Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

mardi, mai 22, 2007

Lexique: Maroquin pour une Maghrébine

La gauche en a rêvé, Sarkozy l’a fait. Une femme issue de l’immigration à un ministère de premier plan. Bravo. Que dire d’autre ? Comme elle est un peu inexpérimentée, il n’y a plus qu’à lui souhaiter de ne pas se faire exploser par les jeunes loups de l’UMP qui sont restés sur la touche et doivent l’avoir mauvaise. Ce serait dommage qu’elle perde son maroquin à la faveur des législatives…



Maroquin. Avez-vous remarqué qu’on a beaucoup entendu ce mot depuis quelque temps ? Le maroquin désigne un portefeuille en cuir du même nom, dans lequel les ministres rangeaient leurs papiers il y a bien longtemps. Et puis, par un de ces artifices dont la langue a le secret, qu’on appelle métonymie, l’objet a fini par désigner la fonction.

En ce qui concerne Rachida Dati, de père marocain, le mot maroquin nous fait un petit clin d’œil amusant. Il vient en effet du mot Maroc, en passant par l’espagnol où il s’écrivait marroquin et désignait le cuir : les Arabes ont amené pas mal de choses en Espagne, et notamment la technique du tannage des peaux. Le mot Maroc vient lui-même de la ville de Marrakech, qui signifiait, paraît il, en berbère «terre de Dieu» (amur = Dieu, akuch = terre). En Arabe, Maroc se dit Maghreb ou plus exactement Al-Maghrib, le pays du Couchant. Mais comme le mot s’applique aussi à tout le Maghreb, quand il faut préciser on l’appelle Al-Maghrib Al-Aqsa, le Couchant lointain. Le Far West en quelque sorte. J’espère que ce n’est pas à ça que ressemblera son ministère.

Bonne chance Rachida.

28 Commentaires:

Anonymous Sebastien a écrit...

"amur = Dieu" : c'est donc là que vient la phrase "Dieu est amour" ;)

22 mai, 2007 16:37  
Anonymous Witt a écrit...

Billet extrêmement sympathique. Je me joint au « bonne chance » même si j'ai eu beaucoup de mal avec elle pendant la campagne.

Enfin, le dernier paragraphe est agréable à lire, et a le mérite d'exister.

22 mai, 2007 16:38  
Anonymous Jeannot a écrit...

Je viens de remarquer le graphe Presse 2007 sur la droite de l'ecran. Trois s'effondrent, il n'en reste qu'un qui continue a grimper. Tres parlant, cet outil !

22 mai, 2007 17:31  
Anonymous oxil a écrit...

Avais pas eu le temps de chercher après avoir lu ce mot dans le 20 minutes, je comprend mieux le jeu de mot maintenant! Pour ceux que ça intéresse il y a un livre que j'ai bien aimé sur la langue arabe et les liens qu'elle a tissé en Europe, "Arabesque" d'Henriette Walter

22 mai, 2007 18:34  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Oxil> Oui, j'aime beaucoup les livres d'Henriette, qui est une amie très chère. Je recommande vivement ses "Mots français venus d'ailleurs".

22 mai, 2007 19:05  
Anonymous Jean-Louis MOREL a écrit...

Bonjour Jean

Je connaissais le mot et j'avais remarqué qu'il était revenu à la surface récemment y compris lors d'un JT de 20h. Ce fut l'occasion de poser la question à 3 de mes enfants. Aucun ne connaissait ce terme. Et je me suis posé la question : "quel pourcentage de gens écoutant les infos a compris la phrase ?", "Combien ont compris que le(la) ministre avait hérité d'un esclave marocain ?" ;-)))

22 mai, 2007 20:45  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Jean-Louis> Ah oui, effectivement, des tas de gens ont dû comprendre "marocain"... Bien vu!

22 mai, 2007 20:49  
Anonymous musil a écrit...

clap clap clap !!!
Nous promener avec un tel brio dans les méandres culturels et politiques de l'étymologie des mots de l'actualité... bravo! Avec vous, Alain Rey n'a plus qu'à bien se tenir ... ;-)

22 mai, 2007 21:33  
Anonymous Anonyme a écrit...

On peut certes apprécier le fait d'avoir une ministre d'origine maghrébine même si il ne me semble pas qu'on ait jamais célébré à outrance le fait d'avoir des ministres d'origine polonaises, italiennes ou autres ?

On peut aussi sourire quand vous souhaitez bonne chance à une femme d'origine maghrébine aussi au fait des arcanes des réseaux de notre chère république qu'elle a pu opérer le rapprochement entre Henri Proglio (soutien notoire de JChirac) et notre Leader Minimo à tous

http://www.bakchich.info/article921.html
http://www.bakchich.info/article1155.html

C'est bête mais je préférais Azzouz Beggag ou Tokia Saïfi. Ils avaient plus le mérite d'un investissement intellectuel ou associatif et moins celui de carrieristes effrénées.

Daniel

22 mai, 2007 23:09  
Blogger b e n o i t a écrit...

Effectivement, beaucoup de gens ont dû comprendre qu'on parlait du "marocain de la justice", et ont dû se dire "mais c'est pourtant une femme, on devrait dire 'marocaine' !"

Quant au maroquin de l'Intérieur, s'il devient "marocain de l'Intérieur", il suggère des approvisionnements résineux saisis par les commissariats...

22 mai, 2007 23:36  
Anonymous Marie-Hélène a écrit...

Bonsoir,

J'adore vos éclairages et, comme vous, je souhaite bonne chance à madame Dati

22 mai, 2007 23:50  
Blogger yrduab a écrit...

"Bravo. Que dire d’autre ? "

D'abord redire bravo, pour le symbole.

Puis s'arrêter un moment sur ce choix : une femme, d'origine maghrébine.

Est-ce que finalement, il n'en fait pas trop, notre Président ?

Si cette femme est à ce poste, c'est probablement qu'elle a les qualités qui vont avec : a minima la volonté et la ténacité, pour se frayer un chemin dans un parti plutôt masculin et plutôt blanc.

Pour le reste, que représente t'elle ? Quel est le message ?

Dire que la France, c'est aussi l'immigration ? Tant mieux, mais elle est aussi l'arbre qui cache la forêt.

Dire qu'un maghrébin peut accéder à un poste de ministre ? C'est positif, mais dans la vraie vie, combien sont-ils en France à accéder à des postes à responsabilité ? Combien sont pauvres ? Combien sont peu éduqués ? Combien sont chômeurs ? Combien sont en prison ?

S'il suffisait de montrer un exemple pour résoudre les problèmes, Azouz Begag ou même Roger Bambuck il y a plus longtemps auraient du faire bouger les choses...

Vous le voyez, le doute reste permis sur le message, le symbole d'une telle nomination, sans parler de ce qui l'a motivée.

Néanmoins, bonne chance à elle.

23 mai, 2007 09:36  
Anonymous lds a écrit...

Et alors ? On a bien un magyar à la magistrature suprême, on en fait pas tout un fromage !

23 mai, 2007 10:32  
Anonymous Damienb a écrit...

La "race maghrébine" est valorisée parce qu'existe en France un a priori dévalorisant à son sujet. Mais on voit les limites du symbole. Des critères flous d'apparence physique, auxquels on ne peut rien, qui sont mis en avant ? Répondez-moi, où trouver un symbole fédérateur là-dedans ?

23 mai, 2007 10:36  
Blogger yrduab a écrit...

Je note que M. Sarkozy s'est bien gardé d'en faire le symbole de la discrimination positive qu'il défend pourtant.

Pas assez respectueux de la personne, sans doute...

23 mai, 2007 10:46  
Anonymous marie-hélène a écrit...

La force des images existe. Voire des personnes représentatives des diverses composantes de notre population ministre, présentateur de journal ou autre fait plus passer le message que tous les beaux discours tant auprès de ceux qui doivent se sentir autorisés à postuler sans tenir compte de leurs origines ou autre qu'auprès de ceux qui recrutent, nomment, etc.

23 mai, 2007 15:22  
Anonymous damienb a écrit...

Tout à fait d'accord sur la force de l'image. On parle donc là de représentativité raciale - ou communautaire -, du même ordre que la parité homme/femme. C'est sûrement un bon ingrédient d'un gouvernement pragmatique mais c'est simpliste je trouve (donc dangereux) de s'en réjouir pour l'avenir, parce que l'idée derrière est profondément cloisonnante (en tous cas pour moi: je serais réduit à être représenté par quelqu'un de mon sexe, de ma couleur ?!!)

23 mai, 2007 17:27  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Les symboles sont parfois beaux et forts, et nécessaires pour faire bouger les lignes. Ca aurait été la même chose avec une femme présidente... Mais effectivement, de là à en faire une règle, c'est une autre histoire. Les remèdes sont parfois pire que le mal.

23 mai, 2007 18:04  
Anonymous Anonyme a écrit...

"les Arabes ont amené pas mal de choses en Espagne, et notamment la technique du tannage des peaux."

N'étaient-ce oint plutôt des Berbères, certes eux-mêmes islamisés par des Arabes peu auparavant ?

23 mai, 2007 18:29  
Blogger yrduab a écrit...

Il est d'ailleurs consternant de constater que pour lutter contre la discrimination, on pense recourir à la descrimination...

A cet égard, la parité est plus que discutable. Car je n'ai entendu personne dire qu'il s'agirait d'une mesure transitoire. Qu'il s'agisse d'un mal nécessaire pour ouvrir la politique aux femmes, il est possible de l'accepter, dans la mesure où cette discrimination légale est vouée à disparaître. Mais ce n'est pas ce qu'a souhaité le législateur constitutionnaliste.

L'extension d'une telle discrimination légale à d'autres critères me paraît extrêmement hasardeuse. Et cela même si il était explicite qu'elle n'aurait qu'un caractère transitoire. On ne construit pas le respect des autres sur la mise en valeur de la couleur de peau, du sexe, ou de tout autre critère auquel on ne peut rien... (la nationalité de naissance, par exemple)

24 mai, 2007 10:11  
Blogger quentinspk a écrit...

Je voulais juste préciser que les maroquins sont toujours utilisés et non pas abandonnés "depuis bien longtemps". Quand les ministres se rendent au conseil par exemple, ils ont chacun un maroquin noir au nom de leur ministère...

24 mai, 2007 12:16  
Anonymous Tonton a écrit...

D'accord pour dire que l'entrée de Mme Dati est une excellente chose. Personnellement, je ne me fait pas de soucis sur sa réussite, elle a trop de qualités pour échouer, même si une vraie réforme de la justice devrait lui demander une énergie de tous les instants.
http://mitterrand.2007.over-blog.com

24 mai, 2007 12:29  
Blogger b e n o i t a écrit...

Je rejoint le point de vue de yrduab : la sous-représentation, à certains postes (que ce soit en entreprise, en politique ou ailleurs) de femmes ou de personnes issues de minorités (ethniques par exemple) est un fait qui relève très largement des mentalités.

Lutter contre cette discrimination en instituant une autre forme de discrimination peut, certes, être un point de départ ou apporter un élan de changement. Mais cette pratique n'aura de sens que dans son caractère temporaire.

La pérenniser reviendrait à institutionnaliser une discrimination... sans nécessairement avoir fait bouger les mentalités d'un iota !

24 mai, 2007 21:57  
Anonymous Inarius a écrit...

Je rejoins le point de vue de certain.

Je déteste personnellement Rachida Dati que j'ai trouvé détestable d'arrogance, d'arrivisme et de mépris pendant la campagne mais c'est le cas de pas mal de la nouvelle vague de la droite..

Cependant je trouve que c'est une bonne chose pour la démocratie qu'elle soit arrivée jusque là et que le système ne soit pas si discriminant que ça.

Bon billet, sinon :)

25 mai, 2007 13:41  
Anonymous damienb a écrit...

Combat contre les préjugés, sur les personnes d'origine maghrébine en France, j'y adhère. Merci à marie-hélène, M. Véronis, yrduab et benoit pour leurs commentaires éclairants!

25 mai, 2007 17:15  
Blogger Christine a écrit...

Jean,vous aimez bien MAM, vous souhaitez bonne chance à Rachida Dati... La phrase de la première sur les jupes m'est restée en travers de la gorge, et l'agressivité doublée de mauvaise foi de la seconde m'a épuisée. Ne glissez-vous pas vers une bienveillance (malheureusement souvent un brin condescendante) à l'égard des femmes? Oui aux symboles, qui sont forts et importants. Mais avez-vous souhaité bonne chance à Nicolas Sarkozy?
Une remarque anecdotique: au Mahgrib (l'Occident, gharb référant effectivement aussi à l'Ouest) s'oppose le Machriq (l'Orient). De manière assez amusante, il n'y a pas dans cette division bipolaire du monde arabe, de région qui serait du Centre...

26 mai, 2007 21:46  
Anonymous Farid a écrit...

C'est sans aucun doute une des grandes différences entre la droite et la gauche à légard de personalités issues de l'immigration. L'une y fait appel pour coller des affiches tandis que l'autre ose lui donner des maroquins...

Et fort heureusement elle n'hérite pas d'un maroquin alibi... reste juste effectivement à savoir combien de temps elle va le conserver.

Pour l'inexpérience supposée je vous invite à lire cet article chez l'ami Rimbus (un marocain de coeur)

http://rimbusblog.blogspot.com/2007/05/rachida-dati-lambitieuse.html

27 mai, 2007 08:51  
Blogger Christian a écrit...

J'avais entendu que "Marrakech" venait de Marra kech (orthographe non garantie) qui signifierait "passe vite" car la ville était très dangereuse...

14 juin, 2010 17:04  

Enregistrer un commentaire