Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

dimanche, mai 13, 2007

Lexique: Au fur de la chose

Daniel Schneidermann me décrit comme un «entomologiste des mots». Il a peut-être raison. L’autre jour (c’était au soir du second tour), j’ai été excité, effectivement, comme un biologiste qui tombe nez à nez avec une espèce que l'on croyait disparue depuis quelques siècles. Je vous explique…



Vous connaissez sans doute l’expression « Au fur de la chose » qui est le titre d’une rubrique du Canard Enchaîné. C’est un jeu de mots, évidemment, et si nous le percevons comme tel c’est parce qu’il est basé sur un défigement. Au fur et à mesure est en effet mentionné dans les manuels de linguistique comme le prototype même de la locution figée : on ne peut changer aucun de ses morceaux, on ne peut insérer aucun adjectif ou article entre ses éléments, etc. Elle fonctionne comme ça, en bloc, comme un seul mot, et n’y aurait-il la tradition orthographique, on pourrait aussi bien écrire le tout sans espaces. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé avec aujourd’hui, bonhomme ou dorénavant.

Seulement voilà, cela fait des années que je montre à mes étudiants que ce n’est pas tout à fait vrai. La locution au fur et à mesure est très figée, j’en conviens, mais elle bouge encore. Je me sers d'ailleurs régulièrement de cet exemple pour montrer l’utilité des moteurs de recherche pour les études linguistiques. Si vous cherchez "au fur des" ou "au fur de" sur Yahoo (n'oubliez pas les guillemets), vous trouverez quelques centaines de phrases qui contiennent cette expression. Nul doute qu’il y aura dans le lot quelques jeux de mots comme celui du Canard, mais vous verrez aussi apparaître une logique qui montre une certaine productivité de l’expression :
  • Au fur des jours, des semaines, des années, etc.
  • Au fur de vos réponses, de mon évolution, de mes lectures, etc.
Ces expressions correspondent au patron :

Au fur de(s) + durée

Cette construction est une vieille survivance historique, que tous les dictionnaires donnent pour morte. Fur (fuer au XIIè siècle) est une déformation du mot latin forum, marché, qui a fini par signifier en latin médiéval le prix du marché, puis tout simplement le prix, et enfin le taux, la proportion de quelque chose. Au fur de/que a donc fini par signifier à mesure de/que. Et puis on a oublié ce que voulait dire le mot fur, et vers le XVIIè siècle, il a fallu lui ajouter une précision tout à fait pléonastique : au fur et à mesure de (ou que…). Et au fur tout court a disparu. Ou presque. Le monumental Trésor de la Langue Française note qu’on en trouve encore des exemples chez Claudel en 1907, mais ils sont marqués comme archaïques et littéraires :
Rem. Chez Claudel, arch. et littér. a) Au fur de, loc. prép. À mesure de, à proportion de. Au fur de la marche et du jour, je m'avance parmi le développement de la doctrine (Connaiss. Est, 1907, p. 84). b) Au fur que, loc. conj. À mesure que. Le jaune occupe le centre de l'iris et le pénètre jusqu'à ces frontières latérales qui, seules, l'excluent au fur qu'elles s'obscurcissent (ibid., p. 101).
J’ai donc vécu deux moments intenses d’entomolinguiste. Le premier il y a une dizaine d’années, quand le Web m’a permis de voir que cette bestiole que l’on croyait morte depuis bien longtemps était en fait encore vivante dans quelques recoins de nos écrits. Mais je n’en avais jamais entendu un exemple oral.

Jean-Louis Borloo m’a fait un joli cadeau l’autre soir en commentant l'élection de Nicolas Sarkozy sur TF1. Quand je l'ai entendu dire «Au fur des semaines...», j'ai sorti avec fébrilité mon filet à papillons — en l'occurrence mon petit carnet Clairefontaine. Le plus amusant c'est que personne n'a froncé un sourcil, ça a passé, glissé comme une expression parfaitement naturelle, ce qui montre, et c'est, peut-être le plus étonnant, qu'elle est encore vivante dans notre inconscient linguistique collectif...

35 Commentaires:

Anonymous JB a écrit...

bonjour,

merci infiniment pour ces études toujours si intéressantes.

je ne serais peut-être pas aussi optimiste que vous lorsque vous concluez que la tournure de JL Borloo a paru parfaitement naturelle et que notre inconscient collectif y est pour beaucoup.

peut-être simplement personne n'a-t-il "tilté", ou bien encore chacun a-t-il fait comme s'il n'avait pas remarqué l'erreur (qui en fait n'en était pas une) ?

13 mai, 2007 20:06  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Je ne sais pas, évidemment... Mais il m'est arrivé de faire un petit test malicieux, que tout le monde peut faire : j'ai glissé l'expression par-ci par-là dans des conversations, et vraiment personne ne remarque.

13 mai, 2007 20:17  
Anonymous Isabelle a écrit...

tiens je me demande si ce n'est pas aussi une sorte d'économie cognitive : on entend "au fur", et on rajoute automatiquement "et à mesure"... si le locuteur ne le dit pas, eh bien on ne l'entend pas tout simplement. On serait surpris si on faisait la liste de tout ce qu'on n'entend pas...

13 mai, 2007 20:52  
Anonymous Isabelle a écrit...

je voulais dire : si le locuteur ne le dit pas, eh bien on ne le remarque pas

13 mai, 2007 20:54  
Blogger Benoît a écrit...

Eh bien j'ai une explication, moi ! :D
Si personne ne remarque ou ne se pose de questions sur l'utilisation et la signification même de cette expression, c'est parce qu'elle correspond à un contexte bien particulier de la phrase qui fait qu'on sait de quoi la personne parle.
Mais je pense que c'est peut-être également dû à sa forte ressemblance avec l'expression au fil de, qui veut, de surcroît, dire exactement la même chose (enfin presque) !

Billet très intéressant, Jean, merci...

13 mai, 2007 21:23  
Anonymous Anonyme a écrit...

C'est marrant, parce que j'ai bien l'impression d'avoir moi aussi cet inconscient linguistique.

Je l'ai pas entendu (Borloo) mais je n'aurais pas levé un sourcil non plus. Quoique, peut-être me serais je dis "tiens, on l'entend pas souvent celui là".

Mais rien de choquant.
"Au fur et à mesure", j'ai l'impression de l'avoir intégré comme une expression et non comme une locution figée.

une histoire d'éducation, je suppose

13 mai, 2007 22:33  
Anonymous Otir a écrit...

Je profite de votre passage à "Arrêt sur Images", émission dont je me régale régulièrement, pour vous dire que je vous ai beaucoup apprécié, malgré la frustration que peuvent procurer les temps de parole, les interruptions, et les passages escamotés lors d'un plateau pareil.

Et laisser un commentaire, un peu vain certes, mais très reconnaissant pour toutes vos analyses passionnantes que je lis scrupuleusement depuis des mois sur ce blogue.

Merci.

14 mai, 2007 03:13  
Anonymous Ben a écrit...

> Mais il m'est arrivé de faire un petit test malicieux, que tout le monde peut faire : j'ai glissé l'expression par-ci par-là dans des conversations, et vraiment personne ne remarque.

Franchement Jean, ce test ne vaut rien, dans ce genre de situation vos interlocuteurs vont forcément se dire que vous en savez plus qu'eux, qu'ils ignoraient cet emploi, et qu'ils ne vont pas la ramener pour ne pas montrer leur ignorance. A moins que vous ne parliez de collègues tout aussi experts que vous ?

14 mai, 2007 07:33  
Blogger all a écrit...

*Modeste hypothèse:
Pas de dissonance cognitive en écoutant dire "au fur des semaines" qui sonne comme "au fil des semaines", surtout avec l'intonation prosodique de Borloo qui ressemble à une gouaille de bistrot (quand je l'écoute j'ai toujours l'impression qu'il est bourré :{))
Mais à la lecture, "au fur des semaines" provoque (chez moi) une légère crispation.

14 mai, 2007 08:31  
Anonymous H. de Strasbourg a écrit...

Merci, cher professeur, de partager avec nous votre bonheur.
Je confirme - pour ce que cela vaut - votre expérience. Cela pas mal de temps que j'utilise des constructions sur la base de "a fur de" dans mon exercice professionnel, sans que cela ne déclenche des réactions. Cependant, n'ayant pas pris soin de vérifier si mon expression était correcte, je dépasse souvent le cadre que vous proposez "à fur de(s) durée". Il m'arrive ainsi de dire "au fur de l'arrivée des questionnaires...". S'agit'il tout de même d'une durée, déployée implicitement dans une action qui se prolonge dans le temps ?

14 mai, 2007 08:42  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Otir> Merci pour vos compliments. C'est gentil... (les compliments ne sont jamais vains, rassurez vous, ils font plaisir !);

14 mai, 2007 08:51  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ben> Oui, vous avez raison, c'est difficile de tester ça scientifiquement... (j'avais testé ça aurpès d'étudiants — qui n'ont sans doute pas lu Claudel ;-)

14 mai, 2007 08:52  
Blogger Jean Véronis a écrit...

All> Oui, il y a une sorte d'assimilation au fur/au fil de, et peut-être au cours de... Ca doit aider nos petits cerveaux à analyser la chose.

14 mai, 2007 08:57  
Anonymous sam a écrit...

Bonjour,

"Le plus amusant c'est que personne n'a froncé un sourcil, ça a passé, glissé comme une expression parfaitement naturelle..."

Autre explication moins excitante : on entend tellement d'horreurs (solécismes, barbarismes, impropriétés, anglicismes, contresens, etc.) à la radio, et surtout à la télé, que tout le monde s'en fout et que personne ne remarque plus rien.

14 mai, 2007 09:01  
Blogger Jean Véronis a écrit...

H. de Strasbourg> C'est ce que j'appelle "durée" au sens large. En plus des mots spécifiques du temps (jours, mois, semaines, années, siècles, saisons, etc.), je vois cette expression fonctionner avec des événements qui se déroulent dans le temps (au fur des missions, des épisodes, des aventures, etc.).

14 mai, 2007 09:03  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Sam> Je ne sais pas si ce sont des horreurs. C'est la vie d'une langue... C'est comme ça que se forment de nouveaux mots, de nouvelles règles de grammaire. Quand on étudie un peu la chose on voit que pratiquement tous les mots, toutes les tournures résultent d'un glissement, d'une erreur, d'un abus... Prenez par exeple le cas de la négation. Le ne ... pas nous semble si évident ! Pourtant, si la langue était restée figée, on ne devrait utiliser que le ne qui était la seule marque de négation. Le pas est une énormité, un parfait barbarisme...

Il en a été ainsi de tous les temps. Montaigne le faisait remarquer il y a quatre siècles, parlant du langage en ces termes : «Il escoule touts les jours de nos mains : et depuis que je vis, s'est alteré de moitié. Nous disons, qu'il est à cette heure parfaict. Autant en dict du sien, chasque siecle.». J'en parlais ici.

14 mai, 2007 09:38  
Blogger Jean Véronis a écrit...

De la part de JULIEN (qui n'arrive pas à publier ce commentaire) :
---
Claudel en 1907, certes. Mais aussi l'excellent Maurice Roche, ainsi que le rappelle un récent article de Libé :

"Dans un autre texte introductif, Jean-Pierre Faye, l'écrivain et universitaire à qui est dédié Compact en 1966 (le livre, paru au Seuil, a été réédité chez Tristram en version couleurs en 1997), évoque le goût de Maurice Roche pour l'expression «au fur», plutôt que «au fur et à mesure», qui lui semblait pléonastique. On en retrouve la trace dans Compact, la véritable entrée de l'auteur en littérature, où la mise en pages était une mise en question du moindre élément narratif. Loulou Hebdo en offre parfois comme un brouillon. Les premières phrases de Compact sont : «Tu perdras le sommeil au fur que tu perdras la vue. Tandis que tu pénétreras la nuit, tu pénétreras dans une nuit de plus en plus profonde ; ta mémoire, labile déjà, s'amenuisant à mesure que au sortir d'une longue léthargie tu prendras conscience de ton état./(Comment désormais faire le départ du jour et de la nuit ?)» "

14 mai, 2007 09:55  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Julien> Un grand merci pour cet article, que je n'avais pas remarqué dans Libé !

14 mai, 2007 09:59  
Blogger René a écrit...

Georges Perec connaissait également cette construction. Il s'en est souvenu dans "La disparition" son livre-défi qui est écrit sans la lettre "e". Cela lui a permis d'écrire "au fur qu'il ..." en supprimant la mesure superflue et qu'il ne pouvait plus utiliser pour ce livre là.

14 mai, 2007 10:45  
Anonymous DamienB a écrit...

Merci pour votre travail d'entomologiste ! Le "fur" est un petit mot mystérieux à la sonorité vive et à fort pouvoir d'évocation (fur me fait penser à fourrure, à la préposition allemande für...) qu'il serait dommage de perdre. "Au fur de" est moins lourd et insistant que "au fur et à mesure" : stylistiquement il est aussi très intéressant!

14 mai, 2007 10:56  
Blogger Jean Véronis a écrit...

René> Bien vu! Avec la remarque de Julien, ça semble confirmer que l'expression a encore une (toute petite) vitalité dans la langue littéraire.

A mon avis (il faudrait vérifier) elle subsiste aussi dans quelques recoins de parlers régionaux. Je crois que Borloo est né à Paris, mais il aurait bien pu attraper ça dans le Nord (y a-t-il des ch'tis dans la salle?).

14 mai, 2007 11:05  
Anonymous Marc Traverson a écrit...

On peut effectivement craindre, comme le soulignent des commentaires précédents, qu'en réalité personne n'ait simplement prêté attention à cette tournure originale. Heureusement, vous êtes là pour nous inviter à savourer le goût de cette curiosité. Merci!

14 mai, 2007 11:11  
Blogger matthiou a écrit...

"personne n'a froncé un sourcil, ça a passé, glissé comme une expression parfaitement naturelle".

Ca A passé, vraiment ? "il a passé l'oral" vs "ça s'est passé la semaine dernière". Je suis perdu, j'ai perdu mes repères. Jean, rappelez-nous quand utiliser être et avoir à l'occasion, merci !

14 mai, 2007 11:23  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Matthiou> Etre ou avoir, telle est la question. Il y faudrait plus qu'un billet...

Mais dans le cas présent, il y a un petit nombre de verbes (comme changer, disparaîte, monter, etc.) qui peuvent prendre être ou avoir selon ce que l'on veut dire. la théorie dit que l'on utilise avoir si l'on veut exprimer l'action qui s'est passée à l'époque dont on parle, et être si l'on veut parler de l'état résultat de cette action...

Où le père a passé, passera bien l'enfant. — Alfred de Musset.

14 mai, 2007 11:41  
Anonymous Jérémie a écrit...

Bonour.
J'ai découvert ce blog il n'y a pas longtemps et je suis déjà fan.
J'ai écouté Jean-Louis Borloo et je vous avoue avoir été choqué par cette phrase, que j'ai tout de suite assimilée à une confusion entre "au fur et à mesure" et "au fil".
Je crois que je suis beaucoup trop "lianefolysé" pour pouvoir imagine "au fur" avec autre chose que "et à mesure".
Bien à vous,
Jérémie.

14 mai, 2007 13:43  
Anonymous Claudius a écrit...

Un grand merci.

Voilà une jolie lurette que je cherchais quelqu'un capable de m'expliquer le sens de ce "fur".
Plusieurs de mes profs de français n'ont pas été capables de répondre à ma question.

En passant bravo pour votre prestation à ASI ... et évidemment pour ce blog qui est passé dans mes "marque-pages" depuis longtemps.

14 mai, 2007 15:13  
Anonymous Anonyme a écrit...

Pas eu le courage de tous vous lire, c'est que M. Veronis devient tres populaire ^^
J'ajouterai juste que l'utilisation de "au fur des semaines" me semble tout à fait normal, et je pense meme que je l'utilise deja.
Je ne sais si les entomologistes aiment à exposer leurs trouvailles mais je vous remercie de nous faire partager ces moments de découverte ;p
(c'est bien les marques pages, c'est mieux les flux =)

14 mai, 2007 17:41  
Anonymous raf a écrit...

mon coeur chauffe à passer ici,
petit havre de doulceur,
qui caresse avec la l.
la belle qui est la notre
au beau milieu de la novlangue
devenue par trop courante...

je vais diffuser ce papillon autour de moi... ah... merci le rezo...

14 mai, 2007 19:59  
Anonymous Matthieu a écrit...

Merci pour ce nouveau billet savoureux !

J'ai découvert votre blog il y a quelques années et vos remarques me distraient toujours autant !

Pour ce "fur", je l'ai entendu et j'ai levé le sourcil ! Mais je me suis dit que JL Borloo avait surement un vocabulaire plus étendu que le mien ...

J'ai d'ailleurs repensé à ce "fur" de JL Borloo dès que j'ai lu le titre du billet !

Merci pour vos explications !

14 mai, 2007 22:20  
Anonymous Leila a écrit...

bonjour Jean. Pour ce que cela vaut, cet usage persiste en Charentes où je l'ai déjà entendu à plusieurs reprises.

14 mai, 2007 23:00  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Leila> Merci pour cette info. C'est ce que je soupoçonnais : c'est souvent le cas que des expressions archaïques restent plus ou moins vivantes dans des parlers régionaux.

15 mai, 2007 08:35  
Anonymous marie-Hélène a écrit...

Curieux, je ne voyais pas en Borloo un défenseur des expressions tombées en désuétude.
Exquis petit plaisir après toute la novlangue subie pendant la campagne.

15 mai, 2007 10:53  
Anonymous archéo a écrit...

Merci pour cette "petite" leçon (de plus) et pour tous vos liens si utiles (un vrai mode pédagogique), j'ai bien apprécié l'allocution de de Gaulle en 68.
Peut-on espérer (avant d'en finir peut-être avec la phase et la phrase électorale) une petite analyse de l'allocution de Sarkozy ce midi lors de la passation? J'ai en effet été frappé par les expressions religieuses et plus particulièrement chrétiennes voire papales: espérance, croire, foi etc.
Bonne Ascension !

17 mai, 2007 00:50  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Archeo> Merci du compliment ! Je n'aurai sans doute pas le temps de faire un billet. Evidemment, ça dépendra des questions qu'on me posera, mais je vais essayer d'en dire un mot tout à l'heure sur i-Télé (9h15 à 9h30, rediffusion à 14h15). Ce qui m'a le plus frappé, c'est l'absence d'un mot, le mot nation, qui est normalement présent dans ce genre d'exercice. Même l'identité n'est plus nationale... Cela contraste avec le dernier discours de Chirac, dans lequel le mot nation était justement le mot le plus fréquent (ce qui n'est pas courant non plus, généralement c'est France ou république).

Comme si Sarkozy voulait faire oublier qu'il a été élu avec les voix habituelles du Front National, et certaines des thématiques qui vont avec...

17 mai, 2007 06:59  
Anonymous Barnaby a écrit...

Pour compléter la remarque de René concernant Perec, on peut noter également que ce dernier, toujours dans "La Disparition", avait joué de même avec la locution "en mon for intérieur", en en supprimant le dernier mot. De fait, une fois pris connaissance de l'historique de l'expression (via le Tlf), on comprend que pris au sens figuré, le "for intérieur" est quelque peu pléonastique, ce qui a permis à Perec de s'en débarasser sans trop de problèmes. Mais à la différence de l'exemple précédent ("au fur"), j'ai l'impression qu'il était le premier à agir ainsi - tout au moins, c'est ce que laisse penser la consultation de dicos. Moi-même ne l'ayant trouvé que chez Perec, je me demandais si vous aviez connaissance d'autres exemples.

17 mai, 2007 14:43  

Enregistrer un commentaire