Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

mardi, septembre 18, 2007

Sarko: Grand chef à plumes (1)

Les temps ont bien changé depuis celui du général de Gaulle qui mettait un point d’honneur à écrire lui-même tous ses discours. Il s’aidait sans doute des notes de ses collaborateurs, mais il tenait seul la plume. Il faut dire que le style de campagne a lui aussi changé. Finie l’époque où une campagne présidentielle se faisait en deux mois avec quelques brèves apparitions télévisées et quelques meetings publics. Désormais, il faut tenir la scène au jour le jour sur le terrain et —surtout— dans les médias. A la moindre baisse de rythme, on parlera de trou d’air.

La dernière campagne a été exceptionnellement longue. Pour ne parler que de la période de septembre 2006 à mai 2007, ce ne sont pas moins de 175 discours que les quatre grands candidats ont prononcés en public dans les différentes villes de France (y compris outre-mer), dont 63 pour Nicolas Sarkozy à lui tout seul. Au cours du seul mois d’avril, le futur président a prononcé à lui tout seul 18 grands discours publics, sans parler, évidemment, des nombreuses conférences de presse, interviews, visites et réunions qui ont agrémenté son agenda. Cela représente plus d’un discours majeur tous les deux jours, soit en un mois 680 000 caractères, 114 000 mots, 5800 phrases… L’équivalent d’un beau roman.

Comment un homme (ou une femme) politique normalement constitué peut-il se livrer à un tel exercice intensif d’écriture tout en se déplaçant constamment d’un point à l’autre du territoire et en honorant le reste de son agenda (et parfois au passage des fonctions de ministre d'État...) ? La réponse est simple : pour la plupart d’entre eux, ce sont des collaborateurs qui écrivent les discours. Seul François Bayrou a, pendant cette campagne, écrit ses discours lui-même. Tous ses collaborateurs l’attestent. Cela ne veut pas dire, bien entendu, qu’il ne s’aide pas de leurs notes, et qu’il ne leur soumette pas des brouillons. Un autre homme politique connu pour produire lui-même ses discours était Jean-Marie Le Pen, dont le talent oratoire lui permettait d’ailleurs très souvent de les improviser en public. Dans cette campagne, toutefois, sa parole a été mise sous contrôle. On craignait peut-être les dérapages : plus d’improvisations, et, bien que peu d’informations précises aient filtré, j'ai trouvé dans ses textes la trace de plusieurs mains.



Le phénomène n’est pas nouveau. D’autres personnages politiques ont eu recours à ce que l’on appelait auparavant des « nègres », et que l’on appelle désormais de façon politiquement plus correcte des « plumes ». Ce fut le cas, notamment, de Jacques Chirac lors de la campagne de 1995, et sa plume de l’époque, Henri Guaino, s’est habilement recyclée, puisque c’est lui qui a écrit les discours majeurs de Nicolas Sarkozy pendant la campagne (et d’autres depuis, comme le discours devant le MEDEF). La différence dans la dernière campagne, est que les plumes ne sont plus perçues comme des artifices vaguement inavouables et honteux : désormais, on les montre, elles ont même les honneurs de la presse et paradent sur les plateaux télé.

Je vais essayer de vous montrer dans la suite de ce billet comment on peut retrouver par des moyens automatiques les discours écrits par les différentes plumes. Cette recherche s’apparente à une recherche en paternité. Chacun de nous laisse dans ses textes des traces stylistiques qui lui sont personnelles et qui permettent, si ce n’est d’identifier un auteur à coup sûr, mais du moins d’émettre de fortes hypothèses... J’ai montré dans d’autres billets [1, 2, 3, 4, 5] comment l’anaphore (c’est-à-dire la répétition des débuts de phrases) trahit la plume d’Henri Guaino. C’est un indice, mais il y en a beaucoup d’autres : choix du vocabulaire, mots fétiches et tics de langage, longueur des phrases, utilisation des temps verbaux, de la ponctuation, etc.

Cette « signature » stylistique des textes a été utilisée depuis les années 1960 dans les recherches d’attribution d’auteur. Le cas le plus célèbre est sans doute l’étude de Mosteller et Wallace, qui en 1964, ont mis fin à des décennies de controverses sur l’attribution des célèbres Federalist papers, une série de 85 essais parus sous pseudonyme aux Etats-Unis à la fin du XVIIIè siècle et appelant les habitants de l’État de New York à ratifier la Constitution. Vous vous souvenez aussi peut-être de la controverse qui a entouré la révélation par mon collègue Dominique Labbé des ressemblances étonnantes entre certaines pièces de Molière et celles de Corneille. L’idée que Corneille servait de plume à Molière court depuis quelques décennies, mais, environnée de « preuves » statistiques, l’affaire a fait grand bruit (voir ici et ici)...

Sarkozy et Guaino ne sont ni Molière ni Corneille, mais vous allez voir dans la suite qu'on trouve des choses intéressantes dans leurs textes.


Lire la suite


13 Commentaires:

Anonymous Anonyme a écrit...

La suite ! La suite ! La suite ! ;)

18 septembre, 2007 10:32  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Eh, du calme, ou alors je vais faire payer, moi aussi ;-)

18 septembre, 2007 10:36  
Anonymous Françoise a écrit...

Une question me vient à l'esprit : Comment la, ou les "plumes" de N. Sarkozy, trouvent-elles le temps d'écrire tout ce qu'il dit ? Quand on regarde la liste des interventions sur le site de la Présidence, c'est tout bonnement ahurissant.

(Sans vouloir vous presser, j'attends moi aussi la suite avec impatience).

18 septembre, 2007 11:01  
Blogger zulunation a écrit...

A propos de " plume " cette autre citation du jour, de Robert Desnos cette fois : " Ma plume est une aile et sans cesse, soutenu par elle et par son ombre projetée sur le papier, chaque mot se précipite vers la catastrophe ou vers l'apothéose " ......

18 septembre, 2007 11:46  
Blogger Jean a écrit...

On dit comment teasing en français ?

On attend la suite avec impatience.

Au fait je suis abonné au site "arrêt sur images" et vous votre prix c'est combien ?

Bonjour chez vous

Jean Meyran

18 septembre, 2007 18:28  
Blogger bellegarde-webb a écrit...

L'art de nous faire attendre...la suite s'il vous plaît.

18 septembre, 2007 21:59  
Blogger Olivier Bonnet a écrit...

Bonjour Jean,
à propos, le fait de répéter un mot des dizaines de fois (25 fois "respect" - aux profs - et 30 fois "rupture" - devant le Medef, à chaque fois dans un discours d'une heure, soit le mot environ toutes les deux minutes) a-t-il un équivalent dans la propagande totalitaire ?
Amicalement

19 septembre, 2007 00:41  
Anonymous Zog a écrit...

Bonjour,
Billet comme toujours très intéressant, je me permets d'ajouter ce commentaire pour insister sur les objections à l'idée de Corneille nègre de Molière : http://www.crht.org/ressources/dossiers/
http://www.fabula.org/atelier.php?Auteur_et_Attribution
G. Forestier signale que les soupçons initiaux sont trop artificiels pour servir d'hypothèse de départ ; il me semble que vous-même procédez de la sorte avec votre indice d'anapohore (l'hypothèse selon laquelle Sarko a un nègre étant plus que probable, contrairement à Molière).

Bonne continuation !

19 septembre, 2007 10:14  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Zog> Notez que je n'ai pas pris position dans la controverse Corneille-Molière. Je peux simplement attester que les observations et les calculs de Dominique Labbé sont totalement corrects (ils ont d'ailleurs été vérifiés par des experts indépendants). Il y a donc une parenté étonnante. Maintenant, comment l'interpréter ? Ca c'est une autre histoire, et je ne suis pas compétent.

Je ne comprends pas bien votre dernière phrase. En tout cas, le fait que Sarkozy ait des plumes, dont Henri Guaino, n'est pas une hypothèse. C'est un fait documenté et attesté, notamment par les intéressé eux-mêmes.

19 septembre, 2007 10:24  
Blogger Olivier Bonnet a écrit...

Suite de ma question : j'ai oublié l'exemple du mot "travail" martelé je ne sais plus combien de fois devant la majorité UMP reçue à Matignon au début du quinquennat...
Mais c'était une vraie question : cette technique a-t-elle déjà été utilisée dans une propagande totalitaire ?

21 septembre, 2007 13:30  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Olivier> Bien sûr... Répétition, simplicité du vocabulaire, ce sont les fondement de toute propagande, totalitaire ou pas, depuis la nuit des temps !

23 septembre, 2007 19:50  
Anonymous Anonyme a écrit...

Bonjour M. Véronis! Je suis argentine et je suis en train de faire un petit projet de recherche à propos des discours de Sarkozy. Je veux me centrer sur ceux qui sont en rapport avec les "anciennes colonies". J'ai en trouvé quelques-uns, mais j'ai du mal à en trouver car, apparemment vouz n'utilisez pas les termes "colonies", "décolonisation", etc. Pourriez-vous m'aider en me disant s'il y a des discours de ce genre? Merci beaucoup! Natalia.

27 juin, 2010 02:32  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Natalia> Vous pouvez chercher sur le site que j'avais mis en place en 2007 : Discours 2007. J'espère que ça vous aidera !

27 juin, 2010 09:40  

Enregistrer un commentaire