Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

lundi, novembre 28, 2005

E-Pub: La RATP n'aime pas les méthodes de l'UMP

L'UMP a surpris beaucoup de monde avec sa première campagne de pubs AdWords ciblée sur des mots-clés tels que banlieues, racaille (si, pour un court instant! voir ici), sécurité, etc. L'histoire, qui a été signalée tout d'abord par Rezo et votre serviteur, a fait le tour du monde... Même les Américains, habitués à bien des formes de publicité politique, ont été étonnés (Business Week, New York Times, Today online, etc.). On peut discuter du bien-fondé du procédé, mais ce qui me surprend beaucoup c'est surtout l'absence de discussion dans le monde politique. Tout au plus, les socialistes se sont-ils mis à copier la technique (de façon assez maladroite, mais ils avaient l'esprit tourné ailleurs).

Au-delà du procédé, qu'on peut approuver ou pas en tant que citoyen, il y a quand même quelque chose que j'ai trouvé assez perturbant: parmi les mots-clés achetés par l'UMP, figuraient aussi Parti Socialiste, Jospin, François Bayrou, Montebourg, Robert Hue, PCF, Arlette Laguiller, LCR, etc. Est-ce bien loyal? Que l'on tombe sur une pub UMP en tapant Nicolas Sarkozy, très bien. Que l'on tombe dessus en tapant banlieues ou violences urbaines, il me semble que ça mérite un débat citoyen... Mais que l'on tombe sur une pub UMP en tapant François Bayrou ou Arlette Laguiller, cela me semble un peu curieux (l'inverse me surprendrait tout autant, rassurez-vous si vous êtes sympathisant UMP)! En fait, cela me rappelle l'affaire Louis Vuitton contre Google: la requête Louis Vuitton renvoyait vers des pubs de sites concurrents ou même de sites vendant des contrefaçons! Google a été condamné en février dernier pour contrefaçon et actes de concurrence déloyale. Les attendus du jugement sont extrêmement intéressants à lire [pdf]. Ce jugement faisait suite à plusieurs affaires analogues: "Bourse des vols" jugé en octobre 2003 (VIATICUM et LUTECIEL contre Google), Méridien contre Google (référé de décembre 2004) et ACCOR contre Overture jugé en janvier 2005. Google s'engage désormais à supprimer les annonces abusivement liées à des marques à la demande du propriétaire de celles-ci [voir ici].

La jurisprudence est donc assez claire sur les marques commerciales. Sur les noms d'hommes politiques et les dénominations de partis, je ne crois pas qu'aucune affaire ait jamais été portée devant les tribunaux. Ce serait amusant: PCF contre Google, etc. [comme le fait remarquer un lecteur, Parti Socialiste, Parti Communiste, etc. sont des marques déposées -- voir INPI]. Cependant, il y a quelques jours, pendant la journée de grève des transports, l'UMP étendait ses pratiques à la RATP. ResetParameters a sorti l'info avec une copie d'écran, et, lui laissant la primeur, je n'ai mis qu'un petit écho sur ce blog. La requête RATP proposait un "lien commercial" vers le site de l'UMP ("Grèves des transports: Nicolas Sarkozy vous invite à voter pour exiger un service minimum garanti!"). Or RATP est une marque déposée (en 1972, sous le numéro 1 195 253), et étant donné la jurisprudence ci-dessus, l'issue d'un litige RATP contre UMP ne ferait pas l'ombre d'un doute (la RATP ne se prive pas de faire respecter ses droits dans d'autres circonstances: exemple)...

Si je parle de tout cela aujourd'hui, c'est qu'un lecteur de ce blog vient de me faire parvenir un échange de mails qu'il a eu avec la RATP après avoir lu le billet concerné et qui éclaire l'affaire sous un jour intéressant. Nous l'appellerons Monsieur M***.

Premier message de Monsieur M*** à la RATP, apparemment à travers le site Web:
--------------------------------------
VOTRE MESSAGE ADRESSÉ À LA RATP

Expediteur : M****
E-mail : ************
Sujet : publicite_partenariat

Message :

Je voudrais attirer votre attention sur
http://www.u-blog.net/resetparam/note/58079

Il me semble que vous seriez en droit de porter plainte
http://actu.abondance.com/2005-06/google-vuitton.php


INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES
Contact : Monsieur M***

[je coupe le reste pour respecter son anonymat]
Première réponse de la RATP:
De : - CML/AKIO-0101
Envoyé : jeudi 24 novembre 2005 09:24
À : *****
Objet : Publicite_partenariat

Bonjour,

Je transmets le lien au service concerné qui prendra les mesures adaptées.

Cordialement,

François Jeunehomme
RATP / Relations de Service
Quelques jours plus tard:
From: alain.nuffer@ratp.fr
Date: Nov 28, 2005 9:03 AM
Subject: RE : Publicite_partenariat
To: ****************

Bonjour et merci pour votre vigilance

Le nécessaire a été fait (rapidement) grace à vous et le lien n'existe plus.

Bonne journée

Cordialement

Alain NUFFER
Responsable de l'Agence de Développement Multimédia
RATP/COM

Effectivement, le lien avait disparu très vite. Arnaud Dassier, qui dirige cette campagne de communication de l'UMP (société L'enchanteur des nouveaux médias) est-il un bricoleur qui improvise sur le Net sans trop connaître les lois (et la Netiquette)? ou bien passe-t-il outre, se disant que l'appui d'un Ministre de l'Intérieur, patron du parti commanditaire, peut aplanir bien des difficultés?

Il paraît qu'Arnaud Dassier lit ce blog (il semble d'ailleurs avoir laissé un commentaire l'autre jour, mais sait-on si c'était bien lui...). Je suis tout-à-fait prêt à publier ses explications et son point de vue. Il suffit de m'envoyer un petit mail (histoire de filtrer les plaisantins).

27 Commentaires:

Anonymous toto a écrit...

Ah une bonne vieille délation bien de chez nous, ça fait chaud au coeur de voire les traditions se perpetuer, bravo Mr M. et vive la France !

28 novembre, 2005 23:31  
Anonymous michaël a écrit...

toto> « Ah une bonne vieille délation bien de chez nous, ça fait chaud au coeur de voire les traditions se perpetuer [...] »

délation : dénonciation inspirée par des motifs méprisables, dit le robert.

où sont les motifs méprisables de monsieur m., monsieur toto ?

l'ère des réseaux, dans laquelle nous sommes depuis que l'humain vit en société, connaît une transformation extrêmement profonde, structurelle, car pour la première fois, grâce aux technologies du numérique, chaque individu dispose des moyens :

- d'interpeller toute personne, physique ou morale, qui commet un acte irrespectueux, voire répréhensible ;
- d'apporter sa connaissance, son savoir, ses conseils, etc. à toute personne, physique ou morale, victime d'un tel acte.

la campagne de l'ump est légitime dans la mesure où la publicité politique est autorisée. elle devient irrespectueuse lorsqu'elle se sert du nom de ses adversaires. elle bascule dans l'illégalité lorsqu'elle détourne des marques commerciales à son profit.

la délégation de responsabilité qui fonde l'organisation pyramidale de nos sociétés démocratiques a abouti à la situation contemporaine où les individus détenteurs de pouvoirs les conservent par tous les moyens, légitimes ou non, et bénéficient d'une révoltante impunité lorsqu'ils agissent illégalement. l'intrusion des technologies du numérique provoque un court-circuit généralisé dans les hiérarchies parce qu'elles permettent à chacun de se réapproprier sa responsabilité individuelle. lorsque monsieur m envoie son mail, il agit comme un individu responsable ; responsable de lui-même d'abord, responsable des conséquences de ses actes vis-à-vis de la société, responsable du devenir de la société par sa participation active.

]m[

ps : PCF, PC et Parti Communiste Français sont des marques déposées, tout comme PS, Parti Socialiste... et même NPS Nouveau Parti Socialiste.

29 novembre, 2005 04:33  
Blogger DiogenePasCynique a écrit...

Bonjour,

D'abord félicitations pour votre site, je fais rien qu'à apprendre des choses intéressantes ! Concernant la réponse des moteurs de recherche sur des marques commerciales, j'ai été confronté à ce problème (voir : http://restructuration.blogspot.com/2005/11/il-faut-positiver.html#113276893850588396, dans les commentaires, et le billet suivant). J'ai essayé de résoudre le problème, mais ma faute principale semble être d'avoir renseigné la balise meta "keywords" et d’avoir essayé (je ne suis pas spécialiste) de référencer mon blog correctement ! Bien sûr, je suis d'accord avec vous sur le problème du détournement fait sciemment en utilisant la fonction adwords, mais dans mon cas, je ne me sens pas vraiment responsable du problème de positionnement d’un site à but commercial. Evidement, je de défends absolument pas les excès que vous décrivez !

Cordialement.

29 novembre, 2005 07:57  
Blogger all a écrit...

Google c'est planté l'UMP a acheté le mot RAP et pas RATP

29 novembre, 2005 09:53  
Anonymous Dominique a écrit...

À signaler le fait que le sigle de la RTM avait été acheté lui aussi par l'UMP. Cela a disparu pendant le week-end.

29 novembre, 2005 10:10  
Anonymous Frondeur a écrit...

Le jugement du procès "Vuitton contre Google" n'a à peu près aucun rapport avec l'utilisation d'Adwords par l'UMP, car dans l'affaire Vuitton le problème unique était la contrefaçon: la vente de produits "contrefaisants" (comme disent les attendus) proposés pour une recherche de la marque "vuitton".

L'UMP ne cherche pas à vendre des T-shirts du PS au rabais, ni à se faire passer pour un autre parti en orthographiant son nom de façon fantaisiste (partii comuniste low price!)

La concurrence déloyale serait peut-être plus appropriée, mais il faudrait admettre que le code de la consommation s'applique au débat politique: ce serait assez cocasse.

Ne peut-on pas considérer au contraire que ce genre de pratiques enrichit le débat public, et surtout qu'on ne peut parler de débat que lorsque des personnes se parlent qui sont d'un avis différent? Si les partisans de tel ou tel parti ne sont autorisés que d'adresser la parole aux cotisants du même parti, quel intérêt cela a-t-il, pour la démocratie en général, et pour eux-mêmes en particulier?

29 novembre, 2005 10:51  
Anonymous YR a écrit...

@frondeur :

Ainsi donc l'envoi de propagande politique par courriel et le référencement AdWords de marques déposées, détournées vers un site de promotion d'un parti politique seraient des moyens d'"enrichissement du débat public" ?

Que c'est intéressant !

Ce qui est particulièrement intéressant, c'est que la LCEN (loi pour la confiance en l'éonomie numérique ???) ne dit mot des pratiques politiques sur les réseaux, bien qu'elle fut lancée par le président de l'UMP en place, principal agitateur des réseaux récemment.

La politique n'étant pas une marchandise, la LCEN ne s'applique pas. Sauf que... Sauf que le fait de recevoir de la propagande politique reste soumis au bon vouloir des recevants, et que le fait de cliquer sur RATP en s'attendant à obtenir le plan du métro parisien et se retrouver sur la tronche d'un présidentiable n'a rien d'anodin.

Mais la fin justifiant les moyens depuis Machiavel, j'imagine qu'il se trouvera d'autres frondeurs pour réclamer encore plus de pourriels et de liens incongrus. La liberté des uns commencent où s'arrête celle des autres, et réciproquement.

YR

29 novembre, 2005 11:54  
Anonymous Herode a écrit...

Ne peut-on pas considérer au contraire que ce genre de pratiques enrichit le débat public ?

Cela me semble douteux. L'insertion de publicités ou le detournement de mots-clés ne participe en aucune manière au débat. On reste dans le domaine du monologue, de la communication "push", du spam en somme.

Par contre, cette affaire est intéressante dans la mesure où elle permet d'apporter un nouvel éclairage à ce phénomène. Je sais bien que Jean Veronis ne cherche pas spécialement à s'en prendre à l'UMP, ni à un autre parti. Néanmoins, je suis frappé par la différence de traitement qui est faite, ici et sur de nombreux sites, entre cette campagne de l'UMP d'une part, et les techniques de Google-bombing d'autre part, ces dernières ayant - semble-t-il - les faveurs du public.

Or, dans les deux cas, la démarche reste essentiellement la même.
a/ Elle repose sur le détournement de mots-clés (et d'information, au sens plus large du terme).
b/ Elle vise un but politique.

Accessoirement, on constatera que 100% du Google-bombing est fait contre des gens ou des partis dits de droite, et qu'il provient de réseaux marqués à gauche. Qu'un parti de droite, aujourd'hui, procède au même type de détournement, me semble être un simple et prévisible retour de bâton. Reste le problème de fond : cette pratique est-elle condamnable en soi (auquel cas le Google Bombing devrait être villipendé lui aussi) ou est-elle légitime (auquel cas la campagne de l'UMP ne devrait guère soulever l'indignation) ? Ou pour le dire d'une manière plus volontairement polémique : cette pratique est-elle ignoble quand elle vient de droite, mais sympathique quand elle vient de gauche ?

29 novembre, 2005 12:08  
Anonymous mopt a écrit...

La différence majeure entre le google bombing et l'utilisation "abusive" des adwords google par l'UMP n'est pas une différence droite/gauche, mais une différence de nature. Les adwords sont une action délibéré du parti lui-même, avec rétribution sonnante et trébuchante tandis que le google bombing est une oeuvre peut-être plus "désintéressée" de particuliers.

29 novembre, 2005 12:41  
Anonymous Nagual a écrit...

« Ou pour le dire d'une manière plus volontairement polémique : cette pratique est-elle ignoble quand elle vient de droite, mais sympathique quand elle vient de gauche ? »

Sans parti-pris, je n'ai pas le souvenir d'avoir reçu un SPAM d'un candidat de gauche, ni du centre d'ailleurs ; ni le souvenir de liens vers un parti de gauche sur des sujets racolleurs (si ce n'est anecdotique)... Vous faites dans votre tentative d'apologie de l' e-campagne UMP une confusion entre des pratiques de professionnels de la com. et une forme de contre-pouvoir spontanné réagissant devant ce qui apparaît comme une méthode douteuse : il y a une franche différence entre une action stratégique de prise de territoire rationnalisée, par tous les moyens, et celle consistant à lui résister avec les moyens du bord.

Nagual.

29 novembre, 2005 12:50  
Anonymous Frondeur a écrit...

Le Google Bombing est à mon avis tout aussi peu condamnable que l'achat de mots-clé adwords par l'UMP: car ou bien on est pour la liberté, la liberté des google bombers et la liberté des partis politiques de "communiquer", ou bien on est contre, effectivement, et il faut condamner les deux pratiques.

Mais le Google bombing est vraiment du détournement de mots-clé, c'est une action subversive et anonyme (résultant d'une action collective), tandis que l'achat d'Adwords se fait au grand jour...

'yr' cite "le fait de cliquer sur RATP en s'attendant à obtenir le plan du métro parisien et se retrouver sur la tronche d'un présidentiable" mais on ne voit pas à quoi il fait référence: s'il y a des personnes qui croient qu'en cliquant sur une pub pour l'UMP, signalée comme telle, sous la bannière "liens commerciaux", elles vont obtenir le plan du métro parisien, il me semble qu'on serait en droit de doubler leurs impôts, pour cause de naïveté irréparable...

Quant aux spams ("pourriels" dans le vocabulaire francophonement correct), il est extrêmement facile de s'en protéger (can you say bayesian filtering?), tandis que les mesures liberticides mises en place pour tenter de les éradiquer ne manqueront pas de faire des dommages collatéraux très-horrifiques.

29 novembre, 2005 14:05  
Anonymous MKe a écrit...

frondeur : l'ump ne cherche certes "à vendre des T-shirts du PS au rabais", ni meme des tickets de métro

par contre elle utilise (utilisait) le nom de l'entreprise RATP pour mieux nuire à la RATP en tant que service public..

29 novembre, 2005 14:35  
Anonymous blop a écrit...

J'ai essaye : Montebourg, PCF et LCR ne marche pas (ou plus).
Par contre "Parti Radical", "Lutte Ouvriere", "Noel Mamere", "de Villiers" marchent tres bien.

Et la question interessante devient : "qui a ete oublie ? et pourquoi ?"
(Vraiment, vous ne voyez pas ? Fermez un oeil, ca aide...)

Et puisqu'on s'interesse aux rapport de l'UMP avec le web, quels sont les "mots cles" du site web de l'UMP (il suffit de demander a voir la "source" de la page web) ?
...Roulement de tambour....
'sarko,sarkozy,sarkosy,brice,hortefeux,ump,union,mouvement,populaire,mehaignerie,gaudin,politique,retraite,famille,securite,reforme,decentralisation,economie,entreprise,justice,chantier,cancer,handicapes,prisons,environnement,integration,chirac,europe,election,politique,ministre,jeunes,federations,gouvernement,chomage,sante,rpr,udf,dl,raffarin,senat,assemblee,parlement,communique,campagne,agenda,adhesion,citoyen,sondage,europeen,forum,cyber,vote,presidentielle,portfolio,photo,photographe,sarkozy,nicolas,insertion,national,region,cantonal,equipe,retraite,senior,femme,politicien,elus,debat,discours,video,congres'

Bon, hormis qu'on y trouve deux fois "sarkozy" et une fois "sarkosy". Il est amusant de voir que juste apres on trouve "brice" et "hortefeux". Mais si...! Brice Hortefeux, ministre delegue aux collectivites territoriales, mais surtout bras droit du precedent. Et puis surtout, encore une fois, dans la liste des noms propres, il semble en manquer un... non ? Allez, je vous aide: pendant que Brice Hortefeux devenait ministre de je-sais-plus-quoi, lui devenait premier ministre...

29 novembre, 2005 14:40  
Anonymous nagual a écrit...

« les mesures liberticides mises en place pour tenter de les éradiquer ne manqueront pas de faire des dommages collatéraux très-horrifiques. »

Bien d'accord avec vous ! Sachant que les mesures liberticides ne manquant pas de faire des dommages collatéraux sont, pour le moment, le produit du gouvernement actuel dont les membres éminents font de la "communication", le google-bombing m'apparaît être une manoeuvre bien dérisoire pour les désamorcer.

29 novembre, 2005 15:38  
Blogger all a écrit...

Position-squatting = délit de contrefaçon

Mais personne n'ose porter plainte contre l'UMP

29 novembre, 2005 16:10  
Anonymous Herode a écrit...

Mon cher nagual, je ne cherche pas à faire "l'apologie de l'e-campagne" de l'UMP, pour une raison bien simple : je trouve ces détournements détestables. Je cherche juste à pointer le caractère assez hémiplégique de la plupart des condamnations.

Les actions de google-bombing ne sont d'ailleurs pas plus désintéressées que la e-campagne de l'UMP. Elles fonctionnent juste sur un autre mode. Ce qui les rend sympathiques (à certains), c'est leur positionnement politique. A ce propos, j'attends toujours de trouver sur la Toile une condamnation quelconque de la e-campagne du PS. Accessoirement, je suis également prêt à parier que le jour où des sympathisants d'extrême-droite disposeront des réseaux nécessaires pour du google-bombing, on ne parlera plus de "résistance au système" mais sans doute de mépris des internautes, de piratage de l'information etc. On aura raison, d'ailleurs. On aurait tout aussi raison d'en faire autant aujourd'hui.

Quant à savoir comment s'opposer à ces phénomènes... Comme l'observe mopt, il est très difficile de réguler cela sans courir le risque de mettre en place des mesures potentiellement liberticides. Je pense tout de même qu'il y a des points d'attaque possibles. Par exemple une réflexion sur un éventuel statut-juridique du mot-clé, par opposition à l'usage normal du mot dans un texte. Mais ce serait là un vaste et délicat débat, qui ne tiendra pas bien sur un commentaire de blog ;o)

29 novembre, 2005 16:36  
Anonymous YR a écrit...

@frondeur
s'il y a des personnes qui croient qu'en cliquant sur une pub pour l'UMP, signalée comme telle, sous la bannière "liens commerciaux", elles vont obtenir le plan du métro parisien, il me semble qu'on serait en droit de doubler leurs impôts, pour cause de naïveté irréparable...

C'est marrant çà, parce que moi, quand je vois RATP écrit en bleu et souligné, je vois un lien vers la RATP, et pas vers un parti politique. Quand bien même il serait écrit en dessous que "non, non, c'est pas vers la RATP que pointe ce lien mais vers un parti qui utilise cette marque pour récupérer des adhérents potentiels".

Je ne doute pas qu'il s'agit de profiter d'une certaine actualité pour se présenter en première ligne sur les pages g00gle, ce qui est assez bien joué, en terme d'exposition.
Mais il me semble également évident qu'il s'agit de profiter de l'inattention de certaines personnes cherchant des renseignements liés à la RATP (ou tout mot clé approchant) et donc de tromper l'internaute.

Sur ce, je préfère ma naïveté insondable aux calculs politiciens de certains. Si en plus çà double ma prime pour l'emploi, c'est parfait ;o)

29 novembre, 2005 17:11  
Blogger all a écrit...

C'est quoi ce spam avec plein de liens ? j'ai vu ça aussi chez Eolas

29 novembre, 2005 18:10  
Anonymous Nagual a écrit...

Cher Hérode. Il est vrai que je m'étais focalisé sur les derniers évènements et vous avez bien fait d'ajouter quelques points de réflexion. Pour reprendre, entre l'outil et les motivations la confusion ne doit pas demeurer : nous pouvons tout aussi bien tuer un homme qu'agrémenter un appartement avec un vase, ce dernier n'est pourtant pas incriminé. Statuer sur l'utilisation d'un mot clef ne devrait se faire que dans des circonstances clairement préjudiciable envers un individu ou une collectivité et surtout au cas par cas, mais il est vrai ici que les responsabilités seraient délicates à déterminer, et plus certainement dans le bureau d'un legislateur que sur un blog (quoique... il y en des très bien ;) ).

30 novembre, 2005 01:50  
Anonymous Sarah a écrit...

...ou bien on est pour la liberté, la liberté des google bombers et la liberté des partis politiques de "communiquer"...

Il y a une différence entre la liberté d'individus (les google bombers) et la liberté d'une institution (les partis politiques).

Ces dernières sont tenues à un certain respect des citoyens, et ne doivent pas profiter des moyens dont ils disposent pour abuser des internautes.
Quand ils se mettent carrément dans l'illégalité, comme avec les spams, ou les pourriels, de Nicolas Sarkozy, cela devient scandaleux !

30 novembre, 2005 16:41  
Anonymous Alexandre a écrit...

Contrairement à ce que dit yr plus haut, je pense que les liens ne sont pas là pour être cliqués par mégarde mais pour faire des associations d'idées rapides. On connait la puissance des images subliminales et je doute fort qu'un lien vers l'UMP lorsque l'on cherche RATP ou SNCM nous laisse indifférent. Le rapport sera rapidement fait, au moins de manière implicite dans nos cerveaux. Et lorsque l'on dira RATP, un reflexe quasi-pavlovien nous fera adhérer à l'UMP. Cependant on ne peut adhérer qu'une seule fois et vu le prix, il vaut mieux éviter. Le fait d'utiliser une marque pour faire sa pub n'est pas réprimandable. Un designer, Ora Ito, a été lancé en faisant des contrefaçons virtuelles d'objets de marques. Et Télé2 fait ses campagnes de pub sur le dos de France Télécom ou SFR et Orange. Mais bon, il faut être bête pour taper ratp dans Google puisqu'il suffit d'abord d'essayer une adresse banale, http://www.ratp.fr, par exemple et on tombe directement sur le site.

30 novembre, 2005 18:25  
Anonymous sriou a écrit...

1 --- À propos des sources

@YR

C'est marrant çà, parce que moi, quand je vois RATP écrit en bleu et souligné, je vois un lien vers la RATP [...]

Effectivement, c'est marrant ! Parce que moi, quand je VOIS la copie d'écran [disponible ici --- pour éviter d'aller rechercher plus haut dans l'article], je vois Grèves des transports écrit en bleu et souligné. Ce qui n'est pas la même chose que RATP écrit en bleu et souligné...


2 --- Effet rhétorique

@ALEXANDRE
On connait la puissance des images subliminales

Il ne me semble pas que nous soyons dans un cas d'images subliminales. Faire appel au « pouvoir » des images subliminales dans cette argumentation ne me parait pas légitime.


3 --- Pour nos amis ethnométhodologues

@ ALEXANDRE

Mais bon, il faut être bête pour taper ratp dans Google puisqu'il suffit d'abord d'essayer une adresse banale, http://www.ratp.fr,

Même pas besoin d'aller jusqu'au ratp.fr, ratp suffit ! C'est vraiment plus pratique...


4 --- Considérations liminaires sur l'analyse d'un document

@ un peu tout le monde ;-)

Pour l'influence ou non des publicités dans Google.

a) Il faut prendre en compte le côté pratique (praxique même --- pour ceux qui utilisent la notion de praxis) de l'utilisation de son navigateur, de l'internet et de l'artefact ordinateur en général. En ayant pris cela en considération, il faut également s'intéresser à la taille de l'écran (en fait de la fenêtre du navigateur). Je ne suis pas certain qu'avec une taille de 1024 x 854 l'effet d'influence des publicités soit aussi important. J'ai testé les recherches google en 800 x 600 : la proximité des publicités peut interférer la lecture des résultats. En 1280 x 854... elles sont vraiment lointaines. Si des personnes de chez FT [ils ont des super-lunettes ;-)] (ou des ethnométhodologues) peuvent tester où le regard se pose vraiment dans la consultation d'une réponse google, on aura une vrai réponse... (Je viens de donner une idée aux publicitaires là ?)

b) Par contre, je trouve plus « gênant » le fait d'avoir directement la pub juste au dessus des résultats, par exemple si l'on recherche achat ordinateur apple ...

01 décembre, 2005 16:06  
Anonymous MKe a écrit...

Bien bien.

Sinon, quelqu'un peut m'expliquer CA ?

01 décembre, 2005 18:39  
Blogger Jean Véronis a écrit...

MKE> Très curieux (ce n'est pas un lien commercial). Je n'ai pas entendu parler de MSN bombing pour l'instant... En tous cas quelqu'un est intervenu et l'UMP ne sort plus (on l'a encore sur la requete porn sarkozy).

02 décembre, 2005 08:54  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Bonjour à tous. Il y a eu décidément beaucoup de commentaires sur ce billet, ce qui montre que cette nouveauté médiatico-politique mérite un débat! Je n'ai pas pu réagir au fur et à mesure, parce que j'ai eu une semaine horriblement chargée (si! je bosse un peu en dehors du blog ;-).

Je remercie Hérode de souligner que je ne cherche pas à m'en prendre spécialement à l'UMP. Croyez-moi, je n'hésiterai pas à épingler d'autres partis ou tendances si l'occasion se présente.

Ceci étant, on "s'en prend" toujours plus au pouvoir en place. C'est une tradition dans tous les pays démocratiques, et je crois qu'elle est saine! Justement, pour faire le lien avec un autre thème abordé dans les commentaires, il me semble que la différence avec le "Google bombing" est bien celle-là. Les techniques se ressemblent (jusqu'à un certain point) mais elles se distinguent par un facteur primordial: leurs auteurs! D'un côté nous avons une campagne du pouvoir en place (avec un curieux mélange des genres entre un parti et un ministre de l'Intérieur, qui donne à la chose un petit côté orwellien), de l'autre une action humoristique due à des agitateurs impertinents. Je crois que l'impertinence --les Guignols, les Coluche-- sont nécessaires aux démocraties... Les pays où on ne peut pas faire ça sont la Chine, l'Iran ou la Corée du Nord.

Merci en tous cas pour la qualité et le ton de vos commentaires: sur d'autres forums et sur des thèmes analogues le débat se résume à peu près à l'invective et à l'insulte... C'est bon de pouvoir laisser un billet comme celui-là (sujet chaud) sur la première page, et de pouvoir revenir quelques jours après sans trouver un pugilat électronique généralisé. Vraiment merci à tous (et heureusement que nous ne sommes pas tous d'accord)!

02 décembre, 2005 09:47  
Anonymous Anonyme a écrit...

Firefox 1.5 + CustomizeGoogle et hop plus d'AdWords.

02 décembre, 2005 17:13  
Anonymous hermes a écrit...

sriou: "Si des personnes de chez FT [ils ont des super-lunettes ;-)] (ou des ethnométhodologues) peuvent tester où le regard se pose vraiment dans la
consultation d'une réponse google, on aura une vrai réponse..."

La societe EyeTools a fait des recherches dans ce sens ( http://blog.eyetools.net/eyetools_research/ ), justement sur les resultats de google : http://www.eyetools.com/inpage/research_google_eyetracking_heatmap.htm

Par contre ceux ci ne prennent pas en compte (a premiere vue, je n'ai pas lu le detail) la resolution de l'ecran.

Lien vers une "heatmap" en haute resolution : http://eyetools.com/blog/images/google/eyetools_google_search.jpg

05 décembre, 2005 12:34  

Enregistrer un commentaire