Jean Véronis
Aix-en-Provence
(France)


Se connecter à moi sur LinkedIn Me suivre sur Twitter Facebook RSS

vendredi, juin 30, 2006

Translation: Feuille de route



--Hello? Hello? Jacques, what are the news?

I've been away for fifteen days,
I'm on the line, I'm calling you
What will I find on my return?

--All's very well,
Madam the Marchioness,
All's very well, all's very well!
However,
We do have to tell you,
We deplore a little nothing,
An incident,
A silly thing:

The far-right made it through to the second round of the presidential elections, 15,000 old dears pegged it during the heat wave, there was a failed referendum, the suburbs went up in flames, we saw sit-ins and strikes at the universities for 12 weeks, one (or two) Clearstream scandal(s), an outrageous amnesty, a revolt by MPs in the ruling party, the Prime Minister’s ratings at an all-time low in the opinion polls... But apart from all that, everything’s just fine.

Arlette Chabot’s interview with His Royal Highness President Chirac on the state-run TV station France 2 last night was very reminiscent of an old French song by Ray Ventura, "Tout va très bien, Madame la Marquise" ("All's very well, Madam the Marchioness" --see history here).





In France we’ve been reading about nothing else in the press recently, and listening to nothing else on the radio. In his interview, Jacques Chirac used the expression “feuille de route” no fewer than nine times (if I counted correctly).

Now, this is an expression that has more or less died out today, at least in its original sense. A “feuille de route” was in fact a sinister document sent to soldiers, such as the poilus (the nickname given to French troops in the First World War), which ordered them to go to the front and set out their exact itinerary for getting there. Forty years of peace can wear out some words, and the expression fell into disuse in the Eighties. The Treasury of the French language says for instance that “some recent general dictionaries describe “feuille de route” as archaic”. More careful research would need to be carried out to be sure, but I have a feeling that the expression “feuille de route” came back into use again with the French translation of the famous “Road Map to Peace” that was drawn-up by the “Quartet” (the United States, the United Nations, Russia and the European Union) in an attempt to resolve the Israeli/Palestinian conflict in 2003.

At the time I couldn’t understand why on earth “road map” was translated as “feuille de route”, since the meaning of the two expressions is completely different. Unlike a road map, a “feuille de route” is not simply a document that shows the topography of a specific region and leaves you free to choose your own route, but a direct order, and the soldier who refuses to comply is charged with desertion. See you at the court martial; do not pass Go, do not collect £200.

So, what we have here is a bad translation. Who knows where it came from? It was probably the first word that some dogsbody from the press agency Agence France Presse was able to come up with in time for his or her tight deadline, and it was then taken up by the rest of the media – no questions asked. So far, so typical. What’s funny is that in Tuesday’s papers the English press made an equally bad reverse translation (see for example The Guardian), and translated “feuille de route” as “road map”, which is at least consistent, but just as wrong; in the case of Chirac and soldier Villepin, the French meaning of “feuille de route” is most definitely the right one! How can it be translated? A “feuille de route” is something of a cross between call-up papers and a travel warrant. And while warrant suggests an element of authority, it is not normally used metaphorically. In many ways, we would almost be better off with a more commonplace term such as plan of action.

So, that’s how a bad translation can creep into our dictionaries, which are going to have to find a place for this odd couple now that they’ve been living together for so long.

Anyway, “feuille de route” or not, it’s just like in Palestine. Everything’s fine...

8 Commentaires:

Blogger Lesley a écrit...

The Canadians seem to have yet another translation. For them, the expression "feuille de route" is associated not with the military but with rail transport and is translated as waybill (cf. granddictionnaire.org). Somehow I can't see Villepin as a train driver any more than I can see him as a poilu. Yeah, everything's just hunky dory here in Chiracland.

30 juin, 2006 09:34  
Blogger David Barry a écrit...

I would say that a "roadmap" in English has a metaphorical meaning: this is where we want to go and how we want to get there.

I understand enough French to follow the news at least, and when I saw the Chirac interview, in my head I translated "feuille de route" as "roadmap". From what you've said, the French expression has historical meanings that the English one doesn't, but I think it's a reasonable translation nonetheless.

01 juillet, 2006 00:58  
Anonymous soso a écrit...

Entendu ce matin à la radio :
"Raymond Domenech n'a pas encore dévoilé la feuille de match"...

01 juillet, 2006 13:19  
Anonymous sopadeajo a écrit...

Es terrible, pero también en Iberia, nos invaden con estas 2 palabras "hoja de ruta", que no significan NADA.
Los políticos las utilizan porque no saben ya qué decir.Es un puro asco!!

Je vous traduierai ceci un autre jour, car il n´y a pas que l´angl(auque) comme seconde langue.

01 juillet, 2006 20:14  
Anonymous Nagase a écrit...

Il y a dans une chanson de Bob Dylan (Desolation Row?) cette expression, qui m'a toujours fasciné: "they sell road maps for the soul", qui m'évoque... la carte du tendre!

Feuille de route est une traduction nulle, un contresens total, mais malheureusement, c'est avec de genre d'âneries reprises en coeur que, comme on dit, la langue évolue depuis que la langue existe. La langue évolue sous l'impulsion des ignorants. Ils sont les vrais maîtres du langage; il est temps de l'admettre une bonne fois pour toutes.

18 août, 2006 00:52  
Blogger Laurent a écrit...

Voici un articles (et des commentaires) fort intéressants... Mais pourquoi ne pas en plus proposer une "bonne" traduction ? Comme dit l'expression, "la critique est aisée, mais l'art...".
Je suis moi-même traducteur et je me pose souvent des questions comme celle-ci. Je n'ai malheureusement pas de proposition (puisque je suis tombé sur cet article pendant mes recherches), mais je serai vraiment curieux de savoir ce que propose l'auteur de l'article (et les lecteurs!)

30 mai, 2008 12:04  
Anonymous Anonyme a écrit...

une possibilité en anglais serait "marching orders"

08 octobre, 2008 22:13  
Anonymous Anonyme a écrit...

The correct translation term for "feuille de route" is "itinerary".

04 décembre, 2008 00:54  

Enregistrer un commentaire

mardi, juin 27, 2006

Traduction: Feuille de route


--Allô, allô Jacques !
Quelles nouvelles ?

--Tout va très bien, Madame la Marquise,
Tout va très bien, tout va très bien.
Pourtant, il faut, il faut que l'on vous dise,
On déplore un tout petit rien :
Un incident, une bêtise:

L'extrême-droite au second tour d'une élection présidentielle, 15000 petits vieux décimés par une canicule, un référendum raté, une flambée des banlieues, un blocage des universités pendant 12 semaines, une (ou deux) affaire(s) Clearstream, une amnistie scandaleuse, une fronde des députés de la majorité, un Premier ministre au plus bas des sondages... Mais à part cela, tout va très bien.

L'interview de notre Présiroi par Arlette Chabot sur France 2 hier soir ressemblait comme deux gouttes d'eau à la célèbre chanson de Ray Ventura (voir historique intéressant ici)...



Mais vous avez certainement lu tout ça ad nauseam dans la presse, et vous l'avez sans doute entendu en boucle sur les radios. Je note quant à moi que Jacques Chirac a utilisé 9 fois l'expression feuille de route. Le gouvernement Villepin a respecté sa feuille de route, il lui en fixe une autre, etc.

Cette expression est ancienne, la feuille de route est le sinistre document que recevaient les soldats mobilisés, les poilus par exemple, qui leur enjoignait de se rendre au front et fixait leur itinéraire. 40 ans de paix, ça use le lexique, et l'expression était un peu tombée en désuétude dans les années 1980. Le Trésor de la langue française note par exemple que «Certains dictionnaires généraux récents attestent dans cet emploi feuille de déplacement et mentionnent feuille de route comme vieux». Il faudrait faire des recherches plus précises, mais j'ai le sentiment que c'est la fameuse «Feuille de route pour la paix", élaborée par le «quartette» (Etats-Unis, Onu, Russie et Union européenne) pour le réglement du confilt Israelo-palestinien en 2003, qui l'a relancée.

Seulement voilà: l'expression anglaise est road map. Je m'étais demandé à l'époque pourquoi diable cette expression, qui signifie carte routière en anglais, avait bien pu être traduite par feuille de route. Le sens n'est pas vraiment le même. Une carte routière c'est simplement un document qui donne la géographie du territoire, à vous de la suivre ou pas, et de choisir votre chemin pour y arriver (on sait d'ailleurs ce qui en est advenu au Moyen-Orient). Une feuille de route, c'est tout autre chose. C'est un ordre impératif, et le soldat qui y déroge est considéré comme déserteur. Rendez-vous à la cour martiale, ne passez pas par la case départ, ne recevez pas Frs 20.000.

C'est donc une mauvaise traduction. Je ne sais pas comment elle est apparue. Sans doute un obscur tâcheron de l'AFP a trouvé ça dans la précipitation, et toute la presse l'a reprise en boucle sans se poser de questions. Ce serait assez classique. Ce qui est amusant c'est que la presse anglophone fait une mauvaise traduction symétrique ce matin (voir par exemple le Guardian), et re-traduit feuille de route par road map, ce qui a le mérite de la cohérence, mais est tout aussi faux, car dans le cas de Chirac et du soldat Villepin, le sens français de feuille de route est certainement le bon! Comment traduire? Feuille de route correspond littéralement à travel warrant. Le mot warrant qui veut dire aussi mandat d'arrêt, ordre de perquisition, contient bien l'idée d'autorité correspondant à la feuille de route, mais il n'est pas communément utilisé dans un sens métaphorique. A la limite, on pourrait utiliser le terme plus commun de workplan ou worksheet.

Voilà comment une mauvaise traduction se fraie un chemin dans les dictionnaires. Il va bien falloir qu'ils intègrent maintenant ce couple mal assorti, mais consacré par l'usage.

En tous cas, feuille de route ou pas, c'est comme en Palestine. Tout va très bien...

41 Commentaires:

Anonymous dojob a écrit...

J'adore !
J'ai découvert ce blog un peu par hasard, et je reviens depuis tous les jours me délecter de ce précieux nectar.
Votre manque de complaisance me va si bien...
Encore :-)

27 juin, 2006 15:04  
Anonymous dr Dave a écrit...

Je pense qu'il y a un peu d'inexactitude sémantique des deux cotés. Mais s'il y a mauvaise traduction, c'est du coté français: "Road map" correspond parfaitement au sens que voulait a priori donner Jacques Chirac dans son discours (sous réserve: je n'ai pas entendu le discours en question et n'en ai lu que quelques compte-rendus).

Traduite "road map" par "carte routière" dans tous les cas est, en revanche, un contresens. Dans le contexte posé par le Guardian, il s'agit bien d'un ensemble d'instructions permettant de naviguer à bon port (c'est à dire plus ou moins une "feuille de route", moins l'élément disciplinaire et militaire). Le terme est extrêmement commun et utilisé aussi bien en contexte civil que militaire (voir par exemple les nombreuses "road maps" pour sortir du bourbier irakien).

Intéressantes remarques sur le terme français néanmoins...

27 juin, 2006 15:12  
Anonymous steph a écrit...

ne parle t-on pas de "road map" pour définir les différentes étapes d'un projet ?

27 juin, 2006 15:17  
Anonymous Anonyme a écrit...

Bien que j'apprécie énormement votre blog, je pense déceler dans ce billet une pointe de mauvaise foi.

En effet, si "road map" a pour sens premier "carte routière", il a aussi le sens de "ligne directrice", et il est souvent utilisé dans ce sens lorsqu'on parle par exemple des différentes étapes d'un projet à venir.

cf. http://www.wordreference.com/definition/road%20map

27 juin, 2006 15:18  
Blogger The Jedi a écrit...

Une road map est aussi une "feuille de route" à la française : ce sont les étapes prévues pour le développement d'un logiciel (surtout employé en informatique j'ai l'impression). Exemple : http://www.mozilla.org/roadmap.html

Donc je ne suis pas sûr qu'il s'agisse d'une mauvaise traduction à moins que j'ai mal saisi le sens de ce billet.

Mais comme tout va très bien, je voterai pour "mangez des pommes".

27 juin, 2006 15:51  
Anonymous Dominique a écrit...

Mmmh... Le Monde parlait déjà en avril 2003 de la feuille de route remise par le Premier ministre Raffarin à son gouvernement. J'avais cité cet article à l'époque. En mai 2003, le même journal parlait de la feuille de route remise par TF1 à Endemol. Je déclarais alors que ce serait l'expression de l'année.

27 juin, 2006 16:15  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Dominique> Avril 2003: c'est aussi l'poque où l'on parlait de la fameuse feuille de route palestinienne. Il me semble que depuis l'expression a déteint un peu partout.

27 juin, 2006 16:30  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Anonymous, De Dave> "road map"a aussi pris le sens de "ligne directrice" -- oui, de plus en plus semble-t-il. On pourrait peut-être dire itinéraire, à la limite, mais c'est quand même moins fort que la fameuse "feuille de route" du soldat (en fait note perception est un peu faussée, parce que le sens de "feuille de route" tel que nous le percevons désormais est très atténué par ces nouveaux emplois).

27 juin, 2006 16:38  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Lemonde.fr annonce un article de Jospin dans l'édition datée du 28, avec un chapeau qui dit: "L'ancien premier ministre socialiste donne sa feuille de route au PS". Je ne sais pas si ça a déteint consciemment ou pas, mais il n'y a nul doute que le journaliste qui a écrit ça était devant sa télé hier soir. Le commentaire précise : "il donne dans cette tribune un "cadrage", une feuille de route, au PS". C'est intéressant, car cadrage est moins fort que feuille de route (et peut-être plus proche de roadmap). En fait, en lisant l'article de Jospin, il me semble que feuille de route est vraiment trop fort. Jospin parle d'"enjeux" majeurs pour le PS. C'est certainement moins directif que les instructions données par Chirac à Villepin.

27 juin, 2006 17:19  
Anonymous Dominique a écrit...

Dominique Dhombres, mon homonyme et celui de Galouzeau, lit peut-être au dessus de votre épaule.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3232,36-788793,0.html

27 juin, 2006 18:11  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Dominique> Diable! effectivement... Et je viens d'entendre sur LCI Jean-Marc Ayrault (chef du groupe PS à l'Assemblé) qui fait aussi cette comparaison avec Mme la Marquise. Il y a des comparaisons comme ça qui s'imposent.

Dans le même ordre d'idées, après l'allocution bizarre du 31 mars, beaucoup de monde s'est mis à parler d'allocution abracadabrantesque, de façon manifestement non concertée.

COmme quoi, on a des schémas dans la tête!

27 juin, 2006 18:27  
Anonymous Commentatrice sans réserve a écrit...

Je vous témoigne mon respect et mon soutien sans feuille.

27 juin, 2006 19:12  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Merci ;-)

Tiens, vous m'y faites penser: j'aurais pu ajouter que Chirac est un peu dur de la feuille...

27 juin, 2006 22:08  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Dominique> Jean-Marie Le Pen a fait aussi la relation avec Mme la Marquise (et c'était avant l'article du Monde), ainsi que d'autres journalistes (apparemment avant le Monde, donc ça semble indépendant): La république des Pyrénées.

Intéressant...

28 juin, 2006 08:13  
Anonymous Patrice a écrit...

Cette "feuille de route" serait peut-être à rapprocher du "road book" utilisé par les copilotes de rallyes automobiles.
Et il me semble qu'en français ce "road book" n'a pas trouvé d'équivalent, du moins pas dans l'usage courant.
On traduirait donc "road map" par "road book" (en français dans le texte bien sûr ;-).

28 juin, 2006 09:33  
Blogger Vicnent 31415 a écrit...

Attention à la dérive Jean !!!

L'extrême-droite au premier tour d'une élection présidentielle ? Ce n'est quand même pas de la faute de la droite si Jospin a fait une campagne calamiteuse et s'ils furent 4 à l'extrême gauche, simultanément...

15000 petits vieux décimés par une canicule ? on peut dire ce qu'on veut, les études on clairement montré que ces gens allaient mourrir dans les 8 mois. Mais le problème des pics en théorie de la file d'attente est difficile : si on dépense x pour 95% des gens, doit/peut on dépenser 5x pour 99 % ? en a-t-on ne serait-ce que les moyens ? doit on doubler le nombre d'hopitaux pour éviter que cela ne recommence, au prix d'un endettement démesuré et de voir nombre de ces hopitaux vides 90% du temps ?

un référendum raté ? : en quoi est ce raté ? on pose une question, les gens répondent...

une flambée des banlieues ? : vous voulez parler des ces heurts pendants lesquels un certains nombres de débiles de jeunes de banlieu dont la moyenne d'age devait être 17 ans ont confondu France, Ring et DisneyLand ? Saluons au passage le travail des forces de l'ordre...

un blocage des universités pendant 12 semaines ? : on pouvait virer les bloqueurs. Choix politiques.

une (ou deux) affaire(s) Clearstream ? : laissons faire la justice.

une amnistie scandaleuse ? : certes, mais juridiquement correct.

une fronde des députés de la majorité ? : ah... ?

un Premier ministre au plus bas des sondages.... Certes, et ?

Mais à part cela, tout va très bien. : non, mais c'est déjà pas si mal.

Toujours est il que ma feuille de route (michelin ou mappy) à moi, elle devrait passer par le pont mirabeau vers le 20 août +/- 2 à 3 jours... ;-)))

28 juin, 2006 10:57  
Anonymous Thomas a écrit...

en informatique, quand un éditeur de logiciel ou un constructeur présente ses futurs produits et leurs évolutions sur plusieurs années, on parle aussi de "road map".

A mon avis la traduction est correcte.

28 juin, 2006 10:59  
Anonymous Syl a écrit...

L'extrême-droite au premier tour d'une élection présidentielle
On ne va pas s'offusquer pour si peu :-)

Bravo pour votre blog, la linguistique est vraiment un domaine que vus rendez passionnant !

28 juin, 2006 11:22  
Anonymous Thomas a écrit...

un exemple de ce que je disais plus haut : http://www.clubic.com/actualite-36102-futures-cartes-meres-intel-feuille-de-route.html

notez d'ailleurs que Intel parle de "Roadmap" et non pas de "road map".

tout la nuance dans un espace ?

28 juin, 2006 12:47  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Vicnent> Comme le dit la chanson: "L'écurie brûla? -- c'est qu'le château était en flammes..." ;-)

Mais tout cela n'est probablement pas bien grave: pendant tous ces événements, le CAC 40 n'a cessé de monter. La seule chose qui le titille un peu à la baisse ces derniers temps, ce sont... les incertitudes sur les taux d'intérêts de la Fed. Alors!

Et ça roule pour un pastis sur le Cours Mirabeau au mois d'août!

28 juin, 2006 13:20  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Thomas> Oui,j'ai vu cet usage de "road map" (ou "roadmap") pour les logiciels. Il me semble qu'on a une évolution croisée. Road map prend un sens plus fort, feuille de route s'atténue. On converge vers une sorte de sens "plan de travail", "workplan". D'ailleurs j'avais lu des commentaires dans la presse anglophone en 2003, qui expliquaient que la road map initialement proposée par Bush en 2002 était plus souple, plus ouverte. Ce sont semble-t-il les autres membres du "quartette" qui ont tiré le texte final vers une version plus dirigiste. D'une carte, on est allé vers un itinéraire... Quelque chose comme le "road book" que mentionne Patrice, effectivement.

Enfin, tout cela c'est un peu de la lexicographie du Café du Commerce. Il faudrait faire des recherches plus précises, retrouver des articles de l'époque, etc. Mais une chose est sûre: la politique, les événements internationaux influent largement sur notre usage des mots. Et pas que la politique: l'explosion du mot "tsunami" (remplaçant le vieux "raz-de-marée") comme métaphore politique ou autre ("tsunami migratoire" chez Le Pen, etc.)en est un bon exemple.

28 juin, 2006 13:31  
Anonymous Thomas a écrit...

le CAC ne cesse de monter ???

Hum...
pas d'accord il est en chute depuis le 9 mai !

bear market quand tu nous tiens...

28 juin, 2006 13:33  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Thomas> Oui, c'est que ce je dis: il est tiré à la baisse ces derniers temps (mais avait monté continûment pendant 3 ans, depuis février 2003). il semblerait qu'aucune des catastrophes franco-françaises n'ait eu d'influence sur la courbe: non à l'Europe (on nous avais promis l'apocalypse): ça monte, on crame des voitures, ça monte, etc.

Si ça baisse ces dernières semaines, c'est à cause de la Fed.

Je ne suis pas économiste, mais il me semble que c'est nouveau. Je me souviens d'un temps où le moindre soubresaut politique entraînait le CAC dans des abysses. Etonnant, quand même.

28 juin, 2006 13:46  
Anonymous Bertrand Braunschweig a écrit...

Un de mes collègues anglais utilise l'expression road map pour dire où nous devons être dans quelque temps, et route map pour dire comment nous allons y arriver. Cela a l'avantage de bien distinguer les deux idées tout en les réunissant.

28 juin, 2006 14:32  
Anonymous Agnès a écrit...

Aïe, le Che deranke!
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=11046

Allez, c'est pas grave, bientôt de nouveau leader, comme l'autre petit vieux.

28 juin, 2006 21:41  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Agnès> Ca me rassure plutôt de ne pas être "nominé" dans la catégorie blogs politiques!

29 juin, 2006 07:33  
Anonymous Baldi a écrit...

Bon, moi j'arrive un peu après la bataille sur ce post !
Cher Jean j'ai une suggestion à vous faire pour créer un nouvel outil dont vous avez le secret.

Ça s'appellerait le Mécontentomètre, et ça serait une sorte de nuage lexical qui prendrait une forme graphique (un motif, un dessin, un poing levé, que sais-je...) au fur et à mesure de l'accumulation des commentaires négatifs sur un homme ou une femme politique sur le net.
Qu'en pensez vous ?

29 juin, 2006 07:35  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Baldi> Un grognomètre, quoi? Mais c'est un peu au-delà (hélas) de ce qu'on sait faire du point de vue technologique...

29 juin, 2006 07:39  
Anonymous Anonyme a écrit...

Tant qu’à fustiger les traductions approximatives avec effet d’aller et retour,
cela me ferait bien plaisir que vous corrigiez « ne recevez pas Frs 20.000 »
par "ne recevez pas 20 000 F".
En français, le séparateur de milliers est une espace insécable,
l’abréviation de "franc" est "F" et l’abréviation de "francs" est "F".

29 juin, 2006 22:42  
Blogger Caroline a écrit...

Bonjour Jean,

Depuis la Nouvelle-Zélande, j'apprécie vraiment de lire tous vos articles sur la linguistique (je suis traductrice).

Il n'y a pas que Chirac et Villepin qui "respectent" leur feuille de route en ce moment. Domenech et nos Bleus semblent bien partis aussi (et au moins, c'est constatable rapidement dans les faits !). Espérons que la feuille ne brûle pas sous les étincelles brésiliennes samedi soir, la Marquise voudrait bien encore quelques bonnes nouvelles !

A bientôt,

Caroline

30 juin, 2006 01:08  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Anonymous> Ma typographie est tout à fait volontaire, parce que c'est exactement comme ça que ça apparaissait sur les grille de Monopoly (enfin, de mon temps, je pense que maintenant on doit avoir des Euros et la nouvelle typographie). Le Frs 20.000 nous intriguait quand on était gamins!


:-)

30 juin, 2006 07:47  
Anonymous La maîtresse a écrit...

Jean,

J'ai aussi un Monopoly de cette époque, et d'ailleurs dans la version actuelle la "Rue de la paix" ne vaut que 400 euros au lieu des "Frs 40 000".

Une symbolique cachée de la faiblesse de nos économies ou une simplification grossière pour cerveaux de poulpes ?

--

La maîtresse de retourneaucm1.com
http://www.retourneaucm1.com
Le sith qui collectiaune les feautes.
-------------------------------------

30 juin, 2006 13:46  
Anonymous Anonyme a écrit...

Jean Véronis a dit « Ma typographie est tout à fait volontaire »
Alors toutes mes excuses pour avoir eu le monopol(y)e de la remarque déplacée et hors de propos.

Je réessaie quand même. Il aurait fallu des guillemets, ou des italiques, peut-être même (sic)
afin que les malcomprenants dans mon genre percutent tout de même qu’il s’agissait là d’un exemple au carré.

01 juillet, 2006 16:11  
Blogger Jean Véronis a écrit...

ou un petit smiley ? ;-)

01 juillet, 2006 17:32  
Anonymous Anonyme a écrit...

Non, pas le smiley (clin d’œil) car j’avais bien compris l’allusion.
En revanche je n’avais pas le souvenir de cette faute - de ces fautes - de typo dans le jeu du Monopoly.
Deux mystères restent entiers pour moi :
• y a-t-il une explication à "do not collect £200", ou plus précisément, cette somme signifie-t-elle quelque chose en anglais ?
• pourquoi dois-je désormais utiliser Camino pour la "Vérification des mots" anti-spam, plutôt que Safari 2.0.4 que je préfère ?

01 juillet, 2006 19:03  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Ce n'étaient pas nécessairement des fautes de typo. Le point pour les tranches de mille était la notation standard en français jusqu'à une époque récente. Je ne sais pas si l'inversion du symbole monétaire (avant la somme) se pratiquait en français. C'est peut-être un anglicisme typographique.

"D not pass go, do not collect £200", c'est l'quivalent de notre "ne passez pas par la case départ, ne recevenez pas 20 000 F".

Je ne comprends pas la question sur Camino/Safari...

01 juillet, 2006 19:45  
Anonymous Anonyme a écrit...

Avec Safari — fenêtres surgissantes bloquées ou non — à la place de l’image servant à la vérification visuelle j’ai un point d’interrogation symptôme d’une image non chargée. Alors que votre portrait apparaît parfaitement à droite (de l’écran).
Avec Camino 1.0.2 tout va bien.

Ma question était "£200" est-elle la somme exacte du Monopoly anglais, est-ce une valeur idiomatique anglaise (comme nos "cent balles" ou les "drei Groschen" (trois sous) allemands qui sont devenus en quat’sous dans l’opéra du même nom), ou bien est-ce une conversion de votre part ?

Le "." pour les tranches de mille comme notation standard en français jusqu’à une époque récente, j’ai des doutes. Je fréquente (en amateur) les manuels de typographie et je n’en ai jamais entendu parler, sauf comme faute à éviter. Vous avez une référence au sujet de ce changement ?

Je vous confirme que F ou € avant une somme est un anglicisme typographique, qui doit avoir un rapport avec les logiciels mal traduits.
Quelque chose qui ressemble à cette manie de ne pas accentuer les majuscules. Vous écrivez « Etonnant, non? » dans "Lexique: Didascalies", pourtant en 1915 on écrivait déjà « L’ARGOT DES TRANCHÉES D’APRÈS […] » avec des accents et des apostrophes, pas comme dans « L'argot des tranchées : d'après […] » où les apostrophes (’) ont été remplacées par des minutes (').
Et puis on ne collait aux mots (comme en typo anglaise) les signes de ponctuation tels que ? : ou !

J’espère que je ne vais pas vous faire perdre votre cordialité et aménité que vous faites souffler sur votre blog,
mais j’ai l’impression que cette colonisation douce et du même ordre que ces traductions mot à mot que vous dénoncez.
Connaissez-vous à ce sujet "Le français en V. O." une chronique télé de Serge Daney parue dans "Libération" puis dans "Le Salaire du zappeur" ?

01 juillet, 2006 21:43  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Safari: je ne comprends pas. our moi ça marche...

£200: oui, c'est la somme habituelle.

F avant une somme> C'est antérieur aux logiciels. Simplement la traduction du jeu original de Monoploy (qui date des années 30 si mes souvenirs sont bons).

Typo> Pour la typographie de ce blog, j'ai déjà répondu sur les espaces avant les ponctuations doubles. Blogger remplace les espaces insécables par des simples, du coup on a des pontuations flottantes en début de ligne, ce qui est encore pire. D'où ma décisions. Quant aux majucules accentuées, c'est trop de tracas sur mon clavier...

Salaire du zappeur> Oui, excellent!

Cordialité et aménité> C'et très gentil. Ca me va droit au coeur. Et j'espèe qu'il en faut plus pour perdre son sang-frod que quelques ponctuations mal placées!

04 juillet, 2006 19:49  
Anonymous Nagase a écrit...

Traductions possibles pour "road map" dans son contexte politique ou purement technique (développement informatique, etc.):

"itinéraire balisé"
"marche à suivre"
"étapes successives"
"parcours à respecter"
"plan de réalisation"

etc..

"feuille de route" est une sombre ânerie qui s'impose PARCE QU'elle est une ânerie séduisante, paradoxale, poétique etc.

Paradoxale et poétique entre autres parce qu'une feuille de route est émise à la mobilisation des troupes lors d'un conflit et que les journalistes puis les politiques emploient le terme pour signifier LA VOIE VERS LA PAIX!

Si l'on poussait plus loin la réflexion, il faudrait rattacher l'emploi de ce terme à toute la mousse journalistique qui ne manque jamais de se former autout des "faiseurs de paix", qui seraient les "vrais braves", véritables guerriers d'un ordre pacifique,etc.. Il faut être "courageux" pour faire la paix comme d'autres font la guerre (vieux fond pétainiste qui traîne quelque part dans les subconscients français, je le crains, mais bon).

18 août, 2006 01:06  
Anonymous Anonyme a écrit...

salut, qui peut me donner l'équivalent de Bear Market en français?
Merci

08 octobre, 2006 10:13  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Je ne suis pas économiste, mais je pense que c'est "marché baissier". A confirmer...

08 octobre, 2006 10:18  

Enregistrer un commentaire

lundi, juin 26, 2006

Lexique: Le barda dans les gourbis

Aujourd'hui, 25 juin, Jacques Chirac inaugure un mémorial dédié aux musulmans morts pour la France à Verdun. C'était il y a 90 ans. Mieux vaut tard que jamais, mais je ne sais pas si parmi les six poilus encore en vie, il reste un musulman. Je ne pense pas. C'est dommage, il aurait été fier. Il faut dire qu'à l'époque, c'était plus simple d'entrer dans les tranchées que maintenant dans les boîtes de nuit. Bronzé ou pas, ça faisait l'affaire pour croupir avec son barda dans les gourbis en attendant les pluies d'obus au phosgène...



Barda, gourbi... Ces poilus musulmans ont aussi apporté quelque chose de bien plus modeste à la France: quelques mots, dont certains étaient déjà en vigueur dans l'argot des bas-fonds ou dans les colonies, mais qui se sont généralisés à l'occasion de ce brassage des troupes. Si vous lisez ce blog depuis quelque temps, vous savez que je suis un amoureux de la BnF et en particulier du serveur Gallica. Je ne résiste pas au plaisir de vous indiquer un livre tout à fait étonnant, L'argot des tranchées : d'après les lettres des poilus et les journaux du front par Lazare Sainean, publié en... 1915 (réimprimé en facsimilé par Slatkine en 1973):


Cliquez sur l'image pour consulter.

C'est un témoignage de première main sur cet argot qui se développe au fond des tranchées, dans les terribles conditions que l'on sait. Certains mots ont disparu (comme le nougat, qui désignait le fusil) d'autres sont passés dans le langage courant (comme les pruneaux, pour rester dans le domaine de la confiserie -- mais ceux-là étaient indigestes). Si vous êtes amoureux des mots et amateurs de langue verte (je ne parle pas de la langue de bois que nous servent en ce moment Voynet et Cochet), vous serez conquis. Et probablement émus en lisant les extraits de lettres de ces jeunes hommes envoyés à la boucherie, et qui arrivaient parfois à garder le sens de l'humour. Peut-être autant pour conjurer la mort que pour rassurer les familles...

Pages 56 à 59, Sainean décrit les différents mots hérités des troupes coloniales: barda, guitoune, gourbi, kasba, nouba, toubib, cagna:

Si vous vous intéressez au langage des poilus, vous serez probablement aussi fascinés par cette compilation de "Journaux de tranchées", écrits par les poilus sur le front entre deux attaques. Certains sont fameux comme le Crapouillot. D'autres ont été oubliés, comme... l'Echo des gourbis. Tous sont émouvants.



Voilà, c'était un petit hommage aux six papys qui nous restent, qui ont vécu cet enfer, et qui croyaient peut-être que c'était la der des ders.

Ah, j'allais oublier. Un dernier petit mot avant de nous quitter. On sait que Jacques Chirac dit n'importe quoi et son contraire, on en a fait des pamphlets, des films... Aujourd'hui, il a dit au moins une chose qui méritait d'être dite:
«Un homme a su prendre les décisions qui conduiront à la victoire. Il restera comme le vainqueur de Verdun. Cet homme, c'est Philippe Pétain, hélas. En juin 40, le même homme, parvenu à l'hiver de sa vie, couvrira de sa gloire le choix funeste de l'armistice et le déshonneur de la collaboration»
C'est la première fois en soixante ans qu'un président de la République ose dire ça aux cérémonies de Verdun. Mieux vaut tard que jamais, là aussi.

A mon grand-père, poilu.


A lire aussi



16 Commentaires:

Anonymous alphoenix a écrit...

Il faut se souvenir... Vous le faites à votre manière. Je vais penser à eux... Grâce à vous !

26 juin, 2006 00:19  
Blogger The Jedi a écrit...

Très intéressant le billet, comme toujours ! L'argot des tranchées me fait de l'oeil, difficile d'y résister ...

26 juin, 2006 08:50  
Anonymous lds a écrit...

Si pide una caña, que le va a traer el camarero ?

26 juin, 2006 10:10  
Blogger Vicnent 31415 a écrit...

Argot que l'on ne retrouve pas dans Joyeux Noël (presque) malheureusement. Film que vous avez vu, évidemment...

26 juin, 2006 11:49  
Blogger Jean Véronis a écrit...

LdS> un vino tinto de calidad: un "Pinard" ;-)

"J'ai comme toi pour me réconforter
Le quart de pinard
Qui met tant de différence entre nous et les boches."


Apollinaire, "A l'Italie" (1915) -- Calligrammes.

26 juin, 2006 14:05  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Vicnent> Il y aurait tout un travail de documentation linguistique à faire pour ce genre de film, et c'est bien rare qu'il soit fait (quelles que soient les périodes décrites, d'ailleurs). Mais en même temps, les spectateurs du début du XXIe siècle risquent bien de ne pas comprendre des tas de mots de l'époque. c'est donc délicat. Dans le cas de Joyeux Noël, il aurait fallu en plus faire une recherche sur l'argot allemand, puisque (je crois) que c'est une production franco-allemande.

Tiens, un bon livre pour les vacances, dont Carion s'est d'ailleurs inspiré:

Ceux de 14, de Maurice Genevoix.

26 juin, 2006 14:18  
Anonymous lds a écrit...

Esperaba en una presión, para decir le "salud y forza a ..."(argot catalan)

26 juin, 2006 15:14  
Anonymous Dominique a écrit...

Parmi ces journaux de tranchées, il y en a un qui passera la guerre : le Crapouillot de Galthier-Boissière (le titre a été ensuite repris par des fâcheux, mais l'idéologie du premier Crapouillot n'avait rien à voir avec ce qu'on en connaît aujourd'hui).

26 juin, 2006 15:17  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Dominique> Oui, c'est vrai, le Crapouillot a hélas viré quelque peu à l'extrême-droite avant de s'éteindre en 1996... Mais le Crapouillot des tranchées était tout autre. On peut le consulter à la BnF (mais sur place, il n'est pas numérisé).

26 juin, 2006 15:32  
Blogger SERGE LAVIE a écrit...

PETIT PAPA CHIRAC SUR :
http://petitpapachirac.blogspot.com/

26 juin, 2006 17:09  
Anonymous Tsewa a écrit...

Bravo pour l'article, émouvant. Originaire du pays des tranchées je peux vous confirmer que cette période marque encore les gens d'aujourd'hui.

Sinon pour parler de la langue des candidats à l'élection présidentielle, j'ai eu une petite idée de site : Conscience politique.

Qu'en pensez-vous ?

27 juin, 2006 11:50  
Anonymous Abie a écrit...

À ajouter à la liste : clebs, smala, et sans doute bien d'autres qui m'échappent sur la moment.

Et par ailleurs, merci beaucoup, Jean pour votre lectorat qui m'honore infiniment

28 juin, 2006 15:21  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Abie> Comme ça, de tête, il me vient aussi flouze, maboul, salamalecs, souk, mais tous ne viennent peut-être pas du contact avec les troupes coloniales en 14-18...

C'est moi qui suis heureux de vous avoir parmi mes lecteurs! Vous avez un blog bien intéressant...

28 juin, 2006 20:09  
Blogger Jean-Marie Le Ray a écrit...

Bonjour Jean,

Lazare Sainéan : Nomen omen !
Jean-Marie

07 juillet, 2006 08:23  
Anonymous petchema a écrit...

"Lazare Ponticelli, le dernier poilu de la Grande guerre, est décédé à l'âge de 110 ans."
http://www.france24.com/fr/20080312-dernier-poilu-mort-premiere-guerre-mondiale-deces-lazare-ponticelli
A noter l'utilisation de l'anaphore ("1,4 million de morts...") à la fin de cette page...
Quand on connaît le procédé, on le retrouve partout!

16 mars, 2008 19:28  
Anonymous Anonyme a écrit...

Merci. votre billet arrive au milieu de la toile, au moment où je commencer a me lasser ! merci pour "l'argot des tranchées", c'est pil poi"u" ce que je cherchais

marko

22 août, 2008 23:10  

Enregistrer un commentaire

vendredi, juin 23, 2006

Lexique: Didascalies

Le Premier ministre s'est lâché, l'autre jour dans l'hémicycle, en accusant François Hollande de lâcheté. Ca a provoqué une tempête majeure dans le verre d'eau parlementaire...



On en a entendu parler partout, je ne vais pas vous ennuyer avec ça! Ce que je trouve amusant, comme toujours, c'est que les scribes de l'Assemblée Nationale ont consciencieusement enregistré la chose (ils avaient déjà consigné son magnifique lapsus du 29 mars, quand il a confondu démission et décision). Non seulement ils transcrivent très exactement les paroles, mais ils insèrent aussi des commentaires en italique, qui constituent de véritables indications de scène, ce qu'en jargon de théâtre on appelle didascalies. Les historiens du futur pourront ainsi se faire une idée très précise de l'ambiance des débats dans l'amphi-théâtre de la démocratie. Extrait (voir le compte-rendu intégral):

M. Dominique de Villepin, Premier ministre - Monsieur Hollande, il est des moments dans la démocratie où l’on ne peut pas dire n’importe quoi (Vives exclamations sur les bancs du groupe socialiste). En 2000, c’est vous qui avez défini, avec Lionel Jospin, le pacte d’actionnaires ; c’est votre responsabilité et nous remettrons les choses à plat (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP ; vives exclamations sur les bancs du groupe socialiste).

Il est des moments dans une démocratie où on ne peut pas mélanger les carottes et les choux-fleurs, l’exigence de vérité et l’exigence de bonne gestion. Je dénonce, Monsieur Hollande, la facilité, et je dirai même en vous regardant, la lâcheté… (Cris sur les bancs du groupe socialiste où les députés se lèvent)

M. le Président – Asseyez-vous, je vous en prie.

M. le Premier ministre - … la lâcheté de votre attitude (Les députés socialistes, empêchés de se diriger vers le Premier ministre par les huissiers, se massent au pied de la tribune où leurs cris et huées couvrent la parole du Premier ministre), sa lâcheté, je le redis. (Les députés socialistes, toujours massés au pied de la tribune, continuent de crier, « Démission ! Sortez ! » rendant quasi inaudible le propos du Premier ministre).

J’ai relevé plusieurs contradictions dans votre propos, Monsieur Hollande. Tout d’abord, vous n’avez jamais assumé la moindre politique industrielle dans notre pays. Nous, nous avons posé les bases d’une politique énergétique de pointe, au meilleur coût et respectueuse de l’environnement (Les députés socialistes continuent de crier : « Sortez ! Sortez !)

M. le Président – Arrêtez, cela ne sert à rien. Quel triste spectacle vous donnez !

M. le Premier ministre – En matière industrielle et en matière d’énergie, comme en matière politique, c’est le principe de responsabilité qui importe. (Le Premier ministre poursuit son propos, couvert par les cris des députés socialistes) Nous avons défendu les services publics alors que nous n’avez jamais cessé de les brader. Vous n’avez jamais été au rendez-vous de la politique de la nation (Le brouhaha grossit encore) alors que nous avons cherché à redéfinir les exigences, pour avancer. Enfin, alors que vous n’avez pas fait le nécessaire pour les entreprises publiques, nous voulons leur donner les moyens de se moderniser et de relever les défis (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP ; les députés socialistes, massés au pied de la tribune, continuent de crier).

M. le Président – Arrêtez ! Si vous voulez sortir, sortez, mais sortez dans le calme ! Monsieur Ayrault, montrez l’exemple. La parole est à M. Perruchot. Monsieur Cambadélis, Monsieur Dray, on se comporte correctement dans l’hémicycle ! (Intense brouhaha persistant) Monsieur Perruchot, allez-y, posez votre question (« Ce n’est pas possible ! » sur les bancs du groupe UDF).

M. Nicolas Perruchot - J’attends le retour au calme. Les questions au Gouvernement supposent un minimum de calme et de respect. Je constate que nous ne l’avons pas et vais attendre que vous remettiez un peu d’ordre dans l’hémicycle.


Mais ça ne se calme pas. Un peu plus tard Jean-Louis Debré, s'époumonnant du haut de son "perchoir", est obligé de suspendre la séance.

Etonnant, non? J'adore cette indication de scène : "Les députés socialistes, empêchés de se diriger vers le Premier ministre par les huissiers, se massent au pied de la tribune"! On était vraiment à deux doigts de la castagne. On aurait eu de belles images qui aurait pu rejoindre celles des empoignades de la Knesset ou de la Douma au worst-of des sessions parlementaires.

J'ai dit que je ne vous ennuierai pas avec une n-ième exégèse, mais tout de même, il me semble qu'il y a un point qu'on n'a pas relevé. Pourquoi ce mot, lâcheté? Le lien avec ce que dit Hollande n'est pas logique. On peut voir dans le compte-rendu ce que lui dit le premier secrétaire du PS:

M. François Hollande - Pas de confiance dans le pays, pas de confiance de la majorité, pas ni dans la presse : dans toute démocratie digne de ce nom, le chef de l’État ou le Parlement auraient mis fin à cette situation. Mais notre pays vit actuellement sous le régime de l’irresponsabilité ! (Vives exclamations sur les bancs du groupe UMP) [...] [si vous mainteniez la confiance au patron d'EADS], cela signifierait que l’irresponsabilité générale l’a emporté, puisqu’on aurait la preuve qu’un président d’entreprise peut se comporter ainsi sans être rappelé à l’ordre par l’État (Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste ; brouhaha persistant sur les bancs du groupe UMP).

Les attaques de Hollande ne sont pas pires, loin de là, que celles qu'il a déjà prononcées lors du CPE, et de la motion de censure. Et puis, surtout, il parle d'irresponsabilité: qu'est-ce qui provoque une réponse sur la lâcheté? Non sequitur, me semble-t-il. Il aurait pu répondre des tas d'autres choses, du type "quand vous étiez au gouvernement, vous les socialistes, vous avez fait bien pire!" (qu'il aurait pu abréger par exemple en "Faux-cul!"). Je ne vois pas du tout en quoi l'attaque appelle directement une accusation de manque de courage, de bravoure (c'est ça la lacheté, non?).

Je me demande si l'on n'a pas encore là (comme dans l'épisode du lapsus), un processus freudien d'un Premier ministre sous pression maximale. La lâcheté qu'il dénonce, n'est-elle pas plutôt du côté droit de l'hémicycle? N'aurait-il pas de très bonnes raisons d'accuser sa majorité (à quelques exceptions près) d'avoir fait preuve de manque de courage sur le CPE (belle reculade, quand même!) et sur le reste (le tabac, Suez, etc.), d'avoir traîné ostensiblement à la buvette de l'Assemblée pendant qu'il se faisait assassiner par les socialistes et l'UDF réunis lors du vote de la motion de censure, bref de l'avoir lâché? Et d'avoir surtout la lacheté de ne pas l'avoir votée cette censure!

Bon, si ces histoires minables vous font ch..., dites-vous que c'est normal. Lâcheté vient du latin laxare (relâcher). C'est la même racine que laxatif.

18 Commentaires:

Anonymous Henri Gérenton a écrit...

C'est fou comme cela ressemble à du théatre, et plutôt du Molière d'ailleurs. Pour aller dans votre sens à propos de l'origine du mot lâcheté et rester dans le style, votre remarque me rappelle la réplique d'Argan à Toinette dans le malade imaginaire :
Et le soir de petits pruneaux pour lâcher le ventre...

23 juin, 2006 10:55  
Blogger Moulinvert a écrit...

En le voyant à la télévision, j'avais pensé au mot "forcené".

Je déplore surtout que ce numéro ait eu lieu le mardi après-midi, alors que le Canard Enchaîné était déjà sous presse. Tout cela aurait eu lieu le lundi, nous aurions au moins eu UNE analyse sérieuse des faits.

Merci pour ces didascalies tout à fait croustillantes !

23 juin, 2006 11:05  
Blogger DiogenePasCynique a écrit...

Bonjour,

Toujour aussi interressant ! Peut être que l'Assemblé est effectivement un théâtre, qui sert à purger les passions comme le disait Aristote. Quant aux notions de courage et de lacheté, il semble que lorsqu'on grate le vernis social, il n'en rest pas grand-chose.

Diogene (Restructuration)

23 juin, 2006 11:44  
Anonymous Amazone a écrit...

Vil Pain, le hargneux...ferait bien de prendre congé pour se racheter une virginité. Je pèse mes mots !

23 juin, 2006 12:55  
Anonymous Jerome a écrit...

Ce peut être aussi la "lâcheté" de ceux qui tirent sur les ambulances qui est visée : DDV un genou à terre sur le CPE, giflé et souffleté par toute la presse, l'opposition et ses propres "amis" dans l'affaire Clearstream, et qui doit en plus faire face à des accusations complètement grotesques selon lesquelles il serait directement responsable de ce qu'un patron qu'il n'a pas nommé vende, avec un possible délit d'initié, ses actions...

C'est cet hallali permanent qui peut être perçu comme une forme de lâcheté.

(+ l'analyse freudienne du genre "lâchez-moi un peu", qui est une autre hypothèse, non contradictoire)

23 juin, 2006 13:08  
Anonymous Thomas a écrit...

Quand Hollande a pris la parole, pendant quelques secondes il y a eu une incertitude : parle-t'il de EADS & Clearstream ou de EADS & de sa direction ?

Villepin sur la défensive (et peut-être par parano) à craqué pensant qu'on l'attaquait encore sur Clearstream.

Mais il est clair que le lien avec la lâcheté est... obscur.

23 juin, 2006 13:53  
Anonymous Merome a écrit...

"vont font ch..." => "vous font ch..."

23 juin, 2006 15:45  
Blogger Dado a écrit...

Personnellement, ça me semble clair. Hollande a participé à la définition du pacte d'actionnaires d'EADS. Or il y a quelque chose de particulièrement bizarre chez EADS, puisque les deux grosses affaires récentes viennent de là. C'est un problème très grave puisque EADS est depuis 2000 le principal acteur de la défense française et européenne. Hollande nie sa responsabilité dans cette affaire importante et la rejette sur le gouvernement actuel. C'est un comportement de lâche : "c'est pas ma faute, c'est la tienne".

Du point de vue purement rhétorique du débat parlementaire, il semble qu'Hollande usait en vérité de la thèse d'EADS rien que pour appuyer un possible argument "massue" de la campagne présidentielle, à savoir l'irresponsabilité du gouvernement. Villepin est piqué, il n'y a que la vérité qui blesse, et il pète les plombs. Il est amusant de voir qu'il reproche à Hollande de "dire n'importe quoi" dans une démocratie, qu'il l'accuse de mauvaise foi, arme que le gouvermenent n'a pas hésité à utiliser durant des années et devant laquelle il se retrouve impuissant lorsque ses adversaires l'utilisent aujourd'hui (voir la propagande de Ségolène Royal).

Totalement débordé, Villepin, qui n'est pas un homme de débat, fait l'erreur d'attaquer Hollande ad hominem. Il sort à la volée une pensée qu'il devait avoir depuis longtemps à son propos et qu'il a sans doute émise plusieurs fois lors de discussions avec des proches. D'où le fait qu'elle lui semble la pire riposte qu'il puisse imaginer sur le moment, et que cela tombe comme un cheveu sur la soupe.

23 juin, 2006 16:07  
Anonymous MKe a écrit...

J'en parlais avec mon père, qui me disait que le mot de "lâcheté" était interdit à l'hémicycle, à peu près autant que "lapin" sur un bateau, parce que la dernière fois que ce mot a été employé en ce lieu, c'était pour désigner les députés ayant voté les pleins pouvoirs à Pétain.

L'explication est intéressante, mais je n'ai trouvé aucune confirmation - non que je ne fasse pas confiance à mon cher petit pôpa, mais bon... une deuxième source, même officieuse, ne ferait pas de mal..

Des infos, quelqu'un ?

23 juin, 2006 16:19  
Anonymous Nicolas a écrit...

je vois bien un petit access-prime-time où Jean viendrait nous décrypter l'actu. L'angle est là-encore très intéressant. Cela-dit, je trouve la lacheté et l'irresponsabilité relativement antinomiques. Au-delà d'ailleurs, je me demande si ce n'est pas de sa propre irresponsabilité à s'accrocher ainsi au rocher (comme un molusque, oui) et de sa lacheté dans la gestion de la crise de régime sans précédant qui se déroule actuellement dont DDV se fait l'écho. les balles amis sont toujours plus précises. Un psy pourrait y déceler un soupçon inconscient d'autocritique...

Les fins de rêgne n'appellent pas au courage. La voilà la véritable lâcheté : rester quand tout vote de confiance l'esssuirait d'un revers de manchette.

ce n'est pas être bien responsable que de ne pas entendre le grondement et l'exaspération.

23 juin, 2006 16:27  
Anonymous Agnès a écrit...

Dans la série, on fait pas que parler au parlement:
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=10185

23 juin, 2006 18:25  
Anonymous Yogi a écrit...

"Lâcheté" n'est pas évident à interpréter, mais la phrase précédente me semble tout aussi obscure ; toujours à propos de Forgeard : "Il est des moments dans une démocratie où on ne peut pas mélanger les carottes et les choux-fleurs, l’exigence de vérité et l’exigence de bonne gestion." : Quid ? On ne peut pas demander simultanément vérité et bonne gestion ?? On croirait des phrases sorties par un logiciel de génération automatique de propos polémiques, non ?

24 juin, 2006 01:44  
Blogger The Jedi a écrit...

En effet, mélanger les carottes et les choux-fleurs c'est tout à fait possible; d'ailleurs c'est bon pour la santé. Ptête qu'il a une carence à ce niveau le Villepin.

24 juin, 2006 15:20  
Anonymous E-manuel a écrit...

Autre hypothèse de lapsus par homonymie : il voulait parler de l'acheté en pensant que Hollande était un vendu ?

25 juin, 2006 13:56  
Anonymous Dominique a écrit...

Il y a un problème : la droite siège aussi aujourd'hui à gauche et la gauche est souvent assise à droite si elle est nombreuse. La géographie politique change selon les législatures, mais l'opposition est toujours éloignée des bancs ministériels, en hauteur, pas de côté.

25 juin, 2006 20:19  
Anonymous RemyA a écrit...

J'ai entendu à la radio que le terme lacheté faisait référence à la période de négociation du pacte d'actionaires, pendant laquelle le gouvernement de l'époque (socialiste) n'avait pas eu le courage de résister aux pressions, à priori allemandes, et s'était laissé imposer la direction à 2 têtes d'EADS, accusée de tous les maux aujourd'hui.

27 juin, 2006 12:32  
Anonymous Benoît Dubonnet a écrit...

Lâcheté, parce qu'on ne frappe pas un homme à terre ! Villepin s'en prenait donc moins à ce que Hollande disait qu'à ce qu'il faisait en disant ce qu'il disait dans les circonstances que l'on sait. C'est ainsi que je l'ai compris. Bien sûr, dans cette hypothèse, il admettait sa piètre situation, il fallait donc bien qu'il se lâchât !

30 juin, 2006 17:32  
Anonymous Vonric a écrit...

La vidéo:
http://www.dailymotion.com/video/x5xsl_villepin-lachete

18 mai, 2007 14:33  

Enregistrer un commentaire

dimanche, juin 18, 2006

Aixtal: Le CPE m'a tuer

Vous avez sans doute remarqué que j'ai moins écrit ces derniers temps. Vous vous disiez sans doute que j'étais avachi sur mon canapé en train de regarder le Mondial une bière à la main. Eh bien, non, pas du tout... Comme beaucoup de mes collègues universitaires, je suis en train de subir le contre-coup du CPE. La fac d'Aix était l'une des plus déterminées et on a eu deux mois de blocage intégral, cours et administration. Quand on a réouvert le 2 mai, je ne vous dis pas la souffrance... Il n'y a pas eu de dégradations, tout était comme si on avait quitté nos bureaux la veille. C'était même un peu surréaliste: on aurait dit que rien ne s'était passé, comme si le temps avait simplement été mis entre parenthèses pendant deux mois. Personne ne parlait plus de rien. Retour aux études. On avait dû faire une sorte de rêve collectif, il ne restait plus que quelques autocollants égarés pour nous mettre le doute.


Sauf que les pauvres directeurs de services comme moi se sont retrouvés avec un mètre cube chacun de factures non payées (ça va vite dans un service où il y a dans les 150 machines...), de paperasses diverses et variées (l'Université est très productive dans ce domaine). Sans compter bien sûr les cours à rattraper. En cette fin d'année, tout se télescope: les cours en même temps que les exams, les soutenances de master, les réunions de fin d'année...

Et puis, il y a quelque chose dont je ne vous ai pas parlé. Je suis en train de terminer un livre pour les éditions du Seuil avec mon ami et complice Louis-Jean Calvet. Nous venons d'écrire la dernière ligne, et j'ai fait ce matin un tirage intégral du manuscrit. Certains d'entre vous connaissent probablement cet état d'excitation et d'épuisement mélés, quand on voit enfin le bébé tant attendu dans sa totalité. Epuisement d'autant plus grand que nous n'avions pas prévu ce télescopage du calendrier. Peu importe, c'est fait, c'est fini. Vous l'aurez dans toutes les bonnes gondoles à la rentrée. Ca parlera de la parole des politiques, des "prétendants" pour 2007 au cours de ce premier semestre quelque peu étrange: Il y aura des chronologues, des nuages, des jeux avec les mots (les leurs, les nôtres). Ce sera à la fois sérieux et drôle (enfin, nous l'espérons). Dessins de Plantu.

On en reparlera...

22 Commentaires:

Anonymous Antoine a écrit...

On ne dirait pas plutôt « le CPE m'a tué » ?

Bonne chance et vivement le livre ;)

18 juin, 2006 10:03  
Anonymous Francois a écrit...

Antoine : c'est que tu manques de référence.

La faute est volontaire.

Remplace "le CPE" par "Omar".

18 juin, 2006 10:40  
Blogger TOMHTML a écrit...

Bonne chance pour le bouquin
je sens qu'on va se marrer ;-)
en espérant qu'on s'informera en même temps !

18 juin, 2006 10:49  
Anonymous zulunation a écrit...

Bonjour et bonne chance !!
Que penser sur cet outil ?? -> http://kylescholz.com/projects/wordnet/?text=question
Merci ...

18 juin, 2006 13:33  
Anonymous pierre a écrit...

En effet on a le sentiment qu'il ne s'est rien passé. le CEP est venu, puis... il reviendra sous une autre forme, dans d'autres temps.

Sinon, bonne chance pour votre livre.

Pierre

18 juin, 2006 20:32  
Anonymous Thomas a écrit...

Je n'écris jamais de commentaires sur votre Blog, même si j'y passe tous les jours : aujourd'hui sera l'exception, pour exprimer mon enthousiasme à l'idée de ce livre !

Vivement qu'il soit en librairie !

19 juin, 2006 09:05  
Blogger Vicnent 31415 a écrit...

et plutôt que de le commander par amazon.fr, y'ora moyen de le commander sur aixtal avec signature de l'auteur ? (Arf, la mauvaise idée que je viens de donner...).
Reste que s'il est dispo au mois d'aout, comme je vais passer dans la région d'aix (en moto évidemment), peut être qu'un autographe en échange d'une bière, ça le ferait ? Ah oui, Aout, vacances, mérite, tout ça... la gloire quoiiii ;-)))

19 juin, 2006 10:16  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Merci à tous pour ces gentils commentaires et vos encouragements! Oui, c'est sûr il faudra qu'on fasse des séances de dédicaces ;-) La sortie est prévue pour début octobre, mais on peut quand même se boire une bière sur le cours Mirabeau en août!

19 juin, 2006 11:55  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Antoine, François> Oui, c'était un clin d'oeil à Omar. Je me voyais en train d'agoniser dans les couloirs de la fac, écrasé par des tonnes de paperasse, et écrivant ça en lettres de sang sur les murs. Un graffiti parmi d'autres...

19 juin, 2006 11:58  
Anonymous Lalie a écrit...

Cet hiver je me suis déchaînée sur le forum de wanadoo, "sciences et santé", rubrique "la grippe aviaire", contre la bêtise de tous ceux qui croyait que la mort allait frapper à leur porte dès qu'un poulet , mort ou vif, la franchirait. Un groupe a fini par se constituer de personnes, victimes à un titre ou un autre, de la rumeur et de l'imbécilité de ses adeptes. Nous l'avons nommé le poulailler. A plusieurs reprises, nos attaques qui les tournaient en dérision,( toujours en langage chatié, avec des références souvent trop subtiles pour les éructeurs diplomés des forums,)et appelaient au bon sens ont été effacées. Mais le groupe fonctionne toujours.
Vous qui enseignez, vous avez été victime du CPE, lequel nous a libéré de la grippe aviaire, comme la trève des confiseurs l'avait fait en son temps, n'auriez vous rien à dire sur le fonctionnement des médias ? Sur leur façonnage de l'opinion publique qui ne choisit rien, car avec leur cerveau lessivé beaucoup ne sont même plus capable de faire la moindre recherche un peu sérieuse sur un quelconque sujet !
On en arrive à tout gober pourvu que la télé ou son canard favori l'ait affirmé.
J'attends avec impatience votre analyse de la parole politique.
Et je vais surveiller les gondoles , assurément !

19 juin, 2006 12:39  
Anonymous lds a écrit...

C'est vrai que les épidemies n'ont jamais tué personne.
Et puis c'est bien connu que les virus n'entrent pas dans les supermarchés.

19 juin, 2006 22:16  
Blogger Spinodo - Charles Mougel a écrit...

La grippe aviaire, comme le cpe, sont des épidémies... mentales !

20 juin, 2006 13:18  
Blogger Liza a écrit...

Félicitations pour le bébé livre.
Merci pour votre blog. Le visiter est toujours stimulant et rafraîchissant.

PS: pour le bouquin, il y a un prix spécial pour les employés précaires de l'université française? Noon,je plaisante...

20 juin, 2006 14:48  
Blogger Llyly a écrit...

Félicitations pour le new born. Quel est son titre ? Personnellement, je m'essaie aux jeux de mots mais il n'y a que les membres de ma famille qui ont le sourire complaisant. Alors, j'ai arrêté. Mais je suis toujours enchantée de lire de brillants verbeux ! C'est très intéressant. Il y avait eu un bouquin sur les discours de Le pen dont j'ai oublié le titre !

23 juin, 2006 01:55  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Lalie> Le CPE a été une sorte de vaccin universel... Ca nous a guéri de l'amiante, de la grippe aviaire et du chikungunya. Formidable! Ca me rappelle un peu les Shadoks, qui n'avaient que 4 cases dans la tête. Alors forcément pour faire rentrer de nouvelles informations, il fallait faire sortir quelque chose. On dirait que les médias c'est un peu pareil: une case pour les sports, une pour les pipols, une pour la bourse, et une seule pour l'actualité. Donc, une info chasse forcément l'autre. Mais en fait, peut-être que les Shadoks c'est nous?

23 juin, 2006 08:48  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Liza> Faut le faire commander par la B.U.! ;-)

23 juin, 2006 08:48  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Llyly> Ca s'appellera:

Combat Pour l'Elysée. Paroles de prétendants


Sur Le Pen, je connais un livre un peu ancien (1998):

Le Pen, les mots. Analyse d'un discours d'extrême droite
de Virginie Wathier, Isabelle Cuminal, Maryse Souchard, Stéphane Wahnich

Il est épuisé (pas Le Pen, le livre).

23 juin, 2006 08:52  
Anonymous Amazone a écrit...

Il semble que Le Pen soit épuisé aussi. Malheureusement il a une descendance !

23 juin, 2006 12:51  
Blogger Jean Véronis a écrit...

> Anonymous a écrit...
>
> Ceci est un test pour vérifier si il y a un tri

Ben oui: la preuve!
Mais je n'enlève que les spams.

Ce qui ne veut pas dire que je ne me réserve pas le droit d'enlever aussi les commentaires injurieux, racistes, diffamatoires, ou qui simplement n'auraient rien à voir avec le blog...

Merci d'être passé(e).

29 juin, 2006 11:58  
Anonymous Marc a écrit...

Je vous souhaite beaucoup de succès pour la sortie de votre livre. Vu le thème, et la participation de Plantu, je n'ai guère d'inquiétude. Le timing semble parfait. Préparez-vous psychologiquement au marathon médiatique...

J'espère que vous serez un peu méchant avec le jargon politique !

Cordialement

21 juillet, 2006 10:46  
Anonymous Anonyme a écrit...

bonjour

vu votre niveau (eleve) en informatique, vos projet(s) interessants, votre entourage fourni et l'epoque actuelle (21eme siecle et internet), ...

je ne comprends pas exactement le besoin de sortir un livre plutot qu'un logiciel, votre domaine. livre qui plus est sur les politiques qui made in rentree litteraire francaise poseuse et pompeuse n'interessera pas grand monde pendant bien longtemps

les francais aimeraient un peu plus d'optimisme economique que de confidence politique, un jour peut-etre les universitaires francais oseront ils y contribuer - sic


alain

15 septembre, 2006 20:59  
Anonymous SebO a écrit...

> alain

Les universitaires français se lanceront peut être dans l'optimisme économique quand ils auront des raisons de le faire.
Faites un tour à l'université, et vous comprendrez que ce n'est pas pour demain!

Jean, pourquoi pas une sortie "officielle" du livre avec dédicace dans le hall des locaux de l'université de Provence (Schuman pour les intimes)?

24 septembre, 2006 23:22  

Enregistrer un commentaire

vendredi, juin 09, 2006

2007: Ségo = Sarko

Certains ont posé cette équation du point de vue du contenu, après ses déclarations musclées, mais je la constate du point de vue quantitatif. Pour la première fois, le "buzz" de Ségolène rejoint celui de la "bête médiatique" Sarkozy:



L'ascension buzzométrique de Ségolène Royal est absolument incroyable. Je m'extasiais au mois de janvier de son explosion sur le Web pendant son voyage au Chili, mais nous n'avions rien vu! Le pic du mois de janvier semblait être le Mont-Blanc, nous ne savions pas encore que derrière se profilait l'Himalaya! C'est vrai qu'entre temps elle s'est faite discrète (vous l'avez entendue, vous sur le CPE?). Si je reprenais la métaphore des tremblements de mots, elle en serait maintenant à un bon 6,7 sur l'échelle de Richonis!

Quant aux éléphants, ils sont laminés. Ils ont beau faire concurrence de vannes amères contre la Star, aucun n'arrive à sortir la trompe de l'eau:




Ils sont mal barris.

Libellés :


14 Commentaires:

Anonymous Sébastien Billard a écrit...

Ils sont sur la défense...ive ;)

09 juin, 2006 16:41  
Anonymous Arthur a écrit...

Juste avant la fin, aussi bien pour Royal que pour Sarkozy, on constate un premier pic, aux alentours de début mai. Ca correspond à quoi ?

09 juin, 2006 18:18  
Blogger The Jedi a écrit...

@arthur > ptête Clearstream ? Sarko s'en était bien sorti et elle avait ptête commencé à se montrer la bougresse.

09 juin, 2006 20:41  
Anonymous Anonyme a écrit...

Moi j'aime bien celui-ci aussi:
http://www.up.univ-mrs.fr/cgi-veronis/chronologue?mot1=sarkol%C3%A8ne&mot2=&mot3=&mot4=&mot5=&mot6=&affichage=absolu&Soumettre=Soumettre

09 juin, 2006 22:04  
Anonymous polluxe a écrit...

C'est sans doute à cause de son succès qu'ils sont passés à la charge, mais ça risque de finir au cimetière... des éléphants

10 juin, 2006 15:36  
Blogger Vicnent 31415 a écrit...

Allons, Jean (Ah cet homme, mais quelle belle voix), vous n'êtes pas sans savoir que les éléphants n'iront pas à leur cimetierre sans tenter un barrissement d'honneur. Pour ma part, je pense que Ségolène va se prendre une ou deux affaires sur le dos... Des choses comme par exemple : elle est à fond pour la famille mais ne s'est pas mariée, ou sa gestion régionale de Poitou charente... Les élections sont pour novembre au PS. Attendons l'été, où ça va se calmer, puis septembre, où elle commencera à se faire bousculer. Bref, ça va par être très joli. SuperJospin va se pointer et là, ça va devenir franchement drole... ;-))

12 juin, 2006 10:31  
Anonymous Natacha QS a écrit...

Bonjour Jean,

Je vous signale ce lien car le trackback ne semble pas fonctionner entre nos blogs :
http://www.lesimpertinents.com/2006/06/12/lump-lance-sa-plate-forme-de-blogs/

A bientôt,
Natacha

12 juin, 2006 14:29  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Vicnent> Ils vont la flinguer (les éléphants)... Petit raisonnement simple: à part Lang, un peu vieux, ils ont encore une chance en 2012. D'ici là, qu'est-ce qui vaut mieux pour eux? galèrer à Matignon, à l'économie et aux finances sont la férule de Ségolène, ou bien se médiatiser dans l'opposition pour se représenter en grande pompe? Donc ma conclusion est simple. Ils vont s'autodétruire. Enfin, on verra bien!

12 juin, 2006 15:01  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Natacha> Si, ça y est, le trackback est apparu. Il a fallu un temps. Merci pour le lien (et le petit mot)!

12 juin, 2006 21:27  
Blogger Vicnent 31415 a écrit...

Oui je pense comme vous sauf que : vue la démographie, la baisse du chomage évidente pour des raisons structurelles, je pense sincérement que celui ou celle qui passera en 2007 passera en 2012. Pour les éléphants, c'est donc cet automne ou 2017. le calcul est vite fait...

13 juin, 2006 10:21  
Anonymous FkD a écrit...

Bonjour je trouve votre blog vraiment très interessant, je pense que vous pourriez entrer en contact avec les experts de ScanBlog pour le Politibuzz, vous connaissez ?
http://scanblog.blogs.com/politibuzz/

17 juin, 2006 22:24  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Fdk> Oui, on s'est rencontrés. Une petite équipe très sympathique! Ils font du bon boulot.

17 juin, 2006 22:27  
Anonymous pierre a écrit...

La progression de la Royale, n'est pas si étonnante que cela, tout ces éléphants n'ont pas la moindre chance, ils ne sont pas représentatifs de la population ou ont été au pouvoir et n'ont pas fait grand chose, actuellement il y a un rejet de ces partis de gauche ou de droite dont on ne voit pas ce qui les démarque réellement.

Il n'est pas dit que nous n'ayons pas (si je me fie à ce que j'entends autour de moi) un deuxieme tour comme lors des dernières présidentiels.

l'avenir est sombre, et quelques éléphants partiront solitaire rejoindre le cimetière.

18 juin, 2006 20:42  
Blogger Antonio a écrit...

La politique c'est une chose sérieuse mais on peut aussi en rire ...

Comment participer à la campagne autrement ?

Pour avoir un aperçu, http://www.youtube.com/watch?v=ZQBmBCceRKs

Qui de Ségolène ou Nicolas va devenir Président ? - le troisième larron n'étant pas très très loin ;)

Et si au-delà d'un débat d'idées ou d'une confrontation programme contre programme, l'élection se jouait sur un match de boxe ?

C'est simple - il suffit de choisir son camp et appuyer furieusement sur son clavier - à la fin il ne peut avoir qu'un vainqueur .... Mais qui ?

Sur http://segosarko.anuncioo.com on peut choisir son candidat et jouer pour gagner :)))

Tous les commentaires et toutes les suggestions étant les bienvenue

06 avril, 2007 17:09  

Enregistrer un commentaire

mardi, juin 06, 2006

Radio: Splogs

Vous aviez déjà la photo (encore qu'elle date un peu, il faudrait que je rajoute du gris sur les tempes à la palette graphique...), vous pouvez maintenant écouter la voix du Grand Professeur Aixtal. C'était sur Radio Suisse Romande ce matin, dans l'émission Capsule de Jean-Olivier Pain.



Ecouter: mp3.

Au début, ce n'est pas moi qui parle, c'est le journaliste, qui explique ce que sont les splogs et les captchas (chronique bien faite d'ailleurs, pour une heure de grande écoute). Je réponds aux questions au bout d'une minute ou deux (patience! les paroles d'un leader d'opinion, ça se mérite...).

Au fait, vous avez remarqué qu'on n'est presque plus ennuyé par les splogs? Il faut dire qu'après la crise de l'automne dernier, les moteurs et les plateformes gratuites (Blogger) ont appliqué des mesures qui s'apparentent au remède de cheval. Comme pour les pages pornographiques, les filtres sont drastiques, au détriment des pages légitimes, qui passent pour beaucoup elles aussi à la trappe... Mais bon, il en reste encore suffisamment pour passer ses journées à surfer en rond!

9 Commentaires:

Anonymous Sébastien Billard a écrit...

Le spam de commentaires et trackbacks lui par contre reste d'actualité et nuit beaucoup à l'interactivité en aboutissant à la fermeture de ceux-ci dans les cas les plus grave...

06 juin, 2006 14:07  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Sébastien> Vrai. Encore que je ne suis pas trop ennuyé sur Blogger. Mais il faut dire que leur filtres sont terribles. Du coup, il y a plein de trackbacks qui ne sortent pas (par exemple les liens en provenance de motrech (pourtant sur Blogger aussi) n'apparaissent jamais. Donc, ça fait problème aussi...

06 juin, 2006 14:17  
Anonymous Agnès a écrit...

Moi j'attends l'interview télé! Ca devrait pas tarder.

06 juin, 2006 14:52  
Anonymous Agnès a écrit...

Décidémment. Je suis tombée sur cet article, qui je pense vous intéressera:
Pour faire référence à cet article


Boris Beaude, "Tendons-nous ?", EspacesTemps.net, Mensuelles, 01.06.2006
http://espacestemps.net/document2018.html

06 juin, 2006 18:27  
Blogger F. Cazals a écrit...

Je m'empresse de reprendre cette interview sur mon blog, pour que mes étudiants puissent mettre une voix sur le visage du prof Aixtal

06 juin, 2006 19:26  
Blogger Vicnent 31415 a écrit...

"Si dans un kilo de raisins secs vous avez deux tiers de gravier, c'est vrai que ça peut vous torpiller un cake" : je n'ai pas les mots pour vous raconter le fou rire qui s'en suivi...
Sinon, pour "Google" : 'Mon dieu, cet accent, mais quel bel accent' (voix de Jack Lang)
;-))))

07 juin, 2006 00:04  
Anonymous Steph a écrit...

En tous les cas, un bon moyen d'accroître son vocabulaire. J'ai commencé à tenir un blog depuis fin janvier et je découvre avec émerveillement les nouveaux mots que la technologie suscite et véhicule.

09 juin, 2006 17:04  
Anonymous sk a écrit...

ah, moi qui m'imaginais que vous aviez un délicieux accent du sud, au parfum d'olive et de romarin ! je suis un peu déçue. Mais vous avez tout de même une voix plaisante de professeur sérieux sans être ennuyeux :-))

23 juin, 2006 10:08  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Sk> Merci, c'est gentil. Mais je suis un caméléon linguistique. Je maîtrise aussi tout à fait l'accent à la Pagnol, dans lequel j'ai baigné pendant toute mon enfance. Je me le garde pour les repas entre amis, sous la tonnelle, un pastis à la main, pendant que les cigales s'en donnent à coeur joie. C'est la saison: on frise les 30 degrés aujourd'hui. , je me verrais bien une partie de boules après la sieste...

23 juin, 2006 10:47  

Enregistrer un commentaire

lundi, juin 05, 2006

2007: Ségo selon Google

Le monde selon Google: au moment même où Ségolène s'attaque aux 35 heures, qui ont conduit à une "dégradation de la situation des plus fragiles" et dont la "répartition de l’effort et des avantages a été fortement inégalitaire" (voir le deuxième chapitre de son livre), le moteur nous donne son point de vue sur le ségolisme:



Suggestion qui ne manque pas de sel...

Libellés :


23 Commentaires:

Anonymous Anonyme a écrit...

Qu'est-ce qui manque pas de sel ?

Le fait que TAL soit repéré dare-dare par les moulins de Gougueul comme créateur et gloseur de néologismes ? Ça me semble assez correct pourtant !

Ou bien le fait qu'à défaut de repérage préalable dans son index, Gougueul nous réoriente vers 'réalisme' plutôt que vers 'royalisme' ?

05 juin, 2006 20:12  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Non, je ne pensais pas au fait qu'Aixtal soit classé premier. Ca tient simplement au fait que ce blog a un bon "Pagerank". Ce que je trouve vraiment rigolo c'est cette équation que nous donne en quelque sorte Google: ségolisme = réalisme. Le jour même où elle semble en faire drôlement preuve (de réalisme)...

05 juin, 2006 20:50  
Blogger F. Cazals a écrit...

Merci pour le lien, Jean!

05 juin, 2006 20:53  
Anonymous Pierre Schweitzer a écrit...

J'ai une partie de la réponse, qui n'est pas à la faveur de Gougueul :

Si on omet l'accent, le moteur ne propose pas la bifurcation orthographique vers 'réalisme'. Curieux. Ségolène, c'est avec un é, non ?

http://www.google.fr/search?hl=fr&q=segolisme&btnG=Rechercher&meta=

En fait, ça semble venir du fait que vous avez oublié un accent sur le é de ségolisme, dans votre titre !

Votre Pagerank étant au top, le moteur signale l'écart entre lotre page indexée avec 'segolisme' et la requête de l'utilisateur 'ségolisme' en l'approchant sans doute avec une combinaison du type ?é??lisme. D'où réalisme.

Essayez avec ségalisme, et Gougueul vous proposera socialisme.

Maintenant, je préfère ne pas être à votre place pour répondre à cette question de conscience gravissime : faut-il corriger la faute ?

Pierre Schweitzer



Mais pourquoi Gougueul propose-t-il réalisme quand on tape sego et rien quand on tape ségo ?

05 juin, 2006 22:02  
Blogger Jérôme Charron a écrit...

Jean, je te suggère d'essayer une recherche sur aixtalisme ... => capitalisme !!!
En revanche, charronisme nous donne charisme... ;-)

Comme quoi, les suggestions basées sur des statistiques (ngrams) ou sur des calculs de distances (Levenshtein ou autre) ne sont peut-être pas tout à fait adaptés.

Malgré tout, ces algorithmes ne sont pas si mauvais, si on les interprête correctement : il s'agit d'une suggestion de correction syntaxique et non d'une suggestion d'intention de l'utilisateur (recherche associée).
(Bon, je commence a prendre la défense de Google, je vais donc arrêter ce commentaire ici).

05 juin, 2006 22:16  
Anonymous Miss Tics a écrit...

Jérôme, je t'en ficherai moi, des "charismes" ;-) Chez moi, peu de surprise "missticisme" donne forcément mysticisme, alors...
Cela dit, il s'agit en effet d'une suggestion syntaxique, mais l'anecdote de Jean valait tout de même le détour et le sourire ;)

06 juin, 2006 09:46  
Anonymous Agnès a écrit...

Au fait, Jean,
Combien de candidatures pour le poste d'ingénieur d'études?

06 juin, 2006 10:41  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Agnès> Sais pas... Le processus est long est comliqué, il y a une première épreuve d'admissibilité, etc. et je n'ai pas accès aux dossiers. Infernale bureaucratie...

06 juin, 2006 10:47  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Jerôme> suggestion syntaxique et non suggestion d'intention: bien entendu! Mais c'était quand même rigolo (et fort à propos!).

Evidemment, on ne peut jamais empêcher complètement les "accidents" et les suggestions hasardeuses dans un correcteur orthographique, mais néanmoins, il y a deux petites mesures simples qui améliorent les choses

- utiliser un seuil plus strict dans la distance. En pratique, si un mot a plus de deux lettres de différence avec la suggestion, il y a de grandes chances que la suggestion soit farfelue. On peut moduler ce critère par le suivant:

- pénaliser plus fortement les erreurs au début des mots (particulièrement sur l'initiale) que sur la fin (les utilisateurs font moins d'erreurs sur le début des mots).

On diminue fortement le "bruit" mais on augmente évidemment le "silence". Dans des situations comme celle-là, ça me paraît préférable.

06 juin, 2006 11:04  
Blogger VinZ a écrit...

Ca me rappelle, il y a un an et demi, dans un cours de TALN que je suivais, j'avais eu à étudier une thèse, j'avais choisi une de 1992 sur la correction automatique d'orthographe et de grammaire : j'avais lu dans cette thèse plusieurs références aux travaux d'un certain Jean Véronis ;)

06 juin, 2006 12:35  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Vinz> eh eh... je crois que j'ai un peu travaillé sur le sujet, effectivement ;-)

06 juin, 2006 12:37  
Anonymous Dominique a écrit...

Dans le cas de la place des blogues ou des journaux dans un référencement, il y a aussi une question de date et le billet date du 1er juin seulement : même en mettant le mot clé dans le titre en première position, on se retrouve vite relégué si le billet est ancien. Je suis en 19e position maintenant alors que j'étais 1er ou 2e à la fin du mois de mai. Après un certain temps, ce n'est plus l'actualité de la page qui compte, mais le référencement général du site ou du blogue.

06 juin, 2006 13:08  
Anonymous MoLysS a écrit...

Moi, ce qui me surprends, outre la correction orthographique farfelue (c'était au moins aussi drôle avec "toutesdesbeautés"), c'est le nombre de réponse : 120 000 pour un mot qui n'existe pas vraiment et qui est apparu il y a 1 mois...
Google ne sait pas compté (vous l'avez déja prouvé) ou ce mot a fait tache d'huile sur la toile ???

Tiens, au fait, vous avez vu que google a repris votre chronographe ? http://www.google.com/trends

07 juin, 2006 11:42  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Agnès> Merci pour le lien vers Beaude. Très intéressant.

07 juin, 2006 11:48  
Blogger Jean Véronis a écrit...

MoLysS> Il y a une explosion des comptes chez Google, effectivement; en fait se sont des pages dupliquées comme dans une galerie de miroirs... Je suis ça de près et j'en parlerai dans quelques jours.

Google Trends. Ce n'est pas tout à fait pareil. Ils comptent les requ^tes, je compte les documents indexés. Ce serait intéressant de comparer les deux (c'est dans ma pile ça aussi...)

07 juin, 2006 11:50  
Anonymous pierre schweitzer a écrit...

Comment expliquez-vous que GG ne propose pas 'réalisme' quand on lance une requête sur 'segolisme' sans accent ?

08 juin, 2006 09:44  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Pierre> Je ne l'explique pas bien. Google a différencier récémment les requêtes avec accents et sans accents, mais leur logique est pour le moins peu claire... Je suis en train d'étudier la question.

08 juin, 2006 11:35  
Anonymous Sébastien a écrit...

Sinon à propos de Ségolène, depuis son discours sur la question sécuritaire, d'autres noms ont fait leur apparition: sarkolène, ségozy...

08 juin, 2006 11:53  
Anonymous Jacques a écrit...

Pour revenir à "Ségaullisme" (dont la première apparition remonte au 8 mai 2006), Google suggère "Secourisme" quand on l'écrit avec accent et "Socialisme" quand on l'écrit sans.
Les locuteurs étrangers auraient donc besoin de secours et les indigènes de social ?

Ceci dit, merci Jean pour ce blog excellent.

08 juin, 2006 14:00  
Anonymous pierre schweitzer a écrit...

Visiblement, GG distingue les accents dans les requêtes puisque 'ségolime' ne renvoie pas les même pages que 'segolisme'.

Mais on dirait que du point de vue de l'indexation, ségo=sego

Si l'amateur que je suis peut se permettre d'émettre une hypothèse, celle de mon premier post : le pagerank d'aixtal est bon, peut-être excellent même. Donc, que la requete soit 'segolisme' ou 'ségolisme', vous êtes en tête, pour avoir traité du sujet il y a peu.

Mais le titre de votre page que nous propose GG comporte une erreur typographique : vous avez oublié de poser l'accent sur le é de ségolisme, dans le titre de l'article référencé par GG.

N'est-ce pas ce simple oubli qui incite GG à proposer cette variante orthographique ? Il constate qu'il n'y a pas de coincidence parfaite entre la requête et le mot tel qu'il est indexé et donc, il propose un mot du dictionnaire approchant le mot de la requête, avec un accent : réalisme.

Bon, en tout cas, si les distances orthographiques devaient être analysées plus strictement, ça présenterait d'autres inconvénients comme par exemple, ne plus proposer aréopage quand on tape aéropage, etc.

08 juin, 2006 17:18  
Blogger Jean Véronis a écrit...

Pierre> Ce n'est pas un oubli. C'est sciemment que j'ai écris "segolisme" sans accent dans le titre. La raison en est simple. Blogger génère automatiquement les URL des billets à partir des titres, et, en bon système américain, ne gère pas les accents. Avec l'accent, l'URL aurait été:

http://aixtal.blogspot.com/2006/06/2007-sgolisme.html

Or je sais que Google pondère très fort la présence d'un mot dans l'URL (le PageRank n'est pas tout!), j'ai écris "segolisme", et j'ai donc une URL bien indexée:

http://aixtal.blogspot.com/2006/06/2007-segolisme.html

Vous pourrez constater que je joue de cette petite astuce de temps à autres, quand j'ai envie qu'un billet remonte bien ;-)

Sinon, je ne crois pas que la suggestion orthographique soit déclenchée par la présence de tel ou tel résultat, mais plutôt par le nombre faible de réponses (pages similaire exclues), alors qu'il existe un mot "voisin" (ou considéré comme tel), qui, lui, ramène un grand nombre de réponses.

Pour "aéropage" vs "aéropage", tout dépend de la distance qu'on utilise. Si on utilise une "distance d'édition" dans laquelle les interversions valent un point, le couple ne sera pas plus distant que "aéropage" / "aérropage" par exemple. Mais Google n'est pas très fort sur les traitements linguistiques, contrairement à Microsoft, par exemple.

08 juin, 2006 18:04  
Anonymous pierre schweitzer a écrit...

Concernant la suggestion orthographique (déclenchée par Ségolisme et non par Segolisme), ça voudrait dire que Ségolisme génère mois de réponse que Segolisme.

Or, c'est exactement l'inverse qui se produit : Ségolisme génère plus de 300 fois plus de réponse que Segolisme !

Donc le déclenchement de la suggestion orthographique reste visiblement lié à autrechose.

11 juin, 2006 18:15  
Anonymous Alex a écrit...

ce-gaulisme??

19 juin, 2006 17:36  

Enregistrer un commentaire

dimanche, juin 04, 2006

2007: Juste l'ordre

Concert de barrissements au PS après les déclarations de Ségolène Royal, qui proposait un encadrement militaire pour les jeunes délinquants. C'était apparemment le signal que tous attendaient, et ils lui sont tombés dessus à vannes raccourcies. Ma préférée est celle de Jean-Christophe Cambadélis, député PS de Paris et proche de Dominique Strauss-Kahn: "La militarisation de la sécurité, ce n'est pas l'ordre juste mais juste l'ordre". Ca me rappelle le Dîner de cons:
- Il s'appelle Juste Leblanc.
- Ah bon, il n'a pas de prénom?
- Je viens de vous le dire. Juste Leblanc.
- ?
- Leblanc c'est son nom, et c'est Juste son prenom.
- ?
- Monsieur Pignon, votre prénom à vous c'est Francois, c'est juste?
- Oui.
- Eh ben lui c'est pareil, c'est Juste.
Bientôt la suite, Dîner de cons au PS?
- C'est quoi votre programme?
- C'est l'ordre juste.
- L'ordre, juste?
- Non, l'ordre juste.
- Ah, d'accord. Mais ça n'est pas un peu juste?
En tous cas, Cambadélis a eu l'occasion de méditer depuis sur la notion de justice, puisque le lendemain même il était reconnu coupable d'avoir bénéficié d'un emploi fictif au sein de la MNEF, et condamné à six mois de prison avec sursis et 20000 euros d'amende. Il aurait dû se taire, parce que si jamais Ségo est élue, elle ne sera peut-être pas aussi généreuse avec lui que Chirac avec Guy Drut. Amnistier des affaires tordues, ça fait désordre, et ça n'est pas juste, alors si en plus il sort des vacheries...


A lire aussi

Libellés :


3 Commentaires:

Anonymous Mathusalem a écrit...

Elle devrait peut-être proposer un stage chez les militaires pour les délinquants politiques...

04 juin, 2006 18:26  
Anonymous Heisserer a écrit...

La notion d’ordre juste.


http://pheisserer.org



Le terme d’ordre est équivoque.
En un sens, il renvoie à l’idée de paix sociale. Imposée, restaurée ou instaurée par la force et au détriment de toute autre considération, l’ordre est connoté négativement. Il est une valeur conservatrice et réactionnaire, bref l’étendard d’une certaine droite.

En un autre sens, il est le véhicule des idées d’organisation, de rassemblement, de regroupement (cf. les ordres religieux, les corporations étudiantes, et les groupements professionnels), mais aussi des idées de classification, ordonnancement (en biologie) et de proportionnalité, équilibre et beauté (en musique et architecture). Dans ce cas, l’ordre vient modifier, rectifier, améliorer, parfaire, arranger le réel. Il s’oppose profondément à toute forme de conservatisme.

Aux côtés des valeurs de progrès et de justice, il peut, de droit, servir d’étendard à la gauche non-révolutionnaire.

L’expression « ordre juste » est tout aussi équivoque.
Equivocité qui, reconnaissons-le, n’est pas seulement vécue comme une forme de richesses mais aussi comme une source d’ambiguïtés, de perplexités et de craintes. La polysémie de la langue fait peur...le désordre du langage fait (aussi) paniquer.

Passons.

Cette expression (ordre juste) est, (au yeux d’un socialiste), un amalgame honteux :
si l’on tient pour acquis que l’ordre est, par principe, essence ou nature injuste. Derrière tout ordre (présent ou actuel) se cache/rait des injustices passées. Enfouies et tenaces, elles n’en sont pas moins ignobles, obscènes et écoeurantes.

par conséquent, rendre l’ordre juste c’est rendre acceptable ce qui ne l’est pas, ne peut l’être et ne doit pas l’être.

Cette expression est aussi une juxtaposition nécessaire :
si l’on part du principe que la réalité chaotique et désordonnée ne profite qu’aux plus forts (les plus riches et les plus puissants), le désordre, source d’inégalités et de violences doit être considéré comme l’ennemi, l’allié objectif de ceux qui créent et se nourrissent des injustices.

il convient, dès lors, pour créer du lien social, de la cohésion et de l’harmonie de combattre le désordre, c’est-à-dire de corriger les déséquilibres.

Synthèse drôle ou termes seulement mis dans un ordre juste :
L’ordre est juste. Il faut le maintenir (à tout prix)= Approche conservatrice.

L’ordre est injuste. Il faut le détruire (à coup sûr)= Approche révolutionnaire.

Le désordre est juste. Il faut le créer (le plus possible)= Approche libérale.

Le désordre est injuste. Il faut le combattre (à bon escient)= Approche socialiste.

Maintenant si on n’y prête pas garde (ou si l’on fait exprès, cela arrive !), il ressort que comme aux yeux d’un conservateur l’ordre est juste (ce qui signifie incidemment mais pas exactement que le désordre ne le serait pas) et que comme pour un socialiste le (quelque chose du) désordre est injuste, il y aurait comme une communauté de pensée entre le conservatisme et le (un certain) socialisme.

Pourtant, ce n’est qu’un tour de passe-passe conceptuel, tant l’ordre auquel se réfère les socialistes diffère de celui valorisé par les conservateurs.

Ordre à inventer et non à restaurer.
S’il ne s’agit que de restaurer un ordre passé (dépassé devrait-on dire !), le souci d’introduire un ordre juste devient passéiste, conservateur, une authentique perversion/régression aux yeux d’un socialiste.

A l’inverse, s’il s’agit de répartir, rééquilibrer, réguler, maîtriser, transformer la réalité, le projet d’introduire un « ordre juste » devient un idéal de gauche à part entière, pour ne pas dire une utopie nécessaire.

Par conséquent : démontrer, constater que le désordre est source d’injustices, revient à penser qu’inventer de nouvelles sécurités (un ordre ni donné, établi, naturel ou ancien mais à construire, à négocier, conventionnel et nouveau) est un authentique projet de gauche et non seulement une synthèse entre progressisme et conservatisme, entre droite et gauche.

Conclusion :
Ce n’est pas seulement s’il est associé à l’idée de justice que la notion d’ordre est une idée de gauche. C’est en elle-même que l’idée d’ordre est porteuse d’un idéal socialiste. Encore faut-il avoir à l’esprit que cet ordre qui s’oppose à un certain désordre (la violence, la pauvreté, la guerre, les inégalités) doit être inventé !

Ainsi l’analyse de Michaël Fœssel qui considère que « l’essentiel n’est pas tant le contenu de l’« ordre juste » que l’unité qu’il réalise entre conservatisme et progressisme » (Cf. http://www.esprit.presse.fr/esprit/word.php nous semble insuffisante, non pas erronée mais unilatérale et réductrice. Elle ne voit que la dimension négative de l’idée d’ordre et en oublie les aspects positifs.

Pascal Heisserer.


http://pheisserer.org

29 juillet, 2006 11:02  
Anonymous ornais a écrit...

Apres "L' Ordre régne a Santiago" , voila " L'ordre juste , rue de Solferino" ..

14 novembre, 2006 07:29  

Enregistrer un commentaire

jeudi, juin 01, 2006

2007: Segolisme

Naissance d'un nouveau mot: depuis quelques jours, ségolisme monte en flèche. On avait commencé à parler depuis quelques semaines de royalisme, mais cette expression contient une ambiguïté génante. Ca ne fait même pas un bon jeu de mot: pour qu'un jeu de mot marche, il faut qu'il y ait un sens caché... Or, quel serait le rapport entre Ségolène et la royauté? Du coup, ségolisme me paraît promis à un bel avenir!


A suivre... En tous cas, il y a déjà de petits malins qui écrivent ségaullisme (c'est provocateur, mais je me demande s'il y a pas quelque chose là-dedans, à part le côté catho, bien sûr). J'en trouve pour l'instant trois instances sur Yahoo: sur le Blog du Chi (31 mai) et en commentaire sur le blog de Koz et celui de DSK. Google ne l'a pas encore repéré (ni Dir.com). N'est-ce pas fascinant de voir qu'à peine créé, un mot est déjà détourné? Le Web change décidément du tout au tout la vie du lexicographe: auparavant tous ces petits phénomènes darwiniens de naissance et d'évolution des mots devaient exister, mais on ne pouvait pas les observer.

Libellés :


16 Commentaires:

Blogger all a écrit...

Le "ségaullisme" n'est pas un rapport au grand Charles mais au plaisir que procure la vue de Madame Royal.

01 juin, 2006 11:31  
Blogger Jean Véronis a écrit...

On tombe un peu dans la ségauloiserie, là, si j'interprète bien votre commentaire...

01 juin, 2006 11:38  
Blogger VinZ a écrit...

Surtout que dans l'hypothèse de all, il ne faudrait qu'un seul L...

Moi j'ai inventé un néologisme lié à madame Royal, pour désigner ceux qui la soutiennent en tenant un discours agressif et méprisant vis-à-vis des autres. En fait j'ai révélé sur mon blog que la webmastrice d'un des blog de soutien à Ségolène Royal avait d'autres blogs qui étaient douteux (liens antisémites), et ça n'a pas plu aux fans de la webmastrice en question qui m'ont traité de "fouille-merde" et d'autres choses encore... Je trouve que ségolhaineux, ça leur va bien ;)

Ils sont bien sûr très minoritaires parmi les soutiens de Royal, mais ils risquent de lui causer du tort...

01 juin, 2006 11:51  
Anonymous alex a écrit...

Il me semble que Mme Royal y a fait une référence au Gaullisme.
Cela correspond bien à sa stratégie de recentrer le PS et aussi à vouloir se placer au dessus des partis comme un certain Charles.
Ses dernières déclarations concernant la délinquance en sont une preuve supplémentaire : elle souhaite rompre avec les discours habituels du PS.

01 juin, 2006 11:54  
Anonymous Jacques a écrit...

Je revendique la paternité du "Ségaullisme" sur mon blog : le Blog du Chi http://bloguduchi.canalblog.com
J'ai créé le mot pour faire l'amalgame entre les deux "candidats supposés en tête".
Content qu'il vous amuse. J'en ai encore d'autres en réserve (1 post par jour).

Bien à vous,

Jacques

01 juin, 2006 12:35  
Anonymous Nicolas Voisin a écrit...

@ Jean > le ségolisme est décidément en vogue aujourd'hui :

http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/ps/dossier.asp?ida=438467

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=10148

http://www.nuesblog.com/?95/Autres-Campagnes

01 juin, 2006 12:39  
Blogger Vicnent 31415 a écrit...

Ségolisme vient de démarrer ?
Google Segolisme : 38
Google Ségolisme : env 24000 !!
Pour Ségaullisme : 17
Pour Segaullisme : 0

Ce que j'aime aussi, c'est qu'en cherchant Ségaullisme, Google me demande si ne chercherais pas plutôt Socialisme, alors que pour Segaullisme (sans accent donc...), ce ne serait pas plutôt secourisme ;-))

À noter aussi que Ségolaine et Segolaine ont un peu moins de 8000 occurences chacun... (sur 2 millions 610 mille). 'Faudrait voir s'il n'y a pas une recrudescence à cause de la météo ;-))

tests réalisés au 1er Juin 2006, 14h55

01 juin, 2006 15:07  
Anonymous Anonyme a écrit...

Vous allez rire : à 20h37 aujourd'hui, si on cherche "segaullisme" (sans accent) sur Google : rien, mais la suggestion "secourisme"
Avec accent ça donne 17 hits.

01 juin, 2006 20:37  
Anonymous Caroline a écrit...

Petite question qui va sûrement vous paraître idiote : depuis quand Google prend-il en compte les accents ? Pour ma part, je viens de faire un test (pour vérifier), et chez moi ça ne marche pas... S'agit-il d'une fonction à activer ?
Merci !

02 juin, 2006 02:03  
Anonymous Dominique a écrit...

Pour utiliser Google en UTF-8, il faut mettre le signe + devant le mot diacrité (accents, cédille, tilde). Cela exclura les formes non diacritées.

02 juin, 2006 07:56  
Anonymous Merome a écrit...

Je suis un visionnaire :)

http://aixtal.blogspot.com/2006/05/aixtal-500-000-visites.html#c114802952068696988

02 juin, 2006 10:06  
Blogger Jean-Marie Le Ray a écrit...

Bonjour,

Juste un rapport détourné, mais c'est toujours à propos de la naissance et l'évolution des mots dans notre langue. Que pensez-vous de l'équivalent de textcast/textcasting à donner en français?
Cordialement,
Jean-Marie Le Ray

02 juin, 2006 21:49  
Anonymous Olenka a écrit...

"Ségaullisme" est toujours moin péjoratif que "galouzisme".

03 juin, 2006 07:55  
Blogger yrduab a écrit...

On assiste aussi, depuis sa sortie sur l'encadrement "militaire" des jeunes, à la naissance des mélanges "Sarkolène" et "Ségosy"...

A+
Yr

04 juin, 2006 08:26  
Anonymous Anonyme a écrit...

http://segolisme.over-blog.com

05 juin, 2006 13:12  
Anonymous Anonyme a écrit...

J'ai relevé 2 occurences de "segolepen".

07 juin, 2006 14:38  

Enregistrer un commentaire