Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

mercredi, septembre 23, 2009

Buzz: Suicides France Telecom

Le suivi de tendances que je mets au point pour Wikio n'amène pas que de la rigolade, hélas...

Très triste.

J'ai beaucoup travaillé avec France Telecom (notamment R&D) depuis le début des années 80, et j'y ai beaucoup d'amis. J'ai une pensée pour eux : je connais leur détresse... Ceux que je connais sont des gens qui se sont donnés à fond pendant des années, et qui ne demandaient qu'une chose, continuer à fournir le meilleur d'eux-mêmes. On les a pressurés, découragés, placardisés. Ce ne sont plus que des chiffres dans des tableaux Excel. Indigne.

Quant aux patrons et journalistes qui parlent de "mode" ou qui se gaussent sur ces planqués de fonctionnaires (pendant qu'eux-mêmes n'ont probablement pas trop de soucis en sirotant leur punch au bord de leur piscine), je n'ai qu'un mot à la bouche : enfoirés.

Libellés :


25 Commentaires:

Anonymous Anonyme a écrit...

sur le meme sujet... http://manu-xyz.blogspot.com/2009/09/mood.html

23 septembre, 2009 12:21  
Anonymous Anonyme a écrit...

sur le même sujet, et plus factuel sans doute :
http://fr.wikipedia.org/wiki/France_Telecom#Le_climat_social

23 septembre, 2009 13:26  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Oui, et il y a aussi les témoignages de salariés (le monde du 11/09) : ""Un management par la terreur. Nous sommes obligés de demander la permission à notre responsable pour aller aux toilettes. Si le temps de pause dépasse une minute, nous devons fournir une explication écrite.... etc.

Comment acceptons-nous cela ?

23 septembre, 2009 13:32  
Blogger Mrique a écrit...

Bonjour Jean
L'article de témoignage du Monde est effrayant
Le top management n'a d'oeuil que pour le chiffre d'affaire, ne peut on pas lancer des mots d'ordre du type "Contre ces comportements, changez d'opérateur !" ?
Il n'y a pas parmi les spécialistes du buzz quelques âmes civiques et revendicatives pour faire circuler ce type d'idées ?

23 septembre, 2009 13:47  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ce ne sont ni de bons managers, ni de bons libéraux. Simplement des incapables.

23 septembre, 2009 14:17  
Anonymous Port-Royal a écrit...

Excepté que je n'ai pas été en situation de travailler pour FT, je suis un peu dans la même situation que vous et partage les mêmes sentiments. Un de mes proches est cadre dirigeant de cette société et je vous remercie d'exprimer votre dégoût avec cette économie de mots. La citation d'Elsa Triolet me paraît, hélas ! tragiquement juste.

23 septembre, 2009 14:25  
Anonymous lp a écrit...

Travaillez pour "Orange" et on vous pressurera comme un citron..."Dégage de la boite, pôv' con !" Le règne des petits chefs ( avec ou sans talonettes ) à tous les niveaux en France ? Stupeur et Tremblement...

23 septembre, 2009 19:43  
Anonymous restaurant a lyon a écrit...

Il faut réellement que les entreprises se penchent sérieusement sur le bien-être au travail, ils gagneraient en rentabilité avec des employés heureux, c'est bien connu.
Tout le monde y trouverait son compte.

24 septembre, 2009 11:04  
Anonymous kim a écrit...

C'est dommage, aprés longues années de travail...c'est dure

25 septembre, 2009 22:03  
Anonymous michaël a écrit...

La chose la plus troublante, au-delà de l'imbécillité des dirigeants et commentateurs “modistes”, c'est de voir des entreprises qui furent publiques (Renault, FT) devenir le théâtre des pires excès managériaux, avec les mêmes conséquences dramatiques (la première en 2006-2007, la seconde depuis bientôt un an).

Il reste à comprendre et expliciter les causes de cette dérive, où des idéaux sociaux communs se sont transformés en une trentaine d'années en des rêves petits-bourgeois de rentes boursières.

26 septembre, 2009 06:57  
Anonymous Kitof a écrit...

Il s'agit visiblement d'un sujet qui vous tiens à cœur, car il est rare de vous lire aussi "passionné" sur un sujet d'actualité.

Pour rationaliser un peu le débat, je me permet d'apporter quelques chiffres, qui ne sont, à ma grande surprise, jamais repris par les journalistes :

Le taux de suicide en France est d'un peu plus de 16 pour 100 000 par an. FT compte 187 000 salariés et 24 suicides en 18 mois. Je vous laisse faire le compte.

Je ne nie pas les problèmes lié au management, mais il ne faudrait pas nier l'effet "statistique" de ces drames, amplifiés par les médias.

29 septembre, 2009 11:28  
Blogger Jean Véronis a écrit...

J'ai droit à un coup de gueule de temps à autre, Kitof ;-)

J'ai entendu l'argument que vous émettez. Je ne sais pas si les chiffres sont vrais ou pas (il faudrait comparer non pas avec la population générale en France, on sait que certaines catégories comme les adolescents et les précaires sont plus enclins au suicide, mais avec le taux de suicide dans les grandes entreprises par exemple...)

Mais peu importe. Le problème n'est pas arithmétique. S'il y a une telle résonance autour de ces suicides, c'est parce qu'ils'entourent d'un contexte inacceptable dans une société moderne et responsable. Et j'en apporte le témoignage direct, pour avoir constaté de mes yeux, avec les gens que j'ai cotoyés, les véritables entreprises de placardisation, de déstabilisation des personnes jusqu'à ce qu'elle craquent et acceptent pré-retraites, mutations sauvages, etc.

C'est inadmissible.

29 septembre, 2009 12:16  
Anonymous Kitof a écrit...

Nous ne sommes pas sur le même débat. Vous parlez vraisemblablement d'un sujet que vous connaissez, et je ne remet pas en cause les conditions de travail internes que je ne connais pas.

Par contre, je conteste la communication des médias autour du "chiffre", qui, même s'il s'agit d'autant de drames humains, n'est pas extraordinairement haut statistiquement parlant. Et vous êtes bien placé pour savoir qu'une demie information est de la désinformation.

Voilà, mon but n'est pas de rentrer dans une polémique mais de tenter d'extraire de ce débat un sujet dans la tonalité de votre blog.

Pour information mes sources sont :
- L'étude Drees de Sept 09, où vous trouverez toutes les informations nécessaires si elles vous intéressent : http://www.sante.gouv.fr/drees/etude-resultat/er-pdf/er702.pdf
- Article du Monde (abonné uniquement) : http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/04/22/france-les-paradoxes-d-un-pays-en-proie-au-doute_1036979_823448.html
- "Wikipédia" pour les chiffres concernant FT.

Au plaisir de vous lire.

29 septembre, 2009 13:45  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Hélas, l'utilisation des chiffres dans les médias relève très souvent de la haute fantaisie... Je ne sais pas s'il faut d'ailleurs accuser les médias: ils sont simplement le reflet de l'a-mathématisation générale de la société (significatif: il n'y a même pas dans notre langue d'équivalent pour "analphabète" ou "illettré" en ce qui concerne les maths). Je le vérifie quotidiennement avec mes étudiants et on voit même des ministres s'embrouiller allègrement avec les statistiques, les pourcentages, etc. Peut-être y a-t-il des choses à revoir dans notre système éducatif...

Ceci étant les choses sont complexes, et les statistiques bien difficiles à manier. On ne peut comparer que ce qui est comparable, et la mise en avant de chiffres bruts peut être aussi trompeuse que le silence sur les chiffres. Il faudrait comparer les taux de suicide de FT avec ceux de la même tranche d'âge, même niveau social, même type de métier, situation familiale (je crois que la première causse de suicide chez les non-ados est la séparation de couple), etc.

A noter au passage: bien conscient de ces difficultés, et n'ayant connaissance d'aucune étude sociologique sur le sujet, je me suis bien gardé d'appeler quelque chiffre que soit à la rescousse !

(merci pour vos liens très instructifs)

29 septembre, 2009 14:02  
Anonymous Christian Hivert a écrit...

Ne serait-ce pas là l'évolution générale de la société moderne initiée déjà en 1981 avec la victoire du cynisme rampant des Révolutionnaires Nationaux de Tonton la Cagoule. Les médiocres ont leur heure de gloire, leur arme est la déstabilisation morale de toute personne valeureuse et compétente par les attaques harcelantes de fines manipulations perverses, les grands journaux de Gauche (Libé Actuel etc.) ne le disent-ils pas depuis des décennies, la compétence est l'insigne des faibles, seuls les forts ont le droit à une place, fallait-il faire tant d'étude pour le découvrir? Ce qui se passe n'est que l'aboutissement malheureux d'un état général d'esprit des classes intermédiaires et de leur arrogance continue envers les plus démunis, tous ces petits capos pervers experts en manageuring sont les nouveaux contremaitres de la production réorganisée, ils sont dans toute la société, dans tous les regroupements, dans toutes les associations, dans tous les partis,dans toutes les boites et pas seulement à FT, il sont les nouveaux gardes chiourmes du camp de production concentration que devient le monde moderne, cette classe intermédiaire se ressaisira-t-elle? Ou préservera-t-elle ses intérêts dus à ses longues études en baissant lâchement la tête, l'histoire nous informe-t-elle à ce sujet?

http://www.mouvementautonome.com/article-35027106.html

29 septembre, 2009 15:39  
Anonymous Anonyme a écrit...

24 suicides ! Comment une société dont l'activité est de relier les hommes entre eux ( téléphone, internet..) a-t-elle pu couper le lien en interne avec ses employés au point de pousser 24 d'entre eux à la mort ? Le PDG de France Telecom devrait avoir la décence de s'effacer.
Le mot "enfoirés" est trpp doux pour désigner les salauds qui ont parlé avec désinvolture de cette crise de désespérance en l'appelant mode.

29 septembre, 2009 20:11  
Anonymous Anonyme a écrit...

Kitof a écrit...

Il s'agit visiblement d'un sujet qui vous tiens à cœur, car il est rare de vous lire aussi "passionné" sur un sujet d'actualité.

Pour rationaliser un peu le débat, je me permet d'apporter quelques chiffres, qui ne sont, à ma grande surprise, jamais repris par les journalistes :

kitoff: "Le taux de suicide en France est d'un peu plus de 16 pour 100 000 par an. FT compte 187 000 salariés et 24 suicides en 18 mois. Je vous laisse faire le compte.

Je ne nie pas les problèmes lié au management, mais il ne faudrait pas nier l'effet "statistique" de ces drames, amplifiés par les médias."

vous comparez le nombre de suicide en france et les suicides de FT (qui mettent en cause leur entreprise dans des lettres)
or les 16 suicides/100000 que vous avancez n'ont pas forcément pour cause leur emploi, et c'est bien cela qui choque dans le cas de FT

merci a JEAN VERONIS d'éviter l'utilisation de chiffres inutiles...

01 octobre, 2009 09:00  
Anonymous Anonyme a écrit...

et j ajoute que ces chiffres ne révèlent en rien le nombre de départs forcés pour les memes raisons, de personnes actuellement ou ayant été en dépression, les tentatives non sues (n'oublions pas le silence quasi-traditionnel ou au moins judeo-chretien sur ce sujet), la souffrance ressentie par ceux qui continuent sans en arriver à cet acte dramatique, bref je ne pense pas qu'il faille rationaliser un débat lorsqu'il n'y a pas de débat mais un bien triste constat; d'autant plus triste que cette entreprise est à mon avis représentative de la réforme engagée par l'état depuis 15 ou 20 ans et qui se ressent dans toutes les strates de notre société

je viens de me rendre compte que Mr VERONIS est l'auteur du blog... le remerciement de mon post précédent n'était peut etre pas nécessaire (mais merci quand meme...hihi)

01 octobre, 2009 09:41  
Anonymous Anonyme a écrit...

Peut être peut on envisager d'aborder ce sujet d'un autre angle !
Étant moi même fonctionnaire chez France Telecom je ne viendrai pas témoigner plus des mécanismes mis en place pour aboutir à la culture stressante du résultat à tout prix au service de l'actionnaire!
Simplement je voudrai que l'on se pose la question: "Que reste-t-il comme espace d'expression de son raz le bol, quand on sais que : "maintenant quand on fait grève en France, ca ne se voit plus!"(dixit le ptit Nico)
Le suicide, relayé par les médias a, de toutes les manières, plus de portée (actuellement) pour être entendu que les grèves , le dialogue social (digne d'une cour de récréation de maternelle).

03 octobre, 2009 09:53  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Votre observation est très juste. On a étouffé progressivement les moyens classiques de protestation sociale comme la grève, qui n'a plus guère d'efficacité. Malheureusement, les salariés n'ont plus d'autre moyens de se faire entendre que d'entrer dans des actions violentes, contre leur entreprise ou contre eux-mêmes. On l'a vu avec les sabotages à la SNCF pendant le conflit sur les régimes spéciaux ou avec les salariés qui menaçaient de faire sauter leur usine avec des bonbonnes de gaz chez Nortel. On entre dans une escalade du désespoir. Début septembre des salariés d'Alcatel-Lucent armés de bidons d'essence menaçaient de s'immoler par le feu à Milan (voir ici).

La grève n'est peut-être pas le moyen le plus approprié de se faire entendre, mais notre société doit retrouver les moyens du dialogue social, sinon le désespoir conduira à des formes d'expression de plus en plus violentes...

03 octobre, 2009 10:06  
Anonymous CheckEvara a écrit...

quand je vois tous ces suicides s'enchainer et toute ces misère humaine
à cause de personnes sans coeur et sans scrupules dans de nombreuses sociétés,
je me demande pourquoi des gens qui en arrivent à se suicider,
à mettre leur famille dans une situation qui va être douloureuse
jusqu'à la fin de leur vie, à avoir un tel courage de mettre fin à ces jours
ne décident pas de faire partir leurs bourreaux avec eux.
A décider d'arrêter de vivre,
si j'en arrivais à cette extrème décision (parfois envisagée),
j'amènerais avec moi le plus grand nombre de ces bourreaux,
et là je pense que l'impact médiatique serait tout autre
et de réelles mesures seraient prises
car aujourd'hui malgré ces suicides rien ne change,
ces dictateurs en puissance sont impunis et continuent d'exercer leurs terreurs.
Pour que cela cesse, il n'y a pas d'autres solutions,
il faut faire sa justice sociale soi-même.

09 octobre, 2009 05:45  
Blogger JUSTICE a écrit...

C'est abject de manager des êtres humains de la sorte...Qu'attendent nos dirigeants, un 26eme suicide ?

Je sais à quel point ses personnes peuvent être sournoises et habiles pour vous faire craquer...Je vis une situation difficile depuis des années, et personne ne m'écoute !

http://justicequandlesilencetue.blogspot.com/

22 octobre, 2009 08:15  
Anonymous pierre a écrit...

Perdre son emploi ou ne pas trouver de travail peuvent être des causes de dépression. Mais avoir une activité rémunérée peut aussi se révéler destructeur. La souffrance au travail, qui peut conduire au suicide, est un phénomène qui prend de l'ampleur. Le cas de France Télécom, confrontée à une succession de suicides parmi ses salariés, a suscité une prise de conscience chez des travailleurs, parfois soumis à des rythmes de productivité inhumains.

26 octobre, 2009 10:43  
Anonymous Anonyme a écrit...

Concours de circonstances : Il y a quelques jours à Troyes, un technicien de France Télécom s’est donné un coup de couteau à l’abdomen, devant ses collègues en apprenant la suppression de son poste. Aux dernières nouvelles, il serait sorti d’affaire, mais que de dégâts…

Si la gestion de la Poste sera équivalente à celle de France Télécom (déjà que ce n’est pas terrible… !) quand elle sera une SA (Société Anonyme), je plains d’avance les Postiers ... !

11 novembre, 2009 12:36  
Anonymous Anonyme a écrit...

Bonsoir,
une vidéo traite du sujet, a voir :)

http://www.dailymotion.com/video/xdhiiz_orange-une-balle_fun

14 juillet, 2010 00:14  

Publier un commentaire