Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

mercredi, mars 14, 2007

Sarko : Les mots doux

Je souscris pleinement à une déclaration de Nicolas Sarkozy. Cet homme est un humaniste. Il disait au JT de PPDA tout à l'heure : «Je n'aime pas les mots qu'on jette à la figure et qui sont si violents...»



C'est bien Nicolas. Tu as changé, et tu as raison. Le kärcher et la racaille, ce n'est pas bien, surtout quand on est ministre de la République.

Encore un petit effort, continue de lire Jaurès et Blum, tu as des chances en 2012.

21 Commentaires:

Anonymous Philippe Sage a écrit...

Ce qui m'a marqué c'est la réponse de Sarkozy à la première question de PPDA.
Ce dernier a attaqué avec ce qui fait "actuellement débat", ce ministère de "L'immigration et de l'identité nationale."
Pourquoi ne pas l'avoir appelé le ministère de l'immigration et du co-développement, comme certains vous l'ont suggéré, ou de l'immigration et de la citoyenneté, comme au Canada ?
Réponse du ministre-candidat :
"Bon mais enfin écoutez, ça c'est des expressions."
Déjà pour quelqu'un qui exigera d'un étranger de connaître le français (des rudiments) avant de venir travailler sur notre territoire, je remarque que le français de Nicolas Sarkozy n'est pas fameux...
Ensuite, il semble nous dire qu'il ne faut pas se formaliser sur la dénomination de son ministère. C'est "juste une expression". Son but étant, avant tout, de juguler l'immigration, et que c'est à cela qu'il faut s'attacher.
Cela voudrait donc dire que pour Nicolas Sarkozy, les mots, les expressions qu'il emploie ne font pas sens ?
Ministère de l'Immigation ET de l'identité nationale, ce n'est pourtant pas dénué de sens .. Cela mérite bien, parce que cela fait sens, que l'on s'interroge sur ce que cela peut signifier, non ?
Eh bien, non ; d'après Sarkozy,
cela n'a pas de sens de s'interroger sur ce qui nous paraît faire sens.
Cet homme est insensé ...

14 mars, 2007 22:59  
Anonymous Jean-Louis a écrit...

Ce qui est rassurant, c'est que tous les artifices de communication n'empêchent pas que la nature profonde d'un individu finit tôt ou tard par réapparaître.
On aurait pu se laisser aller à croire, le temps d'un discours joliment écrit, que Sarkozy était inspiré par Jaurès, Blum et autres grandes figures de gauche.
Qu'en reste-t-il ? Ces moments où s'effrite le trompe-l'oeil sont fascinants.
Finalement, n'était-ce pas une erreur stratégique de Sarko de tenter de faire croire qu'il avait changé ?

15 mars, 2007 06:46  
Anonymous lomig a écrit...

salut,
je suis surpris par votre partialité...
1) Sarkozy il me semble parle bien le français...c'est un peu tiré par les cheveux de lui faire ce reproche. Il a raison de mettre l'accent sur les faits, et pas sur les mots. Les journalistes tuent le débat en s'intéressant aux mots plus qu'aux maux.
2) dire que Sarkozy est insensé est une erreur : que le sens qu'il te propose ne te plaise pas c'est un chose, qu'il soit insensé en est une autre...ne pas confondre.
A+

15 mars, 2007 08:45  
Blogger Jean Véronis a écrit...

lomig>

1) je ne fais aucune critique sur son français
2) je n'ai dit nulle part qu'il était insensé

Je fais simplement remarquer une contradiction entre sa façon de manier des mots violents quand ça l'arrange et sa déclaration lénifiante d'hier soir.

15 mars, 2007 08:52  
Anonymous 2007sanssarko a écrit...

Au passage bravo pour ce blog qui est tout simplement génial.
Sarkozy ne parle pas très bien français. Je veux dire pour son niveau. Il manie mal la syntaxe, accorde une fois sur deux les participes passés avec le verbe avoir quand ça doit avoir lieu, utilise des mots comme "foutu", "bosser", pour faire peuple, et se sert des mêmes constructions interrogatives dans lesquelles il ne change que "l"intérieur" :
"Au nom de quoi"
"Est-il normal"
"Est-ce que vous trouvez normal"
"qu'est ce que vous diriez"?
etc.
Au fond, ça colle parfaitement avec l'idée qu'il se fait de la culture : superficielle.

15 mars, 2007 09:07  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Philippe Sage> Merci pour votre commentaire, c'est très bien vu ce "juste une expression" !

15 mars, 2007 09:44  
Anonymous Emmanuel PAUL a écrit...

Bonjour Jean,
Je dois dire que je suis un peu déçu de lire un commentaire aussi franc et définitif de votre part, alors que vous nous aviez habitués à plus de retenue.
"Tu as tes chances en 2012" -> Même si je n'ai pas l'itenation de voter pour Sarkozy, on peut déjà prendre rendez-vous en mai pour en reparler.
Et puis, finalement, Sarkozy parle mieux français que la majorité des français, non? C'est pas un peu "old school" de juger là-dessus? Si on fait ça, on va tous devoir voter pour Le Pen...

15 mars, 2007 11:03  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Emmanuel> Je ne revendique pas spécialement la retenue. Je crois avoir été assez caustique avec ce personnage, et avec d'autres dans le passé...

Juste une remarque : dans ce billet je n'ai fait aucune remarque sur la qualité de son français (je pourrais en parler, pais c'est une autre histoire).

15 mars, 2007 11:06  
Anonymous Anonyme a écrit...

J'aurais préféré une expression juste à juste une expression...

15 mars, 2007 11:49  
Anonymous armor a écrit...

Ca n’a rien à voir avec le sujet du jour, mais j’avoue avoir sursauté à la lecture du titre relatant la mort de Lucie Aubrac sur LeMonde.fr : « Lucie Aubrac, héroïne de la résistance est morte ».
Le mot héroïne m’a fait tiquer me s emblant réduire Lucie Aubrac au personnage principal d'un roman ou d’un film. Si cela avait été un homme, l’emploi du mot héros m’aurait certainement moins choqué. Comme quoi le sens des mots varie avec le genre, toujours aux dépens du même…
Par ailleurs LeMonde.fr réduit le rôle de Lucie Aubrac à son action dans la résistance comme le confirme l’explicitation par le sous-titre « L'une des dernières grandes figures de la Résistance est morte mercredi 14 mars dans la région... ».
Le titre retenu par Libération.fr « Une grande conscience s’est éteinte » me semble en revanche beaucoup plus respectueux vis-à-vis de Lucie Aubrac.

15 mars, 2007 11:56  
Blogger anita a écrit...

Je vais lui dire des mots doux aussi

"les mots qu'on dit avec un bulletin de vote...
Un long discours subtil
ternirait quelque peu le style
D'une rencontre."

Genre non, par exemple. Qui n'est qu'une expression, populaire de surcroît.

15 mars, 2007 13:24  
Anonymous armor a écrit...

Finalement, je me demande si mon post précédent n'a tout de même pas un peu à voir avec Sarkozy.
Réduire Lucie Aubrac à son rôle dans la résistance donc à 1940-1944, c'est faire l'impasse sur la poursuite de son combat pendant toute une vie au service des valeurs de la résistance. Il s'agit donc d'une véritable réification, processus que l'on retrouve dans les discours d'un Sarkozy, qui, sans vergogne, fait référence à Jaurès, Blum, Guy Moquet...
Ca me rappelle un excellent livre paru en 1976 aus éditions Galilée "Histoire mythologique des français" de Cl. Billard et P. Guibbert.

15 mars, 2007 16:38  
Anonymous Boz a écrit...

Effectivement ce Blog est génial, merci à Jean Véronis.

Effectivement aussi, le billet de Jean Véronis est quelque peu lapidaire.

Moi aussi, «Je n'aime pas les mots qu'on jette à la figure et qui sont si violents...»

Mr Sarkosy n'étant pas un extra-terrestre, il n'est pas anormal de pointer chez lui moultes contradictions, en ce sens, il est au moins rassurant...

Merci encore pour vos travaux,
Cordialement.

15 mars, 2007 16:45  
Anonymous Amandine a écrit...

Bonjour,
Je m’appel Amandine et j’ai 12 ans et j’ai créer un blog politique. J’aimerais avoir des conseils de gens adultes qui se connaissent en blog pour faire les choses encore mieux. Et comme votre blog est bien fait et que vous écriver bien et que vous saver raconter des choses compliqué j’aimerais votre avi.
Merci !!!

15 mars, 2007 19:59  
Anonymous sonja a écrit...

Au nom de quoi"
"Est-il normal"
"Est-ce que vous trouvez normal"
"qu'est ce que vous diriez"?

je trouve au contraire qu'il s'agit là d'un langage à la fois simple et percutant qui attire l'attention et
donne envie d'ecouter la suite .Nicolas Sarkozy possède un grand charisme lorsqu'il parle

15 mars, 2007 20:41  
Anonymous Anonyme a écrit...

Je ne vois pas pourquoi la France est le seul pays au monde où il est scandaleux d'associer "immigration" et "identité nationale".
Qu'est-ce que l'identité nationale ? C'est ce qui fait un pays.

Si elle n'existe pas ou qu'elle est reniée, ce pays est mort. C'est ce qui différencie un pays démocratique (l'est-il toujours quand on écoute certaiens personnes) avec une dictature ou des républiques bananières.

Qu'est ce que l'identité nationale de la France ?
son drapeau (que certains brûlent, n'est-ce pas plus scandaleux),
la Marseillaise (que certains sifflent),
sa langue (que certaians ne veulent pas assimiler même après 20 ans de vie sur le territoire),
son Histoire (que beaucoup renient),
ses lois (que beaucoup bafouent),
sa Constitution qui instaure les trois principes de la vie sociale française : Liberté, Egalité, Fraternité (que beaucoup détournent),
...

Et j'en passe. Pour moi, cela est la base immuable, après selon ses propres penchants, on peut accoler d'autres thèmes.

A bon entendeur,

16 mars, 2007 14:48  
Anonymous Anonyme a écrit...

J'oubliais...

Pour ce qui est de "karcher" et de "racaille", pourquoi ces termes choquent les esprits dits "bien pensants" ???

N'est-ce pas des mots que l'on trouve dans le langage quotidien des jeunes en particulier surtout pour le second ?

Vous vous faites manipulez par les journaleux, c'est grotesque. Et ça tout le monde le sait que c'est de la manipulation des journaleux qui ont sorti la phrase de leur contexte.

Appeler un jeune qui "fout" le "bo_del" dans le quartier, qui fait peur (pour ne pas dire terroriser") à ses voisins et qui brûlent les voitures de ses mêmes voisins, une racaille ; c'est appelé "un chat", un chat.

16 mars, 2007 14:53  
Anonymous boz a écrit...

A propose de l'usage du terme de Karscher :

[quote]PARIS (AFP) lundi 12 mars 2007, 18h27 -

La société Kärcher a lancé lundi une campagne de communiqués dans la presse pour dénoncer "l'utilisation répétée" de la marque dans la campagne électorale et écrit aux candidats à la présidentielle pour les mettre en garde contre une utilisation abusive de son nom.

"L'usage de notre marque à des fins politiques et pour désigner une ligne politique en relation avec des sujets de société sensibles est en opposition avec les valeurs que souhaite véhiculer notre entreprise, façonnée par 70 ans d'Histoire", a souligné Patrice Anderouard, porte-parole de Kärcher France.

Le ministre de l'Intérieur et candidat UMP à la présidentielle Nicolas Sarkozy avait déclaré en 2005 qu'il voulait "nettoyer au Kärcher" la cité des 4.000 de la Courneuve après la mort d'un enfant de 11 ans. Cette expression musclée est depuis passée dans le vocabulaire politique.

"La société Kärcher sort aujourd'hui de sa discrétion car elle ne peut se reconnaître dans les propos et les amalgames récents auxquels est associé son nom", souligne le texte de la marque spécialisée dans les appareils de nettoyage sous haute pression, paru lundi ou à paraître dans la semaine dans plusieurs quotidiens nationaux et hebdomadaires d'information générale.

Kärcher France a en outre écrit à tous les candidats à l'élection présidentielle et aux présidents de groupes parlementaires à l'Assemblée nationale pour "expliciter clairement le positionnement de l’entreprise, placée malgré elle au coeur d’un débat qui ne la concerne pas", selon un communiqué.

L’entreprise y rappelle que "Kärcher est une marque déposée (...) qui appartient à sa maison mère, la société Alfred Kärcher GmbH & Co Kg, dont elle distribue les produits en France et que le groupe dispose en conséquence de droits exclusifs sur l’emploi de cette dénomination".[/quote]

17 mars, 2007 13:46  
Anonymous Atuvu a écrit...

Excellent oui vous ecrivez ca avec humour merci

23 mars, 2007 01:50  
Anonymous sarak a écrit...

concernant les mots doux de Sarkozy, avez-vous lu cet article (repris ensuite dans Libération d'aujourd'hui) ? http://europeens.blogs.liberation.fr/voisins/2007/04/une_campagne_tr.html#more
Dans la série "j'emploie les mots qui font mal..." je trouve que notre mâle alpha de l'UMP décroche encore le pompom.

05 avril, 2007 17:55  
Anonymous sarak a écrit...

je voulais écrire pompon, pardon...

05 avril, 2007 18:12  

Enregistrer un commentaire