Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

lundi, janvier 29, 2007

2007: Travailleuses, travailleurs...

Les commentateurs ont noté que jeudi dernier, le jour même où j'écrivais que le mot travailleurs était tombé en désuétude dans le vocabulaire politique récent (sauf chez l'inoxydable Arlette, bien sûr), Nicolas Sarkozy en truffait son discours à Saint-Quentin :
[Cette force,] nous la trouverons en rendant au travailleur la première place dans la société.
Je veux redonner au beau nom de travailleur le prestige qu’il a perdu, parce qu’en abaissant le travailleur on a abaissé l’Homme.
Je veux réhabiliter le travailleur qui a été trop longtemps ignoré par la droite et qui a été trahi par la gauche.
Je n'accepte pas qu'il puisse exister des travailleurs pauvres alors que l'on a déjà bien assez à faire avec ceux qui sont pauvres parce qu'ils n'ont pas de travail !
Les travailleurs - et je pense aussi aux employés, aux techniciens, aux ingénieurs, aux cadres - sont fiers de leur métier, ils considèrent qu’ils doivent le faire le mieux qu’ils peuvent.
A leur manière les travailleurs sont des résistants.
Il faut cesser de faire du travailleur la seule variable d’ajustement de l’économie.
J'ai le devoir de parler à tous ceux qui se sentent trahis par une gauche qui ne reconnaît plus le travail, qui ne comprend plus les travailleurs, qui n'écoute plus le peuple dans son aspiration à la sécurité, à l'identité, à la protection.
Eh bien ! J'ai changé, nous martelait-il récemment. Il n'a pas osé dire les travailleuses et les travailleurs, mais Arlette n'a qu'à bien se tenir. Après avoir appelé Jaurès et Blum, voilà que Sarkozy drague encore plus à gauche. Bientôt une alliance avec Bové ?

Libellés :


11 Commentaires:

Anonymous Baldi a écrit...

Résumons: travailleurs + alliance avec Bové = salopette + moustache. Je rejoute du rouge pour la salopette du travailleur trahi par la gauche, multiplié par la petite taille du camarade candidat, le tout divisé par un mouvement frénétique et obsessionnel et j'obtiens :
SUPER MARIO !!!

Et voilà, en plus il va se mettre les jeunes fanas de jeu vidéo dans la poche !
Il est fort, non mais vraiment il est fort...

29 janvier, 2007 10:04  
Anonymous actarus a écrit...

Jean, une petite remarque:
Pourquoi ne pas réserver les billets sur la campagne présidentielle à Combat Pour l'Élysée qui a l'air fait pour ça et que tous vos lecteurs connaissent sans doute plutôt que de poster des doublons?

Mais les commentaires ne sont peut-être pas les même :-)

29 janvier, 2007 11:29  
Anonymous Anonyme a écrit...

Bonjour,

Il a dit également :

http://www.dailymotion.com/video/xpw3v_pour-sarkozy-lhomme-est-marchandise

Qu'en pensez-vous ?

29 janvier, 2007 11:31  
Anonymous Anonyme a écrit...

Moi ce que je constate c'est que le PS veut résumer cette élection à un combat gauche-droite et que sarkozy veut s'adresser à l'ensemble des français, même si c'est très difficile! en attendnat lui, il essaye! tandis que ségolène elle ne cherche qu'à convertir la France entière à une idéologie dépassée, qui a fait la preuve de son inefficacité, sans parler du reste ! alors entre une idéologue et un homme de bone volonté, le choix est pourtant logique non? Sans compter une inaptitude manifeste et incontestable aujourd'hui aux fonctions de président qu'à amplement démontré ségolène! le PS devrait rapidement changer de candidat, il y va de sa survie et de sa crédibilité, parce que en ce moment, ce qui est donné à voir de la gauche est totalement contre productif !

29 janvier, 2007 12:24  
Anonymous G. a écrit...

Moi ce que je constate c'est que le PS veut résumer cette élection à un combat gauche-droite et que sarkozy veut s'adresser à l'ensemble des français, même si c'est très difficile!
Pipeau.

Un type qui traite les gens de racaille, qui a trahi pour Balladur, et autres felonnies, ne s'adresse pas à l'ensemble des français mais à des électeurs potentiels qu'il essaie d'attraper.
C'est de la com. Punto i basta

bla bla... une idéologie dépassée
Bien sûr.

...preuve de son inefficacité
On va comparer? Les -1 millions de chômeurs de Jospin contre la dette qu'a laissé filer pendant 5 ans la droite, par ex.? ça va, merci de ne pas prendre les gens pour des abrutis.

inaptitude manifeste et incontestable
On parle de Sarko, là? Le gars qui insulte les gens de son pays et après veut faire croire qu'il est de leur côté.

29 janvier, 2007 12:51  
Anonymous Thomas Hawk a écrit...

Il me fait aussi penser à Raffarin qui nous disait que "il faut redonner de la valeur au travail". C'est très quatrième République je trouve

29 janvier, 2007 20:05  
Anonymous Charles' a écrit...

La guerre des mots a commencé. Avec une surprenante efficacitude.
En squatant la valeur travail, Sarkozy renvoit naturellement à l'incroyable complaisance de la gauche dans ce domaine, depuis longtemps, pour qui le travail est réactionnaire et bourgeois, une valeur de droite en somme. Royal n'a pas la moindre crédibilité là-dessus.
Et le travail, c'est ce dont rêvent trop de chômeurs que l'avènement de la "société du temps libre et des loisirs" (une valeur de progrès) laissait sans voix.
Sarkozy est crédible dans ce rôle. Qu'on l'aime ou pas.

29 janvier, 2007 20:15  
Anonymous stephane a écrit...

Je parle moi aussi du langage sur mon blog :

http://avenirdufutur.hautetfort.com

29 janvier, 2007 20:57  
Anonymous sebastien a écrit...

A l'attention de g.
"Un type qui traite les gens de racaille..."

Ah bon, les jeunes _voyous_ des banlieux, quand vous parlez d'eux vous dites "les gens" ?

D'abord, on ne dit pas racaille, on dit kaillera.

Et je crois que cette dénomination s'applique très bien à cette minorité d'individus qui ne respecte pas et de loin les lois et les idéaux de la République.

Arrêtons la démagogie et appelons un chat, un chat !

PS: désolé pour le ton un peu énervé, je pense comme Actarus, qu'il faudrait parler de politique plutôt sur le site CPE et réserver votre blog à des discussions beaucoup moins contreversées ;-)

29 janvier, 2007 23:23  
Anonymous R. a écrit...

Ha ha ! Il en est presque pathétique, le petit Nicolas, tellement il est prêt à dire tout et son contraire pour qu'on l'aime.

Cher Jean, pour un prochain billet, je vous suggère de vous interroger sur l'absence inexpliquable du mot "ornythorinque" dans ses discours...

30 janvier, 2007 13:06  
Anonymous pm a écrit...

vraiment ce triste sire n a pas de limites

bientôt il se revendiquera de BLUM ou JAURES

12 février, 2007 15:50  

Enregistrer un commentaire