Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

lundi, décembre 11, 2006

2007: Mots doux...

Séance petits fours après le Grand Rendez-Vous Europe1/TV5 Monde avec Michel Barnier, conseiller politique de Nicolas Sarkoky. L'homme est ouvert, chaleureux. J'en profite pour lui poser une question qui me taraude : «Pourquoi, au moment précis où Ségolène Royal remportait la primaire socialiste, l'UMP s'est-elle cru obligée de changer son langage, de l'adoucir (“la rupture tranquille”), voire de reprendre les mots clés de Mme Royal (“respect, confiance, débat, écoute, protection”, etc.) ? Pourquoi cette désignation interne au PS changerait-elle en quoi que ce soit la ligne directrice de l'UMP ? Et quelle que soit la réponse à ces questions, pensez-vous que ce soit une bonne idée de se laisser entraîner sur le terrain sémantique de son adversaire ? N'est-ce pas simplement une façon de s'affaiblir



Ce qui m'a étonné, c'est sa mimique. Il y a eu un grand blanc. Plusieurs secondes. Mais ce n'était pas un de ces moments où on sent que l'homme politique tourne sa langue de bois sept fois dans sa bouche avant de répondre... On sentait qu'il cherchait avec sincérité, mais qu'il n'avait pas de réponse. J'ai senti ses engrenages mentaux qui tournaient à toute allure, comme s'il réalisait tout d'un coup que cette affaire-là était une énorme gaffe. Il n'a d'ailleurs pas pu me fournir de réponse, et je l'ai senti partir bien pensif...

Libellés :


20 Commentaires:

Anonymous eskaloo a écrit...

Pas facile de toujours faire bloc avec le Chef...

11 décembre, 2006 20:57  
Anonymous Cobab a écrit...

mais alors… M. Barnier est-il si grand ? je serais toi, jeretoucherais la photo -- l'autre se l'est bien permis.

blague à part, il a bien finipar répondre, ou non ?

11 décembre, 2006 21:09  
Anonymous oxil a écrit...

Zut, raté l'ouverture des commentaires.
En tout cas cette rencontre vous aura apporté quelque chose à tous les deux, des questions sans réponses mais bien interessantes.

11 décembre, 2006 21:25  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Cobab> A mon avis il avait des talonnettes, vu que je fais 1m76...

Non, il n'avait pas la réponse. Et il était manifestement sincère. Curieux, non ?

11 décembre, 2006 22:36  
Anonymous Anonyme a écrit...

" il était manifestement sincère. Curieux, non ?"

Venant d'un politique, et plus précisément de ce monsieur, c'est plus que curieux, c'est impossible.

11 décembre, 2006 23:57  
Blogger all a écrit...

Oui c'est une bonne idée de coller à la sémantique de l'adversaire, on y gagne en allant à l'essentiel de la confrontation : Le débat d'idées.
Nul doute qu'avec un Fabius élu primaire on aurait eu un discours électoral beaucoup plus violent.

Barnier déçoit, peu doué pour la comm

12 décembre, 2006 08:52  
Anonymous spiegel sandgirl a écrit...

Doit-on conclure que, 1m76 sémantiquement bien ancré, ça peut se ressentir tel un coup de bol à la Zidane : le premier ne l'ayant pas vu partir, et le second, pas vu venir?? ;-)

12 décembre, 2006 11:08  
Blogger viking a écrit...

Est-ce vraiment une erreur de communication? Ils savaient depuis longtemps que Ségoléne Royal avait de grandes chances d'être la candidate ps, voire même, ils le souhaitaient dêpuis longtemps... Je pense donc que ce revirement sémantique est mûrement réfléchi pour venir chercher des voix suplémentaires sur le terrain de la gauche! Mais en effet, on peut se demander si ça n'est pas dangereux pour le candidat Sarkozy de brasser aussi largement de l'extrême droite à la gauche...

12 décembre, 2006 11:35  
Anonymous lebleu a écrit...

Fais gaffe, bientôt Sarkozy va te demander d'être son consultant en com...

12 décembre, 2006 11:38  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Viking> Je me suis posé la question... Mais en vérité, après avoir analysé très en détail tout ce que l'UMP a dit la semaine après l'élection de Ségo, les différentes interventions de Sarkozy, etc., j'ai très clairement l'impression qu'il y a eu un gros flottement, et une sorte de vent de panique pour trouver les nouveau mots clés.

Est-ce une bonne stratégie, au bout du compte? On verra bien, mais j'en doute. Royal a réussi à amener sur son terrain Jospin, Fabius, DSK, qui finalement n'avaient plus d'espace propre et passaient leur temps à se définir en référence à ce qu'elle disait... Ca ne leur a guère réussi.

12 décembre, 2006 12:05  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Lebleu> Le Meur pour le Web et Véronis pour la linguistique. Ca aurait de la gueule, non ? Mais bon, je ne suis pas un mercenaire, moi... ;-)

12 décembre, 2006 12:06  
Blogger Loran Bernardi a écrit...

Pitié!! Pas de Lemeurisation du Veronis!!

12 décembre, 2006 14:18  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Spiegel sandgirl> Oui, l'analogie est bonne. J'ai un peu eu l'impression qu'il était sonné. Le photographe a d'ailleurs superbement saisi cet instant de flottement...

Je dois dire qu'il y a un côté humain chez le bonhomme qui m'a été fort sympathique, quelles que soient ces idées. Il n'est peut-être pas encore complètement robotisé par la politique.

Il y a eu un autre moment très intéressant pendant le débat lui-même. Il a été très perturbé par le fait qu'Elkabbach ne l'écoute pas à un moment donné (et d'ailleurs ils se sont un peu chamaillés à ce propos). Effectivement, JP Elkabbach lui a posé une question puis s'est immédiatement détourné, faisant de grands signes à la régie et à ses co-interviewers pour organiser la suite (la coupure pub, me semble-t-il, mais je ne suis pas formel). Pour qui a assisté un peu à des enregistrements radio ou télé, c'est une grande classique. Les contre-champs ne sont jamais filmés bien sûr, mais les journalistes sont de grands pros, qui peuvent faire cinq choses à la fois et surtout contrôler le tempo. J'ai trouvé étonnant que Barnier, qui n'est quand même pas un débutant, soit complètement déconcerté par cette cuisine pourtant si habituelle des plateaux... Il a paru profondément humain pendant ce bref instant.

12 décembre, 2006 14:57  
Anonymous Benoit Desavoye a écrit...

Votre question comportant 94 mots je vous trouve un peu rude sur l'exigence d'une réponse rapide.
D'autant que le sens de votre question me semble être "tout simplement": "qu'elle doit être la stratégie de l'UMP face à Ségolène Royale ?" et Barnier n'est pas le seul à sécher me semble-t-il, les réponses surtout sont multiples et nécessiteront des ajustements.
Des Fabius ou DSK s'étant cassés les dents sur des questions proches, ne pas vous répondre est peut-être très segoliste comme approche de la part de Barnier, il vous a écouté avec toute l'attention que méritait votre question.

12 décembre, 2006 15:37  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Benoit> Bien entendu, je n'ai pas posé ma question comme ça d'une tirade. C'est le résumé d'une discussion assez longue ;-)

Comme Michel Barnier est conseiller de Nicolas Sarkozy, je pensais qu'il devait avoir un éclairage sur la question, et le fait qu'il ait séché me conforte dans l'idée que c'est l'UMP globalement qui est dans une phase difficile de recherche de vocabulaire.

Mais effectivement Michel Barnier m'a accordé beaucoup d'attention, et je le répète, j'ai été très séduit par le côté humain et chaleureux du personnage (indépendamment de ses idées, qu'on peut ne pas partager).

12 décembre, 2006 18:45  
Anonymous bijou contemporain a écrit...

Surtout, on se demande comment Sarkozy a pu choisir "la rupture tranquille" comme slogan. C'est du pain beni pour ses adversaires et Bayrou n'a pas manque de sauter sur l'occasion (quelque chose comme "la rupture quand on a passe 5 ans au gvt c'est gonfle mais tranquille quand on est sarkozy ca l'est encore plus" chez Chazal) et a mon avis ce ne sera pas le dernier.
Quand a Royal, si elle voulait se debarasser de son image de superficialite, elle aurait aussi pu choisir mieux que "pour que ca change fort"...

13 décembre, 2006 09:32  
Anonymous sarkophage a écrit...

Bonjour Jean
Vous faites honneur à l'intelligence et je regrette que les journalistes ne soient pas capables comme vous de poser des questions "complexes" au sens noble du terme. Qui demandent autre chose qu'un sophisme si vous voulez.
Belle question ici posée ! Et quelle réponse. Cela montre que la communication à tout cri est un paravent pour masquer le vide conceptuel et intellectuel des politiques.
Sarkophage
http://sarkostique.over-blog.com

13 décembre, 2006 15:35  
Anonymous Farid Taha a écrit...

Je suis déçu que vous ne lui 'Z'ayez pas posé la seule vrai question qui fache... qu'est qu'il fout avec un gars comme Sarkozy ?

Il aurait pu tourner sa lanque 7 fois 14 et n'aurait très certainement pas réussi à faire autre chose qu'un noeud avec...

Je suis toujours perplexe devant ces asssociations contre nature pareilles. Comme celle de la carpe et du ... du ? je sais plus mais je sais qu'il y a une carpe quelque part ;-)))

13 décembre, 2006 16:25  
Anonymous Oli a écrit...

Je vous propose, Farid, la carpe et le dromadaire. Peu conventionnel et certainement contre nature.

16 décembre, 2006 12:03  
Anonymous Royka a écrit...

Il faut dire que votre question était bien tournée.
Que peut-il répondre ce pauvre Barnier?
Vous lui assenez en trois phrases des verités qu'il ne peut contredire.
Et en même temps votre formulation lui a sans doute exposé cette situation comme il ne l'avait jamais vu, d'où le bug : il ne peut que "bloquer", comme vous le décrivez fort bien, tel la machine à qui on a posé une question dont la réponse demande de tout repenser. Voire d'effectuer un formatage complet...

28 décembre, 2006 01:26  

Enregistrer un commentaire