Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

vendredi, novembre 10, 2006

2007: Désordre juste

Il y avait eu l'ordre juste de Ségolène, perçu comme «juste l'ordre» par le bras droit de DSK, Cambadélis, mais revendiqué par Sarkozy, qui bien sûr l'aurait inventé, comme je le racontais l'autre jour. Ségo rétorquait : Sarko c'est le désordre injuste, et je concluais qu'en attendant au PS (voir les huées, les coups tordus, etc.), c'est juste le désordre...

Il manquait une expression dans cette combinatoire linguistique : désordre juste. C'est Edouard Fillias, le tout jeune candidat d'Alternative Libérale (27 ans), qui vient de la faire. Exemple de proposition qui relève du «désordre juste» : le démantèlement souhaité de la Sécurité sociale. A côté Sarko est un dangereux gauchiste. Pourtant, cette expression a un petit goût anar, si on y réfléchit. Ferré ou Brassens ne l'auraient peut-être pas reniée -- sans lui donner exactement le même sens, à mon humble avis. Mais justement, je lis sur le blog de Fillias, un papier qu'il fait sur... Brassens. Il écrit sans se démonter :

Brassens est probablement un passionné de la liberté : s'il avait fait de la politique, est-ce que je peux oser dire qu'il aurait pu adhérer à Alternative Libérale ?
Hmm. Les sismographes ont entendu comme un retournement sous la terre. Epicentre : le cimetière de Sète.

Libellés :


0 Commentaires:

Publier un commentaire