Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

dimanche, mai 06, 2007

2007: La France Président

Et voilà, c'est fait.




Les estimations sont à 22 heures de 52,7 % pour Sarkozy, 47,3 % pour Royal. Pas si loin de ce qu'avait «prédit» la presse (les guillemets sont importants !) : 52,3 % - 47,7 %... A analyser calmement !

Ci-dessous les premières déclarations des deux candidats. On en parlera chez Colombe Schneck, demain matin (10h30 à 11h France Inter, Emission J'ai mes sources).

Et je viens d'enregistrer une réaction à chaud pour Cathy Nivez (qui passera ça sur Europe 1 à 6 h 45). En gros, je lui ai dit que ce qui me frappe tout d'abord chez Nicolas Sarkozy, le retour de la rupture qui avait disparu depuis longtemps (les Français ont choisi de rompre). Je note également qu'alors que son discours avait fluctué de gauche à droite au long de la campagne, on a ici un positionnement clair : Je veux réhabiliter le travail, l'autorité, la morale, le respect, le mérite. Je veux remettre à l'honneur la nation et l'identité nationale. Voilà : la droite est «décomplexée».

Le discours de Ségolène Royal est évidemment beaucoup plus court, mais je note la phrase suivante : «quelque chose s’est levé qui ne s’arrêtera pas». On dirait du Bayrou. «La nouvelle politique est en train de naître, cette espérance est grande et juste, et personne, vraiment personne ne l’arrêtera», disait-il au soir du premier tour. Et Ségo ajoute : «Vous pouvez compter sur moi pour approfondir la rénovation de la gauche et la recherche de nouvelles convergences au-delà de ses frontières actuelles.» On ne peut être plus clair. Elle confirme la position qu'elle a commencé à afficher au soir du premier tour. Un peu tard. En 1988, Mitterrand avait été plus malin.



Le discours de Nicolas Sarkozy

Mes chers compatriotes,

En m'adressant à vous ce soir, dans ce moment qui est, chacun le comprend, exceptionnel dans la vie d'un homme, je ressens une immense émotion.

J'éprouve depuis mon plus jeune âge la fierté indicible d'appartenir à une grande, vieille et belle nation, la France. Je l'aime comme on aime les êtres chers qui nous ont tout donné. Maintenant c'est à mon tour de tout lui donner.

Ce soir ma pensée va aux millions de Français qui aujourd'hui m'ont témoigné leur confiance. Je veux leur dire qu'ils m'ont fait le plus grand honneur qui soit à mes yeux en me jugeant. digne de présider aux destinées de la France.

Ma pensée va à tous ceux qui m'ont accompagné dans cette campagne. Je veux leur dire ma gratitude et mon affection.

Ma pensée va à Madame Royal. Je veux lui dire que j'ai du respect pour elle et pour ses idées dans lesquelles tant de Français se sont reconnus.

Ma pensée va à tous les Français qui n'ont pas voté pour moi. Je veux leur dire que par-delà le combat politique, par-delà les divergences d'opinions, il n'y a pour moi qu'une seule France.

Je veux leur dire que je serai le Président de tous les Français, que je parlerai pour chacun d'entre eux. Je veux leur dire que ce soir, ce n'est pas la victoire d'une France contre une autre. Il n'y a pour moi ce soir qu'une seule victoire, celle de la démocratie, celle des valeurs qui nous unissent, celle de l'idéal qui nous rassemble. Ma priorité sera de tout mettre en œuvre pour que les Français aient toujours envie de se parler, de se comprendre, de travailler ensemble.

Le peuple français s'est exprimé. Il a choisi de rompre avec les idées, les habitudes et les comportements du passé. Je veux réhabiliter le travail, l'autorité, la morale, le respect, le mérite. Je veux remettre à l'honneur la nation et l'identité nationale. Je veux rendre aux Français la fierté d'être Français. Je veux en finir avec la repentance qui est une forme de haine de soi, et la concurrence des mémoires qui nourrit la haine des autres.

Le peuple français a choisi le changement. Ce changement je le mettrai en ¦uvre parce que c'est le mandat que j'ai reçu du peuple et parce que la France en a besoin. Mais je le ferai avec tous les Français. Je le ferai dans un esprit d'union et de fraternité. Je le ferai sans que personne n'ait le sentiment d'être exclu, d'être laissé pour compte. Je le ferai avec la volonté que chacun puisse trouver sa place dans notre République, que chacun s'y sente reconnu et respecté dans sa dignité de citoyen et dans sa dignité d'homme. Tous ceux que la vie a brisés, ceux que la vie a usés doivent savoir qu'ils ne seront pas abandonnés, qu'ils seront aidés, qu'ils seront secourus. Ceux qui ont le sentiment que quoi qu'ils fassent ils ne pourront pas s'en sortir doivent être sûrs qu'ils ne seront pas laissés de côté et qu'ils auront les mêmes chances que les autres.

J'appelle tous les Français par-delà leurs partis, leurs croyances, leurs origines, à s'unir à moi pour que la France se remette en mouvement.

J'appelle chacun à ne pas se laisser enfermer dans l'intolérance et dans le sectarisme, mais à s'ouvrir aux autres, à ceux qui ont des idées différentes, à ceux qui ont d'autres convictions.

Je veux lancer un appel à nos partenaires européens, auxquels notre destin est lié, pour leur dire que toute ma vie j'ai été européen, que je crois en la construction européenne et que ce soir la France est de retour en Europe. Mais je les conjure d'entendre la voix des peuples qui veulent être protégés. Je les conjure de ne pas rester sourds à la colère des peuples qui perçoivent l'Union Européenne non comme une protection mais comme le cheval de Troie de toutes les menaces que portent en elles les transformations du monde.

Je veux lancer un appel à nos amis Américains pour leur dire qu'ils peuvent compter sur notre amitié qui s'est forgée dans les tragédies de l'Histoire que nous avons affrontées ensemble. Je veux leur dire que la France sera toujours à leurs côtés quand ils auront besoin d'elle. Mais je veux leur dire aussi que l'amitié c'est accepter que ses amis puissent penser différemment, et qu'une grande nation comme les Etats-Unis a le devoir de ne pas faire obstacle à la lutte contre le réchauffement climatique, mais au contraire d'en prendre la tête parce que ce qui est en jeu c'est le sort de l'humanité tout entière.

Je veux lancer un appel à tous les peuples de la Méditerranée pour leur dire que c'est en Méditerranée que tout se joue, et que nous devons surmonter toutes les haines pour laisser la place à un grand rêve de paix et de civilisation. Je veux leur dire que le temps est venu de bâtir ensemble une Union Méditerranéenne qui sera un trait d'union entre l'Europe et l'Afrique.

Je veux lancer à tous les Africains un appel fraternel pour leur dire que nous voulons les aider à vaincre la maladie, la famine et la pauvreté et à vivre en paix. Je veux leur dire que nous déciderons ensemble d'une politique d'immigration maîtrisée et d'une politique de développement ambitieuse.

Je veux lancer un appel à tous ceux qui dans le monde croient aux valeurs de tolérance, de liberté, de démocratie et d'humanisme, à tous ceux qui sont persécutés par les tyrannies et par les dictatures, à tous les enfants et à toutes les femmes martyrisés dans le monde pour leur dire que la France sera à leurs côtés, qu'ils peuvent compter sur elle.

Mes chers compatriotes, nous allons écrire ensemble une nouvelle page de notre histoire. Je suis sûr qu'elle sera grande et belle, et du fond du cœur ce soir je vous dis :

Vive la République !

Vive la France !



Le discours de Ségolène Royal

Le suffrage universel a parlé. Je souhaite au prochain président de la République d’accomplir sa mission au service de tous les Français.

Je remercie du fond du coeur les 13 à 17 millions d’électeurs, de citoyens, de citoyennes, qui m’ont accordé leur confiance. Je mesure leur déception et leur peine. Mais je leur dis que quelque chose s’est levé qui ne s’arrêtera pas. J’ai donné toutes mes forces et je continue avec vous et près de vous.

Je remercie tous les militants qui ont porté ce grand moment démocratique. Bien sûr les militants socialistes mais aussi tous les autres militants de la gauche et de l’écologie, ceux de Désirs d’avenir, et au-delà toutes celles et ceux qui se sont unis dans le mouvement.

Gardons intactes l’énergie et la joie de l’immense rassemblement populaire vibrant de ferveur qui m’ont accompagnée tout au long de cette campagne, ici et dans les outre-mers.

J’ai engagé un renouvellement profond de la vie politique, de ses méthodes et de la gauche. La forte participation traduit un renouveau de notre démocratie, et notamment pour les jeunes, partout dans le pays et en particulier dans les quartiers, qui se sont massivement inscrits pour voter. Bravo à tous ces jeunes pour cet engagement civique qui rappelle à la République le devoir de respect et d’égalité qu’elle a envers eux.

Ce que nous avons commencé ensemble nous allons le continuer ensemble. Vous pouvez compter sur moi pour approfondir la rénovation de la gauche et la recherche de nouvelles convergences au-delà de ses frontières actuelles. C’est la condition de nos victoires futures.

Je serai au rendez vous de ce travail indispensable et j’assumerai la responsabilité qui m’incombe désormais. Mon engagement et ma vigilance seront sans faille au service de l’idéal qui nous a rassemblé et nous rassemble et qui va, j’en suis sûre, nous rassembler demain pour d’autres victoires.

Libellés :


35 Commentaires:

Anonymous maybe a écrit...

ouais.. sombre moment , et sombre moi depuis cet apreme.
Pendant que j'y suis, car je ne poste jamais bien que je vous lise, merci pour votre blog :-)

06 mai, 2007 21:06  
Anonymous ManuMeuh a écrit...

Voilà voilà... :-(

Il parait que Bush lui a déjà téléphoné pour le féliciter... Un félé de plus comme chef d'état.

Meuh

06 mai, 2007 21:10  
Anonymous Tigroin a écrit...

En tout cas j'attends avec impatience vos premières analyses des différents discours...
Allez-vous continuer pour les législatives ? (bon d'accord, c'est plus difficile de suivre tout ces discours...)?
encore merci pour votre blog

06 mai, 2007 21:27  
Anonymous Port-Royal a écrit...

Pardonnez-moi, le dernier mot de votre article me frappe comme un retour du refoulé. Je ne suis pas sûr que votre “clarté” rende un juste compte des intentions de Mme Royal dans le discours de ce soir : nulle malignité, nulle intelligence tardive non plus - sauf à lui reprocher de ne pas avoir entièrement réalisé en 5 mois avec sa propre équipe ce que le Parti socialiste n’a pas su faire en 5 ans. D’autres avaient de bien plus grandes naïvetés à croire que M. Bayrou révolutionnerait le monde politique français en 5 semaines… Quant à François Mitterrand, il dormait depuis deux ans d’un éternel sommeil en 1998, et ne fut jamais en situation semblable. Mais on lui a tellement prêté !
A bientôt pour d’autres analyses.

06 mai, 2007 23:35  
Anonymous Anonyme a écrit...

Il semble qu'un sondage IFOP (dont on risque de très peu parler ?) suggère que :
- TOUTES les tranches d'âge de 18 à 64 ans ont voté majoritairement Ségolène Royal ;
- les 65 ans et plus ont voté Sarko à 75% en moyenne.

Les retraités seraient donc les plus grands adeptes de la France qui se lève tôt. Ca sent le mouvement dans la rue, tout ça...

07 mai, 2007 00:04  
Anonymous Clémentine a écrit...

C'est ce qu'on peut lire ici.. :
http://www.ifop2007.fr/photo/File/IntentionDeVote/JDD-PRESI20-28-04-2007-16263A.pdf

07 mai, 2007 00:22  
Anonymous Pierre a écrit...

Toujours extrêmement intéressantes vos analyses.
Merci.
J'espère que vous allez continuer pour les Législatives.
Cordialement,
Pierre

07 mai, 2007 00:25  
Blogger jerome.lauriol a écrit...

Depuis plusieurs billets vous faite mention de "l'exactitude des prévisions de la presse", en vous basant sur une simple analyse statistique des citations. Mais si l'on peut mettre en relation les citations dans les grands quotidiens avec les tirages de ces journaux, ne pourrai t-on pas penser qu'en la matière la presse joue un rôle actif de propagande et non pas un simple rôle d'observateur ? Et qu'en est-il des citations dans les journaux TV et radio ?

07 mai, 2007 01:43  
Blogger Khrys a écrit...

Merci pour ce site que j'ai eu le plaisir de suivre depuis quelques mois.
J'attends avec impatience votre analyse des discours des autres leaders ... Bayrou, Le Pen, etc.
Merci encore !

07 mai, 2007 02:10  
Anonymous Isabelle a écrit...

des mots de l'auteure Claire Legendre

http://journaldelinsoluble.blog4ever.com/blog/lirarticle-55925-319803.html

07 mai, 2007 06:50  
Anonymous Percy a écrit...

J'éprouve depuis mon plus jeune âge la fierté indicible d'appartenir à une grande, vieille et belle nation, la France

... Patrie

Ma pensée va à tous ceux qui m'ont accompagné dans cette campagne. (il manque dans votre retranscription un bout de la phrase qu'il a prononcée : "et tout d'abord à ma famille" je cite approximativement mais c'est quelque chose comme ca...

... Famille

Je veux réhabiliter le travail, l'autorité, la morale, le respect, le mérite. Je veux remettre à l'honneur la nation et l'identité nationale.

.. Travail

il n'a pas encore parlé du déménagement du gouvernement à Vichy mais sans être dans la diabolisation extrème (je reste modéré et c'est pas demain que je me mettrai un couteau entre les dents ou que je brandirai un coctail Molotov "la violence [étant] le dernier refuge de l'incompétence (Asimov)") ca n'empèche que ca m'inquiète plutôt pas mal.

nous verrons bien.

07 mai, 2007 07:35  
Anonymous Beniat a écrit...

Pas si loin de ce qu'avait «prédit» la presse (les guillemets sont importants !):52,3 pc - 47,7 pc
A analyser calmement !

Euh...
Les Suisses , les Belges, les Russes, et certainement d'autres n'étant pas tenus par les contraintes légales avaient déjà donné les résultats avant 20h en provenance du Ministère.

Donc,
nos chers organismes de sondages qui brassent beaucoup de sous pouvaient aussi donner ces chiffres en faisant semblant de les avoir calculés...
où ça ?
avec quelles informations ?

07 mai, 2007 08:06  
Blogger Mikado a écrit...

Aux enfants de sept ans, on répète: on ne dit pas "je veux", mais "je voudrais"... depuis le débat et sa réplique "il faut rester calme pour devenir président" (avec ce sourire narquois particulier), je ne peux pas m'empêcher de le voir comme un petit enfant gâté et espiègle... psychanaliste, s'il vous plait?

07 mai, 2007 09:21  
Anonymous Anonyme a écrit...

Bonjour,
merci pour tout pour cette campagne et pour cette vulgarisation sans heurt de la linguistique de corpus.
Je me demande comment vous avez récupérez les discours d'hier soir et le débat de mercredi. Pour les discours, je note quelques divergences avec ce qui a réellement été dit. Est-ce les discours prévus et non pas prononcés?

07 mai, 2007 09:32  
Anonymous Inarius a écrit...

pfff...... pour ce qui est de la citation je pense que la femme est l'égale de l'homme depuis le jour ou ...roselyne Bachelot a été nommée ministre !

Bref sinon....
Voilà voilà c'est fait !
Maintenant on met un mouchoir dessus et on regarde pas trop car ça risque de sentir mauvais d'ici peu de temps ce "beau" pays.

Ensuite on va assister au Hara-kiri du pasencorené Mouvement démocrate aux législatives et ensuite...

07 mai, 2007 10:11  
Blogger Elviento a écrit...

@jean.lauriol :
jerome.lauriol a dit...
Je ne pense pas que l'on puisse dire que la presse à une rôle prépondérant de propagande lorsque l'on voit dans ces chiffres que les journaux de gauche parlent à 66% du candidat de droite au détriment de celle du PS.
Les journaux de droite comme le Figaro sont plus neutres avec un un % de 55% pour Sarkozy, ce qui me semble logique et raisonnable pour un journal de droite.
QUe les deux grands candidats aient étés privilégiés oui mais pas l'un au détriment de l'autre bien au contraire.

07 mai, 2007 10:48  
Blogger Elviento a écrit...

@percy :
sans qu'il ait explicitement cité les 3 mots que tu rapportes dans ton commentaire, est il si mal d'être fier et d'aimer son pays, de penser que le socle familial est important et que la France a besoin de sortir du marasme économique dans lequel elle est depuis des années ?
Si c'était la devise du régime de vichy, ils n'en étaient pas propriétaires et ces mots ne sont pas synonymes de fascisme. Je ne pense pas qu'il faille les supprimer du dictionnaire pour autant.
La fête des mères a été officialisée par le régime de Vichy, tous ceux qui la fêtent cautionnent ils ce régime ? Je ne le crois pas.
Il ne faut pas faire de raccourci simplistes et occulter certains thèmes, les laisser aux partis extrêmes a permis l'émergence du FN et de la haine qui allait avec.

07 mai, 2007 12:30  
Anonymous Charles' a écrit...

"Vers d'autres victoires" dit-elle. A analyser d'urgence.

07 mai, 2007 14:02  
Anonymous Charles' a écrit...

Je viens de passer la video du discours de Sarkozy en lisant votre texte. Ils sont différents. Qu'analysez-vous? (Sans jeu de mot).

07 mai, 2007 14:33  
Blogger TOMHTML a écrit...

Aixtal dans l'AFP, on aura tout vu =)

"Sarcastique" mon cher Jean. =)

PS : vous devriez regarder ça aussi. Comme quoi, la victoire est toute relative.

07 mai, 2007 15:42  
Anonymous francoism a écrit...

Anonyme 7 Mai 00:04 > Pas TOUTES les catégories, car d'après l'enquête IPSOS/DELL du 6 Mai, la catégorie 25-34 ans a voté à majoritairement (57%) pour Sarko. Le vote des vieux pour Sarko augmente avec l'âge, (60-70%) et c'est très frappant. Le vieillissement de la population amène un effet innattendu. Mais entre jeunes et vieux, les motivations sont probablement différentes.

07 mai, 2007 17:59  
Anonymous D.Strohl a écrit...

" ...de l’idéal qui nous a rassemblé et nous rassemble et qui va, j’en suis sure, nous rassembler demain pour d’autres victoires".

Charles' a trouvé cela curieux, moi aussi. Grammaticalement parlant, elle aurait pu mieux faire et écrire par ex. " ... nous rassembler demain pour de futures victoires".

A moins que dans l'esprit quelque peu messianique de notre Jeanne d'Arc, le fait qu'elle soit arrivée au second tour constitue une victoire éclatante (le pont d'Arcole préfigurant Austerlitz).

Elle va avoir du mal à en persuader ses petits camarades du politburo si l'on en juge par la mine de vent debout qu'ils s'efforçaient de cacher hier soir à la télévision.

PS : dans la marine marchande, on parle de "gueule à vent debout"; debout se prononce "deboutt"; un cordage se dit "bout" et se prononce "boutt". Cela vient sans doute du breton.

07 mai, 2007 18:15  
Anonymous Port-Royal a écrit...

Merci à JV d'avoir corrigé l'erreur de date dans son article. Ce qui ne change rien à l'erreur d'interprétation qui précède cette référence…

Plus sérieusement, le rapport entre résultat électoral et occurrences de certains noms dans la presse relève de ces jeux interprétatifs auxquels prête aussi bien la mystique des nombres que certaines dérives scientistes. Des dizaines de protocoles peuvent permettre d'accréditer des thèses aussi hasardeuses. Je dirais même qu'au seul regard de la très médiocre influence des médias cités sur le corps électoral, on ne saurait être trop prudent en manipulant de telles hypothèses…

> D.STROHL : le mot "politburo" est un terme désobligeant pour certaines personnes qui, à gauche et souvent minoritaires, conduisirent autrefois un combat antistalinien.
Quant au mot "bout", le linguiste, qui eut quelques ancêtres dans la Royale, peut vous répondre qu'il s'agit d'une simple métonymie - et que l'origine de ce mot, apparu au XIIe siècle, est plutôt à chercher en Scandinavie.

07 mai, 2007 22:15  
Anonymous D.Strohl a écrit...

D.Strohl à Port-Royal (message de 22:15 du 7.5.2007)

1. Politburo : vous avez raison, je n'aurais pas dû utiliser ce terme. J'espère que je n'ai blessé personne.

2. "Bout" : ma phrase n'était pas suffisamment claire - je ne voulais pas parler de l'origine du mot, que je ne connaissais pas, mais seulement de sa prononciation.

Je ne suis pas du tout linguiste, mais je m'intéresse cependant beaucoup aux langues - anglais et allemand dans mon cas, sans parler bien sûr du français et de l'alsacien.

A propos de linguistique, l'université de Strasbourg a fait, si j'en crois un récent article d'un journal local parcouru dans une salle d'attente, la traduction en alsacien d'un système d'exploitation Microsoft (Vista ?). Rude travail ! Microsoft aurait fait une subvention de 50.000 dollars - Sapristi, comme disait mon père ...

L'alsacien est un dialecte peu euphonique mais savoureux (les Alsaciens sont en général assez malicieux sous des airs sérieux); il ne donne pas toujours dans la litotes et les euphémismes
châtiés ... Malheureusement, il est en voie d'extinction lente, malgré des combats d'arrière-garde.
Espérons que vos collègues strasbourgeois arriveront à redresser la barre ...

08 mai, 2007 00:35  
Anonymous D.Strohl a écrit...

A Port-Royal :
Bien sûr, il fallait lire "dans les litotes"

08 mai, 2007 00:38  
Anonymous P. Sage a écrit...

En réalité, Nicolas Sarkozy ne bat pas des records.
En pourcentage des inscrits, il ne pointe qu’à …. 42,68%

Soit moins que De Gaulle en 1965, que VGE en 1974, que Mitterrand en 1981 et 1988, et bien sûr que Chirac en 2002.
Il fait donc mieux que Pompidou en 1969 et Chirac en 1995.
Rien que cela ça calme.

Quant au fameux de taux de participation ce n’est que le 5ème meilleur sur 8 élections présidentielles !

La suite est développée à cette adresse :
http://filoo1962.spaces.live.com/blog/cns!347E3F68126DD01F!985.entry

Où je reviens - entre autre - sur cette phrase assez incroyable :
"Je veux rendre aux Français la fierté d'être Français. Je veux en finir avec la repentance qui est une forme de haine de soi."

08 mai, 2007 17:44  
Anonymous katia a écrit...

Ségolène a oublié de dire qu'elle a besoin de notre force et de notre tendresse. lol

08 mai, 2007 18:22  
Anonymous D.Strohl a écrit...

P.Sage trouve "assez incroyable" la phrase de Sarkozy à propos de la repentance - je ne le contredirai pas - moi aussi, je me suis gratté la tête en la lisant ..

Ceci dit, on en a entendu et lu de bien plus sévères durant la campagne électorale. Certain(e)s politicien(ne)s continuent de prendre les électeurs pour des enfants. Certains électeurs prennent la mouche.

Lorsque l'on fait partie comme moi de la classe des anciens (72 ans), on choisit donc à 75 % le discours qui parait le moins infantilisant, au "détriment" du plus "sécurisant".

08 mai, 2007 20:16  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Port-Royal> Mitterrand croyait aux "forces de l'esprit", mais, non, je ne parlais pas d'un message d'outre-tombe. Je parlais de sa campagne de 1988, pendant laquelle il a annoncé un "gouvernement d'ouverture", qu'il a d'ailleurs mis en place avec Rocard, avec divers centristes. Sans ça, il aurait probablement perdu... Et la France a survécu. Elle survit d'ailleurs à beaucoup de choses (ça me rassure, par les temps qui courent).

08 mai, 2007 20:34  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Port-Royal> Sur fe fonds, pardon, j'ai cliqué trop vite :

Je ne suis pas sûr que votre “clarté” rende un juste compte des intentions de Mme Royal dans le discours de ce soir : nulle malignité, nulle intelligence tardive non plus - sauf à lui reprocher de ne pas avoir entièrement réalisé en 5 mois avec sa propre équipe ce que le Parti socialiste n’a pas su faire en 5 ans. -- Je crois effectivement qu'on ne peut pas lui reprocher la défaite. Elle aurait (peut-être) pu gagner, comme Mitterrand en 1988, avec l'appui du centre-gauche, mais 1) il aurait fallu s'y prendre tôt et le parti n'était pas prêt 2) je ne crois pas que c'eût été l'intérêt de Bayrou ! Il est en bien meilleure posture dans l'opposition, avec un PS en risque de décomposition (les couteaux sont sortis sur les plateaux dès 20h15...). Enfin, à suivre en tout cas. Ca va être passionnant.

08 mai, 2007 20:39  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Anonyme> Oui, il y a quelques divergences avec le discours prononcé par Sarkozy. Cette version est celle qui a été immédiatement distribuée par l'UMP, et Sarko a improvisé une ou deux choses et corrigé quelques autres...

08 mai, 2007 20:40  
Anonymous valérie a écrit...

Le sondage qui done la répartition des électeurs par âge est disponible sur le site IPSOS : http://www.ipsos.fr/presidentielle-2007/ (sondage sortie des urnes).

Il apparaît que les tranches d'âge au travail ont voté pour Sarko : les 25-34 et les 35-44 mais que les jeunes (les 18-24) et les proches de la retraite (les 45-59) ont pour Ségo et effectivement au-delà de 60 c'est Sarko.
comme quoi c'est sûrement plus compliqué qu'il n'y paraît !!!

08 mai, 2007 20:47  
Anonymous Philippe Monnier a écrit...

Petit exercice de linguistique appliquée

Dimanche, assesseur dans mon bureau de vote (assez à gauche : 72% au régionales) nous avons été confronté à plusieurs reprise à des erreurs de comptage, et toujours relatives aux bulletins de Segolène Royal.

Pour moi, la faute incombe à la longueur du nom :
Deux syllabes : Ro-Yal ; contre Trois syllabes : Sar-Ko-Zy

Alors avec Ni-Co-Las et Sé-Go-Lène nous aurions pu nous en sortir mais il ne restait que trois centaines de nulletin et en plus étant en Provence cela ne marchait pas : Sé-Go-Lè-Ne

Je suppose qu'il y'a eut d'autres dépouillements semblables.


Y'a-t-il eut des études info-linguistique des titres proposé dans les actualités sur Google, j'ai l'impression que cela aurait montré une surprésentativité des 3 premiers du 1er tour et encore plus du 1er, mais ce n'est qu'une impression.

Encore merci pour votre blog.

Philippe

08 mai, 2007 22:55  
Anonymous I a écrit...

"Ce sourire si large derrière lequel
il n'y avait rien" (à propos de
Gaston DOUMERGUE)

11 mai, 2007 06:10  
Anonymous UM a écrit...

La chine et l'Inde s'éveillent, alors croyez vous que la "petite" Europe pourra faire le poids ?
Chine qui dès 2020 produira ses avions de ligne (pauvre Airbus), et Inde qui va devenir le plus grand pays du monde, et qui n'arrête pas d'acheter des entreprises de taille mondiale.

02 juin, 2007 22:51  

Enregistrer un commentaire