Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

mardi, février 06, 2007

Radio: Travaux publics

Je vous donne rendez-vous sur France Culture, dans l'émission Travaux Publics de Jean Lebrun, où je serai en compagnie de Denis Muzet, directeur de Mediascopie.

Titre de l'émission : Politique parade : la communication dans la campagne.



C'est ce soir (mardi 6 février de 18h30 à 19h30), en direct du café argentin El Sur (35, boulevard Saint-Germain, métro Maubert-Mutualité). L'émission est enregistrée en public, et il paraît que celui-ci peut poser des questions. Si vous êtes dans le coin, venez y faire un tour. On pourra toujours écluser un gorgeon après l'émission.

Ecoute en ligne et podcsat sur le site de l'émission.

4 Commentaires:

Anonymous steph a écrit...

très bien comme émission et on a bien compris que "non", vous ne rouliez pas pour Ségolène !! :)

Juste une chose qui m'a fait tiquer lorsque denis muzet parlait de la façon qu'à Ségo de parler : il soutient qu'elle parle de manière fluide !!! personnellement, je trouve son charabia très haché, un peu comme si elle lisait une poésie, vers par vers. Existe-t-il des outils pour analyser les silences dans un discours (durées et fréquences) qui pourrait confirmer ou infirmer de manière objective les dires de monsieur Muzet ?

07 février, 2007 09:37  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Oui, il y a des outils de ce genre, que nous avons d'ailleurs déjà utilisé dans mon équipe de recherche; Il y a à la fois la durée des silences et le débit de la parole hors silence. Ce serait intéressant à analyser ! Mais j'ai le sentiment qu'il y a chez Ségo un autre paramètre assez particulier, celui de la prosodie, la "mélodie" de sa voix, pour faire simple que l'on pourrait aussi analyser avec des outils scientifiques, mais qui à vue de nez me semble à la fois manquer d'amplitude et mettre en oeuvre des schémas très répétitifs. Tout cela concours à une sorte de voix de maîtresse de maîtresse d'école...

07 février, 2007 15:21  
Anonymous steph a écrit...

certes !
l'analyse de la mélodie serait plus complète : cela rejoint mon sentiment d'écouter la lecture d'une récitation qd Ségo parle (débit, pause, ton monocorde).

Il est de plus intéressant que vous introduisiez l'expression "maîtresse d'école", car lorsque j'ai écouté l'entretien assez agressif dans lequel Ségo a fauté sur les sousmarins, il m'a semblé détecter chez elle une sorte de, comment dire, d'infantilisme, une sorte de position "enfant soumis" comme dirait les inconditionnels d'analyse transactionnelle... et j'ai un peu le même sentiment quand je la vois cherchant les bonnes réponses (avec souvent un coup d'oeil dans le vague comme si elle revisionnait ses fiches) comme une étudiante !

Ce que j'essaie de dire, c'est qu'il pourrait bien y avoir deux faces dans uen seule Ségo, une étudiante qui s'adresse aux médias et une maîtresse d'école qui s'adresse au peuple... je trouve cela assez cocasse.

Bien entendu, cela sort du domaine de l'analyse pur du contenu et passe par de la communication non verbal... moins simple à analyser de manière objective !

07 février, 2007 16:26  
Anonymous A. Pierrot a écrit...

A propos de mélodie, je suis frappé par la généralisation de l'accentuation de la première syllabe des mots chez les présentateurs de télévision ou radio depuis quelques mois.
Est-ce là une évolution du français ?
Ou le résultat de conseils en communication ?
Les prompteurs indiquent-ils des syllabes à accentuer (comme Le Monde naguère mettait en gras quelques mots au fil de ses articles) ?
En tout cas, cette diction affectée paraît emprunter son style à la rhétorique de la harangue ou du théâtre plus qu'à celle de l'information.

10 février, 2007 18:47  

Enregistrer un commentaire