Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

jeudi, mars 06, 2008

Livre: Les mots de Nicolas Sarkozy

Si vous avez aimé les analyses du discours sarkozien que j'ai livrées de temps à autre sur ce blog (par exemple ici, ici ou ici), vous vous précipiterez sans doute dans la librairie la plus proche pour acquérir Les mots de Nicolas Sarkozy, le livre que j'ai co-écrit avec mon compère habituel, Louis-Jean Calvet, et qui arrive aujourd'hui dans les gondoles (voir les "bonnes feuilles" sur Bakchich.info).



Vous y trouverez de nombreuses autres analyses de la même veine, basées sur l'étude informatisée des discours de campagne de Nicolas Sarkozy mais aussi des autres candidats. Nous avons aussi passé à la moulinette l'ensemble des discours de Nicolas Sarkozy depuis 2004 (et également après son élection). Ce n'est donc pas un pamphlet de plus, anti- ou pro-sarko, mais une étude qui se veut la plus précise et la documentée possible (je n'irais pas jusqu'à dire "scientifique", ce serait un peu prétentieux, mais l'idée y est, du moins dans la méthode). Vous verrez que parfois les chiffres confirment les intuitions, mais parfois pas. Il y a de belles surprises...

Bonne lecture !


Ils en parlent

Voir aussi la vidéo

La critique du Nouvel Obs :

A lire
Les mots de Sarko


Sarko, roi de l'édition... Souvent pour le pire, parfois pour le meilleur. «Les Mots de Nicolas Sarkozy» entrent à coup sûr dans la seconde catégorie. La thèse de Louis-Jean Calvet et Jean Véronis est d'une redoutable simplicité : «Il avait promis une rupture politique. Elle fut surtout linguistique.» A travers plus de 300 discours du candidat Sarkozy et à l'aide d'outils d'analyse informatique des textes, les deux auteurs décortiquent son vocabulaire, ses tics de langage, et même ses lapsus. Le résultat est à la fois drôle et instructif sur le discours politique d'un homme qui avait compris qu'en campagne les mots pour le dire sont d'abord une arme pour gagner.


La critique de l'Humanité :


Les mots de Nicolas Sarkozy, de Louis-Jean Calvet et Jean Véronis. Éditions du Seuil, 176 pages, 16 euros.

« Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d’eux », disait René Char. Les mots du candidat Sarkozy, entre 2004 et 2007, disent certes sa volonté d’être président de la République, mais soulignent également une « rupture linguistique ». « Sécurité » et « immigration », mais aussi « humanisme » ou « patrons voyous »… « Je veux », proclame Sarkozy, en appelant constamment à l’émotion. Les auteurs soulignent « l’efficacité rhétorique » du leader de l’UMP, qui, « pendant que la candidate de gauche parlait comme la droite, parlait comme la gauche ». Une stratégie de communication politique orchestrée par Henri Guaino, qui l’a aidé à « vampiriser » le discours des autres candidats. Le livre, fort bien documenté (il analyse plus de 300 discours), illustre, courbes à l’appui, ces glissements sémantiques qui jouent également sur le contenu de la politique… G. M.


14 Commentaires:

Anonymous all a écrit...

[pas lu le livre, commentaire d'après le billet de Bakchich*]
Les politiciens ont tout intérêt à construire des phrases courtes pour transmettre leur pensée. "Faites des phrases courtes. Un sujet, un verbe, un complément. Quand vous voudrez ajouter un adjectif, vous viendrez me voir" disait Georges Clémenceau, grand orateur. Le corolaire est que ces mêmes discours simplifiés peuvent revenir comme un boomerang : "le président du pouvoir d'achat", "le cadeau fiscal"sont autant de formules-choc et simplificatrices lancées par l'opposition et reprise à lettre par tous les médias.
J'ai remarqué aussi (de façon subjective, hey je n'ai pas votre science et je peux me tromper) que si le prez nominalise, Ségolène, elle, pronominalise à mort. Différence qu'on retrouve curieusement entre la rhétorique de Clinton et celle d'Obama.

*Je vais acheter ce livre

06 mars, 2008 10:11  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Oui, All, je suis assez d'accord avec l'effet boomerang. Quand le message est vaseux et diffus (comme l'était celui de Ségo) on peut toujours expliquer qu'on n'a pas vraiment promis ce qu'on a promis. Quand c'est simple, clair et précis, c'est plus dur...

Et merci de craquer 15,20 €. J'aurai au moins un lecteur ;-)

06 mars, 2008 10:41  
Anonymous Vincent² a écrit...

Et vous le dédicacerez au salon du livre ? Sinon, je ne l'achète pas !

Au fait, M. Calvet, on voit bien de quel bord il est, mais c'est plus difficile pour vous. Bien sûr, Bayrou tient la corde, mais ce n'est pas sûr. Mais je pense que vous lui êtes fidèle. Je me trompe ?

06 mars, 2008 13:47  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Je n'ai pas l'impression que je vais aller au salon du livre ;-) Mais on peut se croiser un jour et prendre un verre : j'amènerai mon plus beau stylo !

Sur mes opinions, je ne dis rien, quel intérêt ? Seuls indices : je ne crois pas du tout qu'elle soient semblables à celles de Louis-Jean ; je ne suis encarté nulle part ; j'ai interviewé et transcrit la parole de Bayrou (et d'autres d'ailleurs), mais cela ne constitue pas une affiliation politique...

06 mars, 2008 14:28  
Blogger Greg a écrit...

On sera au moins deux à avoir acheté le livre :), mais je me suis fait avoir j'ai cliqué sur "Acheter en avant première" sur Amazon.fr, je pensais l'avoir le jour de sa sortie dans ma boite aux lettres, je ne l'ai toujours pas, moralité: il vaut mieux faire confiance à son libraire.

L'article de Bakchich.info fait d'autant plus monter la frustration car ce livre à l'air vraiment très bon, des dizaines de pages de bonnes analyses d'un coup, quel bonheur! Merci à vous M.Véronis.

06 mars, 2008 16:20  
Anonymous Anonyme a écrit...

sur France Inter, ce matin, dans la rubrique "La Vie des idées, Thierry Steiner en a parlé également : http://www.radiofrance.fr/franceinter/chro/laviedesidees/

06 mars, 2008 17:18  
Anonymous Vincent² a écrit...

ça devait pas être facile d'écrire un livre alors. J'imagine les discussions jusqu'au bout de la nuit sur les influences de Guaino et autres. Mais je me trompre peut-être.

C'est vous qui avez choisi la couleur de la couverture ?

Ils (les politiques) vous demandent des conseils ?

Il en est où le buzz de votre livre sur la toile ?

06 mars, 2008 17:41  
Anonymous Anonyme a écrit...

Félicitations à tous les deux.
Commande passée, j'attends que Les mots arrivent à ce côté de l' Atlantique.

07 mars, 2008 02:38  
Anonymous Anonyme a écrit...

Livre acheté lundi (il était déjà en librairie), lu mardi : excellente analyse !

07 mars, 2008 16:21  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Vincent²> Non, pas facile à écrire ! Beaucoup de discussions, et beaucoup de travail technique (analyse informatique des discours) : les gens ne réalisent sans doute pas mais c'est assez difficile...

Pour la couv, c'est le graphiste du Seuil qui a choisi la couleur, mais je lui ai suggéré l'idée des phrases "je veux être le Président de (tout)" qui deviennent de plus en plus petites, pour suggérer l'idée de répétition obsessionnelle. Je trouve qu'il a fait un superbe job.

Les politiques ne nous demandent pas encore de conseils, mais les journalistes nous posent souvent la question : et si vous aviez trouvé la "killer app" qui permet d'analyser en temps réel les discours des concurrents, et d'écrire les siens en les truffant des bons mots-clés... j'ai effectivement tous les outils pour le faire (enfin, du moins la première partie). On nous demandera sans doute : la réponse est non merci (enfin, on discutera peut-être du prix d'abord ;-)

Quant au buzz, je ne sais pas. On se met à en parler pas mal dans la presse il me semble. Sur la Toile c'est calme. Il faut quand même le temps de le lire, je pense... On verra bien. Notre but 'est pas dans vendre des millions (sinon on aurait fait plus trash : par exemple, sur le thème Révélation!!! C'est Carla Burni qui aurait écrit les discours de campagne de Sarkozy !!!

08 mars, 2008 13:31  
Blogger Guy M. a écrit...

Bonjour,
Je viens de poster un petit billet pas méchant sur votre livre (que j'ai bien aimé).

La couverture est assez proche (mis à part la couleur) d'une couverture des édition La Découverte. Au point que je me suis ridiculisé devant ma libraire préférée en demandant votre livre... C'est dur!

10 mars, 2008 16:09  
Anonymous Anonyme a écrit...

Phrases courtes = slogans ! comme les slogans publicitaires (temps de cerveau disponible). Les phrases courtes sont là pour frapper les esprits, et on les retient mieux. Exple : "travailler plus pour gagner plus".

13 mars, 2008 12:25  
Anonymous Thibault a écrit...

C'est marrant car un ami m'a justement parlé de ce bouquin la semaine dernière... comme quoi il commence à devenir connu!!!

08 mai, 2008 22:48  
Blogger Jean Véronis a écrit...

C'est bien, c'est bien. Je ne m'en plains pas !

09 mai, 2008 08:41  

Enregistrer un commentaire