un peu, le résultat serait moins objectif, vérifiable : après tout, tous les jeux et sports ont des règles assez élaborées pour éviter les biais et la triche, même le foot. Ca n'empêche personne de jouer, au final.

3) ah l'audience... on y revient. Désolé, mais il n'y a aucun outil qui donne l'audience d'un blog lambda (et on en a un million en base). Donc on ne sait pas faire. Ce n'est pas faute de vouloir. Mais réfléchissez quand même : ça prouverait quoi ? Peut-être surtout que certains malins arrivent à avoir un gros trafic en provenance de Google parce qu'ils ont chiadé leur SEO...

Rien n'est parfait.

07 décembre, 2009 17:00  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Eleonora> Mettre des commentaire ne fait pas monter au classement. Mettre des liens oui...

07 décembre, 2009 17:00  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Annie> Bah... Pour vivre heureux vivons cachés. Je connais certains blogueurs qui ont eu du mal à assumer leur position dans le top du classement.

J'essaie aussi de faire dans l'écrit réfléchi, et je me soucie de l'audience et du classement comme d'une guigne (mais ne le répétez pas ;-)

07 décembre, 2009 17:02  
Anonymous Ferocias a écrit...

Amusant que Jean constatait sa gamelle au Wikio et que quelques jours plus tard, après une modif d'algo, hop il se retrouve premier de la catégorie sciences ^__^

121e commentaire: Ouf, le Wikio fait toujours parler de lui :)
Comme quoi, tout le monde se moque de ce classement tout en y prêtant une attention appuyée.
Et il est très bien cet algo, j'ai gagné2 places dans la catégorie Littérature. Plus que trois modifs et hop, j'arrive premier :-D

07 décembre, 2009 22:04  
Blogger Alex a écrit...

Je verrais plutôt une décroissance logarithmique : décroit faiblement au début et fortement ensuite.
Faiblement pour les premiers liens et beaucoup après un certain "abus"

08 décembre, 2009 17:44  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ah mais alors on va crever le plancher et passer sous 0. Une sigmoïde, alors ?

;-)

08 décembre, 2009 17:49  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ferocias> Bah, dans la catégorie science c'est facile : quelques liens de plus ou de moins et hop. Mais le bon vieux temps où je caracolais dans le top 10 est bien loin.

Ca n'a pas changé grand-chose d'ailleurs : j'ai autant de lecteurs. Quant aux agences de pubs, elles ne se sont jamais bousculé (qui se soucie de la catégorie Sciences ?)

08 décembre, 2009 17:52  
Blogger Alex a écrit...

Oui une sigmoïde on aplatit un peu la courbe au début en considérant que 2 ou 3 liens sont "sincères" et que seulement ensuite ça devient louche ;)

08 décembre, 2009 20:32  
Anonymous Simon a écrit...

non mais je blaguais, hein :)

09 décembre, 2009 12:33  
Blogger des fraises et de la tendresse a écrit...

un petit coup de pied dans la fourmilière, c'est pas mal!

11 décembre, 2009 09:46  
Anonymous edgar a écrit...

autre possibilité : ne compter que les liens du site A vers des sites qui ne sont pas dans la blogroll de A.
Et compter pour quelques points le fait d'être dans une blogroll.

14 décembre, 2009 10:17  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Edgar> Effectivement, mais je ne sais pas trouver automatiquement la blogroll des blogs (dans le cas général, du moins). Les blogs ressemblent à des sapins de Noël pleins de widgets, tout ça sur des dizaines de plateformes, et pour chacune des dizaines de templates différents...

14 décembre, 2009 10:20  
Anonymous GanGan a écrit...

mhh voila pourquoi on est 22 alors qu'on étaient juste à la limite :p 20 ème

24 décembre, 2009 16:50  
Blogger Angélita a écrit...

Et quand on propose des jeux (imaginer ce à quoi nous fait penser un mot) chaque mois et que tous les mois, ce sont les mêmes blogs qui participent car ils ont de l'intérêt pour le sujet.
Les liens sont faits dans un sens et dans l'autre et ce n'est pas pour ça que le blog n'a pas d'intérêt.

13 janvier, 2010 16:22  

Enregistrer un commentaire

vendredi, novembre 20, 2009

Wikio: La gamelle

Vous avez été nombreux à réclamer cette fonctionnalité, et je suis en train d'y travailler avec les développeurs de Wikio : je mettrai bientôt sur les pages du Labs un égomètre qui permettra de voir l'évolution du classement de chaque blog (et quelques autres paramètres: volume de publications, de backlinks, et autres...).

Mais en attendant, je teste les stats sur mon blog, et les résultats sont sans appel. C'est la gamelle.

Classement général



Classement Sciences

Il faut dire que je n'ai plus le temps d'écrire, donc c'est plutôt normal, et plutôt rassurant sur la bonne santé des algorithmes. On ne pourra pas m'accuser de triche !

Bon, il va falloir que je lance un petit concours, moi aussi... Qu'est-ce que je pourrais bien vous faire gagner ? Je n'ai ni bière ni cochon, moi. Un week-end dans les nuages pour deux ?

Libellés :


13 Commentaires:

Anonymous Siegfried a écrit...

Ca va être amusant à observer ce petit égomètre! Il y aura moyen de mettre en rapport les différents indices sur un même graphique?

20 novembre, 2009 18:28  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Justement je suis en train de tester... Ce n'est pas toujours évident de garder la lisibilité: c'est le plus difficile...

20 novembre, 2009 18:32  
Blogger mtislav a écrit...

Egomètre ! Joli nom. Ca vient du chinois ?

20 novembre, 2009 21:44  
Blogger Epamin' a écrit...

Un vif et sincère merci pour le commentaire dans mes esperluettes: je suis très touchée par votre détour dans mon petit monde puéril et naïf!

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

La linguistique, je parviens à en comprendre deux ou trois petits trucs faciles...
mais face à toutes les subtilités informatiques de ces tableaux de statistiques ou de bidulomètre, j'avoue que là, (hélas et pardon!), mon cerveau est désespérément imperméable...

Excellent week-end à vous!

20 novembre, 2009 22:22  
Anonymous Ferocias a écrit...

Pour la prime du concours, je propose des points pour le Wikiopole. Ca c'est motivant (pas comme tous ces trucs où l'on gagne des sous ou des week-end dans des relais et chateaux :) )

20 novembre, 2009 22:48  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Mtislav> Non, ça vient du Pays de Blogosfert. C'est un instrument de mesure du Kikalapugross, qui est une sorte de protubérance à dimension variable des habitants de ce pays (surtout les mâles, mais quelques femelles en sont affligées aussi).

20 novembre, 2009 23:12  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Epamin> Vos esperluettes sont des perles de fraîcheur dans ce monde de brutes... Vos fougères ont rempli ma soirée de bonheur. Comment ai-je pu ignorer pendant un demi-siècle d'où venait cette mélodie qui a bercée mon enfance ?

20 novembre, 2009 23:14  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Férocias> Excellent ! Je vous recommande comme conseiller marketing chez Wikio !

20 novembre, 2009 23:15  
Anonymous Anonyme a écrit...

Perso, j'ai remarqué que wikio n'était pas très fiable sur la prise en compte de tous les backlinks...

21 novembre, 2009 10:19  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Hélas, il y a une grosse difficulté : Wikio ne prend en compte que les flux RSS, et parfois les flux sont tronqués, sans liens... La seule alternative est de crawler les pages, mais c'est immensément difficile (blogrolls, widgets, etc.). Même Google s'en sort assez mal sur Blogsearch.

21 novembre, 2009 12:53  
Anonymous Ferocias a écrit...

L'égomètre devait apparaître en janvier me semble-t-il.
Toujours pas là?

06 janvier, 2010 00:24  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Presque. Il est en cours de test en beta privée (si tu m'envoies un mail, je t'invite), et j'espère qu'on pourra le sortir d'ici la fin de la semaine.

06 janvier, 2010 07:57  
Anonymous Anonyme a écrit...

Au fait ca y est l'égomètre est ouvert pour tous : http://labs.wikio.net/source

10 janvier, 2010 09:39  

Enregistrer un commentaire

jeudi, novembre 12, 2009

Sarko: Guerre civile et réforme de l'Histoire

Nous avons longuement analysé avec Louis-Jean Calvet la façon dont Nicolas Sarkozy aime réécrire l'Histoire, et, aidé par la plume d'Henri Guaino, la transformer en une gigantesque image d'Epinal, du "rêve de Charlemagne" au "résistant" Guy Môquet (qui n'en est pas moins un douloureux martyr)... Si nous avons abordé cette dérive révisionniste du point de vue du langage dans notre livre, d'autres l'ont abordé de façon magistrale du point de vue de l'historien, et je ne peux que vous conseiller la lecture de ce superbe document collectif : Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France.



Il était donc prévisible que le discours du 11 novembre s'inscrirait dans cette lignée. Ca n'a pas loupé. Vous avez sans doute noté que le Président a qualifié la terrible guerre de 14-18, qui est une période pour laquelle je ressens quelque émotion, de "guerre civile". Nicolas Sarkozy n'est pas un idiot, et ses plumes encore moins. Ils savent très bien ce que les mots veulent dire. Une guerre civile est une guerre entre citoyens d'un même pays, tous les dictionnaires vous le diront. Qualifier de "guerre civile" une guerre qui n'en était pas une relève donc d'une posture et d'un message particulier que l'on souhaite faire passer.



Je ne partage pas les analyses que j'ai pu lire ici ou là sur le Net, par exemple chez Marc Vasseur. Je ne pense pas que l'utilisation du terme "guerre civile" soit liée à la volonté de minimiser la boucherie gigantesque qu'a été cette guerre. Il y a eu des guerres civiles terriblement meurtrières, la guerre de Sécession (Civil War en anglais) en a été une. La guerre d'Espagne a certainement été assez sanguinaire aussi, le terrible tableau de Guernica est là pour nous le rappeler.

On peut voir aussi dans ce mot la volonté de faire passer à travers une figure de style — un anachronisme en l'occurrence— le message que nous sommes, nous Européens, désormais un seul et même peuple. L'intention est peut-être louable, même si l'on peut discuter la licence qu'elle emprunte par rapport à l'Histoire, et la déformation de la compréhension du monde qu'elle introduit chez les jeunes générations. [ mise à jour : C'est sans doute dans ce sens que l'utilise Lyautey dès 1914, comme nous le rappelle "ruinescirculaires" en commentaire ci-dessous : "Ils sont fous. complètement fous, une guerre entre Européens est une guerre civile". ]

Mais il y a hélas une autre lecture possible. Qualifier la guerre de 14-18 de "guerre civile", c'est faire oublier ce qu'elle a vraiment été. Une guerre qui a au contraire résulté du nationalisme le plus délirant et le plus exacerbé. Après la guerre de 70, deux générations ont baigné dans la volonté de revanche et la haine du boche. Les jeunes hommes qui allaient servir de chair à canon et pour nombre d'entre eux périr dans les poux et les excréments au fond des tranchées, ces jeunes hommes sont quasiment tous partis la fleur au fusil, heureux d'aller défendre le drapeau...

En ces temps de retour aux nationalismes, au renfermement sur soi et à l'Identité nationale, c'est bien commode.

Heureusement que l'amateurisme de l'équipe présidentielle sécrète parfois l'antidote à son propre poison. On a eu récemment un exemple cocasse du principe de l'arroseur arrosé avec l'histoire du Mur. Le Net que l'on accuse parfois du pire a été capable du meilleur. Je vous laisse voir l'analyse et surtout l'incroyable déferlement d'images détournées chez André Gunthert. C'est à mourir de rire.

L'humour est finalement la meilleur forme de lutte contre l'imbécillité. Les poilus l'avaient bien compris : eux qui ne mourraient pas de rire, on sait à travers leurs écrits (et en particulier les émouvants "journaux de tranchées") qu'ils riaient de devoir mourir de façon aussi absurde. Je vous recommande vivement la lecture de ce recueil de facsimilés :





Quelle belle leçon ils nous donnent près d'un siècle plus tard ! Voilà l'Histoire dont il faut se souvenir.

25 Commentaires:

Anonymous Damien a écrit...

...Nicolas Sarkozy aime réécrire l'Histoire, et, aidé par la plume d'Henri Guano, la transformer...
Le sujet ne prête pas à rire, mais si c'est la plume d'Henri Guano alors c'est sans doute une plume de m...e !

Et en passant, merci pour votre blog passionnant.

12 novembre, 2009 22:03  
Blogger marc vasseur a écrit...

Jean

Je n'ai pas dit que Sarkozy en parlant de guerre civile cherchait à minimiser.
je me cite "Enfin, je crois sincèrement que le mot « civil » minore l’ampleur de la déflagration à l’échelle du continent et donc par conséquent érode la mémoire collective."

12 novembre, 2009 22:25  
Anonymous marcelin a écrit...

Ce "Guano" est méchammment parfait

12 novembre, 2009 22:48  
Anonymous Anonyme a écrit...

La notion de « Guerre civile européenne » ne me semble pas particulièrement nouvelle. Elle est utilisée par Nolte (qu'on aurait du mal à classer à gauche) et par Enzo Traverso (qu'il serait indécent de classer à droite...), elle avait été esquissée par Paul Valery (qu'il n'est pas absurde de classer ailleurs). Tout ça prouve uniquement que les écrivaillons des discours de Sarkozy ont de la culture...

13 novembre, 2009 06:56  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Damien> Merci d'avoir noté cette coquille. J'espère que ce n'est pas mon inconscient qui travaille...

13 novembre, 2009 08:28  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Marc> Oui, c'est sur ce point que je n'ai pas la même perception. Je ne suis pas bien sûr que "civile" minore grand chose -- à part justement le choc des nationalismes.

13 novembre, 2009 08:30  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Anonyme> Oui, le terme "guerre civile européenne" a déjà été utilisé. Les plumes de Sarkozy (en particulier Guaino) sont cultivées. Mais ce n'a jamais été sans arrière pensée: Nolte a été accusé de banaliser le nazisme et l'Holocauste...

13 novembre, 2009 08:34  
Blogger ruinescirculaires a écrit...

"On peut voir aussi dans ce mot la volonté de faire passer à travers une figure de style — un anachronisme en l'occurrence— le message que nous sommes, nous Européens, désormais un seul et même peuple."

L'expression "guerre civile européenne" trouve son origine dans une déclaration du maréchal Lyautey qui dès 1914 déclare : ""Ils sont fous. complètement fous, une guerre entre Européens est une guerre civile".
C'est bien entendu à cette déclaration que fait allusion le discours de Sarkozy.
Quant à Nolte, l'accuser de banaliser le nazisme et l'holaucauste c'est pour le moins réducteur : je vous renvoie au débat entre Nolte et Furet.

13 novembre, 2009 09:55  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ruinescirculaires> Merci pour ce rappel de Liautey ! J'ai ajouté un petit édit dans le texte.

Quant à Nolte, oui, le il y a eu débat. Je dirais même polémique !

13 novembre, 2009 11:12  
Anonymous francis a écrit...

tout à fait d'accord avec votre analyse: cette guerre ne fut pas "civile": ce fut celle des nations, des nationalismes exacerbés, des alliances impensables qui entraînèrent les peuples dans la guerre, comme une revanche de celle de 1870, qui fut sans doute la cause de ce déferlement des nationalismes....

13 novembre, 2009 12:43  
Anonymous Anonyme a écrit...

Bonjour. Comme toujours avec les historiens officiels (auxquels Sarkozy ne fait qu'ici emboîter le pas) : un mensonge n'a fait qu'en remplacer un autre... Les intéressés ont fini par comprendre que le récit sur la première guerre mondiale, présentée comme guerre de "la Civilisation" contre "la barbarie", n'était plus accepté. Aussi et sans états d'âme ont-ils changé leur... fusil d'épaule et commencé à verser leur larmichette sur la tuerie qui opposa les peuples européens.
De ce strict point de vue l'expression "guerre civile", si on prend la société européenne pour base de référence, n'est pas fausse. Mais bien entendu c'est toujours le même mensonge, pour ce qui est des origines et des responsabilités de la guerre. Qui plus est : cette notion de "guerre civile" leur permet, en survalorisant le consensus des combattants, de... minimiser encore plus qu'hier, le rôle des dirigeants.

luc nemeth

13 novembre, 2009 14:57  
Anonymous Annie a écrit...

je hais les guerres et leur commémoration je me suis donc replié pour ne rien entendre. Donc merci de cette info essentielle que j'aurais loupé sinon.
il y eut la veille un excellent téléfilm sur les "fusillés pour l'exemple" - et me suis dit après coup que d'autres morts (tels les Africains) se sont fait aussi exterminer sans que la "nation reconnaissante…"-.
Au moins nous étions (passé ? serait-ce encore possible ?) bien en République démocratique pour que la révision ait pu finalement avoir lieu, même si ce fut après de longs et douloureux combats devant les gouvernements successifs et la Justice. C'est toute la différence avec des vrais régimes fascistes ou des dictatures.
pour revenir au sujet : anachronisme, ce n'est pas ainsi qu'on apprend l'Histoire et que l'on peut comprendre les générations précédentes… et leur courage ou/et leur souffrance.

13 novembre, 2009 17:45  
Blogger BBlog des amateurs d'économétrie a écrit...

Lyautey, non ?

13 novembre, 2009 19:00  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Oui, merci!

13 novembre, 2009 19:01  
Anonymous FrédéricLN a écrit...

anonyme a écrit : "Les intéressés ont fini par comprendre que le récit sur la première guerre mondiale, présentée comme guerre de "la Civilisation" contre "la barbarie", n'était plus accepté."

C'est d'une judicieuse mais amère ironie. S'il faut attendre 90 ans pour que la guerre contre les talibans soit interprétée plus raisonnablement que "comme guerre de "la Civilisation" contre "la barbarie" ", la patience du bon sens va être mise à rude épreuve.

15 novembre, 2009 09:16  
Anonymous Chironex a écrit...

Parler de guerre civile européenne est une absurdité à l'heure du débat sur l'identité nationale. Les tranchées sont le creuset de la nation. Sarkozy fait l'exact contraire de ce qu'il dit: il restructure les temps forts de l'histoire nationale alors qu'il prétend s'en faire le promoteur. Lui et ses gens marchent sur la tête. Bientôt, il nous dira que les guerres révolutionnaires contre les monarchies coalisées étaient des guerres civiles. Le fait est que Sarkozy ne sait plus où se mettre, entre impératif de construction européenne et vieil étendard de l'identité nationale. Il est condamné à ne faire que de la forme, puisque le fond ne tient pas debout.

15 novembre, 2009 13:34  
Anonymous schlomo a écrit...

c'est une guerre civile pour nous qui connaissons maintenantla construction européenne après la seconde guerre mondiale

c'est aussi le point de vue LVF de ceux qui regrettent que les deux pays n'aient pas combattu ensemble le "bolchévisme"

15 novembre, 2009 21:59  
Anonymous Anonyme a écrit...

schlomo n'a pas tort de rappeler que c'est là, d'une certaine manière, le point de vue LVF, et Jankelevitch déjà, dans son formidable article "Dans l'honneur et la dignité" (paru dans les Temps modernes de juin 1948), avait parfaitement vu ce qui est un peu plus qu'un... détail : la bourgeoisie française, qui vivait dans la haine-du-boche depuis 1870, commença à porter un tout autre regard sur le nationalisme allemand à partir du moment où l'Allemagne eut à sa tête un Hitler !

luc

16 novembre, 2009 11:20  
Anonymous Anonyme a écrit...

(suite) ne parlons pas de la droite hongroise...

16 novembre, 2009 11:22  
Anonymous Anonyme a écrit...

Qu'est-ce qu'un rejeton de petit hobereau hongrois, inculte, mégalomaniaque frustré, peut comprendre à la France?
Et qu'est-ce que c'est que cette France qui l'a élu?

16 novembre, 2009 19:16  
Anonymous Anonyme a écrit...

guerre civile...ne serait-ce pas référence à un ennemi intérieur?inciter à la peur du voisin?du voisin de palier...
Je pense qu'il n'est ni habile ni intelligent, mais sincèrement con.

16 novembre, 2009 20:59  
Anonymous autre anonyme a écrit...

Dommage qu'il n'ait pas fait un autre anachronisme en parlant d'une guerre des Identités Nationales (ayant massacré beaucoup d'immigrés).

C'est un malin, tout de même.

16 novembre, 2009 21:20  
Anonymous Anonyme a écrit...

... feriez-vous allusion à la guerre d'Algérie, Anonyme de 21:20 ? Officiellement ce n'était pas une guerre, mais une... "opération de maintien de l'ordre". Et si ma mémoire est bonne ce fut dans le contexte d'une campagne électorale, qu'espérant bénéficier du vote de ces anciens combattants, la croqueuse-de-diamants (Giscard) consentit à leur attribuer enfin la carte d'anciens combattants.

luc

18 novembre, 2009 15:48  
Anonymous bellegarde-webb a écrit...

Merci pour cet article. J'espère vraiment que l'amateurisme de l'équipe présidentiel est réèl et qu'il se prendra à ses propres pièges. Grand Dieu mon grand père était dans les tranchées et comme je suis à peu près certaine du vote de ma mère, cela me fait blémir de rage!

19 novembre, 2009 13:55  
Anonymous Anonyme a écrit...

il y a peu de chances, bellegarde-webb, que l'intéressé "se prenne à ses propres pièges", et ce pour une bonne raison : à force de tout dire et son contraire (excepté bien sûr à propos de ses privilèges et de ceux de sa clique et qui eux, font partie du non-négociable) il en arrivera, si ce n'est déjà fait, à une situation où se trouvera toujours une déclaration antérieure signée... Sarkozy, pour justifier toute décision ! Donc le plus raisonnable, à mon avis, est de : ne pas faire attention à ce qu'il raconte.

luc

20 novembre, 2009 10:38  

Enregistrer un commentaire

Wikio: 300 000 blogs espagnols !

Ce matin la "home" de Wikio.es affichait fièrement :

Noticias en directo de 311263 medios y blogs



C'est le premier des six sites Wikio à franchir la barre des 300 000 sources (parmi lesquelles 307 673 blogs). J'ai commencé à faire tourner mes algos sur wikio.fr où j'étais tout content de dépasser 100 000 blogs en mars, puis wikio.uk en juin, puis wikio.de en juillet. J'ai énormément affiné mes stratégies pendant l'été, et c'est 200 000 sources que j'ai réussi à atteindre sur l'Italie en septembre. Voici donc maintenant un nouveau record, la barre des 300 000...

Le total des sites est très proche du million de sources (983 395 très exactement ce matin !). il sera probablement atteint dans les prochains jours : ma prochaine victime sera la France, qui fait maintenant figure de parent pauvre !

J'ai un dicton : de la quantité naît la qualité (c'est d'ailleurs la maxime que Google a brillamment mise en application sur son moteur de recherche !). On pourrait croire naïvement que la masse crée du bruit. En fait, c'est l'inverse. L'accroissement du nombre de sources permet d'améliorer tous les outils : le "memetracker" (discussions entre blogs) fonctionne mieux, le buzz est mieux repéré (ce qui permet par exemple de faire remonter des vidéos plus pertinentes en home) et bien sûr le fameux classement est plus pertinent (vous avez peut-être vu qu'il y a maintenant 20 catégories pour la France, dont des ajouts récents tels que Logiciels libres, Santé, Animaux).

Évidement, ce n'est pas simple à faire. Comme je l'ai expliqué dans de précédents billets, le Web 2.0 n'est pas un long fleuve tranquille. Spam, porno, stratégies SEO, et autres pièges guettent à tous les coins de la Toile. Vous aurez sans doute remarqué au fil des années la dégradation de la qualité de Technorati, qui n'a pas su affiner sa technologie (et est en train d'en mourir tranquillement). Quant à celle de Google Blogsearch, je vous encourage à aller y voir de plus près: vous verrez que la qualité n'est pas si bonne que ça. Je cherche par exemple "Sarkozy" ce matin, et qu'est-ce que je vois en premiers résultats ? France Info et Marianne :

Fouillez. Vous verrez que Google ne fait pas dans la finesse. Ce sera peut-être pris pour de la vanité, mais vous pouvez vérifier par vous-même : mes algorithmes de détection de blogs commencent à être largement meilleurs (bien, qu'évidemment, tout ceci soit borné par une question métaphysique ultime...) !

Libellés :


12 Commentaires:

Anonymous Mikael a écrit...

C'est impressionnant, Jean! Et Google n'a pas encore cherché à vous recruter?

12 novembre, 2009 09:47  
Blogger Loran Bernardi a écrit...

Bonjour Jean,
c'est une bonne nouvelle!

Si je peux me permettre, il y a 2 choses qui me manquent dans wikio (que j'utilise de plus en plus) pour le moment:
- 1 element de contextualisation des videos avec le mouseover. La on ne sait pas trop ce qu'on va lancer, on sait juste que c'est buzzifiant ;o) !. Ne serait il pas possible de faire comme pour les articles, en mettant le début de la description qui viendrait du site ou est stockée la vidéo? Y a t'il un problème légal?

- Un mouseover sur les articles traduits dans la langue que l'on veut! Pour vous ca doit pas etre dur ca!! Un petit partenariat avec systran, et hop à la volée, on a une idée de ce qui se passe en Allemagne à partir de wikio.de!!

Pour la comparaison avec google, attention, le tableau va ressortir ;o) ... http://aixtal.blogspot.com/2005/08/ego-le-grand-prof-aixtal-dans-le-new.html

Bonne journée,

12 novembre, 2009 09:59  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Mikael> Quel que soit le prix, je n'accepterais pas. Non pas que j'ai peur de coucher avec le diable, mais pour rien au monde je n'irais en Californie (j'ai passé suffisamment de temps aux US), ni nulle part ailleurs que dans mon trou...

12 novembre, 2009 10:00  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Loran> Oui, très juste pour les vidéos. Je vais en parler (je ne crois pas qu'il y a ait de problème légal).

La trad, c'est vrai, ça pourrait être simple, même tout bêtement avec Google translate. Un petit bouton et hop...

Quant à l'ego, quand j'ai des crises, je relis ce texte (qui est sans doute celui que j'emmènerais sur une île déserte si je devais n'en prendre qu'un). Ca remet les pendules à l'heure.

12 novembre, 2009 10:04  
Anonymous Annie a écrit...

je vois que vous n'avez pas peur de vos propres écrits de 2007 sur les blogs :
"il me semble que le modèle s’essouffle : partout le même « look », les mêmes nuages de tags, les mêmes blogrolls, les mêmes gadgets - et surtout le même genre de contenu, les mêmes commentaires. C’est un peu à l’écriture ce que le fast food est à la restauration. Vite écrit, vite lu, vite commenté... et vite oublié. Le modèle du blog devra se transformer rapidement, ou disparaître (déjà les Facebook et autres alternatives guettent) "
vous êtes toujours sur ce point de vue ? curieux pour le chef de wikio qui se nourrit des blogs !

je dirais ce jour que les blogs font l'info (et pas que de l'immédiat mais aussi du fond), la polémique, le charme pour tout dire du net.
et je cherche encore la différence entre site et blog… car blog hébergé sont assis sur deux chaises !

12 novembre, 2009 11:20  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Annie> hé hé... en citant cette page en dernier lien, je me disais bien quelqu'un relèverait, et que ça lancerait une discussion !

La réponse est oui et non. Je pense que je n'avais pas tort en prédisant un essoufflement des blogs. Tout le monde riait à l'époque, mais quelques mois plus tard, à l'été 2008, nous avons eu une vraie vague de défections. Un certain nombre d'early adopters ont jeté l'éponge (Versac, etc.). Et d'une manière générale, l'essoufflement a été patent dans les domaines high-tech (j'en parlais l'autre jour et politique (dépression post-partum après la présidentielle ?). Le détournement s'est fait vers Facebook, et surtout vers Twitter (qui était confidentiel en France fin 2007).

Ce que je n'avais peut-être pas bien vu, c'est l'émergence d'une énorme blogosphère, extrêmement active autour des loisirs (scrapbooking, tricot, etc.). Le grand public s'est approprié l'outil, et le fait vivre. Et pour l'instant cette blogosphère-là est assez peu sur Twitter (mais ça commence, notamment en gastronomie). Suivra-t-elle le même cycle que les early adopters ? Difficile à dire. j'ai plutôt l'impression que Twitter va évoluer, car il atteint ses limites (on voit déjà des signaux poindre, tels que l'apparition des Twitlistes).

Et puis, je suis en train de prendre conscience (d'autres aussi, comme Narvic) que pour twitter, encore faut-il avoir quelque chose à twitter. Je suis frappé par la quantité extrêmement importante des re-tweets de posts. Twitter sert, globalement, à battre le tam-tam pour prévenir qu'il y a quelque chose d'intéressant à lire... sur les blogs.

On a donc une sorte de nouvelle écologie qui apparaît: les blogs citent les médias, twitter cite les blogs... Tout cela entre en résonance et nous aide tant bien que mal à naviguer dans l'océan d'info.

Un bon exemple de l'évolution est la blogosphère politique, qui comme je le disais, a connu une déprime après la présidentielle, mais semble vivre une seconde jeunesse dans cette nouvelle écologie de l'info...

Merci, Annie, de m'avoir permis de préciser (et d'actualiser) ma pensée.

12 novembre, 2009 11:37  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Annie> et pour finir de compléter sur l'aspect fast food, j'ai l'impression que cette nouvelle écologie permettra une décantation... Puisqu'il faut bien que des blogs subsistent pour qu'il y ait un contenu, on peut espérer que la sélection naturelle fassent que les meilleurs survivent (à voir...)

12 novembre, 2009 12:05  
Blogger Jean Véronis a écrit...

... avec une jolie coquille. Pourvu qu'il n'y ait pas un orthotroll dans les parages ;-)

12 novembre, 2009 12:15  
Anonymous Io Kanaan (l'orthotroll de service) a écrit...

Je dirais deux:

- le pluriel de "fassent"

- le subjonctif après "espérer" qui préfère le futur de l'indicatif...

... mais l'intérêt du message, quant au fond, suspend notre jugement sur la forme.

12 novembre, 2009 15:12  
Anonymous Sophie a écrit...

Bravo, wikio est clairement en avance sur google blog search et technorati (enfin ça, c'est sûrement moins difficile).

Pour twitter, je verrais bien le nuage dynamique de twitscoop chez wikio... il me semble avoir lu que c'est une startup française ?

12 novembre, 2009 18:24  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Sophie> Oui, Twitscoop est une startup française. On a été en contact d'ailleurs. Mais à ma connaissance leur cloud ne marche que sur l'anglais -- et il reste pas mal de travail linguistique à mon avis pour qu'il soit vraiment pertinent.

13 novembre, 2009 14:28  
Anonymous Greg a écrit...

Euh... Dans ce cas je vais tout de suite regarder si mon blog est bien référencé..

15 novembre, 2009 15:11  

Enregistrer un commentaire

dimanche, novembre 08, 2009

Souvenirs: 30 ans d'enseignement de l'informatique (1)

Séquence nostalgie. Aujourd'hui, j'ai cherché mon vieux Penguin Complete Sherlock Holmes, pour y relire une nouvelle qui présente pour moi un intérêt particulier : The Dancing Men. Les lecteurs fidèles de ce blog verront peut-être pourquoi j'ai voulu m'y replonger, mais ce sera pour un autre billet. En saisissant le pavé poussiéreux, un marque-page jaunâtre est tombé au sol, et comme la madeleine de Proust a ravivé en moi quelques souvenirs...


Je ne sais pas parmi vous combien ont tenu un tel objet entre les mains... Les plus jeunes n'en n'ont probablement jamais vu. A dire vrai, je crois que je n'en ai plus manipulé depuis quelques décennies moi-même. Les dernières utilisations que j'ai dû en faire ont été les listes de courses, les notes à côté du téléphone, et les marque-pages... Il faut dire que ces cartes perforées, on en avait des caisses entières. Vous qui pensez maintenant en giga-octets, voire en tera (j'en ai quelques-uns sur ma table, et encore plus sur mes serveurs, pour quelques piécettes par mois !), vous avez sans doute du mal à imaginer que sur chacun de ces bristols on pouvait juste stocker une ligne de 80 caractères...

Le plus enfumé de mes délires ne m'aurait même pas suggéré en rêve ce que pouvait être un téra-octet. Autant parler de la taille de la galaxie à une fourmi. Les pisseurs de code actuels, qui bidouillent par essais erreurs à n'en plus finir, n'ont pas idée de la souffrance que représentait l'écriture d'un programme en ces temps lointains. Il fallait taper son truc sur une machine en acier grosse comme une machine à laver, sans aucun écran pour contrôler quoi que ce soit.


Les écrans cathodiques étaient une denrée rare, réservée aux Ingénieurs Système, autant dire aux habitants de la planète Krypton. Nous, pauvres squatters du Temps Machine, tapotions nos trucs laborieusement avec deux doigts (après moult réflexion et crayonnages sur du papier quadrillé !), et descendions les placer sur les étagères ad hoc.


Quelques heures après, au gré de la charge du Mainframe, on pouvait récupérer un listing avec quelques résultats. Je ne vous dis pas les mines déconfites quand le papier portait la seule inscription :

Syntax error Line 1

Aargh. Vous imaginez bien qu'on ne rebouchait pas les trous. Il fallait farfouiller dans le bac de cartes, trouver la ligne incriminée, essayer de se figurer pourquoi ça avait planté, et colmater au mieux, en intercalant des cartes pour ne pas tout recommencer. Plusieurs heures après, on redescendait le bac, en croisant les doigts...

C'était dans les années 70. J'ai appris comme ça (et avec une variante encore plus délicieuse, le ruban perforé, mais je ne veux pas vous lasser !).



Mon marque-page-madeleine est encore en parfait état. Les cartes étaient faites d'un bristol d'excellente qualité ; il le fallait, sinon les machines bourraient et c'était le désastre. En tout cas, il a fait surgir en moi un rapprochement cruel de calendriers. Novembre 1979 : cela fait exactement 30 ans que j'ai donné mon premier cours d'informatique... J'étais moi-même en train de terminer mes études, et en ces temps-là nos bons vieux maîtres recrutaient volontiers leurs élèves pour donner un coup de main. En informatique, ils n'étaient pas bien difficiles : la main d'œuvre était difficile à trouver.

Fort heureusement, je n'ai jamais eu à faire utiliser ces instruments de torture par mes étudiants (je devrais dire mes congénères: ils avaient probablement à peu près le même âge que moi). Les Miniordinateurs commençaient à apparaître dans les universités et même les premiers Micros. Chers amis blogueurs High Tech, je vous jure que le premier contact avec les touches d'un Apple II ou d'un TRS-80 (avec un vrai écran !) a été une jouissance sans bornes.



Peut-être est-ce cela que les jeunes générations ressentent en se tripotant l'iPhone ?

Quel vertige... Combien de cartes perforées faudrait-il pour stocker les 32 Go de l'iPhone que l'on dit en préparation ? Quelques centaines de millions, non ? Probablement de quoi faire deux fois le tour de la terre...

77 Commentaires:

Blogger Nicolas a écrit...

Nostalgie ! J'ai donné mon premier cours d'informatique au club "Microtel" du patelin, fondé par mon père en 81 ou 82, à quinze ou seize ans.

08 novembre, 2009 20:32  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ah, je n'ai pas commencé aussi jeune ! A 15 ou 16 ans, je n'avais qu'une pauvre règle à calculer (tiens, il y aurait un billet à faire aussi sur cet engin-là) et quelques tables de logarithmes. Pour moi l'ordinateur c'était ça, et ça semblait forcément un peu lointain.

08 novembre, 2009 20:37  
Anonymous Thierry a écrit...

Vas-y, Papy, raconte !

:-)))

Pour moi, c'était un Sinclair ZX 81, en 1981 ou 1982. J'avais 11 ou 12 ans.

Et lui avait 1 Ko de mémoire vive.
(vous avez bien lu, UN !)

http://www.0x1b.ch/blog/1206304592/Sinclair_ZX81.jpg

08 novembre, 2009 21:26  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ca paraît dingue, non ? et on arrivait quand même à faire des trucs !

Le plus rigolo sur le Sinclair c'était le clavier. Quelle horreur !

08 novembre, 2009 21:36  
Blogger ivanko34 a écrit...

je me souviens de ces cartes perforees ! j'etais etudiant et on essayait de voler la premiere carte du tas, celle qui contenait le compte d'un utilisateur car en etant etudiant on n'avait pas le droit de se servir de la salle informatique... Ecrire des programmes en fortran !

Maintenant la technologie me fait peur - elle n'a pas ete dans le bon sens et ne rend pas la vie plus agreable, au contraire

08 novembre, 2009 21:41  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Oui, c'est vrai ! j'avais oublié ces astuces. Il y en avait de toutes sortes pour arriver à avoir un peu de "temps machine". Il fallait vachement ruser !

Bah, la techno a toujours fait un peu peur. On avait peur des métiers à tisser mécanique, de la vitesse excessive du train (qui disait-on allait rompre le cœur et les artères), etc. Mais il est vrai que l'informatique a suivi un chemin étrange. Une explosion phénoménale au niveau puissance et miniaturisation, mais finalement rien ne marche. Nous vivons dans un immense bug. A commencer par Windaube, bien sûr, mais si on réfléchit bien TOUT est buggé. Je ne compte plus le nombre de fois où mon décodeur satellite plante, où ma super-télécommande programmable déconne, et ainsi de suite...

Ca, c'est peut-être ce que j'avais le moins prévu dans toute cette histoire !

08 novembre, 2009 21:49  
Blogger ivanko34 a écrit...

C'est vrai que depuis windows il y a des bugs, des mises a jour presque tous les jours

Alors que du temps de l'apple2, du sinclair zx81 et Tandy TRS80, je ne me souviens pas de bugs. Quand on arrivait a charger le programme il fonctionnait

Tout a change avec microsoft qui a reussi a faire admettre qu'une industrie puisse produire des produits remplis de bugs comme si c'etait naturel de mettre en vente des prototypes

08 novembre, 2009 22:00  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Oui, quelque chose a basculé. Les bugs étaient rarissimes. Je ne me souviens pas de plantages à répétitions et rebootages intempestifs sur les micros des années 80. Quant aux mainframes,ça ne faisait même pas partie des hypothèses ! Il y avait certainement des bugs mineurs, mais ils étaient aussitôt corrigés, voire à chaud (certains se souviennent-ils de Superzap sur IBM?)...

Mais à partir des années 90, on dirait que la planète entière s'est résignées à ce que ça merdouille de partout. Le bug est devenu la norme.

08 novembre, 2009 22:08  
Blogger ivanko34 a écrit...

-la planète entière s'est résignée-

ce qui a change c'est qu'une puissance dominante s'est imposee et a impose partout ses produits mediocres et bugges

le modele economique des usa a pris le controle de la planete entiere et chaque individu de la terre doit vivre de la meme facon partout

quand on voyage on se rend compte que partout est devenu pareil

-la planète entière s'est résignée-

08 novembre, 2009 22:34  
Blogger mi a écrit...

bonjour,
moi c'est en 69 que j'ai commencé, époque de l'approche du problème/bug 70 (on notait l'année sur un (1) chiffre, parce que 80 signes pour une carte, fallait la bourrer!)
en 69, sur un 360/25 nous avions 12 ko (12x1024 octets) de mémoire (dont 6 pour le superviseur) et pas question de mémoire virtuelle
notre bonheur, c'était la nuit! nous avions la machine à nous
je travaillais en gestion, avec des prévisions de vente par lissage exponentiel
un enseignement à cette époque ? oui, chez les constructeurs, en enseignement programmé et SUR LE TAS (8 gus dans un bureau avec un tableau noir, celui qui trouve explique aux autres)
Bug sur un mainframe ? Très rares, les hommes-systèmes avaient le code source du système (un demi-carton de listing)
Superzap sur IBM? je me souviens de ptf (program temporary fix)

Happy birthday !

08 novembre, 2009 23:29  
Anonymous Anonyme a écrit...

Bonsoir,

Jouons aux anciens combattants.

J'ai croisé pour la première fois un ordinateur, je n'avais pas 10 ans, avant 1974. Je suis reparti avec une carte perforée avec mon nom et mon prénom. Fier, très fier. MAintenant, je sais que ce n'était pas l'ordinateur mais la perforatrice de cartes.

Ensuite, début fin des années 1970, au lycée avec les fameuse bande perforées et chez moi.

L'inévitable ZX80. Les ordinateurs n'étaient pas plus stable qu'aujourd'hui, j'ai toujours réussi à les faire planter. Quand on programme c'est presque facile.

Autre souvenir ce cette période, les listing sur 160 colonnes, avec les superbes poster d'ASCII art.

Je vous remercie d'avoir partagé votre madeleine.
Guy

08 novembre, 2009 23:44  
Anonymous michaël a écrit...

@ivanko & @jean : il y a sans doute une part de vérité dans l'affirmation que Microsoft a fait accepter à ses clients l'idée qu'un programme pouvait comporter des bugs et être vendu quand même. L'éditeur a d'ailleurs réussi à vendre officiellement certaines versions bêta de son système d'exploitation dans le courant des années 90.

Néanmoins, il me paraît un peu ridicule de s'arrêter à cet argument. À l'époque du mainframe, les utilisateurs n'avaient pas les prérogatives des ingénieurs système ; ils n'affectaient en rien le fonctionnement de la machine depuis leur dumb terminal. (Quoique, j'ai le souvenir d'un Solar 16 planté à distance par nos calculs hasardeux sur les nombres premiers, calculs lancés un vendredi soir depuis une console Tektronix... Le lundi matin s'était soldé par un listing d'une trentaine de mètres de long, bourré de messages d'erreur, et la perte temporaire de nos droits d'accès à la machine.)

L'arrivée du micro-ordinateur a coïncidé avec la fin de l'environnement sûr et protégé coutumier des développeurs. Enfin, l'utilisateur disposait d'une machine autonome qu'il pouvait personnaliser, entraînant une variabilité de la configuration de chaque PC qui a rendu presque inaccessible la production de code bug free. (Cette maladie du bug affecte même les codes critiques, lire par exemple Lauren Wiener et son Les avatars du logiciel, paru chez Addison-Wesley en 1996.)

Proposer un logiciel dans ce contexte c'est, pour le programmeur, destiner son code à une multitude d'ordinateurs dont pas un n'est la réplique exacte de son voisin. La faute à Murphy, nos PC ont thésaurisé les Mo de RAM et les Go/To d'espace disque, permettant à des milliers de programmes différents, écrits par des pros comme par des amateurs de tous niveaux, de cohabiter au sein de chaque micro-ordinateur. Allez pondre un code sans erreur dans un tel contexte ! (Bien entendu, je fais ici l'impasse sur tout un pan de l'histoire informatique. Un OS comme Unix réduit considérablement les risques pour les programmeurs, et donc pour les utilisateurs, en isolant le noyau, les services et les applications.)

09 novembre, 2009 05:35  
Anonymous JF a écrit...

"Un OS comme Unix réduit considérablement les risques pour les programmeurs, et donc pour les utilisateurs, en isolant le noyau, les services et les applications."

D'un autre coté, on a le même effet à l'étage supérieur avec le serveur X...

09 novembre, 2009 07:44  
Anonymous JF a écrit...

"Combien de cartes perforées faudrait-il pour stocker les 32 Go de l'iPhone que l'on dit en préparation ?"

Allons, geekons un peu... Tant qu'à geeker on va prendre des vrais giga, des de 2^30 octets (et pas de 2^9).

Donc, si une carte perforée stocke 80 octets (ça me parait pas énormel, rien qu'une page de livre c'est un millier de caractères, j'ai l'impression qu'on peut matériellement en mettre plus ? 80 octets de 8 bits, ça ne fait que 640 trous, on peut faire plus que ça sur une carte de 20 cm, non ?)

.. bref: 32*2^30 / 80 = 4.29E8 soit 429 millions (bien vu !).

Si on prend 15 cm par carte, on a donc 6.44E7 mètres, ce qui fait 64 000 kilomètres, une fois et demie le tour de la Terre.

09 novembre, 2009 07:50  
Anonymous JF a écrit...

Grrr, je voulais dire

" .. de 2^30 et pas de 10^9" !!

09 novembre, 2009 07:50  
Blogger Jean Véronis a écrit...

JF> Je ne m'étais pas trompé de beaucoup dans mon calcul mental ! D'autant que les cartes ne faisaient pas 15 cm mais 18,732. Donc 64000 / 15 * 18,732... Ca ne m'étonnerait pas que ça soit porche de 80 000.

Tout ça les doigts dans le nez, sans ordinateur, ni même un calculette. Y'a de beaux restes...

09 novembre, 2009 07:56  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Mi> Merci pour ce témoignage sur cette époque un peu antérieure à la mienne. Je ne connaissais pas l'histoire du bug de l'année 70 ! Excellent.

C'est un peu flou dans ma mémoire, mais il me semble que les PTF (program temporary fixes) sur OS/360 utilisaient ce système de patch Superzap en hexa pour remplacer directement dans le code exécutable (grâce à un module qui s'appelait quelque chose comme IMASPZAP = I Am a Super Zap). Mais bon, c'est brumeux dans ma tête !

09 novembre, 2009 08:17  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Guy> Quand on programme c'est presque facile [de faire planter] -- hélas ! Évidement quand on programme soit même, surtout quand on apprend, c'est fréquent. Ce qui a été un changement notable, comme on disait plus haut, c'est que ce soit devenu la norme dans les applications commerciales, et que ça ne choque plus personne (ou presque)...

09 novembre, 2009 08:19  
Blogger arnul a écrit...

Au chapitre des bugs Peut être faut-il distinguer la cupidité d'une certaine entreprise et le niveau de complexité des systèmes, qui a augmenté. Le fait est que le décollage de la fusée ariane est aussi bugué, même si la boulangère d'Aubervilliers ne peut pas s'y connecter avec son minitel. Cela dit il y a une sorte de contre exemple de programmation réussie avec certaines distributions linux, d'une robustesse quasi suspecte, pour autant qu'on accepte une vie de paria, sans itunes et tout le bazar ultra cool.

Merci, Jean Véronis Gutemberg, pour cette belle séquence incunables

09 novembre, 2009 08:59  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Michaël> Il me semble en effet que l'apparition de la micro-informatique a été le déclencheur du grand Bug généralisé. J'avoue que je ne sais pas bien analyser les raisons du phénomène, mais tout le monde s'est mis à faire de l'informatique. Pas seulement à l'utiliser. C'est quand même assez rare, pour ne pas dire unique, dans l'histoire des technologies. Tout le monde ne décide pas du jour au lendemain de fabriquer des voitures, des horloges ou, encore pire, des médicaments ou des biotechnologies... Pourtant c'est ce qui s'est passé avec l'informatique dans les années 70-80: la population entière s'est improvisée informaticienne. Le moindre bled avait son club comme nous le rappelait Nicolas. Souvenez-vous du plan Fabius :"Informatique Pour Tous", ça disait bien son nom. L'informatique c'était simple, tout le monde pouvait programmer. Parfait. Sauf que c'était faux, comme pour toute technologie pointue.

Comme je disais, je n'ai pas encore suffisamment analysé les causes de ce phénomène, mais il a à mon avis eu des effets extrêmement insidieux. Tout d'abord, en donnant l'illusion que l'informatique n'était plus une affaire de spécialiste. C'est à partir de là que nous avons vu apparaître les Bidouilleurs. Ce n'est pas une réaction corporatiste ou élitiste de ma part (je déteste ça), mais enfin, vous allez plutôt voir un médecin qui a fait des études quand vous êtes malades, plutôt que la voisine qui se documente un peu...

J'ai commencé à prendre des responsabilités à l'université à cette époque (notamment la direction d'un département), et je me souviens à quel point il était difficile de faire comprendre aux gens (y compris des universitaires éclairés) qu'il ne suffisait pas d'utiliser un peu le traitement de texte et de programmer le jeu du pendu sur TO7 pour être informaticien.

Du coup on n'a jamais pensé que pour une science (ou même une technologie) existe, il fallait de vrais enseignants, et de vraies formations. On a mis des TO7 et des MO5 dans les lycées, les profs de maths et de techno seraient bien capable de les utiliser. Ils sont restés dans les placards dans 9 cas sur 10, si vous vous en souvenez bien.

Ce qui était jusqu'alors perçu comme la profession-phare de l'avenir, "Informaticien", est devenu en quelque années une sous-profession. On dit d'ailleurs maintenant des "développeurs", ou même des "devs". Ce sont devenu les OS du XXIè siècle. Mal formés, mal payés, ce sont des ouvriers en col blanc. A la limite cela pourrait se concevoir si des seniors pouvaient assurer le management de ces armées de pisseurs de code.

Malheureusement, la dévalorisation dont je parle fait que les gamins des années 90 ont plutôt vu leur avenir dans le marketing et la finance. Donc, pénurie de séniors compétents.

Tous les ingrédients étaient donc réunis pour le grand Bug généralisé. Microsoft a eu simplement le génie d'en faire commerce...

09 novembre, 2009 09:35  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Arnul> Oui, la complexité des systèmes a augmenté. Mais celles des voitures et des avions aussi, et ils ne plantent pas à tout bout de champ. Il me semble, comme je disais juste au-dessus, que le problème c'est que la formation (et donc la compétence) non seulement ne s'est pas développée, mais s'est plutôt dégradée... Résultat: la Bidouille et le grand Bug généralisé qui en découle.

Linux, et son côté paria: vrai (même si ça évolue). En ce qui me concerne j'ai fait un choix qui réunit, je crois, le meilleur des deux mondes : j'ai un mac sur ma table (en fait 3...) pour mon travail (et mon divertisssement) quotidien et des serveurs Debian sur lesquels je n'ai pas besoin d'iTunes et compagnie.

09 novembre, 2009 11:07  
Blogger babelouest a écrit...

Vous remarquerez une chose. Aujourd'hui, on ne trouve plus de compilateur en Assembleur pour faire des programmes. Sans doute en existe-t-il en interne chez les fabricants. Pourtant, en général le noyau d'un système comme Linux est bien écrit en Assembleur, au moins en partie ! On ne trouve plus que des langages haut niveau, qui ne savent plus bénéficier des avantages de parler directement à la bête. Un peu comme ces voitures, où tout est fonction de boîtiers jetables, bourrés d'électronique et de codes cachés même au mécanicien lambda.

Qui sait ce que cachent ces machines, et leurs modules de commande hermétiques ?

09 novembre, 2009 11:37  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Bebelouest> je crois que pour moi ça a été la révélation la plus importante de ces 30 années : le moment où j'ai perdu pied, et où j'ai compris que je ne comprenais plus tout.

Jusque là je connaissais mes machines de fond en comble, jusqu'au moindre octet. Par exemple sur le TRS80, dont j'ai intégralement désassemblé et étudié le DOS (le "trash-dos" comme on disait). J'ai même monté un ordinateur de mes mains...

Et puis un jour j'ai découvert cette superbe machine qu'on appelait Mac (ou plutôt le Lisa et même en fait, un proto de Lisa que j'ai eu la chance d'observer vers 1981). Mais je n'avais pas réalise que sous cette belle pomme se cachait le diable (comme dans une histoire plus ancienne et plus fameuse)...

Un beau jour (vers 1984, 85?) j'ai essayé de comprendre ce qu'il y avait dans le mac, comment ça marchait (les fenêtres, la boucle d'événements, etc.). Tout cela était nouveau, superbe et fascinant. Mais j'ai ressenti un immense vide. Quand j'ai écris ma première appli pour mac, j'ai compris que quelque chose avait changé. Je ne maîtrisais plus. J'appelais des choses mystérieuses écrites par d'autres dans savoir exactement ce qu'elles produisaient derrière le rideau... Un peu comme les ombres du magicien d'Oz.

Et ça ne s'est pas amélioré. Qui peut se vanter de comprendre vraiment ce qui se passe dans sa machine. Les gens de Microsoft avoue que plus personne en interne ne sait pourquoi il y a tel ou tel pout de code dans Windows ou dans des applis comme Word. Et personne n'ose les enlever, de peur que...

09 novembre, 2009 11:46  
Anonymous Manu a écrit...

J'ai quelques souvenirs moi aussi : en terminale C (1985) avec une calculatrice à 32 pas de mémoire qui m'obligeait à gratter des instructions
en IUT d'informatique j'ai vécu la révolution du turbo pascal en 2ème année (alors qu'en 1ère année il fallait attendre 10 minutes pour compiler 1000 lignes et découvrir une erreur dans à la ligne 10).
ma madeleine c'est un carton rempli de disquettes souples 5p1/4 que je n'arrive pas à jeter.

09 novembre, 2009 12:05  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ah oui, le carton de disquettes ! j'ai fini par jeter le mien. J'avoue que ça m'a coûté...

Tiens, on devrait lancer une chaîne. Vos 3 souvenirs informatiques les plus nostalgiques !

09 novembre, 2009 12:11  
Anonymous Bertrand a écrit...

Pour moi, le souvenir des cartes perforées, c'est le lecteur de cartes qui envoie toutes les cartes par terre (et donc dans le désordre) car une carte était cornée et donc ne passait pas. Je me souviens que ce n'était pas très amusant quand ça arrivait ;-)

09 novembre, 2009 12:21  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ah l'horreur ! J'avais oublié la joie de passer la moitié de la nuit à remettre tout un bac dans le bon ordre...

09 novembre, 2009 12:32  
Anonymous nono a écrit...

ah, l'arrivée en grande pompes du TRS-80 à la maison. Nous entrions dans la science-fiction.
Et il y a eu windows 3.0, avec des vraies fenêtre et l'irruption des icônes en couleurs s'il vous plait, et du winfile... Bientôt avec ATM.
Et puis le système 6 du macintosh, une révélation, avec des machines de fous, (j'ai perdu le premier portable mac, donné le se, mais conservé la fantastique bête de course qu'était le quadra 25 Mhz qui fonctionne toujours, et qui donnait des ailes à photoshop 3, une tuerie).
Depuis windows 95, le seul truc qui m'a vraiment fait grimper aux rideaux, c'est mac os X.
Et je n'ai eu aucune nostalgie en jetant des sac poubelle pleins à craquer de disquettes 5"1/4...
Qu'est-ce qui va détrôner le vieillissant iphone ?
La plus grosse (énorme) tuerie dans tout ça ? Internet !

09 novembre, 2009 12:49  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nono> Entrer dans la science-fiction ! Oui, c'est exactement ça le sentiment qu'on avait à l'époque. L'idée qu'on explorait un monde nouveau, que le progrès n'allait jamais s'arrêter...

09 novembre, 2009 13:12  
Anonymous JF a écrit...

Dans les machines à fort potentiel nostalgique, il y a les calculatrices HP. J'ai encore ma HP28S dans un tiroir, toujours aussi robuste qu'au premier jour. Ca c'était de la bécane, Monsieur. Rien à voir avec ces joujoux comme les TI ou les Casio.

(la honte de ma vie: j'avais acheté une casio, à clavier azerty et tout. Elle ne faisait pas la moitié de ce que faisait la HP28 de mes copains. Un jour -- soulagement-- je me la suis fait voler; j'ai pu alors acheter d'occaze la 28S d'un camarade de classe et marcher, enfin, la tête haute : même si mes potes étaient entre temps passé à la 48, j'avais une Vraie Machine (tm). Et pis d'abord, la 28 avait un clavier et une ergonomie bien meilleure que la 48. Na.)

09 novembre, 2009 15:14  
Blogger ivanko34 a écrit...

nous on etait du clan des Texas TI57 TI58 TI59

on se moquait des hp parcequ'il fallait reflechir a comment arriver faire une simle addition sur les hp

09 novembre, 2009 15:55  
Anonymous Annie a écrit...

soit vous faites plus jeune que votre âge soit vous avez mis une photo antédéluvienne :
j'ai connu les cartes perforées fin années 50 ou début 60.
puis le premier ordi fut en mi-années 1970, dans un boulot en 1985…, 1997 internet, je n'ai plus jamais pu vivre sans… ou si mal ; je me souviens mon envie vive dès années 70 d'être devant un ordi… j'avais peur de louper le coche… de la modernité

09 novembre, 2009 15:58  
Blogger ivanko34 a écrit...

en 1989 a l'universite des sciences de Montpellier on avait bien des cartes perforees

Il y avait aussi des terminaux et meme des terminaux graphiques

En 1991 j'avais un apple2

Puis tout est alle assez vite dans l'evolution des ordinateurs

09 novembre, 2009 16:07  
Blogger Jean Véronis a écrit...

JF+Ivanko> Je n'ai jamais utilisé de calculettes programmables. Quand j'étais au lycée la calculette ça n'existait pas, programmable ou pas. Je crois qu'elles ont commencé à apparaître après que j'aie passé le bas (1972) et elles coûtaient une fortune.

Le pb des HP c'était la notation polonaise non ?

09 novembre, 2009 16:07  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Annie> Non, je ne suis pas le comte de Saint-Germain ! je n'ai connu ni Jésus ni Alexandre (hélas). Ma photo est un peu vieille, effectivement, elle date d'avant l'ouverture du blog. Depuis, j'ai pris du poil gris... Ce n'est pas de la coquetterie, plutôt de la négligence: il va falloir que j'en change !

Ceci étant, je suis né en 1955, comme dit mon entrée Wikipedia (on ne peut plus avoir de secret sur cette planète !). J'ai connu la fin des cartes et rubans perforés, qui ont dû disparaître à la fin des années 70, je pense...

09 novembre, 2009 16:11  
Blogger ivanko34 a écrit...

Jean> J'avais travaille aux vendanges juste avant le debut de la fac et j'ai pratiquement tout depense pour la Ti57. C'etait la misere la vie d'etudiant. Mais plein de bons moments et l'envie de savoir et d'apprendre

09 novembre, 2009 18:24  
Anonymous franck179 a écrit...

Mais qu'est-ce que c'est que ce truc à gauche du TRS80 (mon premier ordi, enfin celui de mon père à l'époque j'étais tout gosse !!) On dirait un lecteur de disquette 5"1/4 , le mien n'avait qu'un lecteur de CASSETTES !!!

huhu séance nostalgie ...

09 novembre, 2009 23:09  
Blogger Jean Véronis a écrit...

fra,ck> Oui, c'est vrai ! ce n'est pas le tout premier modèle. Le premier modèle avait effectivement une sauvegarde sur un magneto à cassette classique. Tiens j'ai retrouvé la photo, je change !

09 novembre, 2009 23:19  
Blogger ivanko34 a écrit...

il vaut mieux laisser le lecteur de disquette car le lecteur de cassette ne marchait jamais ...

09 novembre, 2009 23:52  
Blogger Jean Véronis a écrit...

ah oui, ça c'est vrai, c'était la galère !

10 novembre, 2009 00:36  
Anonymous michaël a écrit...

Lecteurs de cassettes> C'est sans doute le pire périphérique de sauvegarde jamais proposé. Du ZX81 à l'Oric 1, du TO-7 au TI-99, du TRS-80 à l'Amstrad CPC-64... tous merdaient continuellement (je le sais, j'ai bossé à Hebdogiciel comme technicien chargé de tester les programmes des lecteurs avant publication dans le journal). Mais cela permettait à une radio libre parisienne (Ici & maintenant peut-être ?) de proposer des séances de téléchargement radiophonique en 84-85. Il suffisait de disposer d'un radio-cassette et hop ! les programmes arrivaient tout chauds par les ondes... sans la moindre faute de frappe !

Rubans perforés> Les Unités pédagogiques d'architecture parisiennes disposaient (au moins jusqu'en 83) d'un centre de calcul dans le 19e arrondissement auquel nous nous connections par modem (300 bauds puis, miracle, 1200 bits/sec). Les entrées de programme se faisaisent par ruban perforé. Nous recevions les résultats sur un terminal graphique Tektronix, c'était beau !

TI vs HP> Y a-t-il une filiation à dégager entre les différents couples maudits des plus de 40 piges : Beatles/Stones, TI/HP, PC/Mac... Je verrais bien un rapprochement possible entre Beatles, Mac et HP. Même si, personnellement, c'était la TI (la notation polonaise inverse, c'était pas ma tasse de thé ; il m'aura fallu quelques années de programmation pour en saisir l'intérêt).

Science-fiction> Il y a clairement un lien entre science-fiction et informatique. Douglas Engelbart parlait, à la fin des années 50, des "visions graphiques" qui l'ont amené à inventer le Online System (démontré en 1967). Jean-Marie Chevalier organisait en 2008 des journées d'étude (à Nice) sur le thème Sciences et Fictions. Fredric Jameson propose lui de Penser avec la science-fiction (Max Milo), etc. Beaucoup plus subjectivement, la plupart des geeks et des hackers croisés ces trente dernières années étaient, pour la plupart, de grands consommateurs de SF.

10 novembre, 2009 08:21  
Anonymous JF a écrit...

Jean, et al. : Oui, bien sûr la HP c'était la notation polonaise inverse. C'est ce qui en faisait tout son attrait geek, et qui la rendait insupportable au reste du monde...

(en fait, comme pas mal d'outils informatiques hyper-puissants, c'est une convention qui est pas forcément intuitive et dans laquelle il est difficile de rentrer, mais une fois qu'on a compris, c'est extraordinaire de flexibilité et de capacité. Je suis en train de me mettre au SQL en ce moment et je retrouve exactement la même sensation : imb**able au début, mais quand on a compris le truc c'est miraculeux).

10 novembre, 2009 08:36  
Anonymous JF a écrit...

Michael: Je pense que la vraie filiation, c'est pas HP > Mac, c'est plutôt HP > Linux. Je suis sûr que les utilisateurs de TI sont tous devenus des windoziens, tiens...

10 novembre, 2009 08:37  
Anonymous JF a écrit...

Science-fiction, informatique et nostalgie : j'hésite à poster un lien aussi évident, mais tout l monde je suppose connaît

http://catb.org/~esr/jargon/html/

(sinon, alerte procrastination ... vous avez été prévenus).

10 novembre, 2009 08:40  
Blogger ivanko34 a écrit...

Manu: A propos de turbo pascal, je viens de voir que Borland a tout laisse tombe et fait autre chose. Il n'y aurait donc vraiment plus de compilateur ni d'assembleur.

"Encore une preuve que plus par moins égale moins
Encore une victime et jamais de témoin"
(Alain Chamfort)

10 novembre, 2009 09:13  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Michaël> Oui, c'était affreux ce lecteur de cassette, mais tout de même il faut relativiser. Quand on n'avait connu que ces histoire de cartes et ruban, avec tout le temps que ça prenait pour les perforer, etc compagnie, c'était magnifique de pouvoir appuyer sur un bouton et de sauver son programme, même si ça plantait une fois sur quatre ou cinq... Et surtout, voir ce qu'on faisait sur l'écran. Je cois que c'était surtout ça la révolution que j'ai ressentie. Même si ces machins la avaient 40 colonnes, ascii pur. C'était quand même le bonheur.

Moi la science fiction m'a beaucoup marqué. J'étais un lecteur assidu (Asimov, Van Vogt, Dick, etc.).

Si je devais faire un rapporchement musique-informatique, je dirais Hendrix-Unix. Ce n'est pas pour faire une rime à deux balles. Je crois que j'ai dû être parmi les premiers utilisateurs d'Unix en France, et ça aussi ce fut une révélation (après les VM/CMS, VMS et compagnie !).

10 novembre, 2009 09:20  
Anonymous michaël a écrit...

Jean>Bug généralisé> Ton hypothèse est séduisante, mais insuffisante à mon sens pour expliquer l'évolution que nous avons connue en informatique.

Certes, au début des années 80, tout le monde s'est mis à faire de l'informatique (je parlerais plutôt de programmation que d'informatique). Comme, à partir de 1986, tout le monde s'est mis à faire de la maquette, avec le Mac Plus, PageMaker et la première LaserWriter. Le phénomène s'est répété avec le montage vidéo au milieu des années 90. Et nous pourrions multiplier les exemples indéfiniment, sites web personnels en tête.

En 80-85, tout le monde pouvait effectivement programmer : les ordinateurs le permettaient ! (Texas vendait mieux sa cartouche Basic Etendu que n'importe lequel de ses jeux pour TI-99.) Les colonnes de Hebdogiciel, comme d'autres journaux de cette époque, étaient remplies de programmes fonctionnels, intéressants, originaux. Le concours des "deux-ligneurs" remportait un franc succès (un programme complet en deux lignes de 256 caractères). Des bidouilleurs, certainement, mais quel talent exprimé grâce à ces machines individuelles.

Cela ne transformait pas ces hobbyistes, appellation contrôlée de l'époque, en informaticiens (même si certains le sont devenus par la suite). Pas plus que sa pratique dominicale ne transforme le peintre amateur en artiste dont les oeuvres se destinent aux cimaises de Beaubourg.

Pour revenir à ce que tu nommes bug généralisé, tant que les systèmes étaient étanches, peu ou pas interopérables, aucun mal endémique ne menaçait l'ensemble de l'informatique.

À la micro-informatique et ses bidouilleurs, il faut ajouter a minima la mise en réseau de tous les ordinateurs ; la multiplication des lignes de code par centaines de millions ; la coexistence de logiciels de toutes époques et techniques (le cyberespace s'étend et se densifie, il ne change pas de version, lui !) ; la quête forcenée de la rentabilité maximale par les éditeurs ; la frénésie d'innovation des fournisseurs de composants ; la course folle à la propriété intellectuelle...

Le problème du bug généralisé découle plus du modèle de société où nous vivons, fondé sur la compétition et la récompense des vainqueurs, que de tout autre facteur. AMHA.

10 novembre, 2009 09:20  
Anonymous Mathilde a écrit...

Il y a quarante ans, un beau documentaire sur les gens qui travaillaient à IBM en France, une usine = un ordinateur.
http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CPF86631880/a-propos-de-machine-a-penser.fr.html

10 novembre, 2009 09:53  
Blogger Jean Véronis a écrit...

JF> Ah non, je ne connaissais pas ce lien ! Merci, c'est excellent.

10 novembre, 2009 10:02  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Mathilde> Magnifique ce reportage. Quel témoignage sur l'époque ! (il date de 1963). Je remets le lien en format cliquable. Et l'INA est toujours la même boîte à trésors...

10 novembre, 2009 11:01  
Blogger ivanko34 a écrit...

on rigole davantage sur ina.fr avec Pierre Desproges

10 novembre, 2009 11:57  
Blogger ivanko34 a écrit...

on dirait un film d'epouvante

les machines ont pris le controle des humains

10 novembre, 2009 12:29  
Blogger mi a écrit...

J'ai regardé avec beaucoup de plaisir le documentaire de l'INA.
A 4 minutes 30 j'ai sursauté, M. Jean-Pierre Brulé, 17,5 ans, BEPC, agent de liaison était présenté. Or, de 1975 à 1981, le pdg de notre fournisseur, CII-HB (B pour Bull) avait le même nom.
Etait-ce une ascension fulgurante en 12 ans ?

10 novembre, 2009 13:42  
Blogger Fitzcarraldo a écrit...

Quand j'ai raconté à mon fils (30 ans) qu'après avoir épuisé les joies de l'Apple II "Europlus" (avec deux lecteurs de floppy disks 5'1/4 de 143 Ko de capacité acheté en 1979) j'acquis un MacIntosh (1 Mo de RAM, c'était déjà la 2eme génération, les premiers n'avaient que 128 Ko), puis - pour un prix exorbitant - un disque dur externe de 20 Mo épais comme un dictionnaire, il a cru que je me payais sa tête.
On était en train d'acheter un disque dur de 1,5 To pour 99 €...

10 novembre, 2009 13:52  
Anonymous Anonyme a écrit...

J'ai commencé sur un Bull P... avec 10 k de mémoire et nous faisions la facturation d'une boite de pharma avec ca...avec des bremes (cartes) partout...J'ai connu un vieux, déjà programmeur de cette époque qui faisait des corrections sur les cartes perforées en utilisant un Bull P80 et des confettis de couleurs et de numérotation identiques pour boucher les trous inutiles colonne par colonne. Un artiste.....Heureusement le ruban scotch existait a cette époque...

Maintenant j'utilise Linux et je braille avec mes 4 Gig de ram....

Alain, Montreal

10 novembre, 2009 15:38  
Blogger Qui a écrit...

Mon premier ordi, c’était la CAB500 de l’Université de Vincennes en 1969. Il n’y avait pas de disque dur, et la mémoire n’était ni à ferrites ni à transistors, mais à tambour !
Ensuite, j’ai connu les cartes perforées au boulot, en1979, juste avant qu’elles disparaissent.
On faisait la comptabilité en Fortran !
Comme j’étais fana d’électronique et d’informatique, j’ai construit mon premier ordinateur sur la base des plans de Tavernier dans le Haut-Parleur. Des milliers de composants à acheter et à souder, la construction m’a pris deux ans, de 1981 à 1983. Le terminal était un Control Data d’occasion. Le processeur était le fabuleux 6809, avec comme OS le Flex, qui tournait sur disquettes IBM 8 pouces, et qui, soit dit en passant, était supérieur au DOS Microsoft. Je ne regrette pas les nuits passées à programmer des routines en assembleur pour les entrées-sorties, mais je regrette aujourd’hui de devoir faire confiance à cette boite noire qu’est devenue l’ordinateur. A l’époque, pour une opération donnée, je savais exactement ce qui se passait dans chacun des registres de la CPU, je connaissais l’état électrique de chacune des broches du PIO. Aujourd’hui, qui connaît le code d’une seule DLL ?

10 novembre, 2009 15:41  
Blogger mi a écrit...

à propos de boucher des trous (Alain Montreal)

J'ai encore une plaquette de mini étiquettes à coller sur les perforations (avec beaucoup de difficultés on peut lire au verso "BRADY co 727 W. Glendais Ave. Milwookee Wis", ou "IBM 1401 or 084").

Les confettis on se les gardait pour en remplir les parapluies (entre autres)

La P80 est visible ici : http://www.feb-patrimoine.com/projet/serie_150/perfo_p80.htm

J'avais oublié le terme brême, merci.

Le disque pour Fitzcarraldo était peut-être un Corvus, 5 ou 10 Mb, faisant un bruit de boeing et qui demandait un certain temps d'attente pour lui permettre d'évacuer l'air.

10 novembre, 2009 17:42  
Anonymous jcd bruxelles a écrit...

Dans les années 80 j'ai programmé des logiciels de statistiques sur un ORIC dont la mémoire était déjà de 64 K et qui disposait d'un lecteur de disquettes 3'. Ces machines étaient étonnantes mais nous utilisions les disquettes comme une mémoire centrale en échangeant des bouts de matrices. C'était périlleux parce que il fallait éviter de travailler dans un environnement à température trop clémente, au-delà d'une d'une demi-heure de travail dans un bureau à 21°, cela plantait. Mais ces machines toutes petites étaient notre joie.
Ma première machine programmable fut au milieu des années 70 une HP25 avec si mes souvenires sont bons 25 pas de mémoire. Puis un Genie (copie de TRS80, avec 16K e RAm et un lecteur de cassettes qui je crois n'a jamais fonctionné correctement).
Puis, outre quelques travaux sur "grosses machines", le passage enfin au premier mac commercialisé que tout le labo se partageait à tout de rôle.

10 novembre, 2009 19:04  
Blogger ivanko34 a écrit...

reveillez vous avant qu'il ne soit trop tard !

l'humanite a ete prise au piege d'envahisseurs extra terrestres avec un coeur de silicium caches dans des ordinateurs

ils sont maintenant partout et ont pris le pouvoir sur les humains

leur but est de dominer la terre

on est foutus

10 novembre, 2009 19:13  
Anonymous Emma a écrit...

Moi aussi j'en ai encore quelques-unes à la maison, avec quelques lignes de Pascal ou de Fortran, souvenirs des études d'informatiques au début des années 80. Il fallait faire la queue pour accéder aux 4 ou 5 perforatrices mises à la disposition des étudiants. Puis laisser notre paquet de cartes dans un bac et revenir quelques heures plus tard chercher le résultat : soit un listing complet, soit une page, soit, pire, le paquet avec quelques cartes pliées et qu'il fallait retaper. Peu de temps après, j'eus mon premier micro-ordinateur, avec 16 Ko de RAM et un lecteur de cassette pour sauvegarder les programmes.

10 novembre, 2009 22:01  
Anonymous Anonyme a écrit...

Les trois souvenirs impérissables se situent tous entre 1969 et 1973 sur un ordinateur DEC PDP-12 de 150 000$CAN. Une bête de luxe avec: 8192x12 bits de mémoire vive, 2 lecteurs DEC-Tape, un gros disque rigide de 32 ko (!), un ensemble d'entrée-sortie analogues-digitales (utiles en laboratoire), un écran cathodique (512x512 je crois) programmable point-par-point, un multiplexeur permettant de concentrer 4 terminaux divers sur une seule sortie (pour communications par paquets; juste un peu avant les américains...).

Maintenant pour les souvenirs.

Le premier: l'amorçage du PDP-12 à partir de l'entrée sur touche à bascule d'une dizaine d'instruction (permettant le démarrage des DECtape et subséquemment l'écriture sur le disque rigide du noyau système)

Le second: la première tablette sensible au toucher du monde, transparente et fixable sur l'écran cathodique du PDP-12; elle permettait de réaliser une expérience avec des enfants; la seconde était au Ministère de la défense et n'a jamais servi; la mienne surchauffait et il avait fallu y accrocher un séchoir à cheveux (subtilisé à ma mère) en mode sans chaleur évidemment...

Le troisième: une des premières imprimantes à "points" (matricielle); un monstre d'une vingtaine de kilos imprimant presque silencieusement à 120 caractères/seconde; beaucoup mieux que le télétype à 10 c/s et plusieurs décibels (surnommé la "mitraillette"); bel objet dont le caisson était en bois véritable...

J'ai finalement exécuté tout mon protocole expérimental de doctorat sur cette machine: de l'expérimentation proprement dite (portant sur les opérations de la mémoire à court terme chez l'humain) jusqu'au tranfert téléphonique des 38 400 mesures discrètes de temps de réaction vers l'ordinateur central de l'université (un Cyber de Control Data).

La programmation ? Sur le PDP-12 strictement en assembleur; sur le Cyber, en Fortran.

Martin GAGNON, professeur
Université du Québec à Montréal

10 novembre, 2009 23:18  
Anonymous Delo a écrit...

A propos de bug, au milieu des années 80 : la salle informatique de mon lycée avait des Apple II. Perpexité de tous quand on a calculé la racine carrée de 49, si ma mémoire est bonne : ça ne donnait pas exactement 7 mais quelque chose comme 7,000001 ou au contraire 6,999999.

l'informatique n'est pas une science exacte.

11 novembre, 2009 09:19  
Anonymous Estelle a écrit...

Bonjour tous !!
Je voulais juste dire mon admiration devant les pionniers que vous êtes.
Personnellement, j'ai commencé la programmation et l'informatique il y a 4 ans et je crois que si ça avait été comme à l'époque, j'aurais vite été dégoûtée..
chapeau bas !!

11 novembre, 2009 09:40  
Anonymous michaël a écrit...

delo> Dans la première moitié des années 80, nous tirions parti de cette faiblesse calculatoire pour classer les micro-ordinateurs par "qualité". Ainsi, dans les batteries de tests que nous leur faisions subir, il y avait un calcul qui partait de 2, en extrayait la racine carrée en boucle dix fois avant d'élever au carré le résultat dans une autre boucle répétée dix fois. Sur le papier, on obtient évidemment 2. Avec les micros d'alors, les résultats variaient entre 1,996 et 2,004.

La marge d'erreur dépendait des stratégies de calcul retenues par les constructeurs (troncature ou arrondi) lorsque les valeurs après la virgule allaient au-delà des quelques octets alloués au stockage des chiffres décimaux.

11 novembre, 2009 10:05  
Blogger Henri83 a écrit...

A l'époque où la NASA a envoyé ses astronautes sur la lune, on programmait encore avec des cartes.
les responsables du programme on demandé aux informaticiens "combien pesait leurs équipements?", ce à quoi ils ont répondu : "matériel xx Kg, logiciel 0 kg". Quelque temps plus tard, le responsable de la logistique poids revient furieux vers les informaticiens et leur dit "vos bacs de cartes perforées pèsent des tonnes! pourquoi m'avez vous répondu 0 pour le poids du logiciel?". Après quelques secondes de réflexion, la réponse a été "le logiciel! mais il est seulement dans les trous!".

11 novembre, 2009 12:41  
Blogger Michelaise a écrit...

je participe avec sourire et nostalgie à cette histoire d'anciens combattants... je n'ai pas utilisé les fiches perforées, mais les ai plus ou moins enseignées... j'ai tapé mon mémoire sur une des premières machines, énorme, à traitement de texte qui permettait de corriger les fautes d'orthographe. Et en 1981 un lycée m'a proposé un enseignement d'informatique en seconde... j'étais au chômage, j'ai dit oui. Puis je suis allée à la librairie de la fac et j'ai acheté TOUS je dis bien TOUS les livres d'informatique que j'ai trouvés... c'est à dire 2 livres !!!!

11 novembre, 2009 14:33  
Anonymous lp a écrit...

Amusant de voir qu'il y a 40 ans ( je venais de naitre ), c'était la préhistoire...J'espère donc voir avant mon dernier bug, si le Grand Logiciel me le permet, l'avènement des machines pensantes autoréplicantes.

11 novembre, 2009 22:23  
Anonymous K. a écrit...

Il y a dix ans, j'aurais participé à la nostalgie des "premiers pas dans l'informatique" sans arrière-pensée. Et j'aurais aussi fait ce constat qu'en l'espace de quelques années, "quelque chose" avait été rendu incompréhensible dans le fonctionnement des ordinateurs du fait des innovations introduites et des usages massivement déployés.

Aujourd'hui ma façon d'appréhender cette perte a changé. Il me semble que ce n'est pas le fait de ne plus accéder au cœur du fonctionnement technique de la machine qui fait écran, mais plutôt le fait que jamais ses concepteurs et ses utilisateurs ne se saisissent sérieusement des ressorts de son avènement.

25 ans d'usage intensif et expert de l'informatique (dont quinze professionnellement) n'ont été que d'une utilité marginale pour en comprendre les fondements épistémologiques. Ma conclusion à ce jour est que les informaticiens n'ont jamais su ce qu'est un ordinateur et qu'ils ne le sauront jamais tant qu'ils n'en étudieront que le fonctionnement ou les usages.

11 novembre, 2009 23:00  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Que de commentaires !!! Je suis impressionné. D'habitude je m'efforce de réponde à tout le monde au fur et à mesure, mais là j'ai du mal ! Aurais-je touché quelques fibres profondes côté nostalgie ?

12 novembre, 2009 09:53  
Anonymous Cochonfucius a écrit...

De la nostalgie, et puis, des sentiments mêlés sur ce qui a ou n'a pas éclos durant ces trente ou quarante années.

(Voir une chronologie partielle, subtilement transposée dans un univers fantasmagorique)

Ayons confiance, mes camarades, l'avenir dure longtemps.

12 novembre, 2009 14:41  
Blogger ivanko34 a écrit...

pas de noltalgie

de plus cette epoque etait minable

on s'en souvient encore car on passait des heures a comprendre et arriver a faire fonctionner quelque chose

mais globalement c'est nul horrible minable inutile

cela n'auait jamais du exister

12 novembre, 2009 17:14  
Anonymous michaël a écrit...

delo> je ne retrouvais pas ce @#¡#~ de lien, à propos des capacités calculatoires de nos chers micro-ordinateurs. Le revoilà !

Why computers suck at maths

(Désolé, en anglais uniquement.)

15 novembre, 2009 10:04  
Anonymous Anonyme a écrit...

Moi j'ai donné mon premier cours d'informatique en 1987, les langages et techniques ont bien changés depuis... :) C'est super de ce souvenir comme ça des bons moments du passé comme sur ce site que je viens de découvrir : LifeShare

14 janvier, 2010 18:56  
Anonymous Philippe a écrit...

Tout cela me rappelle de bons souvenirs :) 49 ans dont 25 comme professionnel, j'ai connu l'Apple IIe (mon premier), l'Atari 520ST, l'Amiga, les PC, bossé sur IBM 32, 34, 36, Netware, Windows, Linux, débuté sur Internet en 94 à 3,23 Francs la minute ;) Aujourd'hui, avec ma culture "utilisateur final" je ne retrouve plus mes petits chez les marchands de viande, et je crois que je vais faire la dernière partie de ma carrière comme Infirmier... Mais que de plaisirs passés

Merci pour le blog

02 février, 2010 10:26  
Anonymous Anonyme a écrit...

L'association Enseignement Public et Informatique (EPI) - fondée en 1971 -
vient de publier en ligne :

Historique de l’option informatique des lycées (décennies 1980 et 1990)
***************************
- Première partie : « La naissance d'une option »
- Deuxième partie : « Le développement de l'option. Vers une généralisation » .
- Troisième partie : « Suppression, établissement et nouvelle suppression.
Une politique en dents de scie » . Rubrique "Historique" de : http://www.epi.asso.fr

04 décembre, 2010 10:51  
Anonymous Secrétariat EPI a écrit...

L'EPI vient de publier également,le 15-02-2011, une "tentative d'historique" de l'association (1971-2011) signée Jacques Baudé :
http://www.epi.asso.fr/revue/histo/h11epi_jb.htm

Bien cordialement

Le Secrétariat de l'EPI
bureau@epi.asso.fr

16 février, 2011 11:24  
Anonymous Alain Kapur a écrit...

(re)bonjour,

A propos ...

L'EPI s'était fait un plaisir de signaler (en décembre 2009) l'excellent site de Jean Véronis !

http://www.epi.asso.fr/revue/lu/l0912b.htm

http://www.epi.asso.fr/revue/lu/l0912b.htm

Bien cordialement

A.Kapur EPI
16-02-2011

16 février, 2011 11:37  

Enregistrer un commentaire

vendredi, novembre 06, 2009

Blogs: Déclin de la High-Tech ?

Vous avez sans doute remarqué que je me sers de ces colonnes pour vous parler de temps à autre de l'évolution des blogs, de leurs relations, de la structure du réseau qu'ils forment. Que voulez-vous ? certains s'intéressent aux papillons, moi c'est plutôt à la recherche d'informations, aux réseaux sociaux et tutti quanti, et j'ai trouvé avec Wikio un terrain de jeu assez fantastique -- et surtout une mine inépuisable de données. Je me permets donc de vous faire partager mes réflexions du matin.

Il y a un an, le top 100 des blogs Wikio (donc les plus liés par les autres) ressemblait à ceci (Mr. Xhark de Blogmotion avait eu la gentillesse de publier ce camembert -- voir son billet -- mais je vous le redonne ici par commodité).

Voici l'allure qu'il a ce mois-ci :

Le plus frappant, en un an, c'est la diminution importante de la high-tech. Le déclin avait commencé avant, d'ailleurs. La high-tech représentait 40% du top 100 début novembre 2008, mais vous verrez sur le billet de Mr. Xhark qu'elle était à 52% le mois précédent (classement publié début octobre 2008).

Comme vous le voyez sur le diagramme du bas, la high-tech n'est plus qu'à 11% du top 100. Autre élément : l'indéboulonnable premier du classement High-Tech, notre ami Eric Dupin de Presse Citron (que je salue au passage), était aussi premier au classement général, mais il n'est plus que 8e ces temps-ci.

L'évolution s'est surtout faite à la faveur des blogs de loisirs (essentiellement féminins), ce qui n'a pas forcément été du goût des blogogeeks (plutôt masculins dans l'ensemble !), vous vous souvenez sans doute des réactions houleuses à ce sujet. Mais j'ai vu monter au fil des derniers mois une autre catégorie, celle des blogs politiques, dont la présence a plus que doublé en un an, et qui représentent désormais près du tiers du top 100. Partageons mon avis a même pris la tête du classement général depuis le mois dernier. Comme le fait remarquer Olympe, il n'y a quatre femmes (Hypos, Olympe, Bah, Trublyonne) dans le top 20 politique. C'est bien peu ! (Alors, Mesdames, on reste sur le cliché "Maman tricote pendant que papa se tripote l'iPhone ?")

Pourquoi ce déclin relatif de la blogosphère high-tech ? Les blogueurs high-tech étaient les "early adopters" des blogs, et on peut imaginer que plusieurs années après une certain fatigue se soit installée. Quand on a fait le tour de l'outil, on passe à autre chose (les points d'attraction ne manquent pas: on Twitte peut-être plus qu'on ne blogue ces temps-ci ?). Et l'intérêt des lecteurs s'émousse peut-être à force de voir les mêmes news sur l'iPhone, Chrome ou Android sur des dizaines de blogs. C'est dur de garder la même fraîcheur, la même originalité dans la durée. Le copier-coller guette, et fait du mal. Sans parler bien sûr des essais plus ou moins heureux de monétisation qui pourraient finir de tuer la poule aux oeufs d'or (voir le débat chez Gonzague).

Un certain nombre de blogueurs de la première génération ont jeté l'éponge ; de véritables institutions, comme Techcrunch, sont même tombées aux oubliettes...

Alors, y aura-t-il un sursaut ? Une nouvelle génération de blogueurs high-tech va-t-elle émerger ?

Libellés :


44 Commentaires:

Anonymous Anonyme a écrit...

il y a bien sûr bien d'autres hypothèses :

- le modèle de wikio modélise-t-il encore pertinemment la situation ?

- les algos employés ont-ils eux mêmes évolués ? Leurs paramètres ?

- l'importance prise par d'autres réseaux sociaux (twitter pour ne citer que lui) a-t-elle été prise en compte ?

- la nouvelle géographie et répartition de la blogosphère ne sont elles dû vraiment qu'à l'essoufflement d'une catégorie ?

- le fait d'avoir plus de 100 000 blogs (était-ce le cas il y a un an ?) n'a-t-elle pas tout simplement profondément changé la structure pré existante ?

- l'état de la structure de la blogosphère il y a un an était-elle révélatrice de la structure telle qu'on la connaissait ou vraiment telle qu'elle était ?

- ...

06 novembre, 2009 09:52  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ces questions sont très pertinentes (et très difficiles). je n'ai pas la prétention de leur apporter des réponses définitives ! Je réponds peut-être plus par des questions...

- le modèle de wikio modélise-t-il encore pertinemment la situation ?

on peut évidemment se poser la question - mais les deux photos sont prises avec le même appareil : quelque chose a donc bougé

- les algos employés ont-ils eux mêmes évolués ? Leurs paramètres ?

Non - strictement pas depuis octobre 2008 - le changement a eu lieu avant

- l'importance prise par d'autres réseaux sociaux (twitter pour ne citer que lui) a-t-elle été prise en compte ?

Ah, non, justement. Sinon, on changerait l'instrument de mesure. Mias comme je le dis dans le texte, il est bien possible qu'il y ait eu un déplacement des blogueurs high tech vers d'autres réseaux.

- la nouvelle géographie et répartition de la blogosphère ne sont elles dû vraiment qu'à l'essoufflement d'une catégorie ?

difficile à dire - mais d'autres signes semble corroborer l'essouflement : la fermeture ou la mise en sommeil de blogs importants (cf Techcrunch), le nombre moins important de backlinks (plus le temps? plus l'intérêt), le nombre plus faible de commentaires, etc.

- le fait d'avoir plus de 100 000 blogs (était-ce le cas il y a un an ?) n'a-t-elle pas tout simplement profondément changé la structure pré existante ?

La base de blogs a en effet augmenté au printemps - mais la diminution de la part high-tech a commencé avant (été 2008) et s'est poursuivie après. Je crois simplement qu'elle a permis un "rattrapage" par rapport à la réalité.

- l'état de la structure de la blogosphère il y a un an était-elle révélatrice de la structure telle qu'on la connaissait ou vraiment telle qu'elle était ?

Ah diable -- bonne question : on ne sait jamais si le thermomètre donne la bonne température. C'est pour ça qu'il faut être modeste (vous avez vu le point d'interrogation dans mon titre), avoir d'autres éléments d'appréciation, comparer les choses si on peut...

Ceci n'est qu'une petit grain de lumière dans la nuit...

06 novembre, 2009 10:05  
OpenID ecosphere a écrit...

Analyse intéressante, je partage assez l'idée d'une dilution de la thématique et l'émergence de nouveaux centres d'intérêt. Toutefois je me pose une petite question sur le périmètre de l'étude: on parle ici de répartition, est-ce que l'index de Wikio n'aurait pas lui aussi évolué entre les deux périodes par l'intégration de de nouvelles sources dans les autres thematiques. Une intégration qui modifierait le périmètre et l'équilibre entre les rubriques.

Pour le reste il faut aussi noter que depuis 1 an la plupart des sites medias généralistes ont lancé leurs propres blogs high tech et parfois recruté certains blogueurs indépendants ce qui peut participer à la dilution du secteur mais échappe aussi au calcul de Wikio qui ne prend pas en compte les blogs hébergés.

Je signale également (mais ça ne remet pas en cause le raisonnement global) que sur ZDNet.fr l'audience des blogs d'expert a triplé sur la même période. Beaucoup de ces blogs sont tenus par des blogueurs qui ont également des blogs personnels figurant au classement wikio.

06 novembre, 2009 10:27  
Anonymous Tim a écrit...

Avec tous les blogs high tech qui ont vanté la facilité et les tutorials sur les moteurs de blog de type wordpress, voilà le résultat, même les filles arrivent à s'en servir!

;)

06 novembre, 2009 10:29  
Anonymous Steph (Technofeliz) a écrit...

Excellent article... qui résume bien la tendance actuelle : arrivée en force des blogs politiques (conjoncturel ?) et loisirs... et surtout féminisation de tout ça.

Perso, je trouve que c'est plutôt une bonne évolution... :)

06 novembre, 2009 10:30  
Blogger Clement a écrit...

Très intéressant ! Cependant, il manque un élément essentiel : la valeur !
Enfin, j'ai peut être pas vu, mais les pourcentages ne représentent qu'une évolution, mais certainement pas le fait que la blogosphère High Tech soit moins active.
Peut être que les blogs sur les loisirs et politiques ont explosés (surement).
C'est une bonne chose, mais cela n'indique en rien une diminution des blogs high tech.

06 novembre, 2009 10:31  
Anonymous Ferocias, blogueur littéraire a écrit...

Le blogage ne s'est-il pas tout simplement démocratisé? Les blogueurs devaient maîtriser certaines compétences techniques (ou du moins les autres le croyaient-ils) que semblaient réserver l'exercice aux Geeks. Puis les mamans, les fans de Surf, les amateur de bonne chère, les lecteurs,... se sont saisis de l'instrument alors que les High Tech sont partis vers d'autres horizons (Twitter & Co mais pas seulement: ils ont été aussi noyés dans la masse des nouveaux blogs (il serait intéressant de savoir combien de blogs HT - en volume - existaient aux deux dates pour comparer).
C'est en tout cas l'impression que j'ai.
Autre impression: la dictature du classement a amené certains à réduire le nombre de liens afin de ne pas se retrouver doublés par les autres.
Il me semble que par exemple les blogueurs politiques ou loisirs ne se posent pas genre de questions et s'amusent plus qu'autre chose avec le classement (même si un bon classement est pourvoyeur de visites).

06 novembre, 2009 10:39  
Anonymous Clément a écrit...

Je ne sais pas si c'est lié, mais je trouve de toute façon que la catégorie "high-tech" est totalement... dépassée, ne correspondant absolument pas à ce qu'on pourrait croire a priori.
J'entends high-tech, je pense robotique, bio/nanotechnologies, etc, etc.
Je vais sur Wikio, WAW Presse-Citron, Fubiz, Guim, BienBienBien...
Et encore je ne regarde que le top 20, mais ces 4 blogs ne sont clairement pas "high-tech". (ou alors si "Internet" est considéré comme high-tech, on peut aussi mettre le blog de Jean-Marc Morandini dans cette catégorie, la télé, c'est quand même de l'ultra haute techno...).
Bref, je l'avais déjà dit pour mon propre blog, parlant d'actu web, de campagnes online, offline, pour lequel j'étais persuadé qu'il s'agissait d'une erreur quand il avait été intégré à la catégorie high-tech, mais non, c'était normal.

Pour conclure, tout ça pour dire que... une répartition par catégorie n'est absolument pas représentative tant que les blogs présents dans cette catégorie n'ont rien (ou trop peu) à y faire (la palme va je pense à Fubiz...).

06 novembre, 2009 11:09  
Blogger Nicolas a écrit...

Vive les blogs politiques !

Excellent billet sur un sujet qui me passionne (bien plus que la politique...). C'est dommage qu'on trouve une photo de Bayrou en bas à droite ! ;-)

As-tu pu "mesurer" l'impact de la nouvelle vague de blogs "loisirs" Canalblog, intégrée au premier semestre, sur l'évolution générale ?

06 novembre, 2009 11:57  
Blogger Nicolas a écrit...

Pour répondre à Férocias :

Salut, qu'est-ce que tu fais là, toi ? Tu n'es pas en train de faire un billet avec des liens vers mon blog.

Plus sérieusement, si, la blogosphère, surtout politique, s'est bien démocratisée. Je pense que le départ du classement de deux poids lourds (Embruns et Versac, pour ne pas les nommer), quelques mois avant la refonte d'octobre 2008 y est pour beaucoup.

Pour répondre à un autre (je ne sais plus qui) :

Les blogs politiques ne sont pas plus actifs maintenant qu'il y a un an. En fait, je pense que l'activité a connu un pic au moment des présidentielles.


Un autre phénomène : l'arrivée de blogueurs plus généralistes (comme Gaël DeToutderien ou moi) qui sont à la croisement entre des blogs "loisirs", "geek", ...

06 novembre, 2009 12:05  
Anonymous Ferocias a écrit...

@ Nicolas: que veux-tu je suis un crétin qui s'intéresse à ces jeux puérils alors je me tiens informé ;)
Et pour le lien tu en as déjà eu un hier. A chaque jour suffit sa peine :)

06 novembre, 2009 13:19  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ecosphere> Oui, c'est une des difficulté. La base a beaucoup augmenté sur cette période, mais les algos auraient pu ramener des blogs high-tech, et ils ne l'ont pas fait: c'est qu'il n'y en a pas tellement, en fin de compte.

L'augmentation de la taille de la base a eu lieu sur une période brève, en mars, et le "déclin" de la part high-tech avait commencé avant, et s'est poursuivi après (et même accentué récemment). On voit par exemple que Presse-Citron, qui était toujours premier malgré ce "sourcing" important, est passé 2e, puis 3e, 4e et ce mois-ci 8e... Or là, il n'y a plus eu importation de nouvelles sources...

06 novembre, 2009 13:22  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Tim> Elles vont te les couper ! et tu l'auras mérité (les backlinks, je veux dire ;-)

06 novembre, 2009 13:23  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Steph> Feminisation oui, et c'est bien, mais on est quand même un peu dans une répartition des rôles assez classique (maman tricote), mais bon, les blogs ne sont que le reflet de la société, je présume !

06 novembre, 2009 13:25  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Clément> Ah, la valeur ! Bien malin qui peut la mesure. Wikio ne mesure qu'une chose : la force du réseau social qu'a su se construire un blogueur (c'est pour ça que les "bloss de fille" comme Poppyrose font de véritables cartons).

Mais j'ai ma petite opinion: le dégraissage actuel fera beaucoup de bien. Les blogs de qualité resteront, ou d'autres émergeront. Quantité ne rime pas trop avec qualité (je ne veux vous ressortir mon image de TF1 et Arte, mais vous voyez ce que je veux dire...)

06 novembre, 2009 13:47  
Anonymous Anonyme a écrit...

2 raisons à mon avis à cette baisse du coté high-tech :

1. comme il est dit ce genre de blogueurs est arrivé en masse en premier lieu, les autres catégories sont moins early adopter donc arrivent maintenant à maturité.

2. les blogueurs high-tech sont aussi les plus à même à faire attention à des choses comme le référencement, etc... et quand ils se sont rendu compte que Wikio les entubait niveau SEO et leur canibalisait des places dans les moteurs => ils ont demandés à être retiré de Wikio (regardez le classement il y a 1 an et maintenant, les gens sortit de Wikio se comptent par dizaines)

06 novembre, 2009 14:55  
Anonymous Anonyme a écrit...

Bah, Jean, c'est aussi que les membres du top ont compris comment marche ton algo, et jouent à le trafiquer, non ? Cf. Partageons nos avis, qui pratique l'échange de liens dans des billets, avec sa 20aine de potes, en mode systématique, organisé, et transparent, d'ailleurs, pour pouvoir monter au top du classement.

De fait, cela prouve que la longue traine est longue, et plate, et que quelques malins peuvent, par un travail humain, dans un micro-réseau ,faire croire qu'ils sont hyper cités.

Pas de quoi fouetter un chat, ou se poser de grandes questions sur la blog...

06 novembre, 2009 15:10  
Blogger Nicolas a écrit...

Anonyme,

C'est facile d'attaquer un type en n'osant pas divulguer son nom.

Cela dit, tu n'as rien compris. Mon blog est premier parce que mon nombre de potes n'est pas limité à une vingtaine, justement.

Comme disait Jean ci-dessus : "la force du réseau social qu'a su se construire un blogueur." Ce sont environ 90 blogs différents qui me font des liens tous les mois. C'est un gros réseau...

Par contre, tu fais bien de signaler que c'est parfaitement transparent de ma part.

Par contre, ce n'est pas du tout organisé (j'essaie juste de renvoyer la balle quand j'y pense et, pour tout avouer, d'envoyer des lecteurs par des jeunes blogueurs qui sont impressionnés d'avoir le number one débarquer chez eux).

Par contre, bis, ça n'est pas du tout systématique : la plupart de mes billets avec beaucoup de liens en contiennent tellement que ça n'a aucune valeur pour le classement.

N'as tu pas pensé que si je devais avoir une démarche organisée, il me faudrait y travailler à plein temps, ce qui m'empêcherait de travailler pour mon patron et gagner les quelques sous qui me permettent d'inviter des potes blogueurs à boire un bière dans mon bistro. Autre raison qui fait que mon blog est le premier : un réseau ça s'entretient.

06 novembre, 2009 15:34  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nicolas> Blogs Loisirs : je n'ai pas ciblé spécialement ceux-là, mais c'est intéressant de voir que ce sont ceux-là seulement qui sont arrivé dans les filets de mes crawlers. Il y en a beaucoup plus que de blogs high-tech, et ils se lient beaucoup plus (la force de ces réseaux sociaux, souvent féminins, est impressionnantes, et ils ne font pas ça pour grimper chez Wikio, qu'ils ignorent la plupart du temps).

Ceci étant, le mouvement s'est amorcé avant ce sourcing, amplifié après, et en valeur absolue, le nombre de backlinks dans la sphère high-tech diminue. Le "Wikioscore", qui mesure ça a fait une chute vertigineuse. Presse-citron, qui est toujours premier en high-tech n'est plus qu'à 99 liens alors qu'il était à 160 au mieux de sa forme (en gros 1 point = 1 backlink).

Et ça ce n'est pas relatif, mais absolu, comme mesure. J'y reviendrai sans doute dans un prochain billet !

06 novembre, 2009 15:51  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Anonyme+Nicolas> Tout algo est trafiquable, y compris celui de Google et les spécialistes en SEO ne font que ça (c'est pour ça qu'on a des résultats pourris sur la moindre recherche de produits).

Ceci étant, celui-ci est quand même assez dur à trafiquer : un seul lien d'un blog vers un autre compte chaque mois, si on truffe un billet de liens ceux-ci comptent de moins en moins, etc. J'ai déjà tout expliqué.

Et (SCOOP!) j'ai mis au point une petite arme anti-clique supplémentaire que je vous expliquerai dans les prochains jours ;-)

06 novembre, 2009 15:58  
Blogger Nicolas a écrit...

Je ne suis pas un spécialiste en SEO. Je ne sais pas ce qu'est le ou la SEO... Mon truc à moi est de faire des billets de blog !

06 novembre, 2009 16:06  
Anonymous Clément a écrit...

Jean >
Je crois que le message que je voulais faire passer par mon commentaire n'a pas été compris :).
Je ne parlais pas de valeur mais bien de cohérence du "rubriquage".
Fubiz est plus dans les "arts" que dans le high tech
Guim est plus dans du divers de type webzine
Suchablog est clairement généraliste/webzine
Ca m'a toujours un peu intrigué, voilà tout :).

06 novembre, 2009 16:25  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Clément> Ah oui, ok ! ambiguïté du langage quand tu nous tiens ;-)

Le découpage en catégorie est extrêmement difficile... Quoi qu'on fasse ce sera toujours plus ou moins bancal. Il y a des gens à cheval sur politique high-tech et autres (comme moi ;-), etc. J'y réfléchis, mais je ne vois pas de solution miracle...

06 novembre, 2009 16:39  
Blogger Papilles et Pupilles a écrit...

Pour la blogosphère High tech je ne sais pas mais pour la cuisine j ai une petite idée - sur ton diagramme elle passe de 4 à 2%. Or elle n est pas moins dynamique ou moins linkée ; c est tout simplement parce que la blogo culinaire était très cliente de canalblog qui publiait des flux entiers et qu elle est beaucoup passée chez overblog en publiant un rss tronqué ; on publie souvent du contenu tronque dans la cuisine car notre contenu n est pas obsolète rapidemment . Enfin c'est juste mon avis :)

06 novembre, 2009 16:40  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Nicolas> Photo de Bayrou: c'est juste qu'il a accepté qu'on fasse un livre d'entretiens avec mes complices Nico et Estelle. Ségo n'a pas eu le temps (ou l'envie), sinon elle aurait eu son livre aussi ;-)

Je ne suis pas au MoDem, ni nulle part.

Je n'ai qu'une devise: "Le drapeau noir est encore un drapeau..." (Léo Ferré)

06 novembre, 2009 16:41  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Papilles> Le passage de 4% à 2% sur le top 100 n'est pas très significatif. Il suffit de deux blogs mieux placés pour que ça change.

En fait, la gastronomie résiste bien. En nombre absolu de liens c'est assez stable.

Mais il est vrai qu'Overblog pose un problème. Pas mal de blogueurs étaient mécontent dans le top politique aussi (je crois que certains en sont partis d'ailleurs). En quelque sorte, il ne jouent pas bien le jeu du Web 2.0... Mais je crois avoir entendu dire que pour avoir des liens dans les flux, il y avait une offre payante ? Ceci explique sans doute cela...

06 novembre, 2009 17:25  
Blogger Papilles et Pupilles a écrit...

Jean, je ne sais pas, je suis chez Blogger. Mais le pb de la cuisine, c'est que les recettes ne vieillissent quasiment pas. Une recette de pot au feu est toujours intéressante même 5 ans après. Nos flux s'ils sont entiers sont repris par des multitudes de sites divers et variés de toute la francophonie et comme ces sites sont faits par des geeks, ils sont beaucoup mieux référencés que les nôtres. Nos recettes se retrouvent donc mieux référencées ailleurs que chez nous. D'où la multiplication des flux tronqués dans la cuisine.

06 novembre, 2009 17:37  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Papilles> La gastronomie et terriblement squattée par les spécialistes du référencement. Ca m'est arrivé de chercher une recette et d'enrager parce qu'il y avait des pages de sites optimisés qui proposaient des recettes plus nulles les unes que les autres ou des forums sans intérêt...

La blogueur (ou la blogueuse) lambda a bien du mal à se battre au milieu de ces monstres, qui tue le wen à mon avis, comme la Caulerpa taxifolia tue les fonds marins. Je comprends la réaction de tronquer ses flux (mais ça ne change hélas pas grand chose).

La dépendance à Google pour la survie est devenue quelque peu problématique à mon avis !

06 novembre, 2009 17:47  
Blogger Papilles et Pupilles a écrit...

Oui, tu as raison. Cela nous évite au moins de nous énerver parce qu'on retrouve nos photos partout; les recettes, bon, tu ne peux pas dire que tu as inventé le pot au feu ;) mais les photos, argh ! enfin vaste sujet. Merci. Je retourne à mes casseroles ;)

06 novembre, 2009 17:57  
Blogger julien a écrit...

très intéressant... merci pour ce post, qui démontre une fois de plus que la technologie se démocratise... qu'on se souvienne des geeks et autres pisseurs de code, des accros aux jeux videos (qui ciblent dorénavant les femmes et les séniors).. la technologie finalement, c'est comme savoir changer les bougies de sa voiture. on s'en fout. on finira par avoir un ordinateur comme on a un frigo. il marche. et pis c'est tout.
et à la poubelle les traitements de texte, tableurs et autres logiciels de dessin. On écrit, on calcule, on dessine. des outils pour des usages, non l'inverse. quant aux blogs, ils sont faits pour s'exprimer. sur tous les sujets.

06 novembre, 2009 18:41  
Anonymous Ferocias a écrit...

Mais pourquoi il ne me répond §Jean à moi, hein pourquoi? ^__^

06 novembre, 2009 20:27  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ferocias> Ah, je t'avais zappé, mille excuses ! Trop de commentaire ssur ce billet ;-)

Le blogage ne s'est-il pas tout simplement démocratisé? -- si, bien sûr. C'est pour ça qu'on a vu apparaîtr des dizaines de milliers de blogs sur le tricot, le scrapbooking, les animaux, la politique, le sport, la cuisine, bref, les choses de la vraie vie.

Autre impression: la dictature du classement a amené certains à réduire le nombre de liens afin de ne pas se retrouver doublés par les autres. -- ça se pourrait bien, hélas. Mais, bon, je pense que c'est un calcul perdant. On leur revaut probablement la pareille le coup d'après. Enfin, si les gens sont assez bêtes pour faire des liens vers des gens qui ne renvoient pas l'ascenseur, après tout, ça les regarde !


Il me semble que par exemple les blogueurs politiques ou loisirs ne se posent pas genre de questions et s'amusent plus qu'autre chose avec le classement (même si un bon classement est pourvoyeur de visites). -- je suis assez d'accord, et c'est peut-être justement pour ça qu'ils grimpent.

En high-tech, le jeu a beaucoup été faussé par des calculs divers, et l'espoir de monétisation (billets sponsorisés, etc.) qui est certainement bien illusoire...

06 novembre, 2009 20:33  
Anonymous Clément a écrit...

Jean >
J'aurais bien une solution : quand quelqu'un dit qu'il estime que son blog est plus dans Marketing que dans High-Tech, alors on envisage de le déplacer :)(tant que ce n'est pas totalement loufoque bien évidemment).
Ca n'avait malheureusement pas l'air d'être la politique wikio à l'époque où j'avais fait cette démarche... me donnant l'impression que cet immense pot-pourri "High Tech" était entièrement voulu.

07 novembre, 2009 01:24  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Clément> Oui, c'est prévu dans la feuille de route de Wikio, avec le projet "Page Sources" : tout ce qu'on sait sur un blog (son nom, ses flux, ses backlinks, son classement, sa catégorie, etc.) seront affichés, et modifiables par l'utilisateur. Ca viendra, mais tout prend toujours plus de temps qu'on aimerait au niveau développement (et il faut aussi mettre en place un système de type "claim your blog" pour vérifier que celui qui modifie est bien l'auteur).

07 novembre, 2009 08:38  
Anonymous Greg a écrit...

Je ne dirai pas en long en large et en travers ce qui a sûrement été dit des dizaines de commentaires avant moi, pour ma part je retiens une chose : tout se paye dans la vie, si vous dîtes des choses sans importance, sans originalité et sans consistance n'espérez pas vivre de vos écrits. Si vous voulez être lus il faut le mériter.
-- NB : J'aime ce blog, chapeau à son auteur. --

07 novembre, 2009 20:25  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Greg> Merci pour le compliment.

Je crois que vous avez raison. Mais hélas même si vous dites des choses intelligentes, il n'est pas garanti du tout que que vous en viviez...

08 novembre, 2009 13:31  
Anonymous Annie a écrit...

bonjour,
pour ma part la high tech bien d'accord… mais…
mon blog classé en divers faute de l'existence des voyages (les Français sortent-ils de chez eux ou sont-ils intéressés par d'autres cultures que la leur ?) comme catégorie me voilà en divers
ou alors une catégories "moeurs et civilisations" ou "cultureS"
je baisse donc chez wikio… alors que mes visites (témoins gg analytics + stats sur site) montent avec +50 % d'augmentation des visites en 1 an et + 160 % de pages vues…
comme un défaut donc à wikio

09 novembre, 2009 09:52  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Bonjour Annie,

Il y a deux choses dans votre mot. Tout d'abord la question de la catégorisation. Elle est difficile comme vous pouvez imaginer. On a essayé de faire un classement Voyages,mais c'est très difficile. Beaucoup de blogs en parlent de façon épisodique, par exemple pour raconter des vacances, puis passent à autre chose. On a aussi beaucoup de spam (il y a des choses à vendre semble-t-il dans ce secteur !)... Donc ça viendra peut-être mais c'est dur à démarrer (si vous avez une liste de blogs, on est preneurs !)

Le deuxième point, c'est la visites. Il n'y a pas de relation entre le classement Wikio et les visites. Il ne se base que sur les liens entre blogs, donc le réseau social que forme les blogs. Nul ne sais mesurer l'audience des blogs à l'heure actuelle.

09 novembre, 2009 09:59  
Anonymous Annie a écrit...

merci pour la réponse rapide.
Une liste de blogs… j'en ai quelques uns… que j'ai mis ou non d'ailleurs dans ma blogliste (je n'ai mis que ceux que j'apprécie)… enfin une dizaine…

je demandais aussi "cultureS" car je suis passionnée par les autres manières de voir que nous dans l'hexagone ce jour… qu'elles soient de maintenant, d'ici, d'avant (Histoire), d'ailleurs… "moeurs et civilisations" donc… si vous avez un autre nom pour le définir je n'ai rien contre

en attendant j'ai enlevé le rang "divers" de wikio de mon blog : je suis pas maso

09 novembre, 2009 10:11  
Blogger Loran Bernardi a écrit...

Bonjour Jean
je crois que vous avez raison de parler de Twitter. Pour ne parler que de mon petit cas a moi, les blogs technos que je suivais avec Netvibes ont quasiment disparus de mon agregateur a l'exception de standblog, slashdot, internetactu et zero secondes - pourquoi ceux la... va savoir, j'en suivais une vingtaine, pour le reste j ai du mal a digerer tout ce qui arrive dans mon twitter (echofon)... A ce propos, j'aime beaucoup l'evolution de Narvic, qui twitte beaucoup, et bloggue uniquement des articles tres riche.
bonne soiree,
Loran

09 novembre, 2009 18:39  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Loran> Oui, c'est marrant, je me faisais la même réflexion. Avant j'avais du mal à suivre tout ce que j'avais dans mon Google Reader, et ces temps-ci il est de plus en plus vide. Il a même fallu que je réalimente avec d'autres sources ces derniers jours.

Ca Twitte beaucoup, effectivement. Mais souvent ce sont des RT sur des articles de blogs. Donc il faut espérer qu'il y aura encore des gens qui vont écrire des articles de fond, sinon, ça risque vite de twitter à vide !

09 novembre, 2009 18:51  
Blogger François a écrit...

J'ai un peu une vision différente sur l'explication de cette chute. Je me demande plus volontiers si les pratiques singulières des blogueurs HT ne sont pas également en cause.
J'ai fait un article là dessus http://www.penser-le-web.com/blogueurs-et-blogospheres/blogueurs-blogs-high-tech-wikio mais j'imagine que vous l'avez déjà aperçu.

10 novembre, 2009 12:22  
Blogger Olympe et le plafond de verre a écrit...

auriez vous ou sauriez vous ou trouver des stats qui donnerait, toutes catégories confondues, une répartition des blogs hommes/femmes ?
merci d'avance si vous avez ça en magazin

28 novembre, 2009 22:03  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Hélas, Olympe, non, je n'ai pas ce type de données, et je doute qu'elle existent... Il faudrait prendre un nombre important de blog et voir à la main si c'est H/F. Gros travail (mais qui devrait intéresser les sociologues) !

29 novembre, 2009 16:21  

Enregistrer un commentaire