Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

lundi, janvier 30, 2012

Sarkozy: Jamais prononcé "TVA sociale" ?

Le chef de l'Etat nous expliquait hier que le mot TVA sociale « n'avait aucun sens ». « Jamais vous ne m'avez entendu le prononcer », ajoutait-il.

Pas de chance, les mots laissent désormais des traces. Nicolas Sarkozy en parlait dès juin 2006 dans son discours d'Agen, qu'il a repris à peu près dans les mêmes termes en Indre-et-Loire, en juillet de la même année.

C'est devenu un vrai thème de campagne avec la conférence de presse du 2 avril 2007 ("Je veux taxer la pollution et expérimenter la TVA sociale", nous disait-il, propos réitérés dans différents discours le même mois). Le point culminant a été atteint après l'élection, lors des rencontres parlementaires du 20 juin 2007. Nicolas Sarkozy entre dans le détail:

Je veux prendre mes responsabilités aussi sur ce qu'on a appelé le débat sur la TVA sociale. Dans le monde tel qu'il est, face aux pays à bas salaire, financer notre protection sociale en taxant le travail incite à la délocalisation et contribue à faire de l'emploi une variable d'ajustement. On ne peut pas continuer comme cela. Et toute personne sérieuse qui réfléchit à cette question doit se poser cette question. On ne peut pas continuer à exonérer les importations du financement de notre protection sociale. On ne peut pas continuer à surtaxer le travail. On ne peut pas rester les bras croisés devant les délocalisations. Les délocalisations, c'est un vrai problème. Ce serait indigne de la confiance que m'ont témoignée les Français que de ne pas poser la question de la délocalisation. 
Alors, contrairement à ce que disent certains observateurs, s'abstenir sur la TVA sociale et regarder passer le train des délocalisations serait non seulement une faute économique, mais une faute morale et une faute politique. J'ai décidé de négliger aucune piste. Les Allemands viennent de l'expérimenter, les Danois l'ont adoptée. Est-ce que vous croyez que la France s'honorerait d'avoir un gouvernement qui dit : "Ce que les Allemands viennent de réussir, ce que les Danois ont expérimenté, ce qui est dans le débat politique français, n'est-ce pas Jean ARTHUIS, depuis des années, on ne va même pas l'étudier, parce que si on l'étudie on est suspecté. Mesdames et Messieurs, si être un responsable politique c'est manquer à ce point de courage c'est que l'on n'est pas un responsable politique. Moi je ne veux pas rester les bras croisés devant les délocalisations. Je vais prendre mes responsabilités et je vais vous dire les choses telles que je les pense : si la TVA sociale n'est pas efficace contre les délocalisations, si la TVA sociale n'est pas bonne pour l'emploi et pour le pouvoir d'achat, on ne fera pas la TVA sociale. Si la TVA sociale contribue à freiner les délocalisations. Si elle est bonne pour l'emploi. Si elle est bonne pour la croissance, si elle ne pénalise pas le pouvoir d'achat, alors nous ferons la TVA sociale
C'était clair me semble-t-il...

10 Commentaires:

Anonymous Anonyme a écrit...

Je trouve la citation du jour fort rigolote dans le contexte:

On croit que les rêves, c'est fait pour se réaliser. C'est ça, le problème des rêves : c'est que c'est fait pour être rêvé. (Coluche)

;)

30 janvier, 2012 15:28  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Oui, je l'ai laissée, bien qu'elle soit ancienne, parce que j'ai trouvé qu'elle allait drôlement bien...

30 janvier, 2012 15:31  
Anonymous Cochonfucius a écrit...

Je suis impressionné par la capacité que possèdent certains illusionnistes à s'illusionner eux-mêmes.

Notre président a vraisemblablement fait tout un travail pour se persuader qu'il n'avait jamais mentionné cette fâcheuse entité, et à la suite de cela, en convaincre le reste du monde lui semblait faisable.

Sauf que non.

31 janvier, 2012 11:29  
Blogger Jean Véronis a écrit...

J'avoue que ça ma perturbé...

Mensonge? A l'heure d'internet, ce genre de contre-vérité peut-être vérifiée instantanément par des milliers de journalistes et de citoyens. C'est l'assurance d'être pris la main dans le pot de confiture. Si c'est un mensonge, il est donc assez stupide, et peu encourageant sur les capacités communicationnelles résiduelles du président (qui était pourtant un maître en la matière...).

Oubli? Grave aussi... Fatigue, usure. Les fins de mandat sont dures, surtout celle-ci. Ca me rappelle un certains président "fatigué, usé, vieilli". Hypothèse pas très encourageante pour une réélection.

Alors, le plus probable, c'est dans doute que nos hommes politiques perdent parfois pied avec la réalité. Comme tu dis, ils se persuadent eux-mêmes de leurs rêves (le cas récent le plus étonnant est sans doute celui de Morin et du débarquement !), même s'ils ont peu de rapport avec le monde réel. Pas très encourageant non plus dans une période où on aimerait une lucidité sans faille...

31 janvier, 2012 11:38  
Anonymous Macsime a écrit...

Autre hypothèse : le Président savait pertinemment que le 1% de gens capables et voulant faire une telle vérification sur le Net, ne fait de toute façon pas partie de son "pool électoral".

On appelle ça du cynisme, je crois. Une spécialité constante de nos gouvernants, non?

31 janvier, 2012 12:54  
Blogger Valérie de Haute Savoie a écrit...

Oui je pense que Macsime est dans le vrai. Je vois bien à mon bureau le manque total de curiosité de mes collègues qui avalent sans broncher tout ce que dit sarkozy. Lui seul dit vrai y'a pas à chipoter c'est comme ça, c'est le président.

01 février, 2012 07:38  
Anonymous Lourdoueix a écrit...

Idem pour Bayrou qui a affirmé chez Ruquier ne pas avoir voté pour le traité de Lisbonne (cf. la dite émission à 12mn40), alors que les archives de l'Assemblée Nationale (http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo9000.asp) montre qu'il fait partie des votants qui l'ont adopté.
Pourtant il y a eu bien peu de réactions à ce sujet, alors que j'ai fait un bond sur ma chaise quand j'ai entendu ça !
Mais on le sait bien, plus le mensonge est gros, mieux il passe !

08 février, 2012 12:26  
Anonymous Mireille a écrit...

Bonjour,

Comptez-vous mettre les discours de cette campagne dans votre base politique ?
Et je n'oublie pas le présidographe de 2007, à quand celui de 2012 ?

Merci pour tout,
Mireille

26 février, 2012 20:30  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Mireille, merci de votre fidélité.

Justement! Je n'écris pas beaucoup parce que je suis a fond sur un outil, un "radar" de la présidentielle, en collaboration avec Linkfluence, et qui va sortir sur le site du Monde lundi ou mardi ! J'en parlerai ici même, bien sûr.

Bon week-end !

02 mars, 2012 19:21  
Anonymous Clément a écrit...

Nicolas Sarkozy, comme tous les politiques, se répète et se contredit sans arrêt. Le problème est que, comme évoqué dans l'article, les gens ont une mémoire, et internet en a encore plus, d'autant qu'elle est illimitée. Malheureusement, même si internet et ses internautes repèrent facilement les contradictions et répétitions des politiques, peu des présentateurs TV (qui sont les individus les plus susceptibles de le faire la plupart du temps) osent mettre leurs invités le nez dans leurs contradictions...

06 mars, 2012 00:08  

Publier un commentaire