Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

dimanche, septembre 26, 2010

Rachida: Le lap...suce !

J'adore les lapsus, surtout ceux de nos hommes et femmes politiques (voir ici) ! Nous en avons d'ailleurs relevé quelques fameux avec mon compère Louis-Jean Calvet dans Combat pour l'Elysée, comme celui de Dominique de Villepin au plus fort de la crise du CPE, qui s'exclamait dans l'hémicycle : « Attendons le Conseil constitutionnel qui prendra sa démission… qui prendra sa décision, voulais-je dire, demain. ». Rires des députés. Au moins ça a eu le mérite de détendre l'atmosphère ! Mais quand on entend des « glissements de langue » (l'expression anglaise n'est-elle pas magnifiquement appropriée ?) comme celui de Rachida Dati ce dimanche sur Canal+, il faut se frotter les oreilles et rejouer la vidéo, tellement ça semble sortir tout droit de la Psychopathologie de la vie quotidienne... Freud doit bander dans sa tombe !

« Moi quand je vois certains qui demandent des rentabilités à 20, 25% avec une fellation quasi nulle, et en particulier en période de crise... » nous déclare-t-elle sans sourciller. Il faut remonter loin pour en avoir un aussi beau. Il me rappelle celui de Robert-André Vivien en 1975 à l'Assemblée Nationale, en plein débat sur la classification des films pornographiques, qui lâcha un superbe : « Monsieur le Ministre, il faut durcir votre sexe, heu pardon, votre texte ! » [1].

Politiques de tout bord, souvenez-vous de ce vers de René Char : Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux...

Source: LePost.fr et Canal+

[1] Cité par Raymond Lefèvre dans "Morale, culture, censure, fiscalité, Transcription des deux grands débats - le premier in extenso - de l'Assemblée Nationale sur la politique du gouvernement en matière cinématographique" in L'érotisme en question, Cinéma d'Aujourd'hui, 4, 1975. Il est intéressant de voir que le scribe, pudique a gommé le lapsus dans la transcription officielle (voir pdf). Celui de Villepin a été fidèlement transcrit (voir ici).



10 Commentaires:

Anonymous Cochonfucius a écrit...

Politiques de tous bords... Au moins un d'entre eux a cette phrase de René Char dans son blog,

http://villepinoulenergiedelaction.over-blog.com/article-4348827.html

c'est Villepin, justement.

28 septembre, 2010 13:27  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Au moins Villepin a de la culture, et de la classe. Ca nous changerait de certains si jamais...

28 septembre, 2010 23:16  
Anonymous Anonyme a écrit...

Pourquoi parler d'expression anglaise pour glissement de langue ? Lapsus, abréviation de lapsus linguae signifie bien cela.

03 octobre, 2010 19:23  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ah, oui, c'est vrai en effet ! j'avais en tête le slip of the tongue. Du slip à la fellation, ma foi...

03 octobre, 2010 19:40  
Anonymous Anonyme a écrit...

Tiens,c'est curieux : Messieurs Hortefeux et Besson n'ont semble-t-il, dans leur chasse aux Roms, pas pensé à inquiéter nos Bobos, qui sont bien, cependant, des bourgeois-Bohème !

D'où vient qu'on appelle "bohème" un style de vie artiste et pauvre ? Est-ce lié aux "Bohémiens",les Roms, dont un certain nombre exerçaient des professions en rapport avec le spectacle, notamment le cirque ?

05 octobre, 2010 23:46  
Anonymous JCD a écrit...

Puisque vous parlez du scribe de l'Assemblée, il faut remarquer que son travail est extrêmement difficile : il doit produire un texte proche de celui qui a été prononcé tout en le traduisant dans une langue que je qualifierais volontiers de "oral écrit" qui n'est ni de l'écrit, ni de l'oral. Cela implique souvent de la réécriture mais aussi et surtout l'élimination de scories diverses dont le maintien perturberait le lecteur, comme les heu, les hum et autres onomatopées. On peut éventuellement classer parmi ces scories les lapsus pour autant qu'ils n'aient pas de signification politique (même s'ils en ont une psychanalytique ou humoristique).
Cela donne une tension entre deux devoirs contradictoires pas toujours évidente à résoudre.

06 octobre, 2010 01:49  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Anonyme> Oui, bien sûr c'est lié aux Bohémiens dont le mode de vie libre avait fasciné les Romantiques (voir billet suivant)...

06 octobre, 2010 06:11  
Blogger Jean Véronis a écrit...

JCD> Oui, je connais bien ces problèmes. L'équipe de recherche que j'ai dirigé il y a quelque temps était spécialisée dans la transcription de corpus oraux. Si l'on transcrit fidèlement (avec les euh, reprises, erreurs, etc.) la parole est quasi incompréhensible. L'interlocuteur humain filtrer toutes ces "scories" d'une manière dont on a rarement idée avant de se pencher sur la question !

06 octobre, 2010 06:14  
Anonymous blog a écrit...

Mme Dati, J'adore !
Chassez le naturel il reviens au galop.
j'habite la plupart du temps au Maroc, je sais de quoi je parle :D

06 octobre, 2010 13:32  
Anonymous JCD a écrit...

Votre équipe avait un objectif différent de celui d'une équipe de compte rendu parlementaire. Les transcripteurs parlementaires ont un rôle de publicité des débats fondamental, sans eux la publicité des débats parlementaires ne serait qu'un leurre. Cela implique de rendre intelligible les propos des parlementaires et des ministres pour un citoyen auquel on ne demande l'exercice d'une seule compétence : savoir lire.
Je dirige un tel service et ce n'est pas de la tarte !

07 octobre, 2010 01:24  

Publier un commentaire