Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

mercredi, novembre 02, 2005

Lexique: Le raseur et la racaille

Après le Karcher, le Kevlar... Faisant partie des rares privilégiés qui en ont un dans leur nom, Sarko aime visiblement les mots en k. En tous k, il peut remercier les boucliers-valises en poly-para-phénylène téréphthalamide de ses gardes du corps pour l'avoir protégé des projectiles qui l'ont accueilli l'autre jour à la cité de la Grande Dalle à Argenteuil [lire].



Rassurez-vous, tout va rentrer très vite dans l'ordre: le Ministre de l'Intérieur a promis aux habitants de les "débarrasser de la racaille". Ca n'a pas plu à certains de ses collègues, et je ne suis pas sûr que ça ait calmé les esprits sur place. Il faut dire que le mot n'est pas des plus aimables. Voici ce qu'en dit le TLFi:
RACAILLE, subst. fém.
Péj. Partie du peuple la plus pauvre, considérée comme la plus méprisable. [suite...]
Venant de l'ancien maire de Neuilly, évidemment, ça prend toute sa saveur...

Notre gentil Ministre de l'Intérieur pense à la présidentielle en se rasant, mais aussi manifestement en se promenant dans les banlieues échauffées sous l'oeil des caméras. Je ne sais pas s'il caillera les fruits de ses excès de langage ou s'il va finir par raser les gens, mais j'imagine qu'il n'a pas réalisé que raseur et racaille sont cousins. Les deux dérivent du mot latin rasum, supin du verbe rasare, forme populaire du latin classique radere, "raboter, râcler".

Amusant, mais ce qui l'est moins c'est que deux gamins sont morts électrocutés en rentrant d'un match de foot. Si encore c'était de la racaille, mais même pas. Et il est un peu écoeurant de voir les plus hauts personnages de l'Etat essayer de nous faire croire le contraire. Les gens vont finir par en avoir ras-le-bol de la démagogie et des mensonges. De là à ce qu'ils se mettent à se dire que les politiciens c'est tous de la racaille...

Pendant ce temps, l'économie souterraine continue dans les quartiers, les caïds continuent à faire la loi, les filles rasent les murs le voile ras les yeux.

Il leur fallait quelqu'un à qui s'en prendre,
quelqu'un qu'on pourrait haïr sans danger (...)
ceux qu'on appelait les dissidents,
les réfractaires, les patriotes ou simplement les jeunes...
la résistance, ce ramassis de vauriens,
cette racaille, ces bandits, la résistance, que le diable l'emporte!

Elsa Triolet
"Le premier accroc coûte deux cents francs"


Post-scriptum


42 Commentaires:

Anonymous PiX a écrit...

Tout simplement Somptueux, bravo

02 novembre, 2005 13:19  
Anonymous Quentin a écrit...

Pour ma part, je ne suis pas du tout d'accord. Il est tout à fait insupportable de laisser sous entendre que la police est responsable de la mort de ces enfants. Les premiers responsables, ce sont eux-mêmes, pour leur acte de fuite, et leurs parents pour leur éducation (on m'a toujours appris à obtempérer, surtout quand je n'ai rien à me reprocher). Bien entendu, c'est triste, et c'est regrettable, mais n'inversons pas les responsabilités.

02 novembre, 2005 13:53  
Anonymous Philippe a écrit...

Démagogie/démocratie : "La démagogie est une forme dégradée ou excessive de la démocratie. Celle-ci suppose une éducation des citoyens à la vie collective, politique, alors que la démagogie laisse libre cours aux passions populaires." (TLFi)

Les passions populaires... Boîte de Pandore.
C'est gris, moche, suffocant.
C'est indigne

02 novembre, 2005 14:40  
Blogger climenole a écrit...

Êtes-vous maso ou simplement un des nombreux raseurs du Politically Correct ?
2 gamins électrocutés par accident et cela déclenche des émeutes ?
Vous êtes d'accord avec cela ?
Comment qualifiez-vous ce genre de réaction ?
Pourquoi devrions-nous tolérer ce genre de chose ?

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.
Sauf ceux qui ne disent pas cela.

Faut surtout pas critiquer les arabes, les noirs , les femmes, les pauvres
et tout ceux qu'il est correct de voir avec des lunettes roses, quelque soit
leur comportement... C'est ça ?

Sais-tu je que pense ? Un bon coup de pied au cul te ferait le plus grand bien.

02 novembre, 2005 14:45  
Anonymous Philippe a écrit...

CQFD

02 novembre, 2005 15:10  
Anonymous Kodbar a écrit...

Ce qu'il y a d'interressant lorsque l'on aborde ce type d'actualité, c'est que même si l'on s'efforce de tenir des propos factuels et plus "dégagés" qu'"engagés", on arrive tout de même à provoquer l'ire de facheux bornés et menaçant (bien à l'abri derrière leur écran).


ça ne rate jamais.

"Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait"
(les tontons flingueurs)

Bon courage Jean,

02 novembre, 2005 15:10  
Blogger all a écrit...

Je ne savais pas qu'avoir un K dans son nom était un privilège (je m'appelle Kantin). J'ai pris soin de ne pas baptiser mes garçons Kevin.
Pour le reste pas d'accord avec votre opinion ; Sarko reprend la locution racaille (revisitée par l'argot de banlieue, comme 'galère' par ex.) dans son acception actuelle c-à-d mauvais garçon, voyou, bandit, crapule.
Maintenant si vous pensez que les voyous caillassent les pompiers, brûlent les voitures de la poste et de la DDE, vandalisent et pillent le bien d'autrui à cause d'un « manque de dialogue » ou d'une « incompréhension » libre à vous.
Sarko parle de racaille alors que d'autres parlent de "jeunes", beaucoup plus inscrits dans le registre de l'ostracisme.

02 novembre, 2005 15:34  
Anonymous Patrick, Septèmes a écrit...

Nul doute que Jean Veronis savait ce qu'il faisait en exprimant cette opinion nette et sans nuance. Les quelques réactions ci-dessus ne le sont pas moins. Comme dans toute chose, la "vérité" pour autant que ce mot veuille dire quelque chose dans un tel débat, se situe vraisemblablement entre les deux.
C'est vrai que moi aussi j'obtempère lorsque l'autorité me le demande. Mais je suis blanc de peau, la cinquantaine, cheveux chatains et si je porte la barbe, elle est plutôt rousse et de bon aloi; je peux donc me permettre d'obtempérer.
Qu'en est-il de ces jeunes aux visages typés? Que risquent-ils lorsqu'ils obtempèrent? Quels méfaits, encore inconnus de la police, pourraient-ils bien avouer pour peu qu'on le leur demande "avec insistance"? Pas impossible que dans ces conditions, moi aussi je m'efforcerais de prendre la tangente au moindre képi... (notez le k)!

02 novembre, 2005 17:35  
Anonymous Solenne a écrit...

Je suis de l’avis de Patrick. Oui les deux jeunes auraient du obtempérer, mais sait on vraiment ce qu’ils risquaient en obtempérant. De son côté Sarko jette évidement de l’huile sur le feu, mais il fait admettre que ça fait longtemps qu’on n’a pas eu un ministre qui prend de réelles actions face aux problèmes du terrain.
Bref, personne n’est tout blanc ou tout noir, aujourd’hui tout le monde est beur…

02 novembre, 2005 18:42  
Anonymous Philippe a écrit...

Oh que c'est pénible ces petites phrases : "Aujourd'hui, tout le monde est beur..." Que c'est lénifiant, que ça ronfle. Avant hier, tout le monde était américain ; à présent, nous voici tous beurs. Inutile de dire (et pourtant, il faut le dire, sous peine d'être immédiatement harponné), que je n'ai, mais alors, RIEN contre les beurs, Arabes, musulmans, Suédois, Allemands, Néo-zélandais, etc. RIEN
Mais je ne suis pas beur.
Et je ne suis pas américain.
Je ne suis pas en quête d'une catégorie, d'une communauté, d'une tribu, que sais-je.
Je suis un "moi" en expansion, à la recherche d'un autre "moi", individu face à un autre individu.
Je cherche un vis-à-vis.
Un type qui essaye de rester droit.
Quel qu’il soit.

02 novembre, 2005 19:08  
Anonymous setim a écrit...

"premiers responsables, ce sont eux-mêmes, pour leur acte de fuite, et leurs parents pour leur éducation (on m'a toujours appris à obtempérer, surtout quand je n'ai rien à me reprocher). Bien entendu, c'est triste, et c'est regrettable, mais n'inversons pas les responsabilités."

C'est marrant, c'est exactement ce que j'expliquais ce matin à Patrick Dils, lors d'un petit déjeuner avec les inculpés d'Outreau. Malheureusement Malek Oussekine a eu un empêchement, il n'est pas venu.

02 novembre, 2005 19:14  
Anonymous Claudius a écrit...

Effectivement, il faut savoir ce qu'est une interpellation dans ces quartiers là, ça n'a rien à voir avec le classique "vos papiers, s'il vous plait." qu'on pourrait éventuellement entendre ailleurs.

Mais ça, ça ne passe pas à la télévision, c'est moins joli qu'une voiture qui brûle dans la nuit du 20 heures de PPDA.

Un témoignage parmi d'autres :
http://lmsi.net/article.php3?id_article=477

Bonne lecture.

02 novembre, 2005 19:47  
Anonymous vonric a écrit...

Sur les locaux electriques d'EDF, il y a généralement un tete de mort. Lorsque j'étais plus petit, on m'a toujours appris de ne jamais, vraimment jamais pénétrer dans ces locaux mortellement dangereux. Et je respecte ces mises en garde.
Maintenant, que des jeunes (délinquants ? en marge de la société ?) passent outre ces recommendations, cela semble simplement participer de leur refus global de toute autorité, toute interdiction. Faire ce que la puissance public leur interdit. C'est un jeu... mortel !
Entre se faire interpeller par la police (au jour d'aujourd'hui il n'est pas démontré qu'ils aient été poursuivis ou menacés) et mourrir, je sais ce que j'aurais fait - meme au risque de passer un sale moment.

Quand au vocab de Sarko qui nettoit la "racaille" au "karsher"... je me demande parfois s'il le fait expres pour faire parler de lui dans les médias, ou s'il nous prend pour des demeurés.

02 novembre, 2005 19:51  
Anonymous Philippe a écrit...

Ceci expliquant cela.
Et inversement.

02 novembre, 2005 19:56  
Blogger Régine a écrit...

On s'est intéressé au même mot, à peu près en même temps, mais il est vrai que c'est malheureusement l'actualité !

02 novembre, 2005 20:09  
Anonymous Anonyme a écrit...

> Vornic
"Maintenant, que des jeunes (délinquants ? en marge de la société ?) passent outre ces recommendations, cela semble simplement participer de leur refus global de toute autorité, toute interdiction. Faire ce que la puissance public leur interdit. C'est un jeu... mortel !"

Donc, si je suis bien le raisonnement (arretez moi si je me fourvoie),de par leurs marginalité (jeunes, banlieue, noirs etc.) ils ont choisis de mourrir?
Ils se sont dit, tient, c'est interdit parceque l'on risque de mourrir, allez on tente le coup.

02 novembre, 2005 20:13  
Blogger Caroline Leboucq a écrit...

Ce qu'ils endurent ces jeunes, seulement coupables de vivre dans un endroit qui n'est pas Neuilly ! Contrôles d'identité permanents, embarquements au poste, pour rien, seulement, parce qu'il ne sont pas blancs de peau... Et être blanc et habiter ailleurs que dans une cité, de nos jours, n'est pas non plus un critère de respect par la police sarkozienne qui a tous les pouvoirs. Il n'est qu'à voir l'affaire brice Petit, Jean Michel Maulpoix pour se dire qu'on est en danger avec cette police. Ces gens là me terrifient alors que je suis blanche, ne fais apparamment aucun trafic et habite un quartier plutôt calme. Alors comment doit-on réagir, quand on revient de sa partie de foot et qu'on sait qu'on va passer un sale quart d'heure parce que les flics qui veulent gagner leur prime (les 1200€ par mois sont augmentés des primes pour bons rendements) en attrapant au hasard quelques mômes dans la rue et s'il leur trouve quelques grammes d'herbe dans la poche c'est le jack pot. Etat de droit ? Pour qui ? Riez tous de ces pauvres gosses qui se sont un jour réfugiés bêtement dans un transformateur pour échapper à la police. Pour eux la tête de mort sur la porte paraissait moins terrible que le képi à l'horizon. Riez, mais un jour c'est à vous que ça arrivera. Dans ce pays, nous sommes tous coupables...
Au fait, maintenant, je trouve que le mot "sauvageon" est bien doux...

02 novembre, 2005 21:01  
Anonymous Nimbus a écrit...

J'ai vu un jour un policier demander ses papiers a une enfant de 6 ans dans un quartier. C'etait pour rire.

Bonnes gens, allez dormir, sur de votre bon droit. Cet autre monde, est autre, ils n'ont que ce qu'ils meritent, ces sauvageons, c'est sur. Sarkozy bronze vient visiter les jeunes bronze. Le premier tape sur les policiers qui tapent sur les seconds qui s'enervent.

Ah, ces analphabetes qui par refus de l'autorite rentrent dans un transformateur. Ah si on les avaient bien eduque. Pas comme ces bourgeois qui enquille les annees de fac avec autant de secondes chances... Une annee en medecine, une annee en droit, une annee en... "C'est pour sa culture a mon fils, il est interresse par tout"

Et les gens, vous savez ce qu'ils disent les cousins des quartiers quand il voient un etudiant arriver chez eux ? " Tiens y'a un bourgeois qui vient acheter". Et oui. Votre education, votre hypocrisie, vos enfants qui fument du hashish, sont la branche terminale de ces traffics que Sarkoleon
veut eradiquer. La demande cree l'offre. Et vos fils claquent votre argent dans la defonce.

Mais continuons a nous voiler la face. Il n'y a pas de haine, puisque on vit dans le beau, le grand, le gentil pays de la liberte, l'egalite et la fraternite. Une insurrection serait tellement mal venue. Pas du tout attendue.

Cours cours sarkozy. Eradique les traffics. Mais qui fournira Neuilly ?
SarkoNeron, Paris brule-t-il ?

Et dites les gens vous savez qui a dit "encore plus qu'en 68 il va falloir se battre ?" C'etait pas brassens, mais c'etait censure aussi.

03 novembre, 2005 01:52  
Anonymous Vonric a écrit...

Anonymous & Nimbus>Je n'ai jamais cherché a excuser un abus d'autorité, ni un vocabulaire (il suffit de relire la fin de mon commentaire précédent). Je trouve meme légitime que l'on se penche sur le "mal des banlieues".

Mais dire que la mort de deux jeunes qui pénetrent dans un transformateur EDF, alors que c'est strictement interdit, qu'il y a un risque mortel (pour eux), excuserait de bruler des voitures, caillasser les pompiers et les secouristes, j'ai du mal a comprendre votre raisonnement.

Si je saute de la tour Eiffel (c'est interdit, on a de grandes chances de mourir !), irez vous bruler les hopitaux parisiens, lancer des cocktails molotov sur les pompiers ? Pourquoi ?

Caroline Leboucq> "Sauvageons" parait meme tres poétique ;-)

03 novembre, 2005 13:09  
Anonymous Anonyme a écrit...

Le grand malheur a été de créer ces HLM. L'integration n'a aucune chance de reussir dans ce contexte.

De l'autre coté cette société de la consommation ou il faut toujours consommer plus ne facilite pas les choses de jeunes désoeuvrés et sans revenus. Le serpent se mort la queue.

Pour sortir du cercle vicieux il faut un choc exogène: sur 20 ans décarceler les HLM et favoriser l'embauche des familles déplacées n'est pas une bonne solution pour tout un tas de raisons.

Déjà commerncer par arréter ces HLM en tour et disperser un peu pour favoriser le brassage.
Et puis rajouter une bonne dose de Bouddhisme et de philosophie pour découvrir que la société de consommation et le fric ne sont pas tout...

03 novembre, 2005 14:57  
Anonymous domrod a écrit...

et bla et bla et bla.

04 novembre, 2005 16:59  
Anonymous Anonyme a écrit...

"Citation"

- si les jeunes sont si organisés pourquoi ne viennent ils pas attaquer les magasins du 8ème à Paris ? Un aller en métro ou rer, un rassemblement bien organisé vers le virgin ou autre en pleine matinée ou après-midi (à cause des bouchons la police ou les gendarmes mobiles mettront du temps à arriver) et une razzia en 1 heure au maximum.
- tout le monde s'accorde à dire qu'il y a un problème d'éducation et de formation mais d'un autre côté les prof refusent de faire la police, de tirer les oreilles et de faire régner l'ordre.. (pas formés à ça..)
- comme c'est la mode on accuse Chirac mais qui ferait mieux que lui ? Jospin ? Flamby ?
- tout le monde s'intéresse aux pauvres jeunes des banlieues (qui sont tous habillés en Nike, Adidas, Lacoste de la tête aux pieds..) et personne ne s'intéresse à ce que pense la grande majorité de la France appelée traditionnellement moyenne qui silencieusement constate, comme personne ne le dit:
* l'origine éthnique des agités de banlieue
* la manière dont ils s'expriment
* le naturel avec lequel ils se mettent sur le même pied qu'un ministre
* la victimisation systématique

04 novembre, 2005 19:43  
Anonymous Anonyme a écrit...

D'après l'AFP
http://www.afp.com/francais/news/stories/051104124217.ax54rw52.html

Région parisienne: plus de 500 véhicules brûlés au cours d'une 8e nuit de violences
04/11/2005 12h42

(...)

Mercredi soir par ailleurs, une quinquagénaire handicapée âgée de 56 ans a été gravement brûlée au cours de l'attaque d'un bus à Sevran (Seine-Saint-Denis).

Le véhicule, transportant une cinquantaine de personnes, a été "pris dans un guet-apens" et forcé de s'arrêter par des conteneurs enflammés placés au milieu de sa route, selon le parquet de Bobigny.

Des jeunes ont alors lancé une bouteille d'essence enflammée dans le bus conduisant le chauffeur à demander aux passagers de descendre. La victime n'a pu sortir et un jeune l'aurait aspergée d'essence, puis d'autres auraient lancé un chiffon enflammé dans le véhicule.

(...)

04 novembre, 2005 19:56  
Anonymous arno a écrit...

J'aimerais qu'on réflèchisse sur le mot Karcher qui me semble être un qualificatif hautement dégradant, celui-ci étant connu pour sa puissance enlevant la crasse incrustée...de quel droit ce ministre se permet-il d'insulter les classes populaires de la sorte??? Que le peuple descence avec les jeunes!!!

04 novembre, 2005 20:32  
Anonymous arno a écrit...

tectification ce n'est pas un qualificatif...toutes mes excuses...

04 novembre, 2005 20:52  
Anonymous Anonyme a écrit...

D'après Le Figaro
http://www.lefigaro.fr/societe/20051105.FIG0158.html?133129

Réunion à Matignon après une neuvième nuit d'émeutes

(Avec AFP.)
[05 novembre 2005]

(...)

Les émeutiers s'en sont pris à plusieurs classes ou écoles. Ainsi une école maternelle et primaire a été détruite en partie à Brétigny-sur-Orge (Essonne).

De même, une classe de collège dans le Val-de-Marne, deux classes d'une école maternelle à Achères, dans les Yvelines et un espace culturel attenant au collège Jean-Monet de Torcy (Seine-et-Marne).

A Evry, dans l'Essonne, un début d'incendie a été signalé au groupe scolaire Bonaparte.

(...)

05 novembre, 2005 14:14  
Blogger zobi a écrit...

Pas un mot sur l'origine provençale du mot ?? Etonnant de la part de Mr. Jean Veronis linguiste à Aix-en-Provence.

Quant aux commentaires enflammés des internautes : quel ennui !! heureusement que je lis pas tout.

05 novembre, 2005 19:42  
Blogger Luc a écrit...

Cher jean,

Dans ton billet, tu as oublié de mentionner que Racaille, en verlant, ça donne "Kaïra" (encore un mot en "K"), et que, au contraire de "sauvageon", c'est un mot identitaire.

En effet, il y a une "culture Kaïra", il y a même une ligne de vêtements Kaïra Forever, un esprit Kaïra Forever.

Je pense donc que le mot "racaille" dans son sens actuel revêt un sens beaucoup plus large que la définition désuète et restrictive du TLFi.

Petite contribution linguiste cordiale.

Amicalement,
Luc

06 novembre, 2005 15:34  
Blogger Luc a écrit...

Cher Jean,

Une petite remarque à propos de l'emploi "provocateur" du mot "racaille" par Sarkozy.

Une devinette, qui a dit :
"Il faut remettre au boulot" la police : "Le plus grand nombre de bavures n’est plus son fait, c’est la racaille qui tue le plus dans les cités" ?

Réponse : Malek Boutih, président de Sos Racisme, en juin 2002.

Comme quoi ...

Cordialement,
Luc

06 novembre, 2005 15:40  
Anonymous laurent Vannini a écrit...

Des propos de Malek Boutih qui ne me surprennent pas; l'émanation socialiste "SOS Racisme" n'a malheureusement été qu'un leurre, une tentative de récupération d'un combat contre le racisme ordinaire qui dépasse le simple cadre du champ politicien.

En participant hier à une rencontre initiée par l'appel des 93 à Clichy-sous-bois(93 personnalités de Seine-Saint-Denis), je me suis rendu compte à quel point il est difficile de sortir de la représentation de "l'autre" affichée dans certains commentaires de ce présent blog; lointain, jeune, violent, pauvre et basané.

Pourtant, les habitants du 93 sont un peu moins manichéens; Ils sont solidaires des personnes (pas toujours jeunes) menacées de ghettoisation, même si parallèlement ils appellent au calme et leur demandent d'arrêter de cramer écoles, voitures et gymnases.

Amusant d'apprendre également de la bouche des habitants que ces jeunes sont chrétiens, juifs ou musulmans, ont parfois un emploi, sont étudiants et n'obéissent pas à une frange mafieuse ou religieuse.

Pour ma part, la décentralisation non financée, les zones franches non créatrices d'emploi, la disparition d'une tentative de police de proximité (parmi d'autres) sont autant d'actes de violence contre notre société.

Je ne peux que vous inviter à aller discuter avec les habitants des quartiers de Seine-saint-Denis, à visiter les cités, à apprendre à connaitre la supposée racaille.

Amicalement

Merci pour ce blog, jean

Laurent

06 novembre, 2005 16:16  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Luc> Tu as oublié de mentionner que Racaille, en verlant, ça donne "Kaïra" -- pas tout à fait: il y avait un petit clin d'oeil, subliminal, il est vrai : "Je ne sais pas s'il caillera les fruits de ses excès de langage">. Mais avec un K c'est encore mieux!

06 novembre, 2005 20:36  
Anonymous MKe a écrit...

Je crois surtout qu'il y a une ambiguité autour du mot racaille, notamment parce que l'usage actuel, au moins dans les banlieues, a un peu dévié sinon détourné le sens de ce mot par rapport à la définition que vous en donnez.

Les jeunes, appelés "racaille" (au sens du TLFi), se sont réappropriés le mot afin de lui donner une connotation plus proche de "caïd". Mais quand c'est Sarkozy qui l'utilise, lui sait très bien qu'il y a cette ambiguïté entre la définition officielle, qui est une insulte, et la définition "pratique" ; et il en joue très probablement. C'est un moyen facile de se dédouaner a posteriori en disant "ah non mais ce sont eux-mêmes qui se dénomment ainsi", alors qu'il y a un double-sens dans sa bouche qui n'est pas présent dans la version familière utilisée par les jeunes des cités (ou comme disait l'autre "je me le sers moi-même, avec assez de verve, mais je ne permets point qu'un autre me le serve..").

Pour résumer, c'est un peu comme dire "putain, con" à quelqu'un. Avec l'accent de marseille, ça passe. Avec un accent parisien, c'est une insulte. L'analogie n'est pas trop mauvaise j'espère.

07 novembre, 2005 09:51  
Blogger Jean Véronis a écrit...

All, Mke> Oui vous avez raison, le mot "racaille" a dérivé vers un sens du genre "caïd", "voyou", mais 1) Nicolas Sarkozy, homme cultivé et avocat, n'ignore pas l'ambiguïté 2) comme le dit Céline, les mots n'ont pas la même valeur dans toutes les bouches... J'attends autre chose d'un ministre de la République (ce qui n'exclut pas, bien sûr toute la fermeté nécessaire quand il la faut).

07 novembre, 2005 11:26  
Blogger Luc a écrit...

@ Jean : "les mots n'ont pas la même valeur dans toutes les bouches".

C'est tellement vrai ! Les leaders politiques doivent faire très très attention à ce qu'ils disent, aux mots qu'ils emploient. "Seuls les mots comptent, tout le reste est bavardage ..."

Et surtout bien sûr dans une situation aussi sensible que celle que nous vivons en ce moment.

Remarque, quand ils ont un discours lénifiant, on les accuse de "langue de bois", et quand ils essayent de "parler vrai", on les accuse de provocation. Pas facile d'être un homme politique !!!

Ca me fait penser à la phrase suivante que j'aime beaucoup :

"Ce que vous êtes parle tellement fort que je n'entends pas ce que vous dites !"

Quand Sarkozy parle, il peut dire n'importe quoi, tout le monde entend "Sarkozy". !

07 novembre, 2005 12:38  
Anonymous Anonyme a écrit...

Hé oui, moi, bientot sixtie, le poil blanc, quand je me balade sur les boulevards parisiens, je vois souvent des "jeunes" qui se font "contrôler" par la fliKaille. Bizarrement, ce sont le plus souvent des bronzés ou des carrément noirs. S'approcher (discrètement !) et tendre l'oreille est toujours éclairant sur le comportement des représentants de la loi.
Ajouterai-je que, moi aussi, quand je vois des képis, j'ai (encore) tendance à changer de trottoir?...

07 novembre, 2005 17:07  
Anonymous Diego a écrit...

Moi je suis basané, je me suis fait contrôler à plusieurs reprises par la police ou la gendarmerie et alors ?... ça dure une minute tout au plus et quand on est en règle on repart aussitôt sans problème... Moi je suis plutôt pour, ça me rassure à la limite, même si je me fais contrôler car au moins ils font leur boulot et lorsqu'ils tombent sur cette saloperie de racaille, faut pas les plaindre. ça va finir à l'autodéfense et au FN élu au 1er tour ça... et les gens vont s'en étonner... pas moi. Les gens réglos n'ont pas à changer de trottoir où à avoir peur de la police. Des gens courageux et qui payent de leur personne en ce moment, au feu, sur le terrain, pendant qu'on est le cul au chaud derrière notre pc ou télé. Alors faut arrêter de critiquer n'importe quoi. La police fait son travail et la racaille ira en taule c'est tout ce qu'ils méritent (+ une bonne correction !)

08 novembre, 2005 00:40  
Anonymous Anonyme a écrit...

C'est quoi ce blog ??
Je croyais que c'était un truc sur les moteurs de recherches et en fait c'est un blog qui fait de la politique !!!! Si vous étiez honnete mon chére Jean Véronis vous maitriais, en page d'accueil, une rose de votre partie (PS) comme le sont la plupart des profs bien entendu... Bon salaire, bien au chaud dans un beau quartier, assuré à 100% sur tout leur bien et qui traitent de populiste le peuple quand celui-ci crie sa colére de se faire agressé par des sauvageon/racaille/braleur/jeunes... qui on TOUJOURS une bonne excuse !!!

08 novembre, 2005 01:17  
Anonymous Patrice a écrit...

Je cherchais une définition de racaille que je pensais être crapule, fripouille, voyou. Je tombe sur votre site et je me dis "mince je me suis trompé ...aucun rapport, Sarko a abusé ". Mais bon votre définition est tronqué et limite de mauvaise fois car c'est vraiment la définition première qui n'a plus usage (1870) de même pour le lien [suite)avec en jaune cette définition hors du temmps .
Moi quand j'ai vérifié pas de tel mise en relief http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=2456627160;
En effet on est sur le site de technologies du langage ... on joue avec les mots

09 novembre, 2005 03:22  
Blogger Marc a écrit...

Vous réflechissez tous aux mots!!

Mais arretez quand on voit tous ces actes de barbarie effectués en ce moment, des haltères, boules de pétanques etc. qui tombent sur la tête des gens, des voitures, usines, écoles, ... qui brûlent.

Il n'existe pas que mot pour qualifier ces auteurs de ces actes!
et en tout cas, les mots qui ont été dit auparavent étaient peut-être justifiés!!

09 novembre, 2005 17:44  
Blogger champy a écrit...

Deux réflexion
1ère
Je suis par hasard dans une propriété privée qui est clôturée(chantier)je n'ai rien à me reprocher, je cueille des coquelicots. Les flics arrivent, je n'ai toujours rien à me reprocher mais je ne suis pas « blanc comme neige », alors je détalle préventivement, j'escalade un mur de 2 à 3m surmonté de barbelés et je me cache dans un transformateur où là… je grille.
A qui la faute ?????
Veuillez barrer les mentions inutiles
1)Les jeunes éduqués dans le civisme et le respect de l'autre.
2)Les horribles flics brutaux et peut-être manipulés par l'extrême droite.
3)Les parents indignent, qui n'en ont rien à foutre.
4)L'école dont les cours de physique ne sont pas à la hauteur (surtout en électricité).

Ce drame est le drame de l'éducation, du civisme disparu.
La démocratie est basée sur le civisme, le respect de l'autre.
La démocratie c'est la liberté, cela ne veut pas dire le foutoir
Ma liberté s'arrête où commence celle de mon voisin.
Tant que ce précepte ne sera plus enseigné, ni appliqué,
tant que l'égoïsme régnera en maître …
On est mal les p'tits loups, on est très mal.

2ème
Vous les français, vous êtes bizarre, bizarre…
Hormis, le fait que vous semblez détester vos flics, alors que c'est votre justice qui est malade, à l’évidence vous ne comprenez pas votre langue maternelle.
Contrairement à l’auteur de ce site, qui à l’évidence est plutôt de gauce et veut en découdre avec Sarko les grandes oreilles, je suis complètement apolitique et j’ai écouté le journal comme vous …
Sarko, qui je le concède ne fait pas dans la dentelle, ne s’est jamais adressé à tous les jeunes des banlieues, il s’est adressé aux casseurs et ceux là , il les a qualifié de « racaille » et là, votre définition est appropriée.
Je vais vous dire pourquoi à mes yeux, ils sont méprisables :
Non pas parce qu’ils brûlent les voitures…. Non, non…
Parce que : cette petite minorité influence les autres, importune tout le monde, introduit la drogue, raquette, viole, perturbe les cours, joue avec le pognon facile.
De plus étant des glandeurs et des couilles molles , ils préfèrent s’entourer d’une petite cour appelé « bande ».
Bref, ils empêchent les autres (par leurs actes délictueux) de s’en sortir d’avoir une chance.
Voilà pourquoi, ce sont des être méprisable, de la vermine.
Ces quelques meneurs avec qui il ne sera jamais possible de faire quelques chose de positif (même avec beaucoup d’euros) faut les foutre en prison et après reconstruire tout (confience, éducation, locaux, usines, emplois ….)
Mais cela passe également par une certaine rigueur, une certaine sévérité, le foutoir n’a jamais mené à rien.
Et vous les français, vous aimez le foutoir … Voilà le blèm L

11 novembre, 2005 10:49  
Anonymous JP a écrit...

Après la Première Guerre Mondiale le nazisme se développe en utilisant la détresse de la population allemande. La France avec le traité de Versailles ne lui laissant aucune possibilité de se relever. Lorsque l'allemagne nazie devient menaçante, les gouvernements démocratiques essaient lâchement de dialoguer avec elle mais il est trop tard, celle-ci ne comprend déjà plus que la force.

Deux parallèles.

Il faut améliorer la qualité de vie des populations qui vivent dans les banlieues abandonnées. Elles ont droits aux mêmes services publics/sanitaires, aux mêmes infrastructures que tout le monde. Ni plus, ni moins.

Ceux qui terrorisent les banlieues sont des fascistes, ils se moquent bien des belles idées et ne comprennent plus que les relations de force. Il faut donc l'employer même si celà va contre nos reflexes.

13 novembre, 2005 23:53  
Anonymous Samourai Nor a écrit...

Je trouve que cette présentation des faits est odieuse car elle montre un message totalement subjectif sous des traits scientifiques et littéraires.
Je vous prie s'il vous plait de remettre les choses en ordres.

Une dame interpelle notre ministre de l'intérieur et lui dit:
"j'espere que vous nous débarrasserer de cette "racaille"",
les hommes politiques ont pour habitude de reprendre les questions avec les parties de phrases énnoncées, c'est ainsi que l'on a entendu le mots racailla sortir de la bouche du ministre en question... je pense qu'avant de critiquer et de se faire passer pour un savant il est préfèrable de se renseigner autrement qu'en regardant les infos à la TV....non?
Ensuite la police n'est pas a blamer si il y a poursuite en effet les deux jeunes ont lancé des pierres sur des pompiers....alors est-ce normal? je ne pense pas.

16 novembre, 2005 13:56  

Enregistrer un commentaire