Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

mercredi, février 21, 2007

Dicos: Bayrou dans le Larousse

Lu dans la lettre d'information du Monde du 21 février :

Le Larousse ajoute Bayrou

Les éditions Larousse, qui préparent l'édition 2008 du dictionnaire, ne sont pas restées insensibles à l'évolution de l'opinion traduite par les sondages. Deux planches avaient été commandées sur le président de la République : l'une pour Nicolas Sarkozy et l'autre pour Ségolène Royal. Le comité éditorial a décidé, en début de semaine, de commander une planche François Bayrou.
Je n'avais pas encore vu ça quand je vous disais que quelque chose se passe...

12 Commentaires:

Anonymous bcolo a écrit...

C'est une impression, ou vous avez une certaine tendresse pour le personnage ? Depuis plusieurs articles, il y en a que pour le Pyrénéen. Et autant l'analyse des discours est intéressante, autant le commentaire des sondages (qui disent tout et n'importe quoi) n'apporte rien de plus qu'un éternel brassage d'air. Tant qu'à parler de Bayrou, qui fait le grand écart entre son soutien de fait à l'actuelle majorité et ses discours libéralo-humanistes, autant s'intéresser au fond, si tant est qu'il y en ai un...

22 février, 2007 08:55  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Bah, on m'a déjà accusé d'être Ségoliste... Si je me mets à parler de Sarkozy, je serai Sarkozyste ! Mais j'avoue que le Béarnais m'intrgique. C'est tout sauf la marionette des guignols.

Je ne partage pas votre avis sur les sondages. C'est complexe, parfois erroné, souvent opaque, mais ce n'est pas tout et n'importe quoi. Le commentaire qu'en font les médias, assez souvent oui, par contre !

22 février, 2007 09:03  
Anonymous bcolo a écrit...

"Mais j'avoue que le Béarnais m'intrigue. C'est tout sauf la marionnette des guignols."

Je ne sais pas ce qu'en disent les Guignols, je ne regarde pas la télé. Mais justement, là où je trouve que vous apportez quelque chose en plus, c'est quand vous cherchez ce qui se cache derrière le discours. Le commentaire des sondages ou du "buzz" médiatique (qui a tendance à tourner en rond, puisqu'on fait du bruit sur ce qui fait du bruit) me semble beaucoup moins utile.

Par exemple, quel est l'intérêt de spéculer sur le second tour alors même :
- que l'on ne connaît pas tous les candidat-e-s
- et que le premier tour n'a pas eu lieu ?

Un des facteurs de démobilisation et de désintérêt pour la campagne, tel que je le perçois autour de moi, tient justement à cette impression que tout est joué d'avance et que le premier tour ne sert à rien. 2002 est-il si loin derrière nous ?

22 février, 2007 11:12  
Blogger Jean Véronis a écrit...

quel est l'intérêt de spéculer sur le second tour ? : en ce qui me concerne j'azi trouvé ce sondage très intéressant, parce qu'il révèle un réseau de "préférences" assez compliquées chez les Français, bien plus intéressant que la bipolarisation (un peu pipolisée) habituelle. Et il montre tout l'enjeu de la compétition Royal/Bayrou, qui va se jouer à un cheveu. Les sondages sont-ils autre chose que de la matière à penser ?

Dans votre dernière phrase, il me semble qu'il y a une contradiction. Ce sondage montre justement que rien n'est joué, non ?

22 février, 2007 11:19  
Anonymous sarak a écrit...

Je ne crois pas que le premier tour ne serve à rien : la preuve, il prépare le second.

Sinon, j'ai hâte moi aussi que Jean V. puisse analyser la prestation de Bayrou, ses mots, sa façon de parler (et sa faconde ? encore qu'il ne soit pas intarissable ni bonimenteur).

On n'a plus rien à se mettre sous la dent ces derniers jours !

22 février, 2007 11:22  
Anonymous Anonyme a écrit...

bcolo a écrit: "autant s'intéresser au fond, si tant est qu'il y en ai un..."

Vous trouvez que son programme est vide??? Je dirais plutôt qu'on nous le rabache pas à longueur de journée et qu'il ne tiens justement pas en une phrase. Enfin moi j'dis ça... Je lis ses propositions sur son blog c'est tout. Il y a tous les sujets je trouve.
:)
Nicolas

22 février, 2007 11:30  
Anonymous bcolo a écrit...

Dans votre dernière phrase, il me semble qu'il y a une contradiction. Ce sondage montre justement que rien n'est joué, non ?

Pas vraiment. Il montre surtout que les médias (et ceux qui les commentent ?) ne s'intéressent pas au premier tour, ce qui est inquiétant car en 2002, on a vu que 64% de ceux qui se sont exprimés n'ont pas voté pour les deux premiers candidats.

Ceci dit, il serait amusant que le dindon de la farce soit Sarkozy. Comme Jospin en 2002, Balladur en 1995 ou Barre en 1988, il semble n'avoir jamais douté d'être au second tour (sans même parler d'être élu).

Est-il stupide d'imaginer que s'il y a beaucoup de candidats, l'éparpillement des votes conduira à ce que les trois premiers se tiennent à 3 ou 4 points autour de 20% des voix ? Auquel cas, n'importe lequel des trois peut être battu...

22 février, 2007 11:35  
Blogger Jean Véronis a écrit...

bcolo> Le premier tour va se jouer à la marge, dans un mouchoir de poche comme en 2002. On voit qu'un tout petit effet peut faire passer Bayrou devant Royal, et alors tout bascule.

Tout va se jouer dans les fameuses signatures. Si la LCR, Bosé et les autres les ont, il y aura grignotage de Royal à gauche, et elle risque bien de passer juste au-dessous de Bayrou. D'où les efforts conjugués du PS et de l'UMP (qui a besoin de Royal au second tour) pour bloquer les signatures aux petits candidats.

Mais en même temps, le PS (cf. déclarations de Hollande) appelle Le Pen au secours. Car lui seul peut faire suffisamment peur et amener un vote sur Royal par peur de l'effet 2002. Si vous voulez mon avis, lui, on va les lui donner ses signatures...

Ce ne serait pas la première fois que la gauche utilise Le Pen. Mitterand n'a-t-il pas fait entrer le FN dans l'hémicycle pour de bas calculs politiciens ?

22 février, 2007 11:56  
Anonymous sarak a écrit...

de quelles déclarations de Hollande parlez-vous ?

22 février, 2007 12:38  
Anonymous bcolo a écrit...

Bon, a priori, vous ne retenez pas mon hypothèse de Sarkozy troisième au premier tour. Pourtant, plus j'y pense, et plus ça me paraît possible. Une sorte de vengeance à froid de Chirac, et de préparation de l'avenir pour Villepin. Bayrou passant devant Sarkozy au premier tour et l'avenir s'ouvre en grand pour les chiraquiens :
- soit Bayrou l'emporte, et il fera de toute façon un gouvernement de droite (ça m'amuse quand il parle de premier ministre de gauche, sachant que pour lui la gauche va de Strauss-Kahn à Borloo) avec ceux que Sarkozy aura humilié, et il y en a beaucoup.
- soit Royal l'emporte, et du coup Sarkozy et Bayrou sont éliminés, et les chiraquiens prennent la tête de l'opposition (comme en 81 après avoir fait battre Giscard).

Mais voilà que je me suis laissé entraîner dans de la spéculation post-22 avril...

22 février, 2007 12:52  
Anonymous Vincent a écrit...

Cette spéculation ne me paraît pas inintéressante... On ne sait toujours rien des intentions ni de Chirac, ni de Villepin... Et je reste persuadé que Chirac ne laissera pas Sarkozy tranquille.
Cela dit tout cela reste très serré, à moins que le phénomène d'empathie de S. Royal ne donne des résultats surprenants...

22 février, 2007 17:13  
Anonymous simony gabriel a écrit...

on prétend que tf1 est sarkozyste,que les éditions larousse seraient bayroniens.,
chaque voix de candidat est entourée d'un "halo" idéologique,en tous les cas,de compagnons, d'appareils qui imposent parfois au candidat des modifications visibles,dans ses discours progressifs.
il ya un perpetuel match de tennis qui se joue entre l'opinion (morcelée) et les prétendants

27 février, 2007 01:03  

Enregistrer un commentaire